La langue française

Sémantisme

Définitions du mot « sémantisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

Sémantisme, subst. masc.Contenu sémantique; ensemble des valeurs sémantiques dont un mot ou une expression sont investis. (Dict. xxes.). [semɑ ̃tism̭]. 1reattest. 1913 (Esnault ds R. Philol. fr. t. 27, p. 187); de sémantique par substitution du suff. -isme à la finale; le mot a été en concurrence avec sématisme (v. Esnault, L'Imagination pop., Métaph. occid., p. 6; cf. angl. sematism 1866 ds NED Suppl.2, s.v. seme) qu'il a supplanté.

Wiktionnaire

Nom commun

sémantisme \se.mɑ̃.tism\ masculin

  1. (Linguistique) Contenu sémantique.
    • Le terme [énantiose] a néanmoins disparu ; il désigne étymologiquement la « contrariété », d’après un substantif grec dont le sémantisme renvoie à l’idée de face à face, d’opposition et de contradiction. — (Wikipédia, article Antithèse, août 2009)
    • Plus encore, s’il s’opère une gradation entre la renommée (fama) et la notoriété prestigieuse, elle n’existe pas pour dedecus qui réunit dans son sémantisme l’impossiblilité d’acquérir l’une et l’autre […] — (Jean-François Thomas, Déshonneur et honte en latin : étude sémantique, 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « sémantisme »

 Dérivé de sémantique avec le suffixe -isme.
Le mot a été en concurrence avec sématisme au début du XXe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sémantisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sémantisme semɑ̃tism

Citations contenant le mot « sémantisme »

  • Ce premier volet des journées de réflexions organisées par les doctorants du CELIS (EA 4280, Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique) sur le thème de « L’expérience de la frontière » prend pour objet d’étude la frontière homme/animal. Pour cette année 2019-2020, nous souhaitons donner à la notion de frontière un sens dynamique et elle sera ainsi entendue comme une zone de passage, de transition, d’échange, sans se limiter au sémantisme de limite, de barrière. De ce fait, la frontière apparaît comme un espace non seulement à franchir, mais aussi à investir et, paradoxalement, à habiter. Or ces efforts de définition permettent, selon nous, d’apporter un éclairage pertinent et novateur sur cette « zone-frontière » qui relie les hommes et les animaux, à travers, notamment, la mise en lumière d’une logique d’appropriation dont les êtres hybrides (Sirènes, Centaures, etc.) sont, par exemple, une incarnation. Nous invitons ainsi les participants à interroger l’histoire et les représentations de ce riche entre-deux. , L'homme et l'animal ès lettres. Approches transdisciplinaires sur la notion de frontière appliquée à la question homme/animal (MSH Clermont-Ferrand)
  • C’est avec une immense fierté que nous commémorons aujourd’hui l’anniversaire de la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple, d’une charge symbolique si forte et au sémantisme si profond. Telquel.ma, Mohammed VI : "Nous voici donc entrés dans une nouvelle révolution" (discours intégral)
  • 1Jean-François Jeandillou tient cette œuvre de Charles Nodier pour une philologie esthétique, qui s’articule selon trois critères principaux : la dimension sensorielle du lexique, la lettre comme gage d’historicité, et le style comme manifestation d’une esthétique. Contre les langues trop perfectionnées, Nodier fait en effet l’apologie des langues primitives : loin de l’arbitraire du signe postulé par Ferdinand de Saussure — qui a servi de base à l’expansion de la linguistique générale — l’auteur prône en effet un naturalisme dans lequel le signifiant serait le reflet du sémantisme. Cette théorie des étymologies naturelles se singularise par la sur-valorisation du phénomène imitatif. Critique de l’écriture orthographique, Nodier souhaiterait un alphabet philologique qui garantirait « une espèce d’histoire du phénomène de la parole » : l’orthographe devrait conserver la filiation du mot, sans laquelle aucun mot n’a de signification arrêtée. Constitutive du « système » de la langue, la réflexivité infinie des symboles qu’implique le réglage onomatopéique affecte l’organisation discursive : on a donc une évaluation esthétique des discours et des textes. L’originalité de Nodier est de conjuguer le vitalisme linguistique et le littéraire, et d’adopter une conception cyclique et palingénésique de ces deux objets : rien ne s’achève que pour recommencer. Dans son jeune âge, Nodier s’emploie à la confection d’un Archéologue, dont l’essentiel réside dans la mise en place d’une véritable théorie de la motivation sémiotique. Il existe alors deux principes d’analogie selon qu’ils ont pour origine un son naturel (onomatopée, comme fracas) ou une émission vocale de l’espère humaine (mimologisme, comme huée). Un double rapport d’analogie s’établit entre la forme phonique des mots, et d’une part leur signifié fondamental, et d’autre part leur référent. Ce que Nodier entend recenser dans ce Dictionnaire, est un ensemble flou de termes qui se laissent considérer sous un rapport mimétique : il s’agira de remotiver l’association des formes sonores et de leurs effets de sens : par exemple, que flaque ait pour étymon latin flaccidus n’empêche pas de lui conférer une valeur intrinsèque, eu égard au « bruit de l’eau qu’on flaque à terre ». Cette rétrospection est également raisonnée : le classement alphabétique s’accommode du regroupement des termes issus d’une commune racine imitative. Nodier s’en tient à l’évidence du symbolisme phono-sémantique. La fausse étymologie (populaire) se révèle alors riche d’enseignements. J-F Jeandillou explique d’ailleurs très justement que ces partis pris vont de pair avec une esthétique en action dans l’émergence des langues comme des littératures, et qui ferait de la linguistique un humanisme fondé sur la nécessité d’approprier les mots aux idées. , Une philosophie esthétique : le Dictionnaire des onomatopées de Nodier (Acta Fabula)
  • « Important » ne veut pas nécessairement dire « bon ». Il est défini ainsi dans le dictionnaire de  l’American College : « une qualité, un caractère, ou une position de nature à susciter l’attention ou la considération ». Dans un sens fondamental, que trouve-t-on qui soit de nature à susciter notre attention ou notre considération ? La réalité. « Important » – entendu dans son sémantisme essentiel, à distinguer de ses usages plus limités et plus superficiels – est un terme métaphysique. Il relève de cet aspect de la métaphysique qui sert de passerelle entre la métaphysique et l’éthique : d’une vision fondamentale de la nature humaine. Cette vision met en jeu les réponses aux questions telles que : est-il possible de parvenir à une connaissance de l’univers ou non ? L’homme est-il doté ou non du pouvoir d’opérer ses propres choix ? Est-il en mesure d’atteindre ou non ses buts dans l’existence ? Les réponses à ces questions sont des « jugements de valeur métaphysiques », puisqu’ils forment la base de l’éthique.  Atlantico.fr, La philosophie : ce sentiment premier de l’existence | Atlantico.fr

Images d'illustration du mot « sémantisme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sémantisme »

Langue Traduction
Anglais semantics
Espagnol semántica
Italien semantica
Allemand semantik
Chinois 语义学
Arabe دلالات
Portugais semântica
Russe семантика
Japonais 意味論
Basque semantika
Corse semantica
Source : Google Translate API

Sémantisme

Retour au sommaire ➦

Partager