La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « rousseauiste »

Rousseauiste

Définitions de « rousseauiste »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROUSSEAUISTE, adj.

A. − [En parlant de qqn] Qui est favorable aux idées de Jean-Jacques Rousseau. Tu continues à flotter dans le vague enthousiasme républicain de ton adolescence! Je ne pensais vraiment pas qu'on pût retarder à ce point! Tu es resté rousseauiste (Morand, Flagell. Séville, 1951, p. 300).
Empl. subst. Disciple de Jean-Jacques Rousseau. Eh bien! riez; laissez Rousseau et regardez les rousseauistes (Barrès, Cahiers, t. 9, 1912, p. 325).
B. − [En parlant d'un sentiment, d'une doctrine] Qui est propre à Jean-Jacques Rousseau, conforme à ses idées, qui a trait à son œuvre. Tous les mythes rousseauistes dont le monde a cru vivre, − mythe de la bonté naturelle, du démocratisme, de la volonté générale et de la loi expression du nombre (Maritain, Primauté spirit., 1927, p. 105).
Rem. A. Thérive, Querelles de lang., Paris, Stock, t. 2, 1933, p. 190, note: ,,Quelques écrivains ont dit roussélisme, qui serait fort correct, d'autres ont inventé roussisme, et roussien dont l'aspect péjoratif est évident. La forme instinctive eût été rousseautisme, avec le fameux t. Mais comme le mot a pris naissance chez des critiques littéraires ou des historiens, gens qui répugnaient au vulgarisme, le mot ridicule de rousseauisme a prévalu et a passé depuis vingt ans dans l'usage.``
REM. 1.
Rousseauisme, subst. masc.Doctrine, ensemble des idées de Jean-Jacques Rousseau ou qui s'y apparentent. Mais ils feront entière confiance au sentiment religieux spontané et, fidèles en cela au rousseauisme, ils croiront à une certaine harmonie entre la nature et la foi (Béguin, Âme romant., 1939, p. 56).
2.
Roussiste, adj.,péj. Qui est propre à Jean-Jacques Rousseau, à ses idées, à son œuvre. [Napoléon] tenait de son éducation roussiste (...) cette conviction qu'il faut faire neuf et table rase des prédécesseurs (L. Daudet, Stup. XIXes., 1922, p. 54).
Prononc.: [ʀusoist]. Étymol. et Hist. 1912 subst. masc. plur. (Barrès, loc. cit.); 1927 adj. (Maritain, loc. cit.). Dér. du nom de l'écrivain et philosophe J.-J. Rousseau [1712-1778]; suff. -iste*. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 25, 30. − Hasselrot 20es. 1972, p. 14. − Quem. DDL t. 28.

Wiktionnaire

Adjectif - français

rousseauiste \ʁu.so.ist\ masculin et féminin identiques

  1. Qui découle de la pensée de Jean-Jacques Rousseau ou s’y apparente.
    • Elle lui fait quitter le château de La Môle, où son père [...] passe son temps à étudier, en amateur, les sciences naturelles, à faire de la musique et à élever ses quatre enfants dans un esprit rousseauiste : il leur apprend le solfège et les instruit en leur faisant découvrir les merveilles de la nature. — (Virgil Tanase, Saint-Exupéry, Gallimard, « folio - biographies », 2013, pages 13-14)
    • Au fil de la conversation, il s’avéra aussi qu’elle avait de très riches parents à Philadelphie, qu’elle y jouissait d’une grande considération dans la bonne société, du moins se l’imaginait-elle, et elle avait visiblement été saisie d’un amour rousseauiste de la solitude et de la nature, que l’Europe représentait à ses yeux. — (Antal Szerb, Le voyageur et le clair de Lune, 1937, édition Viviane Hamy, traduction par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huszvai, page 103)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « rousseauiste »

(Siècle à préciser) De Rousseau, nom de famille du philosophe Jean-Jacques Rousseau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rousseauiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rousseauiste rusoist

Citations contenant le mot « rousseauiste »

  • L’idée d’une religion civile ne provient évidemment pas de Robespierre. Celui-ci ne cache d’ailleurs jamais son héritage rousseauiste. L’idée évoque aujourd’hui une aversion au motif qu’elle amène nécessairement à une forme d’autoritarisme. Elle peut cependant tout à fait s’expliquer du point de vue de la théorie républicaine de Jean-Jacques Rousseau. Le Vent Se Lève, La République jusqu'au bout : retour sur le culte de l'Être suprême
  • Le romancier espagnol Ricardo Menendez Salmon est tout sauf rousseauiste. L’idée que l’être humain puisse être bon par nature est à l’opposé exact de sa pensée. Il l’écrit dans La Nuit féroce, qui vient d’être traduit en français : « De tous les plaisirs que connaît l’homme, aucun n’est plus grand que celui de causer de la douleur. La ­contemplation de la beauté ou la transe de l’amour physique ne peuvent se comparer avec la jouissance de briser un os. (…) L’homme lance des ponts, domestique des forêts ou résout des problèmes mathématiques posés il y a des centaines d’années, mais tout son génie, toute sa patience et toute sa ferveur pâlissent devant l’énigme de sa méchanceté. » Le Monde.fr, Chasse à l’homme dans les Asturies : « La Nuit féroce », de Ricardo Menendez Salmon
  • Les plus voltairiens des investisseurs se résigneront lors des résultats trimestriels des entreprises à ce que les bonnes nouvelles soient retardées, et à ce que les mauvaises aient des ailes. Les plus rousseauistes penseront, eux, avoir appris suffisamment pour savoir demander ce qu'on ne peut pas savoir. Parmi les premiers à ouvrir cette saison, Valeo a tenté le délicat exercice de concilier l'inconciliable. Les blessures de la pandémie, avec un résultat opérationnel et un cash-flow libre dans le rouge au premier semestre, malgré 570 millions d'euros d'économies, un excédent brut d'exploitation demeuré positif et un comportement bien plus résistant que le reste du marché automobile (avec un écart de sept points de pourcentage dans la baisse de la production), sont visibles et plus marquées qu'anticipé. Leurs stigmates, en revanche, seront imperceptibles à moyen terme. L'ambition de récupérer dans le reste de l'année 40% de la consommation de cash à fin juin se veut forcément très prudente, alors que celle de revenir à une marge d'Ebitda de 10% dès le second semestre (après 13,2 % en 2019) signera la poursuite des gains de parts de marché. L'un des rares PDG à livrer des objectifs chiffrés, Jacques Aschenbroich voit surtout ses choix stratégiques confortés, notamment dans l'hybridation électrique qui lui vaut l'attrait en Bourse des fonds verdissant leurs placements, ou par le fort rebond des ventes en Chine. L'occasion, même un peu forcée, de nettoyer le bilan (Brésil, diesel, activités arrêtées) redonnera des couleurs aux marges à l'avenir. De l'art de transformer la crise en opportunités. Les Echos, Valeo : Plus que jamais mobile | Les Echos
  • Ferghane Azihari : L'innovation est par nature imprévisible. Elle nécessite une prise de risque pour obtenir des résultats qui, au début, sont tout à fait incertains. Etrangement, les écologistes - dont Greenpeace fait partie - n'ont aucun problème à assumer une part d'incertitude en promouvant les énergies renouvelables. Après tout, leur crédibilité dépend aussi de ruptures technologiques incertaines, notamment dans le stockage de l'électricité. Je remarque néanmoins que, pour les écologistes, le pari en faveur d'énergies intermittentes et voraces en matière d'espace est plus respectable que celui en faveur d'une énergie illimitée. On ne peut pas comprendre cette dissonance si on ne la met pas en lien avec la haine de la modernité technicienne qui caractérise le mouvement écologiste depuis son émergence dans la seconde moitié du XXe siècle. L'écologie politique se définit moins par une préoccupation pour l'environnement (qui a toujours accompagné les civilisations) que par l'attitude à l'égard des solutions que nous devrions mobiliser. Pendant longtemps, l'humanité a placé sa confiance, voire, pourrait-on dire, sa foi, dans le progrès des arts, des sciences et des techniques. Pour les écologistes, qui s'inscrivent dans une filiation rousseauiste, le progrès des techniques est un péché. De fait, beaucoup d'écologistes admettent la possibilité que l'innovation puisse assurer la pérennité de la civilisation industrielle. En 1975, l'écologiste Paul Ehrlich écrivait que donner à l'humanité une énergie illimitée serait moralement irresponsable. L'innovation salvatrice n'est donc plus reléguée au rang des chimères inaccessibles. Elle est redoutée. Derrière la peur du progrès se cache la haine de la condition bourgeoise, de la figure cartésienne de l'homme maître et possesseur de la nature, et in fine, le vieux ressentiment anticapitaliste qui refuse à l'humanité le droit d'améliorer perpétuellement son confort et sa prospérité. Atlantico.fr, Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace | Atlantico.fr
  • L’été est l’occasion de lire ou de relire les grands classiques de la philosophie. Aujourd'hui, plongée dans le système apparemment infaillible du contrat social rousseauiste... France Culture, Jean-Jacques Rousseau, "Du Contrat social" - Ép. 4/5 - 5 livres qui changent la vie

Traductions du mot « rousseauiste »

Langue Traduction
Anglais rousseauist
Espagnol rousseauist
Italien rousseauiano
Allemand rousseauist
Chinois 卢梭主义者
Arabe روسي
Portugais rousseauist
Russe сторонником руссо
Japonais ルソー派
Basque rousseauist
Corse rousseauist
Source : Google Translate API

Rousseauiste

Retour au sommaire ➦

Partager