La langue française

Riveraineté

Sommaire

  • Définitions du mot riveraineté
  • Étymologie de « riveraineté »
  • Phonétique de « riveraineté »
  • Citations contenant le mot « riveraineté »
  • Traductions du mot « riveraineté »

Définitions du mot « riveraineté »

Trésor de la Langue Française informatisé

Riveraineté, subst. fém.Qualité de riverain; droit d'utilisation accordé aux propriétaires de terrains en bordure d'un cours d'eau non navigable. Conciliation entre les droits des riverains d'amont et ceux des riverains d'aval; la riveraineté restant une condition essentielle du droit à l'usage des eaux d'une rivière qui n'est pas du domaine public (Chardon,Trav. publ., 1904, p. 144). [ʀivʀ εnte]. 1reattest. 1904 id.; de riverain, suff. -eté*.

Wiktionnaire

Nom commun

riveraineté \ʁiv.ʁɛn.te\ féminin

  1. Qualité d’un riverain, de celui qui a des terrains le long d’une rivière, d’une forêt, d’une route, etc.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Droit civil) Droit d’utilisation accordé aux riverains.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « riveraineté »

(1904)[1] Dérivé de riverain avec le suffixe -eté[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « riveraineté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
riveraineté rivœrɛ̃œte

Citations contenant le mot « riveraineté »

  • Soyons justes ! Dans la compétition mondiale, la France est un concurrent de la CEDEAO comme tous les autres pays. Qui peut, raisonnablement et valablement, lui dénier le droit de défendre ses intérêts, de les préserver et de les renforcer ? Faut-il attendre d’elle et des autres « partenaires » qu’ils développent l’Afrique à la place des Africains ? Assurément, non. Ce sera trop leur demander. Et même si c’est le cas, ils ne le feront pas. Comme le dirait l’autre, n’allons pas demander au moustique de faire usage d’insecticide pour assainir sa riveraineté. Les journalistes d’investigation Roger Faligot et Pascal Krop, dans La Piscine (Éditions du Seuil, 1985), un ouvrage consacré aux services secrets français, sont sans équivoque : « Indépendance [des pays africains], soit, à condition qu’elle ne vienne pas desservir les intérêts de Paris. »[20] Sans commentaires ! Si malgré tout, certains dirigeants africains, hypnotisés par les « marchands de sommeil », s’évertuent à battre la breloque, bruyamment et vaillamment, à rechercher un regard bienveillant de l’Hexagone sur la mise à mort du franc CFA, ou tout au moins que la France humaniste et africaniste, généreuse et chaleureuse, se contente d’observer le processus monétaire « irrédentiste » de la BCEAO sans broncher, la réalité se chargera de les ramener à un état plus lucide. « En tout état de cause et sauf à assimiler la diplomatie à un jeu pour enfants de chœur (ce qu’elle n’a jamais été, nulle part), aucune nation au monde n’acceptera de coopérer ou de commercer (au sens propre et pour dire les choses très crûment) avec nous, rien que pour nos beaux yeux. Cela relève, au demeurant, d’une lapalissade[21] », prévient Roch Sosthène Nepo. Le monde de la finance (et de la monnaie), en Afrique comme ailleurs, n’est pas aseptisé. Il ne sera jamais un refuge de bisounours et de câlinours, encore moins un sanctuaire pour les esprits faibles et les âmes sensibles. Tous, même les diplomates au langage plus doucereux que sulfureux, s’accordent à dire que les États n’ont pas d’amis mais des intérêts à conquérir et à défendre. Et tous les moyens sont mis en œuvre pour y parvenir. Le général de Gaulle ne s’en est jamais caché. Au XIXe siècle déjà, le célèbre philosophe Nietzsche comparait l’État à un « monstre froid », le plus redoutable « de tous les monstres froids », capable de tout pour protéger ses intérêts. Victor Hugo, que je cite à profusion dans ce texte, rappela que lors de la bataille de Waterloo, dans la nuit du 18 au 19 juin 1815, les vainqueurs souillèrent leur triomphe en dépouillant promptement les morts de leurs dernières pièces. Le chantre de la littérature française écrivit dans Les Misérables : « Ceux qui sont debout pillent ceux qui sont à terre. Le héros du jour est le vampire de la nuit. On a bien le droit, après tout, de détrousser un peu un cadavre dont on est l’auteur. Quant à nous, nous ne le croyons pas. Cueillir des lauriers et voler les souliers d’un mort, cela nous semble impossible à la même main.[22] » La morale de cette fresque tient en une phrase : « L’aube qui suit une bataille se lève toujours sur des cadavres nus. » Que les dirigeants de la CEDEAO se souviennent de cette détestable maxime ! Financial Afrik, Les échos de l’ECO | Financial Afrik
  • (…) Mais soyons juste. Dans la compétition mondiale, la France est un concurrent comme tous les autres pays. Qui peut, raisonnablement et valablement, lui dénier le droit de défendre ses intérêts ? Faut-il attendre d’elle et des autres « partenaires » de l’Afrique qu’ils développent le continent à la place des Africains ? Assurément, non. Ce sera trop leur demander. Et même si c’est le cas, ils ne le feront pas. Comme le dirait l’autre, n’allons pas demander au moustique de faire usage d’insecticide pour assainir sa riveraineté. Financial Afrik, Cheickna Bounajim Cissé : "FCFA, Face Cachée de la Finance Africaine" | Financial Afrik
  • En Afrique de l’Ouest, la sorcellerie reste l’apanage du mythique et du mystique. Pourtant, son secteur bancaire à l’image des autres franges de la société, n’échappe pas à ce phénomène. Sous la cape, il est difficile de trouver un banquier qui ne pourrait conter et raconter «ses incroyables histoires», aussi hallucinantes les unes que les autres. Pourtant, en public, on botte en touche, la mâchoire serrée et le visage fermé, feignant d’ignorer en s’ignorant soi-même et les autres, ces pots et ces suppôts, ces décoctions et lotions, ces fragrances enivrantes et envoutantes qui fument et enfument, ces bains rituels quotidiens, ces litanies murmurées à fort débit, ces visites nocturnes et diurnes chez les oracles, ces gris-gris, amulettes et talismans soigneusement dissimulés dans les bagues, les bracelets et même… les ceintures. Et j’en passe et des meilleurs. Tout cela sous les prédictions des génies censés assurer pouvoir et savoir, richesse et noblesse, protection et affection, et tutti quanti. A tel point qu’on ne croit plus à la force de ses neurones mais plutôt à l’efficacité de ses aumônes. A cet exercice, certains ont pu se forger des positions inexpugnables. Qui s’y frotte, s’y pique, prévient-on dans la riveraineté. Les victimes de leurs imprécations et de leurs exécrations, tiennent comme par extraordinaire leur santé en bandoulière, déambulant entre praticiens de ville et tradipraticiens de brousse. Financial Afrik, Avis de tempête sur la gouvernance des banques de l’UMOA | Financial Afrik

Traductions du mot « riveraineté »

Langue Traduction
Anglais riparianism
Espagnol riparianism
Italien riparianism
Allemand ufer
Chinois 河岸主义
Arabe مشاجرة
Portugais riparianismo
Russe riparianism
Japonais 河岸主義
Basque riparianism
Corse riparianismu
Source : Google Translate API
Partager