La langue française

Résumable

Sommaire

  • Définitions du mot résumable
  • Étymologie de « résumable »
  • Phonétique de « résumable »
  • Citations contenant le mot « résumable »
  • Traductions du mot « résumable »

Définitions du mot résumable

Trésor de la Langue Française informatisé

Résumable, adj.Qui peut être résumé. S'il faut pour sa durée [d'un ouvrage], et pour atteindre une certaine intensité et un certain effet esthétique, qu'il hante la mémoire, qu'il ne soit pas résumable, ni facile à définir (Valéry,Tel quel II, 1943, p. 283).

Wiktionnaire

Adjectif

résumable \ʁe.zy.mabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui peut être résumé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « résumable »

 Dérivé de résumer avec le suffixe -able.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « résumable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
résumable resymabl

Citations contenant le mot « résumable »

  • Chant d’hiver n’est pas vraiment résumable – malgré le trompeur synopsis qu’on trouvera sur les sites bien informés, et tant mieux, ou pas… Lors de la révolution française, un aristocrate est décapité pipe au bec. On retrouve le même homme devenu aumônier militaire en Géorgie puis, il prête ses traits à un concierge lettré dans un Paris d’aujourd’hui. Quoique… Car la notion d’actualité est très personnelle chez le truculent cinéaste, d’où sa capacité à s’être créé une place à part dans le cinéma, à défier la temporalité, quitte à passer parfois pour passéiste. Nonobstant, Otar est trop anar pour que ce type de soupçon persiste trop longtemps. Le comédien Rufus se charge de ces différentes incarnations dont le point commun est d’être à chaque fois une figure iconoclaste, jamais là où on l’attend et tordant le cou aux clichés. Tordant le cou jusqu’à en perdre la tête : ce qui arrive au premier personnage. Il sera néanmoins tendrement bercé par une des témoins qui tricote tout en ne perdant rien du « snuff movie » avant l‘heure qui s’offre à ses yeux voraces ; avant l’arrivée de l’aumônier tatoué, les têtes explosent sous le coup des baïonnettes ; le meilleur ami du concierge intello s’occupe de crânes, jusqu’à s’offrir une tête à l’effigie de son ami. La boucle est bouclée. C’est là où parfois le bât blesse : à certains moments, Iosseliani semble vouloir appeler à la rescousse une dramaturgie restée jusque-là nonchalante et tisse soudain trop de liens : tous ses protagonistes habitent dans l’immeuble, même l’accordéoniste muet (joué par Pierre Etaix, invité récurrent et pair du cinéaste), ce qui peut s’apparenter plus à de la paresse ou un pied de nez à la narration qu’à une vraie trouvaille. On préfère le Iosseliani, joueur et iconoclaste, qui nous régale lors de la scène où le jeune voleur est coaché par le concierge et son ami, pour draguer la violoniste : « Vous lui dites que l’Hymne à la joie de Beethoven, c’est dégueulasse ! – Wagner, Beethoveen, qui c’est ? Connais pas ! ». Ou encore, Rufus concierge qui console l’aristocrate ruiné qui va être expulsé de son château : « C’est la lutte des classes, M .le baron, mais ça ne va pas durer ». Cette phrase récapitule toute l’œuvre d’Iosseliani, dont ce film-ci semble revisiter toute la thématique : aristos punis, déclassés en faveur de parvenus (Rufus, puis le baron), sagesse des clochards célestes, éloge du vol à la tire, absurdité du couple et in vino veritas. , Otar Iosseliani – “Chant d’Hiver” | Culturopoing
  • Difficilement résumable, ce dernier, thriller indéniablement chic et stylé, a peut-être été tourné exclusivement pour sa première image, celle d’une vieille auto américaine orange filmée en Cinémascope roulant dans une vallée grandiose et désertique parsemée de rochers. Les Inrockuptibles, Valley of Stars
  • Une crise aussi totale déshabille les rois, le visage bifide du libéralisme se dévoile. Ainsi résumable: “privatisation des profits, collectivisation des pertes”, un fait aux allures de slogan. Le HuffPost, Le coronavirus va-t-il changer l'avenir du tourisme? | Le HuffPost
  • Pour l'heure, le tableau des derniers résultats reste difficilement résumable, car, après avoir vu confirmer la bonne résistance du secteur bancaire en début de semaine, le marché a ensuite digéré des publications contrastées d'un groupe à l'autre. Challenges, Wall Street, attendant de nouveaux résultats, réserve ses conclusions - Challenges
  • Le retour de la Mamie! Il part mal ce mandat si c'est dans ligne droite dessinée par Mme MANDROUX puis suivie par M SAUREL (facilement résumable : de la com', encore de la com' et aucune action concrète)... Un seul conseil à M. DELAFOSSE : faire exactement l'inverse de ce que pourrait lui conseille Mme MANDROUX (notre F. HOLLANDE local, incapable de se représenter à sa propre succession) et çà devrait le faire pour plusieurs mandats! midilibre.fr, Montpellier : "Les Montpelliérains ne se sont pas trompés" selon Hélène Mandroux - midilibre.fr
  • « Je pense que c’est [sa] transversalité qui lui vaut aujourd’hui ce relatif oubli. Dans quelle case en effet ranger cette femme complexe et difficilement résumable ? », Nina Artioli, architecte, petite-fille de Gae Aulenti. Le Monde.fr, Design : Gae Aulenti, les œuvres d’une vie
  • Le Nouveau Cirque du Vietnam est au spectacle ce que la baie d’Along est aux sites remarquables: une personnalité tout à fait à part, inimitable, difficilement résumable. Ce cirque est né aux antipodes de l’influence soviétique qui avait vu naître au Vietnam, dans les années 1960, une troupe rompue aux agrès et aux numéros d’animaux où l’on imagine cependant que les alligators devaient remplacer les ours polaires. Le nouveau cirque est à mi-chemin de la danse et des arts traditionnels. Il a été créé par un jongleur passé par le cirque du Soleil. Qui s’est adjoint une danseuse de la chorégraphe Ea Sola et deux Français d’origine vietnamienne: Nguyen Lan Maurice, directeur artistique et enseignant à Arc en Cirque à Chambéry, et Nguyen Nhat Ly, directeur musical. Le Figaro.fr, Le bambou fait son cirque à la Villette
  • Ce ne serait pas trop s’avancer que de dire que l’auteur ne postule pas pour le Nobel de l’essai. Ce qu’il sert est une bouillie de pensée, aux morceaux hétérogènes, qui est résumable en un condensé : l’expropriation des noirs qui perdure et dont il faut se défaire. Avec une réinvention de la fierté et une virilité du combat. Ce propos banal peuple toute la littérature depuis probablement deux siècles. On peut avouer qu’il est devenu la vulgate essentielle à une renaissance, et même que d’illustres penseurs, noirs ou blancs du reste, ont mis la barre haute. On était donc en droit d’attendre de Kémi Séba, au-delà de la répétition, qu’il l’enrichisse, la rajeunisse, à tout le moins, esquisse une optique ou y souffle un vent de fraîcheur. On a beau chercher, le nez attentivement plongé dans ces pavés, ce n’est guère reluisant. La pêche est mauvaise : l’activisme se substitue à la pensée, la virilité à la solidité de l’argument, les effets de manche à la vitalité du contenu, et la radicalité à l’érudition. Des approximations à foison. La langue choisie est, à loisir, aventureuse. Mélange improbable d’un parler qui se dit vrai et d’une supposée éloquence mal traduite dans le texte. Kemi Seba s’y glorifie, on peut le lui passer. Kémi Séba accuse, c’est recevable. Kemi Seba dit être l’un des seuls dans cette école, et attrait à la barre tout ceux qui ne pensent pas comme lui, là devient-il, selon le mot de Baudelaire repris par Césaire : comique et laid. On peut ajouter farceur. SenePlus, KEMI SEBA, THE BLACK NIHILIST | SenePlus
  • Han l’orphelin a pour but de devenir le meilleur pilote de la galaxie. Il s’associe à des malfrats pour voler une cargaison de carburant hyperluminique. Ce scénario linéaire s’enrichit d’une dimension psychologique résumable à «J’ai trahi l’ami qui m’a trahi pour mieux trahir l’ami qui l’a trahi». Le Temps, «Solo: A Star Wars Story»: une franchise dans le vide intersidéral - Le Temps
  • «Il ne faut pas croire que la démarche abstraite se fasse n'importe comment, du n'importe quoi. C'est un surgissement qui vient de l'instant.» L'instant. Et si c'était cela derrière lequel tournait tout notre univers? Ce «très petit espace de temps» résumable en un «t», aussi bref qu'éternel. Aussi unique que multiple. «Aussi insignifiant qu'essentiel», selon Alain Rey. L'artiste Fabienne Verdier en est persuadée. «Il n'y a rien d'immobile, rien de sûr.» Le Figaro.fr, Alain Rey et Fabienne Verdier: un amour platonique
  • Le groupe a publié la bagatelle de sept albums en une grosse dizaine d’années (sans compter les EPs et les apparitions sur compilations). Prolifique et dans une volonté constante de ne pas se répéter, Liars a toujours mis un point d’honneur à se mettre en danger, en proposant quelque chose de radicalement différent pour chaque album. Loin de se limiter à une formule, cette approche s’est faite dans le but de préserver une urgence et un sentiment de fraîcheur indispensables à leur processus créatif. Aujourd’hui, le groupe peut se targuer d’avoir une discographie irréprochable, immensément riche et difficilement résumable en un mot, sur laquelle nous revenons ici. Les Inrockuptibles, Liars : retour sur une discographie exemplaire
  • La thèse centrale du livre reprend les points-clés habituels de l’identitarisme. Elle est résumable comme suit. Voulant "jouir sans entraves", la génération de Mai-68 a remplacé les systèmes de valeurs qui pouvaient donner du sens aux existences par un individualisme qui ne le peut pas. La mondialisation marchande a ensuite produit l’envahissement de toutes les dimensions de la société française par le consumérisme, en même temps qu’elle suscitait dans le pays un multiculturalisme qui a sapé les fondements de l’identité nationale. D’où une génération qui, née dans les années 1980-1990, a grandi dans un pays en état de vide existentiel, de perte de sens, et d’absence de repères en termes d’identité collective. leplus.nouvelobs.com, "Les Nouveaux Enfants du siècle" d'Alexandre Devecchio : les failles de la pensée néo-réac - le Plus
  • Difficile de résumer quelque chose qui n’est pas résumable… En fait, cet ouvrage est de l’ordre de l’indescriptible. Avec La Petite Mort, Davy Mourier avait réussi à produire quelque chose d’original sur le plan graphique, avec un humour noir très particulier qui faisait mouche pour peu que l’on rentre dans son univers de geek corrosif. Benzine Magazine, La Petite Mort(e) – Davy Mourier - Benzine Magazine
  • L’origine de cette guerre commerciale est difficilement résumable en quelques lignes. La Corée du Sud est une ancienne colonie de l’empire du Japon (1910-1945). Son animosité a persisté, alimentée par plusieurs contentieux: les femmes de réconfort – esclaves sexuelles au service de l’armée nippone –, le conflit territorial sur les îles Dokdo-Takeshima ou encore le travail forcé de Sud-Coréens durant la Seconde Guerre mondiale. Les restrictions nippones surviennent d’ailleurs après une série de décisions des tribunaux sud-coréens dans lesquelles ils demandent des indemnités pour leurs ressortissants, forcés au travail par des entreprises nippones. Tokyo remet en cause la légalité de ces décisions et invoque un traité de 1965 qui aurait réglé la question des réparations. L'Echo, Japon et Corée du Sud, une bisbrouille commerciale alimentée par l'histoire | L'Echo
  • La "Celeste" a impressionné avec un premier tour parfait (3 victoire) et la meilleure arrière-garde jusqu'à présent: aucun but encaissé. Et son duo offensif Suarez-Cavani est capable de percer la plupart des défenses, malgré un jeu limité et souvent résumable à la fameuse "garra" uruguayenne, cette hargne communicative. VOA, Enfin, les chocs des 8e de finale au mondial!
  • Ce qui reste de Guy Debord (1931-1994), l'homme sans œuvre, est un nom. Rien qu'un patronyme. Celui d'un individu décidé qui, à peine sorti de l'adolescence, s'accorda souverainement, avec égocentrisme et candeur, le titre de créateur (en évitant le terme), tout en prétendant incarner « l'écart absolu » par rapport au statu quo. Un idéal aisément résumable : subversion, révolution. Le programme révolutionnaire-utopique était déjà fané lorsqu'il le reprit à son compte : celui d'un « dépassement de l'art » dans une vie quotidienne portée en permanence à l'incandescence par la « création de situations nouvelles ». Le Figaro.fr, Guy Debord se donne en spectacle
  • ‘Une boîte de nuit à Calcutta’ est ainsi : difficilement résumable, rythmé par l’inspiration, les maux, les joies des deux écrivains, les attentions de l’un envers l’autre. Intime, donc, mais empli de réflexions pertinentes, universelles, nées justement de la solidité de leur relation (la parole libérée, la confiance) et de leurs expériences vécues.  , Makenzy Orcel, fils d’Haïti : la plume dans les plaies. Étude d’une œuvre de feu - La Revue des Ressources
  • L’émancipation de l’analysé se joue-t-elle dans une énonciation, dans un dire explicite ? Ce n’est pas sûr. Car le dire en question, suggère Perec, renvoie à un travail souterrain qui n’est pas résumable. Simplement, un jour, quelque chose se dénoue : « ce jour-là, l’analyste entendit ce que j’avais à lui dire, ce que, pendant quatre ans, il avait écouté sans l’entendre, pour cette simple raison que je ne le disais pas, que je ne me le disais pas. » La Croix, Sigmund Freud en ses lieux
  • Reste un risque, ainsi résumable : Paris, quelques métropoles, et le désert français… « C’est un risque, oui, admet Jean Pisani-Ferry… L’économie moderne nous lance un considérable défi. C’est un fait, une réalité à prendre en compte ». , France - Monde | Paris, des métropoles, et le désert ?
  • Les leaders volontairement écartés. Les leaders des "gilets jaunes" que peuvent être Eric Drouet ou Maxime Nicolle ne figurent pas non plus au casting. Un choix volontaire de la part de François Ruffin. "Je fais du cinéma, donc j'évite les porte-paroles. Pourquoi ? Parce que ce sont des gens qui parlent déjà au nom du 'nous' et qui tue une parole personnelle. Je viens chercher des anonymes, pas ceux qui ont déjà accès aux médias. Il y a des centaines de milliers de personnes qui se sont réveillées cet automne, ce n'est pas résumable à quelques individus." Europe 1, Dans son documentaire sur les gilets jaunes, François Ruffin a filmé "le moment où la honte privée devient colère publique"
  • Il n’y a pas vraiment d’« intrigue » dans les romans de Lobo Antunes. Ou alors suffisamment ténue pour être résumable en quelques lignes. Dans Jusqu’à ce que les pierres deviennent plus douces que l’eau, elle nous est livrée – dénouement compris – dès les trois premières pages. L’histoire est celle d’un jeune sous-lieutenant portugais ayant servi un peu plus de deux ans en Angola pendant la guerre d’indépendance (1961-1975). Et qui rentre à Lisbonne. Il ramène avec lui un petit garçon noir, un orphelin, qu’il va élever comme son fils. On comprend vite tout ce à quoi l’enfant a échappé, le massacre des siens par l’armée portugaise, « les corps sans visage brûlant sur la paille, les volailles qui brûlaient, les gémissements, l’odeur de l’essence dans laquelle les Portugais jetaient une allumette… ». « Ce gamin-là, vous le tuez pas, il est pour moi », ordonne le sous-lieutenant au milieu du carnage. L’un de ses hommes le met en garde : « Il va grandir mon sous-lieutenant, et il se vengera de vous. » C’est exactement ce que raconte le livre. Cette vengeance, au Portugal, des années plus tard, alors que plus personne ne s’y attend, dans un déchaînement de haine, de violence et de sang. Le Monde.fr, Antonio Lobo Antunes fait couler le sang de la langue portugaise dans son nouveau roman
  • Son parcours fut celui d’un savant à l’esprit anticonformiste et à la culture ouverte, difficilement résumable sauf à dire que, spécialiste de l’étude des savoirs oraux traditionnels et des cultures régionales, il est devenu, aussi, au fil des années, un anthropologue de l’art, du patrimoine, des institutions culturelles et un historien de sa discipline. Le Monde.fr, L’anthropologue Daniel Fabre est mort à 68 ans
  • En attendant, le Président multiplie initiatives et déplacements : un plan franco-allemand pour l’emploi des jeunes présenté hier à Sciences Po, un séminaire aujourd’hui à l’Élysée, suivi d’un déplacement de deux jours à Rodez et Castres, puis une rencontre demain soir à Paris avec Angela Merkel. Le tout résumable en trois mots : flexibilité, entreprises, Europe. , France - Monde | Priorité à l’emploi de Rodez à Berlin
  • Star wars c'est facilement résumable : tout le monde meurt à la fin et le jeune ado émo devient fou ^^Jsuis pas salo j'allais pas vous spoil :) , Avengers 4 : un rôle important pour Pepper Potts ?
  • Ce que je raconte là va peut-être sembler d’une grande banalité, ou d’une forte fatuité : disons simplement que j’ai pendant longtemps rechigné à simplement m’assumer comme écrivain parce que, ce que la plupart de vos interlocuteurs attendent de vous, quand vous dites que vous avez écrit un roman, c’est que vous puissiez le résumer — or tous les romans que j’aime lire, et ceux que j’aime écrire, ne sont jamais vraiment résumables. DIACRITIK, Raphaël Meltz : « Refuser que les règles, du monde, du roman ne soient trop sérieuses » (Jeu nouveau)
  • La suite – 185 pages au total, des lignes espacées avec pas mal de blanc - est résumable: les jeunes —et nous tous par extension— sommes devenus cons. Abrutis par les écrans, vautrés devant les émissions de télé réalité, pas aidés par l’école qui ne fait plus son boulot, nos jeunes ne savent plus réfléchir, détestent lire, ont du mal à mémoriser… , C'est classe ! - Bentolila, Brighelli, Onfray: tout fout le camp - Libération.fr
  • Je ne mentionnerai ici que l'une des mythologies contemporaines constituant le nouvel opium des intellectuels engagés. Il s'agit de la thèse de la substitution, ainsi résumable: l'«islamophobie» aurait historiquement remplacé l'antisémitisme en Europe. Ce refrain sloganique s'entend sous diverses variantes: «Les musulmans sont les Juifs d'aujourd'hui», «Aujourd'hui, le musulman a remplacé le Juif en tant que bouc émissaire», «Les antijuifs d'hier se sont convertis à l'islamophobie». Pourquoi dès lors parler d'un «nouvel antisémitisme» ou d'une «nouvelle judéophobie» alors qu'on serait entré dans l'âge de l'islamophobie? Les antiracistes devraient en conséquence lutter prioritairement contre l'«islamophobie», qui serait la forme de racisme dont la montée serait la plus inquiétante. Et dénoncer ceux qui observent avec inquiétude la diffusion croissante des passions antijuives, sous la forme voilée de la propagande «antisioniste». Le Figaro.fr, Taguieff (2/2) : «La haine des Juifs, la haine de la France et la haine de l'Occident s'entrecroisent»
  • « La question de l’emploi n’est pas résumable au fait que les bonnes personnes ne se rencontrent pas entre elles, développe Yann Le Pollotec. C’est nier que le problème du chômage est une vraie question de fond, sociale, d’économie et de mode de production. Bob emploi dépolitise le chômage pour en faire de la communication et un problème de maths. L’économie française détruit plus d’emplois qu’elle n’en crée et ce n’est pas le big data qui changera ce différentiel. » L’algorithmie ne traite que des moyennes, les machines pensent par tendances et font du normatif. L’inverse de ce qu’il faudrait faire, selon Yann Le Pollotec : « Bien sûr qu’il faut améliorer Pôle emploi, mais avec plus de conseillers, pour faire de l’accompagnement personnalisé, du sur-mesure, l’inverse de ce que font les algorithmes. » Pour Jean-Charles Steyger, « c’est une entreprise de démolition du service public et de marchandisation des chômeurs. Ce que propose Bob emploi, 38 000 collègues le font au quotidien. Ce n’est pas un algorithme qui le fera mieux, c’est une approche déshumanisante qui ne crée aucun lien social. Alors que l’on sait que près d’un tiers des retours à l’emploi sont liés à des contacts entre les gens ». L'Humanité, Bob emploi : un site « magique » pour désinscrire les chômeurs | L'Humanité
  • Qui jouera contre les Bleus ? Samedi soir, place au deuxième 8e de finale avec Portugal-Uruguay dans la touffeur de Sotchi, sur les rives de la mer Noire, pour un choc entre deux des blocs défensifs les plus solides du tournoi. La "Celeste" a impressionné avec un premier tour parfait (3 victoires) et la meilleure arrière-garde jusqu'à présent: aucun but encaissé. Et son duo offensif Suarez-Cavani est capable de percer la plupart des défenses malgré un jeu limité et souvent résumable à la fameuse "garra" uruguayenne, cette hargne communicative. Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, Mondial-2018 : Mbappé élimine Messi, la France attend son Ronaldo ou Suarez | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos
  • Si l’on s’exprime comme Jacques Lacan, il est donc question du liquide purulent inanimé dont l’apparition nue, brutale, est impossible à regarder en face. Non la mort, encore une fois, mais la charogne, insuffisamment nommée par ce terme, ajoute-t-il. La charogne a une spécificité biologique résumable par la biodégradation, les moisissures, la décomposition. Elle a une réalité visuelle et odorante : celle des effluves insalubres. Et sur ce plan, le spectacle de la pourriture apparaît effectivement intrinsèquement répugnant. L’auteur note rapidement que tout ce qui grouille, fourmille, se désagrège, est voué à inspirer le dégoût. Encore reste-t-on là dans le registre de ce qu’on appelle traditionnellement « la beauté naturelle ». , Sur la mort dans l'art occidental et dans l'art contemporain - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées
  • A ce stade de l'entretien, Margaux donne quelques conseils pratiques à Damien. " Power point plutôt que document Word, précise la jeune femme. Les investisseurs apprécieront, crois moi. " Autre point essentiel : un pitch clair et résumable en deux minutes. " Tu dois également valoriser ton profil et mettre en avant la solidité de tes expériences précédentes notamment dans le web ", ajoute Margaux qui lui conseille également de décortiquer le fonctionnement d'un site voisin ou concurrent, sorte de rôle-modèle.   LEntreprise.com, L'art délicat du business plan - L'Express L'Entreprise
  • Je ne sais pas. Je ne me pose pas ces questions. Là, ce sont les points pénibles dans une interview, quand on en arrive à des choses trop... Ce n'est pas résumable, tout ça, il faudrait des colonnes, et en même temps ça n'est pas assez intéressant pour qu'on perde son temps.  LExpress.fr, L'Express va plus loin avec François Truffaut, 20 mai 1968 - L'Express
  • Mais, selon une tradition non écrite, il convient de laisser le dernier mot à notre “sujet”. Mais à qui – au final ? JLG ? Non (laissons-le mariner dans son mutisme). Pierre Pinchon ? Pas davantage (son texte remarquable, ô combien éclairant, n’est guère résumable en quelques lignes, et encore moins paraphrasable – il convient donc d’aller y voir de plus près et de le lire dans sa totalité, sans sauter la moindre ligne). Les éditeurs – Laurent Bruel et Nicolas Frühauf ? Oui ! (Pourquoi pas). Recopions donc in fine quelques lignes de leur entretien avec la revue Collection : DIACRITIK, (… juste une matière…) : Contrebandes Godard 1960-1968
  • Un siècle d’histoire1900 est difficilement résumable. Initialement conçu par Bertolucci comme une série télé qui devait raconter presqu'un siècle d'histoire de l'Italie, le film a des dimensions gigantesques. Il raconte, dans un coin de la campagne d'Emilie, le destin parallèle d’un propriétaire terrien (Robert De Niro) et d’un paysan communiste (Gérard Depardieu), de 1900 à 1945. Ajoutez la présence d’un métayer fasciste (Donald Sutherland) et d’une artiste évanescente (Dominique Sanda), une première partie où les pères des héros liquident l'héritage du Risorgimento [unification de l’Italie] dans un face-à-face funèbre et légendaire (ils sont suprêmement incarnés par Burt Lancaster et Sterling Hayden), et vous aurez une bonne idée de la dimension mythologique du projet. « Le tournage ne s'arrêtait pas, personne ne pouvait nous interrompre, se souvient Bertolucci dans les bonus, face caméra. L'équipe était comme une armée d'occupation, on rentrait à Rome le week-end avec une autre vie... Arrêter le film, c'était comme interrompre leur vie. » Résultat, un film écrasant, complexe, sanglant, violent, érotique. Et communiste par-dessus le marché : l'histoire selon Bertolucci est celle des masses, les individus incarnent leur classe sociale. De Niro : la bourgeoisie, Depardieu : le prolétariat, Sutherland : le fascisme, Sanda : la décadence. Et l'on sait que le montage initial de 5h15 de Bertolucci – proposé dans ce coffret, évidemment – a effrayé la Paramount qui voulait un film plus court. Une version de plus de 4h7 a alors été distribuée aux USA dans une indifférence conséquente (en France, 1900 a fait plus d'1,7 millions d’entrées : autre temps). « Un chef de la Paramount a dit que ce n'était pas une question de durée, mais qu’il y avait un peu trop de drapeaux rouges pour lui », résume Bertolucci, persuadé que son communisme a sonné le glas de 1900. Et l'a transformé en film-repoussoir. 1900 serait un peu La Porte du paradis du cinéaste. Un chef-d'œuvre en France, mais le symbole du film d'auteur dévoyé et incompréhensible aux États-Unis. Premiere.fr, 1900 : Le classique de Bertolucci avec De Niro et Depardieu à revoir en blu-ray et ce soir sur Arte | Premiere.fr
  • Regarder le générique d’un film de Cheyenne Carron est une expérience aussi originale que facilement résumable, puisque la jeune femme est à la fois scénariste, réalisatrice, productrice, costumière, directrice de casting, distributrice. Chose rare, sinon unique. A 18 ans, lestée d’un CAP de secrétariat et de milliers d’heures passées à regarder des films en VHS avec son père (Rohmer, Pialat en tête), elle décrète qu’elle sera cinéaste. S’installe à Paris. Sa grâce physique est sa première arme : elle décroche une campagne pour la lingerie Wolford, puis d’autres jobs de mannequin, qui payent sa chambre de bonne. Ses journées se passent à appeler des dizaines de réalisateurs, boîtes de production pour glaner des conseils. Le producteur George Hoffmann se souvient du premier coup de fil : «Ton très décidé, naïf, voix juvénile. Je lui dis : "Laissez tomber", elle continue à poser des questions. Elle ne savait rien. Mais elle avait le feu sacré. Le cinéma, pour elle, c’était une pulsion vitale.» Libération.fr, Cheyenne Carron. Mademoiselle sans gène - Libération
  • L’on voudrait faire passer Nice pour une ville essentiellement fermée, hostile à l’étranger, résumable en un tract politique d’à peine une demi-page. C’est oublier que la ville fut depuis toujours un lieu de brassage de peuples, d’idées et de styles - terre d’accueil pour beaucoup d’Italiens venus y trouver refuge ou travail mais aussi pour de nombreux Russes, Polonais, Arméniens, Pieds noirs, Maghrébins, Africains, etc. Parmi ces «étrangers» : Romain Gary qui en 1928 débarque à Nice avec sa mère issue des «confins de la steppe russe, d’un mélange de sang juif, cosaque et tartare.» Pourtant, lorsque à la fin de la guerre, Sa Majesté la Reine Elizabeth vient rencontrer son escadrille sur le terrain de Hartford Bridge et lui demande d’où il est originaire, il répond spontanément : «De Nice !». «Chère ville presque natale» racontée dans La Promesse de l’Aube (1960) comme un décor consolateur au spleen et aux malheurs. «Le mimosa était en fleurs, le ciel était très bleu, et le soleil faisait de son mieux. Je pensai soudain que le monde donnait bien le change. C’est ma première pensée d’adulte dont je me souvienne.» Libération.fr, Nice, sa lumière et ses écrivains - Culture / Next
  • Difficilement résumable, l’intrigue est pourtant d’une grande fluidité à l’écran et ce mélo familial devient émouvant lorsqu’on découvre, sur la fin, ce qui a provoqué la mort d’Ikumi, la mère de l’héroïne. Porté par un superbe graphisme, ce long métrage propose en outre des scènes d’action exaltantes. Fin décembre, Your Name, autre film japonais d’animation, avait également choisi comme motif le rêve. Un thème décidément très en vogue depuis la sortie de Paprika en 2006 – l’ultime chef-d’œuvre du regretté Satoshi Kon, génie certifié de la japanime, fasciné par les univers parallèles et les réalités altérées. Il y a dans Hirune Hime, modèle de cinéma mental, mieux qu’une influence, un lien, une prise de relais. , Faut-il aller voir Hirune Hime – Rêves éveillés, le manga événement de l’été ? Notre avis (VIDÉO)
  • Parce qu'une discussion de 20 minutes est difficilement résumable en une phrase, la FSU a tenu préciser son propos dans un texte qui devrait être publié demain pour qu'il n'y ait plus de malentendu: Précisions concernant l'article du 17 janvier : La FSU 09 réaffirme son soutien et sa confiance à l'équipe du collège Rambaud. Qu'on ne se méprenne pas,il ne s'agit pas de minimiser l'importance de l'incident: ce collégien a tenu des propos qui ne sont pas acceptables dans une situation très tendue et les a assortis de menaces à l'encontre d'une surveillante. L'équipe pédagogique du collège va gérer les suites avec professionnalisme et pédagogie. Au delà de ce cas, il est nécessaire que tous et toutes sachent garder la juste mesure des choses et ne jettent pas d'huile sur le feu. Rappelons que l'enfant incriminé est âgé de douze ans... Attention à exercer notre esprit critique et à bien discerner ce qui relève de l'apologie du terrorisme et ce qui apparait plutôt comme une imbécilité dictée par les événements. Il nous revient à tous, enseignants, parents, journalistes, citoyens d'agir pour l'éducation, la tolérance et la laïcité. Pour la FSU 09, Guillaume Estalrich. ladepeche.fr, Pamiers. Polémique autour d'un incident survenu au collège Rambaud - ladepeche.fr
  • Il ne s'agit pas de faire l'apologie naïve du sensible contre l'efficace, mais de se demander ce que l'on attend de l'art. Si l'on espère de lui qu'il aiguise l'acuité de notre esprit, qu'il sollicite notre vigilance, qu'il mette en cause nos habitudes de regard et les modes de pensée dominants, il y a peu de chance que l'on soit comblé par Koons ou Murakami. Et le fait que ceux-ci soient collectionnés par quelques puissants ne plaide guère pour leur dimension subversive. Pour qui fréquente les ateliers, et y trouve une création profuse, et bien heureusement non résumable à un courant ou à un médium, la réduction de l'art à quelques noms propres dont l'opération versaillaise est l'outil est aussi frustrante qu'idéologiquement douteuse. Le Monde.fr, Pendant le scandale, l'art continue
  • Détail : YSL n’est pas résumable à une "success story", il a, par exemple, changé les mœurs en participant, par son travail, à la libération des femmes... À regarder de près le film incriminé je vois mal la comparaison. Je sais que le féminisme est devenu quelque chose de ringard pour certains ou certaines, je ne m’y ferai jamais. Je refuse tout cynisme et tout défaitisme devant l’arrogance des machos qui roulent des mécaniques et prennent le risque de produire un modèle. , poptronics ' A propos du clip « Stress », par Chris Marker
  • Oui on en voulait une de différente. En même temps, ce film n’est pas résumable en quelques minutes. Il s’y passe trop de choses. Il est énigmatique. C’est une forme de cauchemar. Toutes les questions soulevées n'ont d'ailleurs pas forcément de réponses. Le marketing actuel du cinéma a été conçu pour vendre un certain type de films. Nous nous situons en dehors des critères habituels. Ce qui est excitant et en même temps un peu flippant. Mais je suis ravi d'avoir pu tourner un film qui ne correspond pas aux goûts de tous J'espère qu'après A Cure For Life, les gens ne verront plus les spa et les cures thermales de la même manière (rires). FilmsActu, A Cure For Life : le cauchemar de Gore Verbinski et Dan DeHaan - interview

Traductions du mot « résumable »

Langue Traduction
Anglais summarized
Espagnol resumido
Italien riassunto
Allemand zusammengefasst
Chinois 总结
Arabe ملخصة
Portugais resumido
Russe резюмировать
Japonais まとめ
Basque laburbil
Corse riassuntu
Source : Google Translate API
Partager