La langue française

Réductionniste

Définitions du mot « réductionniste »

Trésor de la Langue Française informatisé

Réductionniste, adj.Qui prône la réduction. Quelque chose qui proteste et « remurmure » en nous contre le succès des entreprises réductionnistes (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 1).

Wiktionnaire

Adjectif

réductionniste masculin et féminin identiques

  1. Relatif au réductionnisme.
    • En raison de la représentation appauvrie qu'elles semblent offrir de l'esprit, ces stratégies réductionnistes ont récemment fait l'objet de vives critiques.
    • Miracle du subjectif sur l’effectif, sort incroyable de la condition humaine, trop vaste, trop mouvante pour être cernée autrement que par des plongées émotives ou des tentatives réductionnistes plus ridicules les unes que les autres. — (Claude Olievenstein, L’Homme parano, page 156, 1992, Odile Jacob)
  1. (Par extension) Réducteur, partiel, simpliste.
    • Mais dans ces modèles réductionnistes, la maladie psychosomatique ne trouve ni des hypothèses interprétatives adéquates, ni des résultats cliniques.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « réductionniste »

(Siècle à préciser) De réduction avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réductionniste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réductionniste redyktjɔnist

Citations contenant le mot « réductionniste »

  • Ce projet sur le champignon génétiquement modifié est une énième approche réductionniste dans la lutte antipaludique qui se préoccupe uniquement du contrôle du vecteur et néglige les aspects sociaux comme l’assainissement, la mise en place d’un système de santé robuste, une politique alimentaire durable... Il existe aussi des solutions simples à base de substance naturelle, non brevetée, facile à cultiver et à utiliser, notamment l’artemisia [8]. La lutte antivectorielle peut être efficace en lien avec d’autres problématiques. En effet, récemment, de nombreux pays sont parvenus à éradiquer le paludisme (le Paraguay, le Sri Lanka, l’Algérie et l’Argentine) ou à le réduire de manière significative (Myanmar), en grande partie grâce aux améliorations des infrastructures de santé, qui ont augmenté leur capacité de diagnostic, de traitement et de surveillance, en plus d’adopter d’autres approches intégrées. Dans un monde fini, avec des ressources humaines, financières et techniques limitées, l’option biotechnologique se fait souvent au détriment des autres approches. Christophe Boëte écrivait que « le recours aux moustiques transgéniques semble en effet difficilement associable à d’autres programmes de contrôle des vecteurs. Vraisemblablement, l’introduction de ces moustiques nécessitera l’arrêt de la lutte antivectorielle pour favoriser leur installation : cela est-il sérieusement envisageable dans des pays où existent d’autres maladies transmises par des insectes ? (…) [On] favorise les solutions dites « de pointe » au détriment de celles qui font appel à des techniques simples. (…) Si la génomique est perçue comme cruciale dans la lutte contre le paludisme, un compromis dans les ressources, évidemment limitées, peut exister entre recherche et programmes de contrôle. Plus inquiétant, comme cela a été soulevé par deux chercheurs britanniques, David Rogers et Sarah Randolph, à propos du contrôle de la trypanosomiase (maladie du sommeil) africaine, les programmes impliquant des technologies de pointe sont susceptibles de dépendre d’une expertise et d’une technologie externes nécessitant de forts investissements en amont. Ainsi tout échec n’amène qu’une dette massive et une diminution des financements affectés aux activités traditionnelles de contrôle. (…) Évidemment, on peut rétorquer que les méthodes classiques et celles faisant appel à des technologies de pointe ne tirent pas leurs fonds des mêmes sources et que les premières font face à d’importants problèmes de mise en place : les moustiquaires imprégnées sont utilisées par moins de 2 % de la population africaine à risque alors que la déclaration d’Abuja (Nigeria) stipulait que la couverture devait être de 60 % en 2005. Or si l’utilisation de moyens aussi simples ne fonctionne pas, comment la mise en place de moyens plus technologiques aurait-elle davantage de succès ? » [9]. Inf'OGM, Paludisme : des champignons OGM pour tuer les (...) - Inf'OGM
  • Intuitivement, la pensée réductionniste est somme toute assez logique. Une pomme + une pomme cela fait bien deux pommes. Pourquoi diable x grammes de glucides + x grammes de vitamines assemblés de nouveau ne forment pas le même aliment ? La vraie raison de l'échec de la pensée réductionniste, c'est de se croire à la place de Dieu. De fait, nous ne connaissons pas toutes les molécules ni toutes les interactions, ni tout le processus qui contribuent à créer un aliment et sa matrice. Du moins, nous ne savons pas les reproduire à l'identique. Nous en voulons pour preuve que les aliments ultra-transformés auxquels la pensée réductionniste a donné naissance nous démontrent bien, par contre-exemple, que les aliments ne sont pas qu'une somme de nutriments.  Futura, Pourquoi il vaut mieux manger un aliment solide que bouilli ou liquide ?
  • La doctrine Trump est celle de la volonté de gagner à tout prix en relations internationales, quitte à créer un « jeu à somme nulle » dans un monde divisé entre un gagnant et des perdants. La politique étrangère vise à défendre surtout l’intérêt personnel de Trump, et l’intérêt national quand celui-ci coïncide avec cet intérêt personnel. « Trump a constamment fait passer ses intérêts politiques personnels avant l’intérêt national des États-Unis », écrit un ancien officiel haut placé du gouvernement. Il n’y a pas d’intérêt international ou multilatéraliste possible dans cette vision réductionniste et unilatéraliste. « Trump pense qu’il est le pays », fait remarquer le journaliste aguerri George Packer. La Presse, Extrait de L’effet Trump: la doctrine Trump
  • D’autre part, et par voie de conséquence, l’évolutionnisme de Nietzsche s’oppose à celui de Darwin (chapitre 6), ou du moins à une vulgate darwinienne qui ferait de l’instinct de conservation le principe de toute vie. Même si Nietzsche emprunte, pour élaborer sa philosophie évolutionniste, à la biologie et à la physiologie de son temps (p. 65-66), c’est à des fins auxiliaires qui ne répondent pas à un programme naturaliste et réductionniste. De ce point de vue, « [u]ne “espèce” (…) ou ce que Darwin appellerait une “variété” spécifique, n’est en rien gage d’une stabilité à long terme » (p. 93). , Le surhomme entre race et culture - La Vie des idées

Traductions du mot « réductionniste »

Langue Traduction
Anglais reductionist
Espagnol reduccionista
Italien riduzionista
Allemand reduktionist
Chinois 还原论者
Arabe اختزالي
Portugais reducionista
Russe редукционистская
Japonais 還元主義者
Basque erredukzionista
Corse riduzionista
Source : Google Translate API

Réductionniste

Retour au sommaire ➦

Partager