La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « recombinaison »

Recombinaison

Définitions de « recombinaison »

Trésor de la Langue Française informatisé

Recombinaison, subst. fém.Action de recombiner; résultat de cette action, nouvelle combinaison. Cet enfant se trouve alors face à des éléments éparpillés (les lettres et les syllabes) qu'il doit combiner pour retrouver le mot donné. Dans ce travail de recombinaison, il peut être tenté, soit de déformer les éléments eux-mêmes, soit de mal les recombiner (en fonction d'un modèle faux) (M. Lobrot, Troubles de la lang. écr. et remèdes, Paris, éd. E.S.F., 1972, p. 50).Biol. Recombinaison factorielle, génétique. ,,Apparition dans une cellule ou un individu de gènes et des caractères héréditaires qui leur correspondent dans une association différente de celle qui est observée chez les individus parentaux`` (Méd. Biol. Suppl. 1982). La recombinaison génétique d'une bactérie consiste (...) à intégrer dans son appareil de développement un fragment d'une espèce étrangère. Ainsi modifiée, la bactérie matrice donne en douze heures naissance à 16 millions de bactéries sosies, qui multiplient dans la même proportion l'élément « greffé » (L'Express, 18 avr. 1981, p. 124, col. 3).Chim., phys. Deux ions de signes contraires sont susceptibles d'obéir à leur attraction mutuelle et de se rapprocher de manière à former une molécule neutre; ce phénomène porte le nom de recombinaison (MmeP. Curie, Radioact., t. 1, 1910, p. 2).Coefficient de recombinaison. ,,Quotient du taux de désionisation par le carré de la concentration des ions qui se recombinent`` (Nucl. 1975). [ʀ ə-kɔ ̃binεzɔ ̃]. 1reattest. 1910 (MmeP. Curie, loc. cit.); de recombiner, suff. -aison*.

Wiktionnaire

Nom commun - français

recombinaison \ʁə.kɔ̃.bi.ne.zɔ̃\ féminin

  1. Action de recombiner, résultat de cette action.
  2. (Astrophysique) Moment, dans la théorie du Big Bang, où les électrons se sont combinés aux noyaux atomiques.
  3. (Génétique) (Par ellipse) Recombinaison génétique : combinaison de gènes dans une association différente de celle observée chez les cellules parentes.
    • L'analyse par recombinaison permet de localiser les gènes sur un chromosome. — (Biologie moléculaire de la cellule - Page 396, Arnold Berk, Paul Matsudaira, Chris A. Kaiser - 2005)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « recombinaison »

 Dérivé de combinaison, avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « recombinaison »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
recombinaison rœkɔ̃bɛ̃ɛsɔ̃

Citations contenant le mot « recombinaison »

  • Médecin spécialiste en virologie et collaborateur avec l'Institut Pasteur d’Alger, Khaled Khalil a affirmé à l'APS que "le virus qui affecte la santé humaine perd de sa gravité et sa propagation au fil du temps", précisant que "les réponses immunitaires correspondent notamment aux mécanismes de défenses de l’organisme et ainsi la recombinaison génétique de la Covid-19 ont diminué son risque sur la santé humaine". , Covid-19 : l'efficacité de la réponse immunitaire et la recombinaison génétique du virus ont atténué sa gravité
  • Enfin, une modification aussi importante qu'une recombinaison aurait fortement réduit le niveau de ressemblance du virus avec les autres coronavirus. Or, le Sars-CoV-2 présente une très forte homologie avec plusieurs coronavirus retrouvés chez les chauves-souris du genre Rhinolophus. Futura, Le coronavirus est resté caché plus de 40 ans dans les chauves-souris avant d'émerger
  • Il s'agit de la première fois qu'un traitement par anticorps de recombinaison génétique fabriqué localement reçoit le feu vert pour être utilisé sur des personnes, a déclaré le ministère de la Sécurité alimentaire et pharmaceutique. Agence de presse Yonhap, Coronavirus : première phase des essais cliniques d'une substance de traitement de Celltrion | AGENCE DE PRESSE YONHAP
  • Ce mécanisme de recombinaison avait déjà été décrit chez les coronavirus, notamment pour expliquer l’origine du SARS-Cov. Il est important de savoir qu’une recombinaison aboutit à un nouveau virus potentiellement capable d’infecter une nouvelle espèce hôte. Pour qu’une recombinaison se produise, il faut que les deux virus divergents aient infecté le même organisme de façon concomitante. The Conversation, Covid-19 : l’analyse des génomes révèlerait une origine double du virus
  • La technique d’Algentech optimise le mécanisme cellulaire connu sous le nom de recombinaison homologue. Afin d'insérer ou de modifier précisément une séquence génétique, les technologies existantes utilisent des nucléases qui opèrent des cassures spécifiques dans l'ADN cible, puis s'appuient sur la machinerie cellulaire pour compléter le processus d'édition.      , Algentech obtient un brevet stratégique aux Etats-Unis pour une technologie clé d'édition du génome
  • Depuis 2009, les virus de la grippe porcine H1N1 de type aviaire eurasien se « recombinent » et évoluent avec le virus de la grippe porcine H1N1 ayant provoqué la pandémie, précise le CDC. La recombinaison est un processus dans lequel deux virus grippaux ou plus infectent un seul hôte et échangent du matériel génétique, conduisant à l'émergence de nouveaux virus grippaux. , La nouvelle grippe porcine n'infectera probablement pas les humains (CDC chinois)
  • Ainsi, le coronavirus isolé chez le pangolin peut entrer dans les cellules humaines, contrairement à celui isolé chez la chauve-souris. Le virus SARS-CoV-2 est donc issu d’une recombinaison entre deux virus différents: l’un proche de celui de la chauve-souris et l’autre du pangolin. Pour qu’une recombinaison se produise, les deux virus divergents doivent avoir infecté le même organisme de façon concomitante. C’est déjà par le biais de ce mécanisme de recombinaison qu’était apparu le SARS-Cov. L’auteur du papier de conclut : “Deux questions restent en suspens : dans quel organisme a eu lieu cette recombinaison ? (une chauve-souris, un pangolin ou une autre espèce ?) Et surtout dans quelles conditions a eu lieu cette recombinaison ?” www.pourquoidocteur.fr, Coronavirus : le virus aurait une origine double
  • Ce rapport étudie le Patient dérivé xénogreffe / PDX modèles état du marché et les perspectives de Global et grandes régions, des angles de joueurs, les pays, les types de produits et les industries de fin; Ce rapport analyse les principaux acteurs sur le marché mondial, et divise le patient Dérivée marché des modèles de xénogreffe / PDX par type de produit et les applications / fin types industries.Several de souris immunodéficientes peuvent être utilisées pour établir des modèles PDX: souris nude athymiques, gravement compromise immunodéficientes (SCID) chez la souris, des souris NOD-SCID, et le gène dactivation de la recombinaison 2 (Rag2) chez la souris -knockout. Les souris utilisées doivent être immunodéprimés pour prévenir le rejet de greffe. Le NOD-SCID souris est considéré comme plus immunodéficientes que la souris nude, et est donc plus couramment utilisé pour les modèles PDX parce que le NOD-SCID souris ne produit pas tueuses naturelles cellules globale des patients dérivés xénogreffe / PDX Modèles marché est évalué à xx millions USD en 2017 et devrait atteindre xx millions de dollars dici la fin de 2023, de plus en plus à un TCAC de xx% entre 2017 et 2023.The Asie-Pacifique occupera pour plus de parts de marché dans les années qui ont suivi, en particulier en Chine, aussi en croissance rapide lInde et lAsie du Sud-est regions.North Amérique, en particulier les États-Unis, continueront à jouer un rôle important qui ne peut être ignoré. Tout changement de États-Unis pourraient affecter la tendance du développement des patients Derived xénogreffe / PDX Models.Europe jouent également un rôle important dans le marché mondial, la taille du marché de xx millions de dollars en 2017 et seront xx millions de dollars en 2023, avec un CAGR de xx %. , Patient dérivés xénogreffe / Modèles PDX Taille du marché 2020 devrait atteindre environ 12180 millions USD par 2026, Covid 19 Analyse de limpact, pays en tête de données avec Defination, Facteurs de conduite par les fabricants – JustFamous
  • "Un supergène, c'est un groupe de gènes qui sont liés sur un chromosome", explique Laurent Keller, du Département d'écologie et d'évolution. "En principe, les gènes se séparent lorsque l'on fait des bébés, parce qu'il y a ce que l'on appelle la recombinaison: les chromosomes se cassent et se recollent avec un chromosome homologue.  Au cours des générations, les gènes se transmettent de manière indépendante. Un supergène, au contraire, est lui constitué de gènes collés ensemble." rts.ch, Des supergènes déterminent l'organisation politique des fourmis - rts.ch - Sciences-Tech.
  • La recombinaison génétique est un mécanisme biologique clé durant lequel deux brins d'ADN mélangent leur information génétique pour former un brin-fils qui possède des caractéristiques de chaque brin parental. C'est grâce à ce phénomène qu'on peut posséder la même couleur d'yeux que sa mère et la même couleur de cheveux que son père. Futura, Le SARS-CoV-2 serait un mélange de coronavirus de pangolin et de chauve-souris
  • Il existe aussi un risque de recombinaison du virus (la formation d’une nouvelle variété de virus issue du mélange génétique de deux virus proches, ndlr). C’est une étape « normale » de la vie des virus." Franceinfo, Coronavirus : contagion, sévérité, risque de mutation, les réponses d'une virologue
  • Il faut noter que pour que la recombinaison se produise, les deux virus parents doivent avoir infecté le même organisme simultanément. Le résultat de leur recombinaison est alors un nouveau virus potentiellement capable d’infecter une nouvelle espèce hôte. Fredzone, Le Covid-19, une chimère née de deux virus différents ?
  • Sanofi utilisera sa technologie de recombinaison de l'ADN pour "accélérer la mise au point d'un vaccin potentiel contre le Covid-19". Bilan, Covid-19: Sanofi servira les États-Unis en premier s'il trouve un vaccin - Bilan
  • Dans le cas d’une reproduction sexuée, l’embryon bénéficie d’un double héritage, paternel et maternel, qui permet aux gènes d’exister en deux copies, chacune originaire d’un génome différent. Chez les humains, on appelle « empreinte digitale » cette expression complémentaire de chacun des deux génomes. Elle garantit une diversité qui permet à l’embryon de développer les résistances nécessaires pour se développer jusqu’à son terme. Or c’est précisément ce phénomène qui n’a pas lieu dans le développement de l’embryon parthénote : celui-ci duplique le matériel génétique maternel, ce qui l’apparente à un clone. Une identité génomique à nuancer, toutefois, car il peut s’opérer, au cours des différentes étapes de maturation, une recombinaison génétique qui modifie, parfois de façon infime, le génome de la descendance. , Sperme féminin : la reproduction autonome est-elle possible ?
  • La transmission du patrimoine génétique peut être mal comprise du public: cette transmission est imparfaite et partielle. Contrairement à l'image savammant véhiculée par ces entreprises, le génome n'est pas un grand livre qui recenserait, à l'infini, les moindres détails des vicissitudes de nos aïeux. Pour nous en rendre compte, concentrons-nous un instant sur les chromosomes non sexuels. S'il est vrai que la moitié provient de la mère et l'autre du père, il est erroné de penser que les quatre grands-parents contribuent équitablement. En effet, leur patrimoine génétique est soumis à la roulette de la recombinaison génétique, ce mécanisme qui, par ailleurs, assure le brassage génétique. Slate.fr, Que valent les tests ADN pour décrire nos origines? | Slate.fr
  • Des chercheurs du Cirad et de l'Inra viennent de démontrer que désactiver le gène, nommé RECQ4, entraîne la multiplication par trois du nombre de recombinaisons chez des plantes cultivées telles que le riz, le pois et la tomate. Ce gène inhibe l'échange de matériel génétique par recombinaison (crossing-over) au cours du processus de reproduction sexuée chez les plantes cultivées. Cette découverte, qui a fait l'objet d'une publication dans la revue Nature Plants , le 26 novembre 2018, pourrait permettre d'accélérer le processus de sélection génétique des plantes, et ainsi développer plus rapidement des variétés mieux adaptées aux conditions environnementales (résistance aux maladies, adaptation au changement climatique). , Inactiver un gène pour augmenter la diversité génétique des plantes cultivées - CIRAD
  • Ces deux définitions mettent en exergue une rupture par rapport à la sélection classique conventionnelle qui respecte les barrières naturelles de la recombinaison, de la multiplication ou de la reproduction des organismes vivants, même si elle peut les orienter : le brocoli, par exemple, résulte d’un croisement fait par l’homme mais que la nature n’empêchait pas. Ce qui importe en grande partie c’est la manière dont ces organismes ont été obtenus : par d’autres techniques que la multiplication ou la recombinaison ou sans que le procédé soit « traditionnel » pour la directive ; par la « biotechnologie moderne » résultant en des combinaisons génétiques nouvelles selon le Protocole. Inf'OGM, OGM : une définition réglementaire - Inf'OGM
  • Il y a analogie avec l’histoire de l’Univers. Lors de la libération des photons et de la recombinaison des particules (380.000 ans après le Big-bang, il y a près de 13,8 milliards d’années), il n’y a dans l’Univers que des atomes d’hydrogène (en fait un proton avec un électron), un peu d’hélium, puis un peu plus d’hélium et du deutérium et rapidement du lithium. Les autres éléments chimiques viendront après, forgés dans la nucléosynthèse du cœur des étoiles. Les expulsions de leurs enveloppes externes de matière par les étoiles massives en phase géantes rouges (« AGB ») puis l’explosion en supernovæ de ces mêmes étoiles et la dispersion dans l’espace des éléments de plus en plus enrichis par les nucléosynthèses, puis la reconcentration de cette matière dispersée avec l’hydrogène toujours abondants, dans un contexte galactique (gravité et brassages de matière) et d’expansion de l’Univers, sont ce qui constitue les événements de son histoire. Il a fallu beaucoup de temps (6 ou 7 milliards d’années ?) pour que ces fluctuations créent suffisamment d’éléments lourds (des « métaux » au nombre « Z » de protons de plus en plus élevés) pour que la matière « lourde » puisse être suffisamment importante pour que des planètes telluriques, comme la Terre, puissent exister. Cela implique évidemment la possibilité des molécules organiques, leur polimérisation et leur combinaison en êtres vivants utilisant (nécessitant) une gamme d’éléments chimiques extrêmement étendue. Le corps humain contient les fameux C, H, O, N (Carbone, Hydrogène, Oxygène, Azote) « de base », plus P et H (Phosphore et Souffre) mais aussi de nombreux autres éléments dont le fer et même l’or ou autres oligoéléments qui n’existaient pas au début de notre histoire ! L’Univers est globalement homogène mais il ne l’est pas entre ses différentes grandes époques et il ne l’est pas non plus localement. Il ne l’est que dans de très larges volumes concentriques dont le segment de rayon est l’axe du temps. A un moment donné dans un même « voisinage », les étoiles n’ont pas toutes le même âge et nous sommes voisins de vieux systèmes stellaires beaucoup moins métalliques que le nôtre. Exploration spatiale, Dans notre Univers tout évolue, tout interagit et tout change – Exploration spatiale
  • Pour la première fois, une étude montre l'existence de recombinaisons génétiques dans le cerveau. Le processus qui utiliserait une enzyme transcriptase inverse peut générer des milliers de variants du gène APP, qui est impliqué dans la maladie d'Alzheimer. Futura, Les neurones du cerveau sont capables de modifier leur ADN !
  • Wei Ji et ses collègues ont mis en évidence ce qu'on appelle une recombinaison homologue, c'est-à-dire un processus génétique où deux séquences codant pour la même protéine chez des individus différents se mélangent pour donner une séquence toute nouvelle, dotée de propriétés inédites. Ces recombinaisons de matériel génétique viral surviennent lorsque des virus provenant d'espèces différentes infectent un même hôte : par exemple, lorsque la grippe aviaire infecte des cochons en même temps que la grippe humaine, les virus peuvent se recombiner gagnant de nouvelles propriétés et devenant plus dangereux. Science-et-vie.com, Les serpents, nouveaux suspects dans l'épidémie de coronavirus en Asie - Science & Vie
  • La mutation du coronavirus originel, qui infectait les chauve-souris, est une « recombinaison cellulaire » de certaines de ses protéines lui servant à s’accrocher aux récepteurs des cellules hôtes. Ce sont donc des protéines clés de l’infection, car ce sont elles qui permettent au coronavirus d’entrer dans un certain type de cellules pour infecter son hôte. Cela a donc du sens qu’une mutation sur ce versant de son code génétique ait été la cause de sa capacité à passer d’espèce en espèce, chez les serpents puis chez les humains. Numerama, Virus chinois : tout serait parti d'une mutation chez des serpents
  • Certaines spéculations fortement relayées sur les réseaux sociaux évoquent la possibilité que le SARS-CoV-2 soit en réalité un virus « chimère » issu de la recombinaison en laboratoire d’un coronavirus dont la chauve-souris serait le réservoir initial et d’un autre virus. Certains avancent même que la chimère aurait été obtenue à partir du VIH, et serait le produit d’une tentative infructueuse pour mettre au point un vaccin. Mais qu’en disent les scientifiques ? Salle de presse | Inserm, Un virus créé en laboratoire, vraiment ? | Salle de presse | Inserm
  • Les chercheurs ont démontré qu’on retrouve pratiquement le même virus chez différents animaux, en particulier le pangolin et la chauve-souris. Le plus probable est donc que le SRAS-CoV-2 s’est transmis de la chauve-souris à l’humain à la suite d’une recombinaison génétique — un «brassage génétique» survenu à partir de deux virus cousins qui en crée un nouveau. l-express.ca, Un virus créé par les humains? - l-express.ca
  • D’un micro-événement ayant pris corps sur un marché aux animaux de Wuhan (la transmission du virus d’une chauve-souris à un homme, en passant vraisemblablement par un pangolin avec une recombinaison de son matériel génétique par hybridation et recombinaison), on en est arrivé à une catastrophe sanitaire, géopolitique, sociale et économique à l’échelle planétaire… Politis.fr, L’a mo(u)r(t) au temps du Corona par Docteur BB | Politis
  • Si on ne sait pas exactement d'où vient le virus responsable de l'épidémie actuelle –une étude publiée dans Nature penche pour une recombinaison entre un coronavirus propre à la chauve-souris et un autre originaire du pangolin–, les contaminations semblent partir d'un marché ouvert de Wuhan, en Chine, où sont vendus des animaux sauvages. Slate.fr, Aux origines du coronavirus | Slate.fr
  • Sanofi exploitera sa plateforme de recombinaison de l’ADN pour produire un vaccin candidat contre le nouveau coronavirus. Cette technologie permet de parvenir à une parfaite compatibilité génétique avec les protéines présentes à la surface du virus. L’ADN génétique codant pour cet antigène protéique sera combinée à l’ADN du baculovirus qui est la plateforme technologique clef d’expression Sanofi. Cette technologie, qui forme la base du produit antigrippal recombinant homologué que Sanofi a développé sous licence, sera ensuite utilisée pour produire rapidement de grandes quantités d’antigènes du coronavirus afin d’amener le système immunitaire à réagir contre le virus. , Sanofi : s'associe au ministère américain de la Santé et des Services sociaux pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus | Zone bourse
  • La mutation du coronavirus originel, infectant les chauves-souris, est une "recombinaison cellulaire" de certaines de ses protéines lui servant à s’accrocher aux récepteurs des cellules hôtes. Elles permettent au coronavirus d’entrer dans un certain type de cellules pour infecter son hôte. Une mutation du code génétique a donc été la cause de sa capacité pour se transmettre entre les espèces, chez les serpents puis chez les humains. Atlantico.fr, Wuhan : des serpents pourraient être la source de l'épidémie du coronavirus chinois | Atlantico.fr
  • Lorsque le corps produit du sperme ou des ovules, les cellules se réorganisent. Ainsi, au cours de ce processus, qui s'appelle la recombinaison génétique, le nombre de chromosomes dans une cellule passe de 46 à 23. Ainsi, lorsqu'un ovule et un spermatozoïde se rencontrent, ils peuvent former un ensemble génétique complet. Toutefois, une infinité de variations légères dans l’ADN sont à envisager, même si les parents sont les mêmes. So Soir, Etre frère et sœur ne signifie pas avoir le même passé génétique
  • Selon les premières analyses génétiques du SARS-CoV2, le virus issu d’une chauve-souris a nécessité un hôte intermédiaire pour acquérir, par recombinaison et mutation, la capacité d’infecter les humains. Parmi les pistes retenues dans la recherche de l’hôte intermédiaire : le pangolin, une espèce en voie d’extinction, très braconnée. , Covid-19 | Aux origines environnementales de la pandémie… - CIRAD
  • Les analyses génétiques montrent que le SARS-CoV-2 appartient au même groupe des Betacoronavirus que le virus RaTG13, isolé à partir d’une chauve-souris provenant de la province chinoise du Yunnan. Plus récemment, un virus encore plus proche a été isolé chez le pangolin malais. La région particulière de la protéine du virus qui lui permet d’infecter les cellules humaines présente 99 % d’identité avec le SARS-Cov-2 (contre 77 % seulement pour le virus RaTG13, qui n’est pas en mesure de contaminer directement les humains). Cela suggère que SARS-Cov-2 est issu d’une recombinaison entre deux virus différents, l’un proche de RaTG13 et l’autre plus proche de celui du pangolin. Le Monde.fr, « La pandémie de Covid-19 est étroitement liée à la question de l’environnement »
  • recombinaison Cre-lox (PIR1 / PIR2) , Taille globale Les cellules compétentes Marché 2020 | Vue densemble dans le monde entier par lindustrie Taille, Part du marché, les tendances futures, les facteurs de croissance et les principaux acteurs de la recherche Rapport danalyse – JustFamous
  • La chauve-souris est connue pour être un réservoir de coronavirus. Le coronavirus SARS-CoV-2 impliqué dans la pandémie actuelle pourrait être issu d’une recombinaison entre différentes souches virales, impliquant la chauve-souris (Rhinolophe), et une ou d’autres espèces sauvages ou domestiques, pour le moment indéterminées. , Coronavirus. Le pangolin serait innocent pour ce chercheur toulousain, spécialiste de la faune sauvage | Actu Toulouse
  • Muriel Vayssier, la cheffe du département Santé animale de l’INRAE, le fameux institut de recherche agronomique, rappelle que chez les animaux, la maladie résulte d’une recombinaison ; c’est-à dire d’un échange de matériel génétique entre virus et que celui-ci a la « capacité d’infecter l’homme » et de « créer l’épidémie que l’on connaît ». L’article paru dans Terre de Touraine cette semaine explique notamment que la transmission d’une espèce animale à une autre ne vaut que s’il existe un récepteur.  France Bleu, Terre de Touraine : Philippe Guilbert les animaux d’élevage ne sont pas sensibles à la Covid 19
  • Il est également possible de modifier la séquence visée selon ses souhaits. Il faut alors délivrer à la cellule, en plus des nucléases, un brin d’ADN présentant la séquence désirée, flanquée d’extrémités homologues à celles du site de coupure. Un autre système cellulaire de réparation va alors intervenir (la recombinaison homologue) et « incorporer » la séquence d’ADN fournie au moment de la réparation, conduisant à son insertion définitive dans le génome. Inserm - La science pour la santé, Edition génomique | Inserm - La science pour la santé
  • B.G.- Les coronavirus sont de gros virus avec un grand génome à ARN structuré en trois dimensions . Il faut l’imaginer comme une pelote avec de nombreuses boucles entremêlées. Ces virus sont connus pour subir des recombinaisons, notamment au niveau du gène S. Une recombinaison est un échange de fragments de génome qui peut se produire si les molécules génomiques de deux coronavirus différents se rencontrent dans la même cellule hôte. Ce qui peut aboutir à un nouveau virus ayant une cible et une attirance (on parle de  « tropisme ») différentes. Par exemple, chez le porc les virus DEP et GET ont pu recombiner pour donner un nouveau virus GET presque complet ayant le gène de la protéine S du virus DEP. Réussir volailles, « Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan | Réussir volailles
  • Au Danemark, un centre d’insémination artificielle (CIA) porcin a été infecté par une souche de SDRP fin juillet 2019. Cette souche n’avait encore jamais été observée dans le pays car elle est issue d’une recombinaison entre deux souches vaccinales. Ce virus recombinant serait apparu dans un élevage voisin où deux vaccins vivants avaient été utilisés successivement. La nouvelle souche s’est ensuite propagée par la semence des verrats dans une quarantaine d’élevages danois, avec plusieurs milliers d’animaux infectés. La maladie est apparue notamment dans les troupeaux présentant une immunité insuffisante vis-à-vis du SDRP, avec des symptômes cliniques comparables à ceux provoqués par les souches virulentes sauvages. Début novembre, le Danemark a donc décidé de suspendre la commercialisation d’un des deux vaccins utilisés dans les élevages porcins danois, de manière à éviter l’apparition d’autres virus recombinants. Réussir porc | Tech porc, Un centre d’insémination artificielle porcin danois contaminé par un virus SDRP issu de deux souches vaccinales. | Réussir porc | Tech porc
  • Les résultats d'une analyse génomique comparative ont montré que le nouveau coronavirus pourrait provenir de la recombinaison d'un virus de pangolin et d'un virus de chauve-souris, selon une étude menée par des chercheurs chinois. , Étude : Les pangolins pourraient être des hôtes intermédiaires
  • L’agent pathogène a rapidement été identifié, le 10/01/2020, comme un nouveau coronavirus (Covid-19), étroitement lié au CoV du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV). Le nouveau virus partage une analogie de séquence du génome de 80% et 96,3% de similitude génomique avec la séquence du BatCoV RaTG13 issu de la chauve-souris. Ce qui en fait un virus circulant et non le fruit d’une récente recombinaison, a fortiori de laboratoire, comme on l’entend dans le flot de fake news associées à l’épidémie. vih.org, Des molécules anti-VIH à l'étude contre l’épidémie de Covid-19 | vih.org
  • Mais dans la nature, la reproduction entre deux individus donne lieu à ce que l'on appelle des brassages génétiques. Ces brassages passent par la recombinaison des chromosomes, un mélange des informations génétiques paternelles et maternelles, qui produit un génome unique et propre à chaque individu. Ainsi, selon cette logique, lorsque deux papillons portant des motifs différents se croisent, les différentes recombinaisons donneraient des descendants qui ne ressemblent plus à leurs parents mais à un mélange de leurs caractères. Les papillons verraient alors leur ressemblance aux papillons toxiques diminuer au fil des générations. Pourtant, ce n'est pas ce qui se passe chez Heliconius. Les chercheurs ont identifié un supergène, issu d'une hybridation entre Heliconius numata et un individu d'une autre espèce, il y a 2 millions d'années. Composé de 20 gènes indissociables, ce supergène est comme une valise scellée renfermant les gènes responsables de tous les caractères des ailes des papillons permettant la ressemblance avec les papillons toxiques et transmise de génération en génération. Cette architecture originale est permise par l'acquisition, lors de l'hybridation, d'un chromosome remanié qui empêche les recombinaisons. CNRS, Un supergène pour la survie | CNRS
  • Le nouveau coronavirus, apparu en Chine, « est issu d’une recombinaison entre deux virus différents, l’un proche de la chauve-souris et l’autre plus proche du pangolin », explique le ministère des Eaux et Forêts, citant une étude scientifique publiée dans le journal Nature. La Libre Afrique, Coronavirus: le Gabon interdit la consommation de pangolin et de chauve-souris — La Libre Afrique
  • Il a fallu quelques changements au niveau de sa séquence génomique et une recombinaison entre virus de mammifères pour qu’émerge le virus SARS-CoV-2 (famille des Coronaviridae et agent d’une nouvelle maladie humaine, le Covid-19) en novembre 2019 dans la province de Hubei en Chine. Puis qu’il se transmette selon un mode épidémique puis pandémique chez l’homme. Ce passage de barrière d’espèces entre mammifères et l’homme n’avait pas réussi en 2003 lors de l’épidémie de SARS-CoV dans les pays asiatiques, et le virus avait complètement disparu. Politis.fr, Le rôle crucial des tests de dépistage par Emmanuel Drouet | Politis
  • « L’apparition d’une pandémie dépend de la mutation génétique naturelle, ou la recombinaison de souches virales déjà en circulation […] Les experts voient dans les souches hautement pathogènes de la grippe aviaire telles que le H5NA des candidats probables à ce type de transformation, mais d’autres agents pathogènes, comme le Coronavirus du SRAS et divers souches de la grippe auraient les mêmes propriétés. » Welovebuzz, Coronavirus: Bill Gates et la CIA avaient prévenu la population... - Welovebuzz
  • Cette recombinaison, comme ils l'ont montré, est sous le contrôle d'une protéine, nommée PRDM9, qui se lie en des points précis de l'ADN et favorise les échanges d'informations génétiques. Cependant, elle n'agit pas au niveau des éléments transposables (ou transposons), des séquences génétiques mobiles et capables de se multiplier de manière autonome. Ainsi, ces transposons et cette protéine joueraient un rôle important dans l'évolution humaine. Futura, Première : le séquençage complet du génome de spermatozoïdes !
  • Les horloges moléculaires sont basées sur deux processus biologiques clés qui sont la source de toute variation héréditaire : la mutation et la recombinaison. The Conversation, Comment les horloges moléculaires donnent l’heure de l’espèce humaine
  • La protéine inconnue contenait des données importantes, car elle pourrait être le résultat d’une recombinaison génétique qui a eu lieu entre différentes espèces, selon l’équipe de recherche, dirigée par Wei Ji de l’École des sciences médicales de base du Centre des sciences de la santé, de l’Université de Pékin. Chine Magazine, Le nouveau coronavirus viendrait d'un serpent - Chine Magazine
  • Mais plus encore que la réaction à l’urgence de la crise sanitaire, la question se pose de la préparation des gouvernants à un tel phénomène. Car non seulement il n’est pas inédit, mais il était même attendu. On ne compte plus les rapports de prospective de long terme issus d’instances gouvernementales ou non qui pointaient la probabilité de la survenue d’une pandémie de ce type. La mutation et la recombinaison de souches virales sont des phénomènes connus et étudiés. Cette probabilité est d’autant plus grande que la pression des activités humaines sur les écosystèmes sauvages s’accroît sans relâche, induisant, notamment en Asie, une promiscuité entre faune sauvage et populations humaines denses, des conditions idéales pour la transmission inter-espèces. Politis.fr, Coronavirus : Vertige de l’exponentiel par Jérémie Sieffert | Politis
  • Lors de la recombinaison, la matière devient électriquement neutre. Au fur et à mesure que de la matière chargée disparaît, le rayonnement se découple d'elle. Il se propage ensuite librement et forme le fameux fond cosmologique. La pression de radiation et les oscillations acoustiques cessent d'exister, faute de combat entre gravité et rayonnement. Mais les effets des oscillations sont toujours observables aujourd'hui, dans les fluctuations de température du fond cosmologique et la distribution à grande échelle des galaxies. Futura, Comment l’univers est devenu transparent ?
  • Autre élément permettant d’asseoir ces conclusions : les virus créés et naturels ne se ressemblent pas. La nature avance en effet par subtiles mutations, tandis que les scientifiques opèrent par recombinaison de deux souches. « Les virus naturels évoluent plutôt sur des détails, c’est ce qui fait qu’ils s’adaptent. Dès qu’il y a un mélange [artificiel], ça saute aux yeux, continue le responsable du centre d’immunologie et des maladies infectieuses de l’Inserm. On verrait que la protéine d’enveloppe ne correspond pas à la famille habituelle. Dans le cas du SARS-CoV-2, on sait que ce n’est pas un virus bricolé. » Le Monde.fr, L’étrange obsession d’un quart des Français pour la thèse du virus créé en laboratoire
  • Suivant les informations disponibles, Sanofi devrait, pour cela, se servir de sa technologie de recombinaison de l'ADN (ou épissage), qui consiste à retirer des fragments d'ADN de plusieurs organismes puis à les réassembler dans une cellule hôte, explique Sciences et Avenir. CNEWS, Existe-t-il un traitement contre le coronavirus ? | CNEWS
  • Alors que le fléau s’abattait sur l’Europe en février, la critique s’est faite plus insistante. Pourquoi le premier laboratoire mondial en matière de vaccins ne dispose-t-il d’aucune piste sérieuse contre les coronavirus ? Sanofi a contre-attaqué comme il a pu. Le fil s’est d’abord consolidé avec les autorités publiques : un représentant de la firme fait partie de la trentaine d’acteurs de la recherche publique et privée, réunie autour du professeur Jean-François Delfraissy, chargée de conseiller le président Macron. Le groupe est heureux d’annoncer qu’il est associé au ministère américain de la Santé pour développer un candidat vaccin. Celui-ci utilisera une « technologie de recombinaison de l’ADN » tirée de précédents travaux sur le Sras, pourtant vite mise de côté dans les années 2000, mais soudainement ressortie du tiroir, afin de prendre « une longueur d’avance » dans la mise au point d’un vaccin contre le virus. L'Humanité, Sanofi, le virus du profit | L'Humanité
  • Le virus « descend » de la chauve-souris et du singe ? En procédant à une analyse du génome du virus et en comparant les résultats avec les informations génétiques disponibles sur différents virus à différents emplacements géographiques et identifiés chez différentes espèces hôtes, les chercheurs chinois concluent que le 2019-nCoV semble être formé à partir d'une combinaison d'un coronavirus identifié chez les chauves-souris et un autre coronavirus d'origine inconnue. Le virus résultant aurait, de plus, opéré une « recombinaison » d'une protéine virale qui reconnaît et se lie aux récepteurs des cellules hôtes : une liaison essentielle pour permettre aux virus de pénétrer dans les cellules hôtes, d’entraîner l’infection et la maladie. Enfin, l'équipe apporte des preuves de la présence également de nCoV 2019 chez des serpents avant sa transmission à l'Homme. La recombinaison opérée au sein de la protéine de liaison aux récepteurs viraux pourrait notamment avoir permis ou facilité la transmission entre les espèces du serpent à l'homme. santé log, 2019-nCoV : Le serpent, le réservoir le plus probable du coronavirus | santé log
  • En outre, ajoute M. Weir, une des séquences est présente à l’identique chez un coronavirus qui infecte les chauves-souris, et les trois autres se trouvent également chez ce même virus, bien qu’avec un certain degré de mutation. Comme les coronavirus sont connus pour faire des «aller-retour» entre la chauve-souris et l’espèce humaine, cela en fait une source beaucoup plus probable qu’une recombinaison avec le VIH. La Tribune, Vérification faite: des bouts de VIH dans le coronavirus? | Le fil des régions | Actualités | La Tribune - Sherbrooke
  • genOway conçoit et développe des modèles de recherche précliniques, à partir de cellules ou de rongeurs, à destination des laboratoires de l'industrie pharmaceutique, des sociétés de biotechnologies et de la recherche universitaire. En s'appuyant sur une plateforme technologique unique, constituée de licences mondiales exclusives (recombinaison homologue, CRISPR/Cas9), genOway est en mesure de proposer à ses clients des modèles de recherche innovants permettant d'étudier les effets d'un gène ou d'un médicament thérapeutique sur un organisme « humanisé ». , Informations sur la société GENOWAY - Actusnews Wire
  • Au début était le Big Bang. Puis vint l’inflation, la formation des protons, la nucléosynthèse primordiale, la recombinaison des électrons aux noyaux atomiques, et la diffusion de la lumière, puis l’expansion, jusqu’à aujourd’hui, 13,77 milliards d’années plus tard. Ce modèle-là, théorique faut-il le rappeler, est relativement stable. Mais après, que se passe-t-il ensuite ? L’univers va continuer à s’étendre, et les modèles à quelques centaines de millions, voire quelques milliards d’années sont à peu près solides. Mais plus loin, beaucoup plus loin, que se passera-t-il dans des milliards de milliards d’années ? Est-ce que l’univers a une fin ? Si oui, quelle est-elle ? France Culture, Fin de l’univers : et après ?
  • «De nombreuses mutations aléatoires et événements de recombinaison sont nécessaires avant qu’un virus transmis par une chauve-souris puisse infecter l’homme. Généralement, un hôte intermédiaire et une interaction constante sont nécessaires pour que cela se produise», renseigne la chercheuse postdoctorale Diana Moreno Santillán, à l’Université Texas Tech. Le Journal de Québec, Les chauves-souris dans la mire de chercheurs | JDQ
  • Pour rappel, les anti-PARP bloquent la réparation de l’ADN dans les tumeurs porteuses d’un défaut de recombinaison autologue dont font partie les mutations BRCA1 et BRCA2. Medscape, SOLO2 : de nouvelles données de survie globale assoient la place de l’olaparib dans le cancer de l’ovaire
  • Quand Claro compare les particules captives dans une chambre close à des idées « qui, ayant en apparence épuisé toutes les combinaisons possibles, persistent néanmoins à former de nouvelles chimères », il faut le prendre à la lettre. Sub­stance, le roman qu’il publie cet automne, peut être lu comme une recombinaison de plusieurs ­romanesques possibles, roman familial, roman d’initiation, roman spirite. L'Humanité, Aventures de Benoit Sanflex, marchand d’ectoplasmes | L'Humanité

Traductions du mot « recombinaison »

Langue Traduction
Anglais recombination
Espagnol recombinación
Italien ri combinazione
Allemand rekombination
Chinois 重组
Arabe إعادة التركيب
Portugais recombinação
Russe рекомбинация
Japonais 組み換え
Basque birkonbinazio
Corse recombinazione
Source : Google Translate API

Recombinaison

Retour au sommaire ➦

Partager