La langue française

Réalimentation

Sommaire

  • Définitions du mot réalimentation
  • Étymologie de « réalimentation »
  • Phonétique de « réalimentation »
  • Citations contenant le mot « réalimentation »
  • Images d'illustration du mot « réalimentation »
  • Traductions du mot « réalimentation »

Définitions du mot réalimentation

Trésor de la Langue Française informatisé

alimentation , subst. fém.Action de réalimenter. Cet amaigrissement s'accompagne d'une fatigue intense avec perte de l'appétit pratiquement totale. Toute tentative de réalimentation est mal supportée (Quillet Méd.1965, p. 491).

Wiktionnaire

Nom commun

réalimentation \ʁe.a.li.mɑ̃.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de réalimenter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « réalimentation »

 Dérivé de réalimenter avec le suffixe -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réalimentation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réalimentation realɛ̃ɑ̃tasjɔ̃

Citations contenant le mot « réalimentation »

  • Les équipes d'EDF sont toujours mobilisées sur des chantiers de réparation dans les secteurs nord, sud et centre de l'île. Les communes où la réalimentation interviendra le plus rapidement sont St Joseph, Morne-Rouge, St Pierre, Ste Luce et Rivière-Pilote.  RCI, EDF: 3150 clients toujours privés d'électricité | RCI
  • Il y a l’eau du robinet, celle, potable, que nous consommons sans même plus y penser, il y a celle que prélèvent les activités agricoles et industrielles et il y a celle aussi qui contribue à faire vivre la biodiversité de nos rivières… Un équilibre de plus en plus menacé par le réchauffement climatique et de plus en plus difficile à maintenir chaque été. Depuis la nuit dernière, la réalimentation de la Garonne a ainsi été portée à 16 m3/s avec de l’eau en provenance du lac d’Oô en Haute-Garonne et pour les deux tiers depuis les lacs ariégeois de Laparan et de Soulcem. Soit 1,4 million de mètres cubes par jour. "Dans la traversée de Toulouse, cela représente quasiment un tiers de l’eau qui passe aujourd’hui au Bazacle et on pourra atteindre les 50 % si nécessaire au mois d’août", souligne Jean-Michel Fabre, vice-président du conseil départemental de la Haute-Garonne en charge du Développement Durable et président du syndicat mixte d’étude et d’aménagement de la Garonne (Sméag). Ce niveau de lâchers est historique pour la saison. Car une fois encore, le déficit en neige des Pyrénées a provoqué une entrée en étiage précoce. Le seuil d’alerte a ainsi été atteint dès le 20 juillet à Lamagistère dans le Tarn-et-Garonne, ce qui représente le 14e franchissement le plus précoce en un demi-siècle. "L’objectif des réalimentations est d’éviter les restrictions de prélèvements sur l’ensemble du fleuve, des Pyrénées à l’estuaire, et de maintenir le débit nécessaire au bon fonctionnement des milieux aquatiques, poursuit Jean-Michel Fabre. Le volume de l’eau est aussi important pour sa qualité en prévenant les concentrations de pollution et la hausse de sa température. Chaque été, la situation est de plus en plus tendue, elle appelle une gestion globale de nos ressources en eau pour jouer sur différents leviers. En premier lieu, les économies de consommation bien sûr, l’augmentation de nos capacités de stockage en amont et l’adaptation de notre agriculture et de notre industrie pour limiter les prélèvements". C’est tout le sens du projet de territoire Garon’Amont, finalisé cette année, qui hiérarchise la mise en application des 130 mesures proposées par un panel citoyen composé d’une trentaine de personnes. Mais la (bonne) gestion de l’eau, c’est d’abord de l’argent. La réalimentation actuelle représente 86 000 euros par jour financés par l’agence de l’eau Adour Garonne et par le Sméag. "Et en cas de déstockage de la totalité des volumes réservés, soit 70 millions de mètres cubes la dépense totale représentera jusqu’à 5 millions d’euros pour l’année", précise Jean-Michel Fabre. Pour ne pas en arriver là, si la situation est actuellement sous contrôle avec trois mois de soutien d’étiage en réserve, une prise de conscience est nécessaire. "La Garonne est l’affaire de tous, il faut économiser l’eau à son échelle de façon citoyenne", rappelle Jean-Michel Fabre. À bon entendeur… ladepeche.fr, Toulouse. Garonne : les enjeux du bon débit de l’eau - ladepeche.fr
  • Une interdiction totale de prélèvements sur le Tescou non réalimenté est également prise, en cohérence avec le département du Tarn. Le 16 juillet 2020, le comité de l’eau s’était réuni pour faire le point sur la situation hydrologique en ce début de période d’étiage. Après un automne 2019 et un hiver 2020 légèrement excédentaires en termes de cumul de précipitations sur les bassins de la Garonne et de l’Ariège, la pluviométrie du printemps a été proche de la normale. Les épisodes pluvieux des mois de mai et de juin, ayant apporté localement des cumuls significatifs, ont permis d’avoir des débits proches d’une situation moyenne en juin. Depuis, en raison de la hausse notable des températures et de l’absence de précipitations significatives en juillet, la situation s’est aggravée, avec une baisse des débits qui s’accélère. En conséquence, le comité de l’eau a proposé des restrictions d’usage de l’eau de façon précoce sur les cours d’eau ne bénéficiant pas de réalimentation à partir de retenues. Par ailleurs, une baisse des débits est également observée sur les grands axes et notamment la Garonne, ce qui devrait engendrer le démarrage du soutien d’étiage depuis les barrages d’ici quelques jours. ladepeche.fr, L’usage de l’eau est restreint - ladepeche.fr
  • Cet OSH a rassemblé les représentants de la profession agricole, des gestionnaires de la réalimentation des cours d’eau, des associations environnementales, du Conseil départemental, de l’Office Français de la Biodiversité et de la Direction Départementale des Territoires. petitbleu.fr, Premières restrictions de prélèvement d’eau - petitbleu.fr
  • Après la constitution des différentes commissions le conseil municipal a élu des représentants à différentes instances : au PNRCQ : M-J. Elias et D. Garbe, au conseil d’administration du collège : F. Garrigues et M. Sylvestre, au centre de gestion de la fonction publique : M-F. Ruaud, au conseil de surveillance de l’hôpital : M. Sylvestre, C. Deleuze, à la fédération départementale d’électricité du Lot : R. Puech, P. Bramond, C. Deleuze, M-F. Ruaud, au syndicat mixte de réalimentation en eau potable du Limargue : M. Sylvestre, R. Puech, M-F. Ruaud, V. Rouquié. Les indemnités du maire et des adjoints ont été votées dans le respect des taux fixés par le code général des collectivités territoriales. Roland Astoul a souligné que vu la conjoncture actuelle le maire et les adjoints auraient pu faire des efforts et baisser leurs indemnités. Le maire lui a répondu que son engagement financier pour la commune était bien supérieur à son indemnité. Le conseil a décidé ensuite de ne pas accorder cette année d’indemnité au receveur vu que celui-ci n’a pas été sollicité pour des conseils autres que les prestations obligatoires inhérentes à sa fonction. Le conseil à l’unanimité a adopté les taux des contributions directes pour 2020. Ils sont identiques à ceux de 2019. En raison de sa participation active aux mesures de prévention et de contrôle durant la crise, le conseil municipal a décidé d’accorder une prime exceptionnelle au brigadier-chef de la police municipale. Roland Astoul pense que d’autres personnes ont aussi été exposées et que le policier n’a fait que son travail. Le maire lui a répondu que les autres employés municipaux qui travaillaient pendant la crise n’étaient pas exposés au public. La participation des communes extérieures aux frais de fonctionnement des différentes écoles publiques pour 2019 a été votée : 691 €/élève (école élémentaire) et 1 653 €/élève (école maternelle). La participation de la commune aux frais de fonctionnement de l’école privée Ste Hélène s’élève à 59 030 €. Suite à la période de l’état d’urgence sanitaire il a été décidé d’augmenter à titre gratuit de 20 % la superficie du domaine public des commerçants. ladepeche.fr, Gramat. Indemnités des élus, participation aux frais des écoles - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « réalimentation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réalimentation »

Langue Traduction
Anglais recharge
Espagnol recargar
Italien ricaricare
Allemand aufladen
Chinois 充值
Arabe تعبئة رصيد
Portugais recarrega
Russe перезарядка
Japonais 充電する
Basque karga
Corse recarga
Source : Google Translate API
Partager