La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « purépecha »

Purépecha

Définitions de « purépecha »

Wiktionnaire

Adjectif - français

purépecha \pu.ʁe.pe.tʃa\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à un peuple amérindien qui domina le Michoacán au Mexique et y vit actuellement.
    • Une autre créatrice française, Isabel Marant, avait déjà présenté ses excuses en novembre 2020 après avoir été accusée d’avoir plagié les motifs d’artisans purépecha pour l’un de ses manteaux.— (Sézane : la marque française présente ses excuses pour une vidéo au Mexique avec une femme zapotèque, Le Monde, 13 janvier 2022)

Nom commun - français

purépecha \Prononciation ?\ masculin au singulier uniquement

  1. Langue amérindienne isolée parlée au Mexique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « purépecha »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
purépecha pyrepɛʃa

Évolution historique de l’usage du mot « purépecha »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « purépecha »

  • Prenons la route du Mexique pour une partie de pelote Purépecha, un sport qui ressemble un peu au hockey sur gazon. Une légende au Mexique raconte que ce sport est né pendant l’ère précolombienne. Quand Mars, la 5ème étoile est née, elle aurait déclenché des catastrophes naturelles contre la terre. Pour rétablir un équilibre dans le cosmos, le peuple Purépecha aurait alors inventé ce sport. Des vestiges de ce jeu, vieux de 3 500 ans ont d’ailleurs été retrouvés au Mexique. , Au Mexique, la Pelota Purépecha est un sport national ! (vidéo)
  • Par ses décors et son style, le Templo de Santiago Apostol était unique et extrêmement précieux. Avec ses murs peints, son plafond très ouvragé, décoré d’anges et de motifs colorés, et son chœur à balcon sculpté, qui présente des influences gothiques, romanes et mauresques, l’église était un témoignage unique du style néo-hispanique Purépecha. Inspirée du style mudéjar et préfigurant la période baroque néo-hispanique, elle faisait originellement partie d’un ensemble de bâtiments imaginés par l’évêque Vasco de Quiroga (1470/78-1565), qui rêvait d’une communauté inspirée de l’Utopie de Thomas More. Connaissance des Arts, La « Chapelle Sixtine » du Mexique et ses décors du XVIIe siècle ravagés par un incendie
  • Tous s'inspirent de l'emblématique Cheran, une ville purépecha du Michoacan qui en 2011 est parvenue à abolir le multipartisme pour le remplacer par un système électoral basé sur ses us et coutumes. Le Point, "Jusqu'à la victoire!": des indigènes mexicains contre les élections - Le Point
  • Tous les quatre ans, une poignée de coureurs issus des tribus Apache, Tohono O’odham, Seri, Purépecha ou encore Maya se lancent pour de longs mois sur les routes et les sentiers américains. Une course sacrée visant à renforcer l’unité entre toutes les premières nations indigènes d’Amérique du Nord, centrale et du Sud. Terriblement éprouvant, ce périple est monté avec des moyens de fortune, raconte Noé Alvarez dans « 10 000 km », récit autobiographique qui vient tout juste de paraître en France. « Ne sois jamais comme moi. Sors-toi d’ici dès que tu peux » . Toute son enfance Noé Alvarez, aura entendu ce discours de son père, descendant de l’indigène Purépecha, né dans un territoire mexicain non cartographié. Poussé par la faim il a fait le voyage vers le nord à l’âge de 16 ans, travaillant un temps dans les champs de houblon de Washington, avant d’être expulsé et de revenir aux États-Unis avec l’aide d’un passeur. Quant à sa mère, née dans l’État mexicain de Michoacán, elle a fui à 15 ans pour les Etats-Unis et Yakima, petite ville située à quelque 230 km au sud-est de Seattle où l’exploitation agricole intensive est reine. Et il suffit à Noé Alvarez de voir le corps de cette femme sans âge, ses doigts déformés par les tendinites à force de manipuler les fruits, pour comprendre que son propre avenir se résume à deux options. Trimer dans les champs, comme ses parents. Ou briller à l’école et rentrer à la fac : devenir la première personne de sa famille à aller l’université. Noe choisira la deuxième voie.  « Je courais parce que je voulais guérir » Bon élève, il obtient une bourse d’études complète pour le Whitman College de Walla Walla, dans l’Etat de Washington. Son avenir semble alors assuré et, dans la foulée, celui de ses parents. Las, à la fac, tout ne se passe pas comme prévu. Isolé, déconnecté de ses camarades, majoritairement… Outside.fr – Toute l'actualité Outdoor et Société, « 10 000 km » , l’ultra le plus long du monde : plus qu’une compétition, une rédemption pour les amérindiens spoliés de leurs terres
  • Les chercheurs ont également remarqué d’étranges caractéristiques. Les temples et les places ouvertes sont localisés à huit emplacements autour des frontières de la cité, plutôt qu’en son centre, comme c’est classiquement l’usage précolombien. En outre, ils ont également découverts des pyramides, des routes, des jardins et des parcs, des terrains de jeu ainsi que des cimetières. Ces derniers se sont d’ailleurs révélés très intéressants pour la compréhension des rites funéraires des Purépecha. Trust My Science, Cette cité précolombienne comptait autant de bâtiments que Manhattan
  • Fort du mythe de l’épée Purépecha qui servit à défendre leur territoire, ils se sont organisés.  Le Journal de Montréal, Mexique: la révolte «écologique» des indigènes de Chéran | JDM

Purépecha

Retour au sommaire ➦

Partager