La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « prytanée »

Prytanée

Définitions de « prytanée »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRYTANÉE, subst. masc.

A.− HIST. ANC. Dans les cités grecques, édifice public abritant le foyer où brûlait le feu perpétuel, lieu où le peuple invitait à prendre leur repas les personnes qu'il voulait honorer (ambassadeurs, citoyens méritants), où les prytanes se réunissaient et assuraient une permanence. On aimait la patrie (...) parce que chez elle on trouvait un prytanée, un feu divin, des fêtes (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 482).
B.− P. anal. [En France]
1. Aux xviiieet xixes., établissement fondé en faveur de ceux qui avaient bien mérité de la patrie, dans le domaine des arts, des lettres. V. philotechnique ex. de A. Daudet.
2. Établissement d'éducation secondaire fondé sous la première République, à Paris puis dans quelques autres lieux, destiné à des élèves méritants ou aux fils de personnes ayant rendu des services à l'État (militaires en particulier), touchant généralement une bourse de l'État et pouvant avoir ensuite accès à des études supérieures ou à un poste dans l'administration (d'apr. Demn.-Fourm. Enseign. 1981). Les prytanées furent peu après transformés en lycées, sauf celui de Saint-Cyr qui, transféré dans le fameux collège des jésuites de La Flèche, devint par la suite une école militaire (d'apr. Demn.-Fourm. Enseign.1981).
En partic., auj. Le Prytanée. L'école militaire secondaire de La Flèche, réservée principalement aux fils de militaires des armées de terre et de mer qui se destinent à une carrière dans les armes. J'y allai [à La Flèche] rejoindre mon beau-frère, alors professeur au Prytanée (Gide, Journal,1935, p. 1223).
Prononc. et Orth. : [pʀitane]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Antiq. gr. a) 1556 subst. fém. prytanée « lieu où étaient entretenus et logés aux frais de l'État les citoyens qui avaient bien mérité de la patrie » (Saliat, trad. Hérodote, V, 67 ds Hug.); 1579 subst. masc. (Lostal, Disc. philosophiques, 230 ds Delb. Notes mss : Les sciences vilipendées, les prytanées presque mis en friche); b) 1680 (Rich. : Pritanée. C'étoit aussi un lieu où les Magistras s'assembloient, tenoient conseil et rẽdoient la justice); d'où 2. 1743 « établissement fondé en faveur de ceux qui ont bien mérité de la Patrie » (Pellisson-Fontanier, D'Olivet, Hist. de l'Ac. Fr., t. 1, chap. 2, p. 91); av. 1800 nom donné, en France, à divers établissements d'enseignement destinés aux boursiers de l'État d'apr. Brunot t. 9, p. 1113; 1803 (Boiste : Prytanée, collège). Empr. au lat. prytaneum « prytanée, résidence des prytanes », du gr. π ρ υ τ α ν ε ι ̃ ο ν « prytanée, édifice public des villes grecques, pour y entretenir le foyer sacré et y nourrir les hôtes publics et les pensionnaires de l'État », dér. de π ρ υ ́ τ α ν ι ς, v. prytane. Cf. le gr. π ρ υ τ α ν ε ι ́ α « charge de prytane », d'où le m. fr. prytannie, prytannee chez Oresme, Politiques, éd. A. D. Menut, p. 216b et 275b. Fréq. abs. littér. : 33.

Wiktionnaire

Nom commun - français

prytanée \pʁi.ta.ne\ masculin

  1. (Antiquité) Édifice qui était destiné à l’habitation des prytanes et qui servait encore à d’autres usages civils et religieux, dans la Grèce antique.
    • La plupart des villes considérables de la Grèce avaient leur prytanée.
    • Chez les Athéniens, on entretenait dans le prytanée les citoyens qui avaient rendu des services importants ou qui avaient remporté des prix aux jeux olympiques.
  2. (Histoire) Maison d’instruction publique, avant le rétablissement de l’université.
    • Il avait été élevé au prytanée.
    • Les prytanées actuellement existans seront organisés, par le Gouvernement, en écoles militaires. — (Jean-Antoine Chaptal, Rapport et projet de loi sur l’Instruction publique, p. 120, Deterville, Paris, 1801)
  3. (Militaire) (France) Lycée militaire.
    • Les prytanées actuellement existans seront organisés, par le Gouvernement, en écoles militaires. — (Jean-Antoine Chaptal, Rapport et projet de loi sur l’Instruction publique, p. 120, Deterville, Paris, 1801)
    • Au cours de ces entretiens, le Kommandeur évoquait ses souvenirs, son enfance et sa jeunesse au prytanée militaire de Plön où il avait été élevé en même temps que les fils du Kaiser (...).— (Michel Tournier, Le Roi des aulnes, 1970)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PRYTANÉE. n. m.
T. d'Antiquité grecque. Édifice qui était destiné à l'habitation des prytanes et qui servait encore à d'autres usages civils et religieux. La plupart des villes considérables de la Grèce avaient leur prytanée. Chez les Athéniens, on entretenait dans le prytanée les citoyens qui avaient rendu des services importants ou qui avaient remporté des prix aux jeux Olympiques. Avant le rétablissement de l'Université, on appelait ainsi une Maison d'instruction publique. Il avait été élevé au prytanée. On appelle encore aujourd'hui Prytanée le Collège militaire de La Flèche.

Littré (1872-1877)

PRYTANÉE (pri-ta-née) s. m.
  • 1 Terme d'antiquité grecque. Édifice où s'assemblaient les prytanes, et qui servait à différents usages civils et religieux. À Athènes, les prytanes, des ambassadeurs revenus de mission, des citoyens qui avaient rendu des services, des généraux victorieux étaient nourris dans le prytanée aux frais de l'État. Je me condamne [dit Socrate] à être nourri le reste de mes jours dans le prytanée aux dépens de la république, Rollin, Hist. anc. liv. IX, ch. 4, § 7.

    Fig. La pensée qu'il [le cardinal de Richelieu] avait de vous faire directeurs de ce riche et pompeux prytanée des belles-lettres, dans lequel, par un sentiment digne de l'immortalité dont il était si amoureux, il voulait placer l'Académie française le plus honorablement du monde, et donner un honnête et doux repos à toutes les personnes de ce genre qui l'auraient mérité pour leurs travaux, Pellisson, Hist. de l'Acad. II.

    À Athènes, tribunal auquel on déférait les cas où des objets inanimés avaient causé mort d'homme.

  • 2En France, établissement d'éducation, fondé sous la République pour instruire, nourrir et entretenir gratuitement les fils de ceux qui avaient rendu des services à l'État, surtout des militaires. Le prytanée fut d'abord établi au collége Louis-le-Grand, puis transféré en 1803 à Saint-Cyr, et plus tard à la Flèche, lorsque l'empereur Napoléon envoya à Saint-Cyr l'École militaire qui occupait une partie du château de Fontainebleau.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRYTANÉE, s. m. (Ant. grecq.) πρυτανεῖον, vaste édifice d’Athènes & d’autres villes de la Grece, destiné aux assemblées des prytanes, au repas public, & à d’autres usages.

La Guilletiere dit qu’on voyoit encore de son tems, près du palais de l’archevêque, les ruines du prytanée d’Athènes, ce tribunal où s’assembloit les cinquante sénateurs qui avoient l’administration des affaires de la république.

C’étoit dans le prytanée qu’on faisoit le procès aux fleches, javelots, pierres, épées, & autres choses inanimées qui avoient contribué à l’exécution d’un crime ; on en usoit ainsi, lorsque le coupable s’étoit sauvé ; & nous gardons encore parmi nous quelque chose de cet usage, lorsque pour faire plus d’horreur d’un parricide, & d’un assassinat énorme, on comprend dans les suites du supplice, l’anéantissement des poignards ou des couteaux qui ont été les instrumens du crime.

C’étoit dans une salle du prytanée que mangeoient les prytanes avec ceux qui avoient l’honneur d’être admis à leur repas ; & Pausanias observe que cette salle où se donnoient les repas, étoit appellée δόλος. Les lois de Solon étoient affichées dans cette salle, pour en perpétuer le souvenir. Les statues des divinités tutélaires d’Athènes, Vesta, la Paix, Jupiter, Minerve, &c. y étoient posées pour agréer les sacrifices qui se faisoient avant l’ouverture des assemblées publiques & particulieres. Dans la même salle étoient les statues des grands hommes qui avoient donné leur nom aux tribus de l’Attique, celle du fameux Antolique y étoit aussi, & celles de Thémistocles & de Miltiades servirent dans la suite à la flaterie des Athéniens, qui par une inscription postérieure, en firent honneur à un romain ou à un thrace.

On y recevoit les ambassadeurs dont on étoit content, le jour qu’ils avoient rendu compte à la république de leurs négociations. On y admettoit aussi le jour de leur audience, les ministres étrangers qui venoient de la part des princes, ou des peuples allies, ou amis de la république d’Athènes. Les ambassadeurs des Magnésiens furent admis à ce repas, lorsqu’ils eurent renouvellé le traité d’alliance avec le peuple de Smyrne.

C’étoit un honneur singulier que d’être admis au repas des prytanées hors des tems de la fonction des sénateurs, & les Athéniens dans les commencemens fort réservés à cet égard, n’accorderent une distinction aussi flateuse, que pour reconnoissance des services importans rendus à la république, ou pour d’autres grands motifs. Les hommes illustres qui avoient rendu des services signalés à l’état, y étoient nourris eux & leur postérité aux dépens du public. Quand les juges de Socrate lui demanderent selon l’ordonnance quelle peine il croyoit avoir méritée, il répondit qu’il croyoit avoir mérité qu’on lui décernât l’honneur d’être nourri dans le prytanée aux dépens de la république. Par une considération particuliere pour le mérite de Démosthène, on lui fit ériger une statue dans le prytanée ; son fils ainé, & successivement d’ainé en ainé, jouirent du droit de pouvoir y prendre leur repas.

L’idée que l’on avoit de l’honneur que les vainqueurs aux jeux olympiques faisoient à leur patrie, détermina l’état à leur accorder la faveur d’assister aux distributions & aux repas des prytanes ; & c’est ce qui fonde le reproche fait aux Athéniens du jugement injuste qu’ils avoient porté contre Socrate, qui méritoit à bien plus juste titre la distinction honorable d’être nourri dans le prytanée, qu’un homme qui aux jeux olympiques avoit le mieux su monter à cheval, ou conduire un char ; mais on n’avoit rien à objecter à la faveur accordée aux orphelins dont les peres étoient morts au service de l’état, d’être nourris dans le prytanée, parce que ces orphelins entroient sous la tutelle spéciale du sage tribunal des prytanes.

Il paroit de ce détail quel étoit l’usage d’une partie des vivres que l’on mettoit dans les magasins du prytanée. L’autre partie servoit aux distributions réglées qui se faisoient à certains jours aux familles qu’une pauvreté sans reproche mettoit hors d’état de pouvoir subsister sans ce secours, qui par autorité publique étoit distribué proportionnellement au nombre de têtes qui les composoient.

Callisthènes rapporte dans Plutarque que Polycrite, petite fille d’Aristide, à la considération de cet illustre aïeul, fut employée sur l’état des prytanes, pour recevoir chaque jour trois oboles, ne pouvant à cause de l’exclusion donnée à son sexe, prendre ses repas dans l’enceinte du prytanée.

La plus grande partie des villes de la Grece & de l’orient avoient des prytanes, & un prytanée. Il y en avoit à Mégare, à Olympie dans l’Elide, à Lacédémone, &c. Denys d’Halycarnasse a fait une comparaison assez suivie des tribunaux des Romains répandus dans les différentes villes de la république, avec les tribunaux des Grecs établis dans les différentes villes de l’enceinte de la Grece. Le lecteur peut voir la liste des prytanées de la Grece dans les mémoires de littérature. Il seroit facile, d’après les médailles & les inscriptions, d’y ajouter les noms de quelques-uns qui ont été omis ; mais je me contenterai d’observer que le prytanée de Cyzique passoit, après celui d’Athènes, pour le plus superbe de tous : il renfermoit dans son enceinte quantité de portiques dans lesquels étoient placées les tables des festins publics. Il fut ordonné par le decret du senat & du peuple de Cyzique rapporté par Spon, que la statue d’Apollodore de Paros seroit placée près les tables du premier portique dorique. Tite-Live, l. XLI. c. 20, rapporte que Persée, dernier roi de Macédoine, fit présent d’un service d’or pour une des tables du prytanée de cette ville.

Enfin il ne faut pas oublier de remarquer que comme on conservoit le feu de Vesta sur un autel particulier qui étoit dans le prytanée d’Athènes, & dont le soin étoit commis à des femmes veuves appellées prytanitides ; il arriva dans la suite du tems, qu’on appella du nom de prytanée tous les lieux où l’on conservoit un feu sacré & perpétuel. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prytanée »

Πρυτανεῖον, de πρυτανὶς, prytane.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du grec ancien πρυτανεῖον, prutaneĩon (« prytanée »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prytanée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prytanée pritane

Citations contenant le mot « prytanée »

  • Jusqu’au dimanche 2 août, 17 h 30 à 19 h, prytanée national militaire, entrée de service, cour de Crédence, rue du Parc. Tarif : 12 €. Contact et réservation : 02 43 38 16 83. , Sarthe. Des idées de sorties dans le département lundi 27 juillet - Le Mans.maville.com

Traductions du mot « prytanée »

Langue Traduction
Anglais prytaneum
Espagnol prytaneum
Italien prytaneum
Allemand prytaneum
Chinois ry
Arabe البريتانيوم
Portugais pritaneu
Russe prytaneum
Japonais プリタネウム
Basque prytaneum
Corse prittanu
Source : Google Translate API

Synonymes de « prytanée »

Source : synonymes de prytanée sur lebonsynonyme.fr

Prytanée

Retour au sommaire ➦

Partager