La langue française

Prosimètre

Définitions du mot « prosimètre »

Wiktionnaire

Nom commun

prosimètre \pʁo.zi.mɛtʁ\ masculin

  1. Texte faisant alterner passages en prose et passages en vers
    • Plus que sur une répartition fonctionnelle des vers et de la prose (sur une opposition stricte du movere et du docere, du faux et du vrai), le prosimètre des Grands Rhétoriqueurs, forme mixte, forme totale, est fondé sur leur connivence et leur convergence. — (Le prosimètre à la Renaissance, résumé, ( 2005 ).)
    • La première partie du XIXe siècle a vu fleurir des prosimètres spécialisés, qui prennent la forme de lettres galantes tout en relevant de la vulgarisation des savoirs scientifiques. Comment prose et vers négocient-ils ici, non seulement leurs relations mutuelles, mais leurs relations respectives au didactisme ? — (Le prosimètre didactique et scientifique de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle, résumé, ( 2014 ).)
    • Ce prosimètre, dont l’intitulé est déjà fort révélateur, dépeint sur le vif les maux effroyables qui s’abattirent sur l’État bourguignon suite à la cruelle disparition du duc Charles. — (Le Moyen âge : bulletin mensuel d'histoire et de philologie , ( 1991 ).)
    • L’objet de cette thèse est de montrer l’intérêt de placer les textes auriséculaires qui font alterner prose et vers sous la bannière du prosimètre, terme que nous définissons dans l’histoire littéraire, et dont nous retraçons les contours, à la frontière des notions de genre et de style. — (Le prosimètre dans la littérature espagnole du Siècle d’Or, résumé, ( 2008 ).)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « prosimètre »

(Date à préciser) Du latin tardif prosimetrum, lui-même constitué de deux mots soudés par la lettre i, prosa (« la forme ordinaire du discours, sans règles de versification ») et metrum (« la mesure d’un vers »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prosimètre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prosimètre prɔsɛ̃ɛtr

Citations contenant le mot « prosimètre »

  • Le prosimètre, « ambigu de Vers & Prose » (anonyme, 1662), usage conjoint du « discours mesuré » et du « discours libre » (Jaucourt, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert), est une technique de création littéraire fort ancienne, puisqu’on en trouve des exemples dès l’Antiquité, dans les satires dites « ménippées » (Ménippe, Varron, le Sénèque de l’Apocoloquintose), dans le Satiricon de Pétrone ou dans le De consolatione philosophiae de Boèce. La littérature médiévale ne l’a pas ignoré (Aucassin et Nicolette, chanson de toile ; Guillaume de Machaut, Le Livre du voir dit), ni non plus les grands rhétoriqueurs (Le Temple d’honneur et de vertus, Lemaire de Belges, 1504). Dans les siècles suivants, les textes « mêlés de prose et de vers entrelardés » (La Satyre ménippée, 1594) ne manquent pas dans l’espace français, que ce soient des textes destinés prioritairement à être lus ou à être représentés. , Du prosimètre au poème en prose, de L’Astrée aux Petits Poèmes en prose (Caen)
  • 1Cet élégant volume rassemble la plupart des interventions d’un colloque organisé par Christine Dupouy du 3 au 5 octobre 2013 à l’Université François‑Rabelais de Tours, et s’interroge sur les rapports, complexes, de la prose et du vers selon une perspective diachronique qui ordonne la quinzaine de contributions recueillies. La richesse du volume est immédiatement perceptible, les relations de la prose et du vers ici envisagées étant multiples, du prosimètre au récit poétique, de la prose poétique à la question du « vers libre ». La notion de poème en prose, déjà largement explorée, de Suzanne Bernard à Yves Vadé, comme le rappelle à juste titre Ch. Dupouy elle‑même dans son « Avant‑propos », est gardée à distance, sans toutefois être perdue de vue. Elle figure dans le volume comme un horizon par rapport auquel la prose poétique brève (comme celle des « contes cruels » d’André Pieyre de Mandiargues, étudiée par Marie‑Paule Berranger) ou les frontières ténues entre prose et vers dans la poésie contemporaine (mises en question par Michel Collot dans une vue d’ensemble singulièrement pénétrante, mais aussi chez Frénaud ou chez Du Bouchet, étudiés respectivement par Françoise Rouffiat et Anne Mortal) peuvent être situées de manière plus exacte. , Vers & prose : alternances, hybridations, tensions (Acta Fabula)
  • 10  Michel Sandras, « Jacques Réda ou le prosimètre moderne », in : Poétique, n° 125, Paris : Le Seuil, février 2001, p.51-61. , Réda : retour et reconnaissance (Acta Fabula)
  • Spécificités de la répétition dans les parties non versifiées d'un prosimètre ? Le cas particulier du Baratre infernal de Regnaud Le Queux (1480) , V. Magri, Ph. Wahl (dir.), Répétition et signifiance. L'invention poétique
  • Les genres poétiques et les traditions de composition concernés sont certes nombreux et très variés, mais ils gagneront à être abordés ensemble. On mentionnera, sans aucune exclusive : les poèmes didactiques ou satiriques en latin ; la poésie héroïque ou épique en vieil anglais ou en ancien français, puis bien sûr le roman courtois ; la poésie scaldique en vieux norrois ; la poésie encomiastique galloise. On n’oubliera pas non plus que l’on trouve parfois mention de traditions de composition orale dans d’autres langues pour lesquelles, en particulier dans les deux premiers siècles étudiés, les attestations écrites font le plus souvent défaut. À côté de quelques grandes œuvres en vers ou prosimètres qui s’imposent tout de suite à notre attention –pensons, là encore sans exclusive, au De moribus de Dudon, à l’Encomium Emmae Reginae, au Draco Normannicus d’Étienne de Rouen, à la Geste de Robert Guiscard de Guillaume de Pouille, au Roman de Rou de Wace ou encore aux poèmes scaldiques composés en l’honneur de Cnut le Grand – l’étude de fragments poétiques parfois très ténus, mais dont la dimension politique est cruciale, fera donc pleinement partie des objectifs du colloque. , Poésie et politique dans les mondes normands médiévaux (IXe-XIIIe siècle) : appel à communication pour un colloque international
  • Dans l’après-Seconde Guerre mondiale, et jusqu’à aujourd’hui, les rapports cinéma / poésie sont travaillés par le cinéma expérimental, selon des perspectives et dans des zones géographiques très variées. Parmi les poètes contemporains, certains comme Salah Stétié avouent que le cinéma a nourri leur inconscient, contribué à aviver la nappe phréatique où puise leur poésie. Le cinéma leur a offert un horizon pour l’œuvre, parfois une dramaturgie ou une architecture plus complexe. Chez Pierre Alferi, le rapprochement entre la prosodie et le rythme du montage stimule la recherche d’hybridations entre écriture et image animée, quand la poésie de Stéphane Bouquet est marquée par le flux, la continuité cinématographique. Alain Freixe met en exergue une écriture de montage, tandis que Matthieu Gosztola déclare que la syntaxe du film s’immisce dans le poème pour le modeler de l’intérieur. Pour Régis Lefort, le cinéma ouvre le champ de l’image (plans, fonctions, déformations, couleurs, transformations). Ce poète met également en exergue la part du plan fixe dans sa création, tandis que Jean-Claude Pinson insiste sur la technique du montage et du faux raccord qui lui ont permis un mode de narration accordé au prosimètre. Gabrielle Althen, quant à elle, va chercher dans le cinéma l’ouverture d’un espace autre, celui où l’imaginaire puisse se déployer librement. Interrogé sur ses textes poétiques dans leur rapport au cinéma, André Velter situe l’influence cinématographique dans le mouvement, un angle de prise de vue et de perception, une accélération avec changements de rythmes, un sens plus vif du montage, de la succession des plans. Il y a des zooms et des contre-plongées, que cela soit ou non conscient, à l’œuvre dans ses poèmes[4]. Bernard-Pierre Donnadieu appelait cela « le cinéma des mots ». Il considère la poésie et le cinéma comme des arts voués au mouvement, au rythme, à la scansion des images et des sons. Tous ces témoignages montrent à quel point le cinéma a « travaillé » l’écriture poétique contemporaine. , Cinéma, opérateur poétique

Traductions du mot « prosimètre »

Langue Traduction
Anglais prosimeter
Espagnol prosímetro
Italien prosimeter
Allemand prosimeter
Chinois 测光仪
Arabe مرتكب
Portugais prosímetro
Russe prosimeter
Japonais プロシメーター
Basque prosimeter
Corse prosimeter
Source : Google Translate API

Prosimètre

Retour au sommaire ➦

Partager