La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « principe de causalité »

Principe de causalité

Définitions de « principe de causalité »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

principe de causalité \pʁɛ̃.sip də ko.za.li.te\

  1. Principe en vertu duquel on rattache un effet à une cause.
    • Un tremblement de terre survient, il ne demande pas si vous avez été à confesse, si vous êtes entré dans une synagogue ou une mosquée, et vous êtes emporté par le principe de causalité ! — (Alain Houziaux, La psychanalyse peut-elle guérir ?, L’Atelier, 2005, page 92)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « principe de causalité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
principe de causalité prɛ̃sip dœ kosalite

Évolution historique de l’usage du mot « principe de causalité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « principe de causalité »

  • Vous êtes dans votre salon, occupé à feuilleter ce magazine, une tasse de thé à la main. Absorbé par votre lecture, vous renversez quelques gouttes de boisson chaude sur vos genoux, et poussez un cri. Surpris, votre chat décampe en quatrième vitesse, faisant tomber au passage un vase précieux qui se brise en mille morceaux. Rembobinons : dans une autre version des événements, votre chat maladroit fait tomber le vase en premier lieu. Le bruit vous fait sursauter, vous renversez votre thé. Les deux versions de cette histoire ont une issue identique : vous vous êtes brûlé, le vase est cassé. En revanche, le chemin qui a mené à cette conclusion, lui, varie. Mais vous savez très bien ce qu'il s'est réellement passé, grâce au très célèbre principe de causalité. "En physique comme dans la vie, c'est toujours lui qui permet de distinguer clairement les causes des effets que ces dernières produisent", acquiesce Caslav Brukner, physicien à l'université de Vienne, en Autriche. Faut-il même le rappeler ? La cause précède toujours l'effet. Science-et-vie.com, Casse-tête quantique : la fin de la causalité - Science & Vie
  • Les coûts de traitement de l'eau potable sont souvent supportés par les villes. Or, si l'on applique désormais des valeurs limites plus basses, cela nécessite de gros investissements. La motion de Kurt Fluri demande à présent de mettre un terme à cette augmentation des coûts pour le niveau communal. La Confédération doit créer des bases juridiques pour le financement des investissements résultant du durcissement des valeurs limites pour les produits phytosanitaires et les biocides. Le financement doit respecter autant que possible le principe de causalité (Motion 20.3052: Abaissement des valeurs limites applicables aux pesticides. Financement des installations supplémentaires de traitement des eaux conforme au principe du pollueur-payeur). presseportal.ch, Les coûts supplémentaires liés au traitement de l'eau potable doivent être ... | Presseportal
  • Autrement dit, on avait dans un premier temps besoin du Créateur pour créer l’univers, mais une fois le principe de causalité posé, l’univers sera régi de façon mécanique par les causes et les effets. Et c’est ce qui est inadmissible pour Al-Ghazâlî. Mizane.info, La controverse sur le principe de causalité entre Al-Ghazâlî et Ibn Rushd
  • 9Dans l’œuvre de Dick, où prolifèrent les logiques irrationnelles, le principe de causalité, celui d’identité, du tiers exclu, le moi, les catégories transcendantales du temps et de l’espace ne valent donc qu’à subir des distorsions, ainsi que le relève Lapoujade. L’altération n’y est pourtant pas seconde. Elle agit en réalité aux fondements mêmes des mondes dickiens. Contrairement à la phénoménologie husserlienne qui postulait une Urdoxa, une opinion originaire comme fondation et donation du monde (p. 61), chez Dick « il n’y a pas de donné, il n’y a que du transmis, du diffusé, du projeté » (p. 76) susceptibles de manipulations et de conflits. On n’y trouve pas non plus de compossibilité des événements au sein d’un même monde, fondée sur un « principe rationnel d’exclusion leibnizien » (César ayant ou n’ayant pas franchi le Rubicond, les nazis ayant ou n’ayant pas perdu la guerre), puisque ce principe, lui-aussi, opère sur du déjà-constitué (p. 60). , Principes des mondes dickiens (Acta Fabula)
  • Pour Fethi Benslama, il faut s’interroger et peut-être flécher une autre logique éloignée du principe de causalité tellement sollicité dans les sciences humaines et sociales. Son hypothèse est celle-ci : les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets chez tous les humains dans les mêmes conditions. Pas de prédiction donc a fortiori chez des sujets avec des idéaux extrémistes. Voilà qui à ses yeux appelle « l’humilité et la patience » face au labyrinthe de la causalité. L’on ne peut ainsi prédire les comportements sur la base des manifestations extérieurs de radicalisation ; des signes d’un degré élevé d’extrémisme ne déterminent pas une participation à des actes de terrorisme ou de guerre. C’est tellement vrai que certains, porteurs de signes dits « faibles », peuvent se révéler de redoutables tueurs. Et une certaine politique de prévention – avec une nomenclature de signes extérieurs de radicalisation – n’a pas donné les résultats escomptés. Elle s’apparente à une sorte de chalutage… Pas davantage, la machine de repérage et de stigmatisation n’a eu plus d’effets. Quid.ma, LE SAUT ÉPIQUE – OU LE BASCULEMENT DANS LE JIHAD - UN LIVRE DE FETHI BENSLAMA – Par Mustapha Sehimi
  • Selon une étude parue dans Classical and Quantum Gravity, un voyage dans le temps sans paradoxe est mathématiquement possible. La question du voyage dans le temps fait encore débat chez les physiciens. Certes, le voyage dans le temps n’existe pas dans la physique que l’on connait mais dans les équations de la relativité formulées par Einstein, on s’est vite aperçu que ces formules d’un point de vue mathématique autorisent de voyager aussi bien vers le futur que vers le passé. En 1937, Willem Jacob Van Stockum est le premier à avoir formulé l’idée de boucles temporelles. Mais problème, ces boucles temporelles peuvent rompre le principe de causalité, l’un des grands fondements de la physique. On l’illustre le plus souvent par « le paradoxe du grand-père ». Si on peut partir dans le passé, on pourrait tuer son grand-père, et donc ne plus exister, ce qui serait un paradoxe. Pour ces deux mathématiciens australiens, il est possible - d’un point de vue mathématique - de voyager dans le temps, et ce, sans paradoxe.  France Culture, Voyage dans le temps : les paradoxes sont évitables

Images d'illustration du mot « principe de causalité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Principe de causalité

Retour au sommaire ➦

Partager