La langue française

Primevère

Sommaire

  • Définitions du mot primevère
  • Étymologie de « primevère »
  • Phonétique de « primevère »
  • Citations contenant le mot « primevère »
  • Images d'illustration du mot « primevère »
  • Traductions du mot « primevère »
  • Synonymes de « primevère »

Définitions du mot primevère

Trésor de la Langue Française informatisé

PRIMEVÈRE, subst. fém.

BOT. Plante herbacée vivace de la famille des Primulacées, qui fleurit au début du printemps en présentant de petites fleurs jaunes pâles en calice tubuleux, et dont certaines variétés ont des propriétés thérapeutiques, d'autres étant cultivées pour leurs fleurs plus larges aux couleurs vives et variées. Synon. primula, primule (noms sc.), coucou.Primevère officinale; primevère de Chine; primevère des jardins. Nous étions dans les bois de Toulven, petit Pierre et moi, à chercher des fleurs, pendant le conseil de famille. Nous en trouvions beaucoup, des primevères jaune pâle, des pervenches violettes, des bourraches bleues, et même des silènes roses, les premières du printemps (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 274).La chambre fut toujours remplie de primevères et de violettes. Les yeux du malade se posaient avec plaisir sur ces belles masses aux teintes pures (Maurois, Disraëli,1927, p. 333).À l'approche de l'équinoxe de printemps, les jeunes filles vont cueillir des primevères, dites coucous, dont elles font de grosses boules d'un jaune éclatant qu'elles se lancent en chantant (Menon, Lecotté, Vill. Fr.,1, 1954, p. 51).
Vx. Printemps et p. anal. jeunesse, et empl. masc., début de quelque chose. Dès lors commença pour Eugénie le primevère de l'amour (Balzac, E. Grandet,1834, p. 168).Si je reste inédit, ce sera le châtiment de toutes les couronnes que je me suis tressées dans ma primevère (Flaub., Corresp.,1851, p. 322).
REM.
Primerole, subst. fém.,rare, synon.Alors que j'étais, ô Æmilius, le nouveau Temps et la feuille de primerole, Que mon âge allait plus éclairci que l'eau De la source matutinale en sa rigole De gravier (Moréas, Pèlerin pass.,1891, p. 87).
Prononc. et Orth. : [pʀimvε:ʀ]. Ac. 1694, 1718 : prime-vere; 1740, 1762 : prime-vère; dep. 1798 : primevère. Étymol. et Hist. 1. xiies. bot. primevoire (Gloss. de Tours, 331 ds T.-L. : primivera [...] primevoire); 2. 1573 primevere (J.-A. de Baïf, Passetems, 1. IV, fo100 vods Gdf. Compl.). Prob. issu p. méton. du lat. primum ver (primo vere « au début du printemps », César ds Gaff.; primo vere « au printemps », Mulomedicina Chironis; devenu en b. lat. primum ver, prima ver, CGL t. 4, p. 295, 42, prima vera « printemps », CIL t. 3, 7783 d'apr. Cor.-Pasc., s.v. verano) parce que cette plante fleurit au printemps. Une ell. de (fleur de) primevoire « printemps » (Bl.-W.1-5; FEW t. 14, p. 271b et 272b) est moins vraisemblable parce que primevoire « printemps » semble plus tardif et plus rare en fr. : aucune attest. sûre av. 1442-45 ds le Roman de Troyle (ms. B.N. fr. 25527, I, 56; trad. du Filostrato de Boccace par L. de Beauvau, v. H. Hauvette ds B. Ital. t. 7, pp. 298-304) où primevaire est prob. une simple adaptation de l'ital. primavera « printemps », att. dep. Boccace, cf. Tomm.-Bell., notamment dans le passage trad.; la forme primevoile (Marco Polo ds Gdf.) est douteuse (v. éd. L. F. Benedetto, p. 89, 75-76, note). La forme 2 est prob. due à l'infl. de primevere « printemps », att. de 1534 (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V.-L. Saulnier, chap. 4, p. 37) à 1700 (Pomey d'apr. FEW, loc. cit., p. 271b) qui est empr. à l'ital. primavera, alors que l'attest. isolée prime vere « jeune âge? », 2emoitié xiiies. (De l'Oue au chapelain ds Montaiglon et Raynaud, Rec. de fabl., t. 6, p. 46; cf. T.-L., s.v. primevoire) représente un empr. au lat. Fréq. abs. littér. : 123. Bbg. Wind 1928, p. 100, 192.

Wiktionnaire

Nom commun

primevère \pʁim.vɛʁ\ féminin

  1. Plantes de la famille des Primulacées, qui fleurit vers la fin du mois de février et qui est une des premières qu’on voit avant le printemps.
    • On était au commencement d’avril, quand les primevères sont écloses. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Déjà les jonquilles montraient leurs boutons, dont la pointe jaunissait, les lilas de terre poussaient leurs petites hampes pointillées de violet, et du centre des feuilles ridées des primevères sortaient des bourgeons qui semblaient prêts à s’épanouir. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Ouvrez n'importe quel recueil de vers canadiens et vous êtes sûr de rencontrer, généralement au bout des lignes, les inévitables primevères et les non moins fatales pervenches. Ces deux mots sont harmonieux, commodes et complaisants pour la rime. Malheureusement ici encore, nous avons affaire à des plantes étrangères à notre flore. Il y a des primevères dans la vallée du Saint-Laurent, mais ce sont des plantes insignifiantes, très rares, confinées aux falaises du golfe et aux plateaux labradoriens. Il faut que nos poètes en fassent le sacrifice! Plus de primevère pour faire passer solitaire et douleur amère, plus de pervenche pour rimer avec elle se penche et sa main blanche. C'est vraiment dommage! — (Marie-Victorin, « L'étude des sciences naturelles », Revue canadienne, vol. 20, no 4, octobre 1917)
    • Quels parterres auront pu ainsi être établis artificiellement dans les bois d’agrément avec les pervenches, les primevères, les scilles, les cyclamens, les sceaux de Salomon, les galanthes, les nivéoles, le saxifrage ombreux, etc... : […]. — (G. Plaisance, Demain la forêt, Paris : SEDES, 1964, chapitre 2)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRIMEVÈRE (pri-me-vè-r') s. m.
  • 1Printemps.

    Vieilli en ce sens.

  • 2 S. f. Genre de la famille des primulacées, dont une espèce fleurit dès les premiers jours du printemps (primula veris, L.) . On boit à Hambourg une espèce de vin léger et mousseux qui ressemble au vin de Champagne, et qui est fait avec des primevères, Genlis, Maison rust. t. III, p. 343, dans POUGENS.

    Saint-Lambert l'a fait du masculin, confondant le primevère et la primevère : Ici le primevère élève sur la plaine Ses grappes d'un or pâle, et sa tige incertaine, Sais. I. En tous cas, on ne voit pas pourquoi l'Académie a admis deux genres ; anciennement il n'y en avait qu'un.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant con gemme sormonte voirre [le verre], Or et argent la primevoire…, Pirame et Tysbé, ms. de St-Germ. f° 98, dans LACURNE.

XIVe s. Origan, primevoire, sauge et semblables, H. de Mondeville, f° 66, verso.

XVIe s. Lorsqu'on voit retourner la doulce primevere, Qui apporte la pluye…, Du Bellay, J. IV, 77, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « primevère »

Nommé ainsi par Carl von Linné, car elle est l’une des premières à fleurir ; primo vere signifie « au début du printemps » en latin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. primver, primavera ; espagn. primavera ; du lat. primus, premier (voy. PRIME 1), et ver, printemps.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « primevère »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
primevère prɛ̃œvɛr

Citations contenant le mot « primevère »

  • Les primevères et les paysages ont un défaut grave : ils sont gratuits. L'amour de la nature ne fournit de travail à nulle usine. De Aldous Huxley / Le meilleur des mondes
  • Parce qu’elles sont parmi les premières à annoncer la fin de l’hiver, certaines fleurs, comme les primevères, ont le privilège de symboliser le retour du printemps. , Magazine Lifestyle | Primevères : beautés sauvages et stars des balcons
  • Les primevères à fleurs doubles de la série Belarina, Primula vulgaris Belarina, sont de remarquables et solides petites plantes vivaces  : couleurs vives et fleurs en forme de mini-rose, elles bien plus robustes et faciles à conserver que les anciennes variétés à fleurs doubles. auJardin.info, Primevère à fleurs doubles, Primula vulgaris BELARINA : planter, cultiver, multiplier
  • Primula officinalis, coucou, primevère officinale, primevère commune, herbe de Saint Pierre ou herbe à la paralysie est donc une plante vivace de 10 à 30cm de hauteur qui pousse en bord de routes et de chemins, dans les prés, pâturages, clairières et bois clairs ensoleillés. Essentiellement sauvage, elle peut être cultivée pour orner le jardin, mais généralement, les primevères hybrides aux fleurs plus grosses de différentes couleurs lui sont préférées. Binette & Jardin, La primevère officinale ou coucou : pour les affections respiratoires
  • Si, au jardin comme dans notre promenade d’une heure, les primevères nous ravissent, les hortensias, reines du jardin, nous subjugueront dès le mois de juin et attendent de nous, pour l’instant, quelques soins. Jardinons et promenons-nous, en ce temps de confinement. France Inter, Mon jardin confiné, épisode 2 : belles primevères et quel entretien pour les hortensias ?

Images d'illustration du mot « primevère »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « primevère »

Langue Traduction
Anglais primrose
Espagnol primavera
Italien primula
Allemand primel
Chinois 报春花
Arabe روزماري
Portugais prímula
Russe примула
Japonais サクラソウ
Basque primrose
Corse primula
Source : Google Translate API

Synonymes de « primevère »

Source : synonymes de primevère sur lebonsynonyme.fr
Partager