La langue française

Présidentialisme

Sommaire

  • Définitions du mot présidentialisme
  • Étymologie de « présidentialisme »
  • Phonétique de « présidentialisme »
  • Citations contenant le mot « présidentialisme »
  • Traductions du mot « présidentialisme »

Définitions du mot présidentialisme

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉSIDENTIALISME, subst. masc.

SC. POL. Système de gouvernement, issu souvent d'une altération du régime présidentiel, dans lequel le chef de l'État est en même temps chef du gouvernement (d'apr. Birou 1966). Anton. parlementarisme.Pourtant, de graves commentaires ont tenté de faire admettre que ces changements portaient la marque d'un véritable «présidentialisme» (Le Nouvel Observateur, 19 janv. 1976, p.21, col. 1).Mais si, peu à peu, les actions du Premier ministre s'affirment, le présidentialisme autoritaire et secret de Giscard d'Estaing se dessine aussi: personne, pas même le Premier ministre, n'est en mesure, notamment, de savoir sur quels chemins diplomatiques le chef de l'État s'engage (Le Nouvel Observateur, 30 août 1976, p.17, col. 1).
REM.
Présidentialiste, adj.a) Caractérisé par le présidentialisme. À observer sa pratique, c'est un système présidentialiste avec un président qui domine et transforme le Premier ministre en simple majordome de l'Élysée (Le Nouvel Observateur, 28 juin 1976, p.23, col. 1.Il est pratiquement impossible aux Portugais de constituer aujourd'hui un gouvernement contre et même sans le P-C (...). La tentation «présidentialiste», alors? Un gouvernement de techniciens appuyés sur un consensus de l'Assemblée et sur l'autorité du président? (Le Nouvel Observateur, 19 déc. 1977, p.31, col. 1).b) Favorable au présidentialisme; partisan du présidentialisme. À Matignon, on fait remarquer que jamais, même au temps du général de Gaulle, il n'y a eu, autour du Premier ministre, un état-major de convictions aussi présidentialistes (Le Point, 14 juin 1976, p.62, col. 3).Jacques Chirac, en ce qui le concerne et bien qu'il soit très «présidentialiste» de comportement, a toujours pensé que, si la victoire à des élections législatives n'était pas une condition suffisante pour gouverner, elle restait tout de même, dans le système démocratique, une condition rigoureusement nécessaire (Le Nouvel Observateur, 2 août 1976, p.20, col. 1).
Prononc.: [pʀezidɑ ̃sjalism̭]. Étymol. et Hist. [1945 (s. réf. ds Pt Rob.)] 1963 (Le Monde, 6 janv., p.16a ds Blochw.-Runk. 1971, p.160). Dér. de présidentiel*; suff. -isme*.

Wiktionnaire

Nom commun

présidentialisme \pʁe.zi.dɑ̃.sja.lism\ masculin

  1. Système politique dans lequel le chef de l'État est également le chef du gouvernement ou a un fort pouvoir.
    • La constitution de la cinquième République a instauré un présidentialisme à la française.
    • Qu’Emmanuel Macron ait été élu par défaut ou par un concours de circonstances est une évidence que sa mise en scène d’un présidentialisme exacerbé ne rend que plus grotesque et énervante. — (Laurent Mucchielli, Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des « gilets jaunes » [1])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « présidentialisme »

De présidentiel avec suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « présidentialisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
présidentialisme presidɑ̃tjalism

Citations contenant le mot « présidentialisme »

  • En France, un président démonétisé peut seul changer la donne gouvernementale pour son bon plaisir politique. Ce présidentialisme nous abêtit et nous infantilise. Dans une démocratie intelligente et adulte, ces changements relèveraient de choix collectifs, ceux de la majorité parlementaire ou du parti majoritaire. Mediapart, Le présidentialisme français, cet abêtissement politique - Page 1 | Mediapart
  • En personnalisant à nouveau les enjeux, le Président ne joue peut-être pas que sa survie politique en 2022. Un échec actant l’impasse de l’hyper présidentialisme pourrait signifier la fin d’un régime qui peine à se renouveler et à créer du sens et ouvrir une nouvelle séquence politique. , Politique(s) - Chronique de la Ve République : "L’hyper présidentialisme, poison mortel" - Libération.fr
  • En personnalisant à nouveau les enjeux, le Président ne joue peut-être pas que sa survie politique en 2022. Un échec actant l’impasse de l’hyper présidentialisme pourrait signifier la fin d’un régime qui peine à se renouveler et à créer du sens et ouvrir une nouvelle séquence politique. Chronik, L’hyper présidentialisme, poison mortel – Chronik
  • Au jeu du « rien ne sera plus comme avant », Emmanuel Macron a très tôt enfilé le costume de maître de cérémonie, annonçant une réinvention audacieuse, écologique et plus sociale. Pour le moment, il met « fin » à l’état d’urgence en intégrant une nouvelle fois dans le droit commun des dispositions attentatoires aux libertés publiques, il change de gouvernement pour continuer la même politique avec des signaux – antiféministes – alarmants, il s’entête dans son dogme fiscal qui profite aux détenteurs de capitaux au détriment du travail, et s’enfonce dans le présidentialisme imbécile. Politis.fr, Ces forces qui s’affirment par Pouria Amirshahi | Politis
  • La question pour nous n'est pas seulement celle du refus de la recherche d'un "homme providentiel" ou du "comment dépasser" le présidentialisme au profit d'une "équipe", la question AUJOURD'HUI est celle de l'acceptation ou non de "2022" comme seul horizon et donc de passer en fait par profits et pertes à l'avance toutes les destructions et misères que la prolongation du quinquennat jusqu'à son terme nous promet évidemment d'ici là! Club de Mediapart, Éviter le retour de la catastrophe périodique de "la présidentielle" bonapartiste... | Le Club de Mediapart
  • Quand vous choisissez comme premier ministre une personnalité sans aucune influence personnelle, que vous lui donnez comme directeur de cabinet et comme chef de cabinet deux personnes de votre entourage et que le parti majoritaire à l’Assemblée a été réuni sur votre nom, il est clair que vous réduisez la fonction de premier ministre à celle d’exécutant des décisions présidentielles. C’était déjà la logique de l’application de la constitution depuis 1962. Mais l’insignifiance du nouveau premier ministre montre qu’on a franchi une nouvelle étape vers le présidentialisme. C’est donc bien E Macron qui choisit le ministre de l’Education nationale. , Quel ministre pour l’Education nationale ?
  • Instaurée pour instituer un ordre nouveau, la démocratie, en rupture avec l’ordre ancien, la dictature, symbolisée par le présidentialisme-à-vie, la Constitution de 1987, votée dans l’ivresse post-duvaliériste (makout pa ladan l), charriait une monumentale inadéquation entre le fond et la forme, doublée d’un béant fossé entre les articles et les mécanismes correspondants. Il n’en fallait pas plus pour que les dispositions et les structures formelles, tandis qu’elles proclament l’entrée d’Haiti dans l’ére démocratique, s’enracinent dans un no where institutionnel, générateur d’un nouvel ordre, déséquilibrant, disfonctionnel, répondant bien à l’appellation et définition, dans notre langue nationale, de Lobéy Demokratik. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Constitution de 1987: Page tournée ou page arrachée ?
  • Je ne terminerai pas mon propos sans rappeler que le régime parlementaire constitue dans les plus vieilles démocraties du monde, le principe et le régime présidentiel l’exception. La plupart des grandes puissances en Europe, à l’exception de la France qui a épousé quelques traits du présidentialisme, ont adopté un régime parlementaire. On peut citer dans ce sens, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, la Norvège, le Portugal, le Danemark, les Pays Bas, la Grande Bretagne. Ailleurs dans le monde, on peut citer, le Japon, le Canada, l’Ethiopie, l’Ile Maurice. Les pays cités ont la particularité d’être bien gouvernés. Matin Libre, Péripéties d’une jeune démocratie à l’épreuve de 30 ans de pratique: Les pertinentes propositions de Me Ernest Akuesson, au barreau de Paris – Matin Libre
  • En vingt ans, Bouteflika a fait sombrer l’Algérie dans la totale précarité et détruit le capital engrangé par les luttes démocratiques antérieures et la mobilisation citoyenne contre le fléau terroriste de la décennie 1990. Les observateurs qui ont eu à analyser l’actuelle mouture de révision constitutionnelle ont décelé une tentation à l’hyperprésidentialisme, tout en restant prudents vu qu’il ne s’agit là que d’un projet appelé à être discuté, amendé, enrichi, etc. et donc susceptible de revenir à la norme admise dans le monde démocratique. Mais pourquoi donc le groupe d’experts, à l’origine du texte, n’a pas tiré les leçons du passé, bien riche en enseignements sur les dérives du césarisme, et proposé un texte qui tire un trait sur le passé et dessine un nouveau paysage politique ? El Watan, En finir avec l’hyper présidentialisme | El Watan

Traductions du mot « présidentialisme »

Langue Traduction
Anglais presidentialism
Espagnol presidencialismo
Italien presidenzialismo
Allemand präsidentialismus
Chinois 总统制
Arabe الرئاسة
Portugais presidencialismo
Russe президентская
Japonais 大統領制
Basque presidentialism
Corse u presidenzialisimu
Source : Google Translate API
Partager