La langue française

Pomoerium

Définitions du mot « pomoerium »

Trésor de la Langue Française informatisé

POMOERIUM, subst. masc.

HIST. ANTIQUE. Chez les Étrusques et à Rome, espace consacré autour de la ville, tracé lors de sa fondation, sur lequel il était interdit de bâtir et que les soldats en armes ne devaient pas franchir. La fondation solennelle de Rome, sa forme primitive (...), le mystère étrusque du pomoerium, attribué à l'albain Romulus, se rapportent bien plus naturellement à cette époque de la royauté romaine où l'influence étrusque est partout visible (Michelet, Hist. romaine, t.1, 1831, p.78).Sur le sillon sacré ou un peu en arrière, s'élèvent ensuite les murailles; elles sont sacrées aussi. Nul ne pourra y toucher, même pour les réparer, sans la permission des pontifes. Des deux côtés de cette muraille, un espace de quelques pas est donné à la religion; on l'appelle pomoerium; il n'est permis ni d'y faire passer la charrue ni d'y élever aucune construction (Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p.171).
Prononc. et Orth.: [pɔmeʀjɔm]. Ac. 1878, 1935, Rob.: -moerium, -merium; Lar. Lang. fr.: -moerium, -merium. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p.239: un pomérium, des -ums. Étymol. et Hist. 1765 pomaerium (Encyclop. t.13, p.7b); 1878 pomaerium ou pomerium (Ac.). Lat. pomaerium, pomerium «espace consacré en dehors des murs de Rome, où il n'était permis ni de bâtir, ni de cultiver» (Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, t.21, col. 1867, sqq.). Fréq. abs. littér.: 11.

Wiktionnaire

Nom commun

pomoerium \Prononciation ?\ neutre

  1. Pomérium, zone sacrée où l'on prenait les auspices, espace à l'intérieur et à l'extérieur des murs de la ville où il était interdit de bâtir ou de cultiver.
    • pontificale pomoerium, qui auspicato olim quidem omnem urbem ambiebat praeter Aventinum ... estque prosimerium quasi proxi-murium, pontifices auspicabantur, Fest.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POMŒRIUM ou PROSIMURIUM, (Littérat.) étoit un terrein sacré qui se trouvoit au pié des murs de la ville. Les critiques sont fort partagés sur sa situation. Les uns prétendent qu’il ne s’étendoit point à la partie voisine des murailles qui étoit du côté de la campagne, & le réduisent à cet espace qui étoit laissé entre la muraille & les bâtimens intérieurs de la ville. Les autres au contraire le réduisent au terrein qui étoit au pié du mur du côté de la campagne, où il n’étoit point permis de bâtir ni de labourer, de peur d’ébranler les fondemens de la muraille. Une troisieme opinion a situé le Pomœrium tant au-dedans que dehors les murs.

Tacite semble insinuer que le terrein jusqu’où s’étendoit le Pomœrium de Rome, étoit marqué par des especes de bornes qui avoient été posées au pié du mont Palatin par l’ordre de Romulus ; & c’étoit près de ces bornes qu’étoient posés les autels sur lesquels on faisoit divers sacrifices : il n’étoit permis à aucun particulier de faire entrer sa charrue dans l’enceinte comprise sous le nom de Pomœrium Personne au reste ne pouvoit transplanter ces bornes dans la vûe d’agrandir la ville, s’il n’avoit étendu celles de l’empire par ses conquêtes. Il avoit alors la liberté de le faire sous le prétexte de contribuer au bonheur & à l’ornement de la ville, en y recevant de nouveaux citoyens qui y apportoient leurs talens, & qui pouvoient y perfectionner les Arts & les Sciences. Tacite & Aulugelle ont marqué les tems dans lesquels on a étendu l’enceinte de la ville de Rome, & par conséquent reculé le Pomœrium. Hist. de l’acad. des Insc. tom. III. in-4°. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « pomoerium »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pomoerium pɔmœrjym

Citations contenant le mot « pomoerium »

  • Popularisée par des auteurs antiques comme Tite-Live (59 av. J.-C.-17 apr. J.-C.), Ovide (43 av. J.-C.- 17 apr. J.-C.) ou encore Plutarque (45-127 apr. J.-C.), l’existence de Romulus demeure encore de nos jours à prouver. Seul un épisode de cette légende a été mis en lumière par l’archéologie. A la fin des années 1980, une équipe de scientifiques travaillant sur le Forum, au pied du mont Palatin, se rend dans une des rares zones qui n’ont pas encore été complètement explorées. Les travaux aboutissent à une découverte stupéfiante : celle d’une longue et profonde entaille jalonnée de grosses pierres. Andrea Carandini, archéologue italien et spécialiste de la Rome antique, étudie ces marques évoquant un tracé de mur : elles datent du VIIIe siècle avant notre ère. Pour lui, il ne fait aucun doute qu’il s’agit du pomoerium, c’est-à-dire le «sillon sacré» tracé par Romulus, qui permettra d’élever, un peu plus tard, un premier mur d’enceinte autour de la colline. Selon les récits antiques, Romulus avait vu douze vautours voler au-dessus du Palatin tandis que son frère Rémus n’en avait aperçu que six sur l’Aventin. Les auspices s’étaient donc montrés favorables à ce que Romulus devienne le fondateur de la cité. En haut du Palatin, sa première action en tant que premier roi de Rome est de délimiter les frontières de la ville en creusant une tranchée à l’aide de sa charrue. C’était il y a presque deux mille huit cents ans… «Romulus n’a probablement jamais existé mais, avec la découverte du sillon, nous ne pouvons que conclure à l’historicité d’un moment “romuléen”», affirme le romaniste et archéologue français Alexandre Grandazzi, auteur de l’ouvrage Urbs (éd. Perrin, 2017). Geo.fr, Enée, Romulus, Rémus… Ce que l’on sait vraiment de la fondation de Rome - Geo.fr

Traductions du mot « pomoerium »

Langue Traduction
Anglais pomoerium
Espagnol pomoerium
Italien pomoerium
Allemand pomoerium
Chinois mo
Arabe بوموريوم
Portugais pomoerium
Russe помериум
Japonais ポモエリウム
Basque pomoerioa
Corse pomoerium
Source : Google Translate API

Pomoerium

Retour au sommaire ➦

Partager