La langue française

Polygonum

Définitions du mot « polygonum »

Trésor de la Langue Française informatisé

POLYGONUM, subst. masc.

BOT. Genre de plante herbacée ou vivace, à tige noueuse, de la famille des Polygonacées, dont il existe de nombreuses espèces sauvages ou cultivées. Le genre Polygonum est à peu près cosmopolite, sans doute grâce à l'action indirecte de l'Homme (Encyclop. Sc. Techn.t. 91973, p. 43b).
Plante appartenant à ce genre. Il commençait, soi-disant pour le jardin, de s'affecter de la pluie, de la sécheresse, du vent d'est et du vent d'ouest. Parfois, je l'apercevais, arrêté devant un mur où grimpait un polygonum (Duhamel, Terre promise,1934, p. 120).
Prononc. et Orth. : [pɔligɔnɔm]. Plur. des polygonums. Étymol. et Hist. 2emoitié xiiies. [ms. début xives.] poligonie (Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, § 37); 1611 polygone (Cotgr.); 1627 polygonum (Matthiolus, Commentaires sur les six livres de P. Dioscoride, p. 268). Empr. au lat. polygonus, et celui-ci au gr. π ο λ υ ́ γ ο ν ο ν, formé de π ο λ υ- (cf. élém. poly-) et -γ ο ν ο ν, issu de γ ο ́ ν υ, γ ο ́ ν α τ ο ς « genou; nœud d'une tige » (cf. Cottez, s.v. -gonum1).
DÉR.
Polygonacées, subst. fém. plur.Famille de plantes à fleurs dicotylédones apétales comprenant des herbes annuelles ou vivaces, des arbrisseaux, des lianes et des arbres. Les polygonacées habitent principalement les régions tempérées de l'hémisphère boréal (Hoefer1850). [pɔligɔnase]. Littré : -nacées ou -nées. 1reattest. 1841 (D'Orbigny, Dict. universel d'hist. nat., t. I, p. 581, s.v. antenoron ds Quem. DDL t. 25); de polygonum, suff. -acées*.
BBG. − Quem. DDL t. 10 (s.v. polygonacées).

Littré (1872-1877)

POLYGONUM (po-li-go-nom') s. m.
  • Nom moderne du genre renouée, type de la famille des polygonacées.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POLYGONUM, (Botan.) sa racine est fibreuse & rampante ; ses tiges & ses rameaux sont pleins de nœuds ; le calice est profondément découpe en cinq segmens, qui sont verds dans leur partie inférieure, & couleur de chair dans la supérieure. Lorsque cette plante est mûre, la calice se change en une capsule remplie de semences. Ses fleurs sortent des aisselles des feuilles, & sont cachées quand elles commencent à paroître dans une membrane extrémement mince. Sa semence est triangulaire.

Tournefort compte douze especes de polygonum, dont la premiere, qu’il suffira de décrire, est le polygonum latifolium I. R. H. 510 ; le vulgaire l’appelle en francois, renouée ou trainasse, en anglois the broad knot-grass.

Sa racine est longue, assez grosse pour la grandeur de la plante, simple, dure, ligneuse, tortue, garnie de plusieurs fibres ; elle est difficile à arracher, rampante, & d’un goût astringent. Elle pousse plusieurs tiges longues d’un pié ou d’un pié & demi, grêles, rondes, solides, tenaces, quelque fois droites, mais le plus souvent couchées à terre, lisses, ayant beaucoup de nœuds assez près les uns des autres ; elles sont revêtues de feuilles oblongues, étroites, pointues, d’un verd de mer, attachées à des queues fort courtes, & rangées alternativement. Ses fleurs sortent de l’aisselle des feuilles, petites, composées chacune d’un seul pétale, divisées en cinq parties, & de huit étamines blanches ou purpurines à sommet jaunâtre, sans calice. Après que la fleur est passée, il lui succéde une semence assez grosse, triangulaire, de couleur de chataigne, renfermée dans une capsule.

Cette plante croît indifféremment presque partout aux lieux incultes ou cultivés, principalement le long des chemins ; c’est une des plus communes de la campagne ; elle fleurit en été, & demeure verte presque toute l’année, excepté durant l’hiver. Elle passe pour rafraîchissante, dessicative, astringente & vulnéraire. Linnæus observe après Rai, que le polygonum varie par ses feuilles qui sont plus ou moins alongées, plus ou moins étroites, & que ces variétés qui viennent du terrain, ne doivent pas établir des especes différentes. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « polygonum »

Poly…, et γόνυ, genou, par allusion à la tige noueuse de ces plantes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « polygonum »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
polygonum pɔligɔ̃ym

Citations contenant le mot « polygonum »

  • La renouée du Japon ou renouée à feuilles pointues, Fallopia Japonica, autrefois aussi nommée polygonum cuspidatum ou encore reynouria japonica, est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des polygonaceae, originaire d’Asie orientale, naturalisée en Europe dans les milieux humides. Des synonymes existent ((source : Global Invasive Spécies Database) : polygonum sieboldii ; poligonum zuccarinii ; pleuropterus cuspidatum ; tiniaria cuspidata. La Gazette des Communes, Ce qu'il faut savoir pour lutter efficacement contre la renouée du Japon

Traductions du mot « polygonum »

Langue Traduction
Anglais polygonum
Espagnol polygonum
Italien polygonum
Allemand polygonum
Chinois
Arabe مضلع
Portugais polygonum
Russe полигонум
Japonais 多角形
Basque poligonoa
Corse polygonum
Source : Google Translate API

Polygonum

Retour au sommaire ➦

Partager