La langue française

Pleinairisme

Sommaire

  • Définitions du mot pleinairisme
  • Étymologie de « pleinairisme »
  • Phonétique de « pleinairisme »
  • Citations contenant le mot « pleinairisme »
  • Traductions du mot « pleinairisme »

Définitions du mot « pleinairisme »

Wiktionnaire

Nom commun

pleinairisme \plɛ.nɛ.ʁism\ masculin

  1. Mouvement artistique prônant la création, l’exécution et l’exhibition d’œuvres d’art en plein air.
    • pleinairisme. Terme fréquemment employé pour définir la tendance générale qui dans la seconde moitié du XIXe siècle porte les peintres à représenter des scènes d’extérieur et les jeux de la lumière solaire. Le pleinairisme procède des mêmes ambitions que l’impressionnisme sans en avoir la nouveauté technique (touche morcelée, couleur pure). L’art des pleinairistes qui d’une façon générale doit beaucoup au réalisme, se situe aux frontières de la peinture de genre et de l’impressionnisme, tantôt préludant à celui-ci, tantôt lui étant concomitant, ce qui est le cas chez les Français, James Tissot, [Jean-Charles] Cazin, [Alfred Philippe] Roll, [Pierre Georges] Jeanniot et surtout [Jules] Bastien-Lepage dont l’influence sur des artistes anglais, américains et scandinaves a été très importante. — (Sophie Monneret, L'Impressionnisme et son époque : dictionnaire international illustré, volume 3, 1981)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « pleinairisme »

(milieu XIXe siècle) Contraction de plein air avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pleinairisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pleinairisme plɛ̃ɛrism

Citations contenant le mot « pleinairisme »

  • En 2009, il publie son livre d’art «Amine Chaouali, couleurs de Tunisie» (où est inclus l’article «Le pleinairisme exaltant dans la peinture d’Amine Chaouali» par Bady Ben Naceur). Depuis sa première exposition à l’actuelle «On dirait un chat» à la Galerie Saladin (Sidi Bousaïd), Amine Chaouali a réalisé plus d’une trentaine d’expositions personnelles en Tunisie et à l’étranger (France, Espagne, etc). afriqueactudaily, Tunisie: «On dirait un chat», exposition personnelle de Amine Chaouali à la galerie Saladin - Chat, femmes et paysages - afriqueactudaily
  • Toutefois, il est loin d’être le premier. Dès 1832, Jules Dupré et son frère Victor, tenants du nouveau « pleinairisme » qui consiste à sortir de l’atelier pour trouver des paysages « vrais et beaux », y entraînent leurs amis Théodore Rousseau, Jules André, Constant Troyon, futurs fondateurs de l’École de Barbizon. Bientôt George Sand, venue en voisine de son Nohant bien-aimé, bat le rappel à Gargilesse, cœur de cette « mignonne Suisse ». Les impressionnistes suivront et le plus grand d’entre eux, Claude Monet, s’attarde, envoûté, dans ce pays « aux sombres beautés », qu’il « croyait faire du premier coup », mais qui manque de le rendre fou, tant il est difficile à peindre. Une « École de Crozant » (appellation utilisée dès 1864) se forme dans sa roue, en réalité une colonie d’artistes sans cesse renouvelée : Eugène Alluaud, Alfred Smith, Paul Madeline, puis Achille-Émile Othon Friesz et tant d’autres jusque dans les années 1930, parmi lesquels Charles Hallé ou Armand Point. Léon Detroy, « l’ermite de Gargilesse », arrivé en vallée vers 1885, s’y installe pendant soixante ans. Le plus étonnant adorateur de cet éden absolu des peintres paysagistes reste pourtant Francis Picabia, venu en 1909 traiter la Sédelle à la manière géométrique, quelque part entre cubisme et abstraction. Mais la vallée de la Creuse est aussi le théâtre du développement de la photographie, dès 1870, pour des praticiens comme Placide Verdot. Les premiers autochromes de paysages français, suivant le procédé des frères Lumière, sont réalisés dans la vallée en 1907. On peut longuement analyser les circonstances historiques de cet engouement qui attire, en un siècle, plus de quatre cents artistes. L’ouverture de la ligne de chemin de fer en 1854, qui met Paris à sept d’heures d’Argenton-sur-Creuse, la joyeuse ambiance de l’auberge Lépinat à Crozant, l’hospitalité bon enfant de la population rurale, sont des facteurs non négligeables. Mais on doit surtout compter avec la puissance invincible des paysages. Ruines romantiques et grandioses de Crozant, confluent des deux Creuse aux eaux vives, campagnes solitaires préservées de toute modernité intempestive, éblouissement des escarpements fauves rayés de mauve, de vert émeraude, de rouge cadmium, exercent sur les visiteurs un charme indéfinissable et pourtant persistant. Connaissance des Arts, La vallée de la Creuse, l'Éden des peintres | Connaissance des Arts
  • - Le "pleinairisme", version scandinave de l'impressionnisme - Le Point, Caen: exposition exceptionnelle pour Thaulow, l'ami norvégien des impressionnistes - Le Point
  • Depuis plus de trente-cinq ans, aucune exposition monographique sur ­Pissarro n’a été organisée à Paris. L’artiste souffrait déjà de son vivant d’un déficit d’image, qui tient autant à son caractère qu’à son refus de ­subordonner sa palette à des visées trop ­commerciales. Deux expositions à Paris, au musée Marmottan Monet et au musée du Luxembourg, réparent cette injustice tandis que son musée agrandi a rouvert à Pontoise, ville où le musée Tavet-Delacour expose pour la saison son travail de graveur avec Degas. De cette œuvre protéiforme, à l’image de l’indépendance d’esprit d’un travailleur acharné, il reste près de 1 500 toiles : des huiles et des gouaches sur papier ou sur éventail sans compter les pastels, les aquarelles, les gravures et des milliers de dessins. Né au sein d’une famille de juifs marranes dans les Antilles danoises, Pissarro voyage avant de s’installer à Paris en 1855. Il a 25 ans. En se réclamant des paysages de Corot, il s’essaie au pleinairisme, puise dans l’influence de Courbet et bénéficie de la protection de Daubigny pour entrer au Salon. Du Louvre aux ateliers, il papillonne « sans maître » et se cherche sur le motif à la brosse ou au couteau. Artiste doué, Pissarro avait le don de reconnaître le talent chez les autres, encourageant Cézanne, Gauguin comme plus tard ses enfants, son fils Lucien et son ami Seurat à adopter leur propre style. Le « premier des impressionnistes », selon Cézanne, car il était de neuf ans son aîné, sera le seul à participer aux huit expositions du groupe, tissant un réseau d’amitiés dont témoigne sa correspondance, devenue une référence pour l’histoire de l’art. L'Humanité, Peinture. Camille Pissarro, de l’utopie à la lumière | L'Humanité
  • Le travail de la lumière et de l'ombre montre l'influence du peintre Camille Pissarro, le professeur de Paul Cézanne. Pissarro est considéré comme un des pères de l'impressionnisme. On y voit la marque du pleinairisme, ce courant artistique qui s'attache à représenter des scènes d'extérieur - en plein air, d'où le nom du courant - avec la volonté de reproduire les jeux de la lumière naturelle. rts.ch, Nature morte aux sept pommes et tube de couleur, Paul Cézanne - rts.ch - L’œuvre du mois

Traductions du mot « pleinairisme »

Langue Traduction
Anglais pleinairism
Espagnol pleinairismo
Italien pleinairism
Allemand pleinairismus
Chinois 平民主义
Arabe الجنبة
Portugais pleinairismo
Russe pleinairism
Japonais pleinairism
Basque pleinairism
Corse pleinairisimu
Source : Google Translate API
Partager