La langue française

Plasticisme

Sommaire

  • Phonétique de « plasticisme »
  • Citations contenant le mot « plasticisme »
  • Traductions du mot « plasticisme »

Phonétique du mot « plasticisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plasticisme plastisism

Citations contenant le mot « plasticisme »

  • Né aux Pays-Bas en 1872 et mort à New York en 1944, Piet Mondrian a longuement séjourné à Paris. De 1912 à 1914, alors qu’il n’avait pas encore de style bien défini, il s’y mesura à ce qu’on commençait à nommer la peinture cubiste. La Grande Guerre le retint aux Pays-Bas, nation neutre, où il élabora sa doctrine du « néo-plasticisme ». Mais c’est seulement après son retour en France en 1919 qu’il mit au point sa dernière manière, aujourd’hui connue d’un large public, de lignes orthogonales délimitant des rectangles ou des carrés de couleurs primaires. Il n’y ajouta que d’infimes variations quand l’approche de la Deuxième Guerre mondiale le fit se réfugier en Grande-Bretagne puis aux États-Unis. Réunissant une quarantaine de toiles pour la plupart venues de l’étranger, l’exposition du centre Pompidou (jusqu’au 21 mars) et son catalogue remarquablement documenté se concentrent sur ce deuxième séjour parisien, évidemment capital dans l’évolution de son œuvre. Même dans les années 1930, le peintre sexagénaire, méconnu du public français, vécut dans une gêne extrême, jusqu’à s’inscrire à une caisse de secours des artistes au chômage. Il jouissait d’un renom plus large à l’étranger grâce au groupe d’artistes et d’architectes, principalement néerlandais, réunis à partir de 1916 autour de Théo Van Doesburg, fondateur de la revue De Stijl qui publia les grands écrits théoriques de Mondrian, très influencés par l’anthroposophie et la croyance en une « Sagesse universelle première ». Telles n’étaient pas les positions de la plupart des collaborateurs de De Stijl, dont les plus actifs et les plus proches des idées révolutionnaires, à commencer par Van Doesburg, rejoignirent le mouvement Dada, et pour certains ensuite le mouvement surréaliste. Il revint pourtant à Van Doesburg et à ses amis de faire connaître les idées de Mondrian au-delà des Pays-Bas, notamment à l’école du Bauhaus, avant de diffuser des reproductions des premières toiles définissant sa manière définitive. Si Mondrian présentait son « néo-plasticisme » comme une critique radicale de toute la peinture antérieure, cubisme inclus, ses amis se mirent à leur tour à critiquer de plus en plus fermement sa critique, soit dans leurs écrits soit dans leurs œuvres plastiques. Van Doesburg alla jusqu’à peindre des « contre-compositions » à rebours de celles de Mondrian, utilisant par exemple la diagonale formellement interdite par le dogme néo-plastique. Ce sont ces années de tension et d’opposition croissantes, marquées par des créations pleines d’invention et de provocation, qu’explore la deuxième exposition du centre Pompidou, accompagnée elle aussi d’un catalogue d’autant plus utile que l’existence de De Stijl, son importance et son influence restent peu connues du public français. On se plaît à imaginer les prolongements de tous ordres, picturaux, architecturaux, etc., que ce mouvement contestataire aurait pu donner à ses critiques sans sa dispersion progressive sous l’effet des crises secouant l’Europe de l’entre-deux-guerres, et la mort prématurée en 1932 de Van Doesburg, alors engagé dans une collaboration de plus en plus étroite avec Sophie Taeuber et Hans Arp, ces deux autres génies révolutionnaires de l’art moderne. Gilles Bounoure , Expo Mondrian/De Stijl. La critique de la critique | NPA
  • Espace de l’expérimentation et de la contemplation, chaque tableau symbolise la richesse mentale et la verticalité spirituelle de l’artiste, mais représente aussi une version métonymique du monde, et peut servir à l’artiste pour réinterpréter les formes et les couleurs, dans lequel elle puise comme dans un véritable chantier de fouilles archéologiques». C’est ainsi que décrit Ahmed Chakir, écrivain et chercheur, l’artiste Loubaba Laalej. Selon Ahmed El Yahyaoui, chercheur en esthétique, cette artiste aventurière forge son œuvre dans la matière et le temps. «Elle a ouvert le chemin à une nouvelle plasticité (néo-plasticisme) avec la magie de la matière». Newstourisme, L’artiste Loubaba Laalej expose ses oeuvres récentes à Tétouan
  • L’artiste-peintre et écrivaine Loubaba Laalej expose ses œuvres récentes à la galerie du Centre culturel de la Fondation Mohammed VI à Tétouan. «Matière aux sons multiples» est le thème de cette exposition qui se poursuit jusqu’au 12 mars. Avec ses tableaux, Loubaba Laalej contribue à changer la conception de l’art hors de toute ligne directive classique. «Artiste contemporaine, Loubaba Laalej brouille les frontières entre la picturalité et la matérialité. L’être au féminin pluriel demeure le motif privilégié de sa peinture éloquente. Espace de l’expérimentation et de la contemplation, chaque tableau symbolise la richesse mentale et la verticalité spirituelle de l’artiste, mais représente aussi une version métonymique du monde, et peut servir à l’artiste pour réinterpréter les formes et les couleurs, dans lequel elle puise comme dans un véritable chantier de fouilles archéologiques». C’est ainsi que décrit Ahmed Chakir, écrivain et chercheur, l’artiste Loubaba Laalej.  Selon Ahmed El Yahyaoui, chercheur en esthétique, cette artiste aventurière forge son œuvre dans la matière et le temps. «Elle a ouvert le chemin à une nouvelle plasticité (néo-plasticisme) avec la magie de la matière». L’acte pictural de Loubaba Laalej dépasse les matériaux traditionnels de la peinture. Elle a introduit dans la peinture des éléments non picturaux qu’elle mélange avec une grande sensibilité. Ses tableaux communiquent enthousiasme, intensité chromatique et états d’âme. On y découvre une volonté de partager, de redessiner et d’explorer. En parallèle avec cette exposition, le Centre culturel de Fondation Mohammed VI a présenté le 21 février en partenariat avec l’Institut national des beaux-arts de Tétouan, le nouveau livre de Loubaba Laalej. «Fragments» a été présenté au public de Tétouan dans ses deux versions française et arabe. Loubaba Laalej a à son actif plusieurs publications telles que «Émergence fantastique», «Matière aux sons multiples», «Abstraction et suggestion» (écrits critiques), «Mes univers» (monographie), «Pensées vagabondes» (recueil de poèmes), «Mysticité et plasticité», «Malhoun et peinture» (écrits et œuvres).  Le Matin, Le Matin - Loubaba Laalej présente ses œuvres au public de Tétouan

Traductions du mot « plasticisme »

Langue Traduction
Anglais plasticism
Espagnol plasticismo
Italien plasticismo
Allemand plastizismus
Chinois 可塑性
Arabe اللدونة
Portugais plasticismo
Russe plasticism
Japonais 可塑性
Basque plasticism
Corse plasticisimu
Source : Google Translate API
Partager