La langue française

Piéter

Sommaire

  • Définitions du mot piéter
  • Étymologie de « piéter »
  • Phonétique de « piéter »
  • Images d'illustration du mot « piéter »
  • Traductions du mot « piéter »

Définitions du mot piéter

Trésor de la Langue Française informatisé

PIÉTER, verbe

A. − Empl. intrans.
1. JEUX (de boules, de quilles). Tenir son pied à l'endroit fixé, sans le dépasser. (Dict. xixeet xxes.).
2. Aller à pied, être sur ses pieds.
a) [Le suj. désigne une pers.] Se tenir debout. Voir ces deux femmes demi-nues (...) trôler dans les allées du parc ou piéter dans l'antichambre (...) ça doit un peu étonner les visiteurs pudibonds (Goncourt, Journal, 1890, p.275).Les mains pendantes et le dos rond, lasses de piéter depuis six heures du matin, elles se laissaient engourdir par la chaleur (Hamp, Champagne, 1909, p.137).
b) CHASSE. [Le suj. désigne un gibier à plumes] S'échapper, avancer en marchant ou en courant, au lieu de s'envoler. «Les perdrix», disait Sarcelotte. Et c'étaient des compagnies de rouges qui piétaient par une raie, dans un chaume, la tête droite et presque immobile, les pattes véloces qu'une mécanique semblait mouvoir (Genevoix, Raboliot, 1925, p.242).La dame au long bec (...) se met à piéter à grande allure malgré ses petites pattes (Vidron, Chasse, 1945, p.59).
B. − Empl. pronom. réfl.
1. Se hausser, se planter solidement sur ses pieds. Le prince de Courtenay, en Louis XIV, se piétait comme si la postérité l'eût vu, entouré de mignons, de raffinés, de frondeurs, de mousquetaires (Péladan, Vice supr., 1884, p.114).Elle, une grosse, une espèce de gendarme, avec un oeil blanc qui regardait en l'air, elle se piète et croise les bras (Pourrat, Gaspard, 1925, p.226).
P. anal. [En parlant d'une chose] Les piliers et les colonnes semblaient se piéter puissamment pour soutenir le poids des immenses pierres appuyées sur les cubes de leurs chapiteaux (Gautier, Rom. momie, 1858, p.228).
2. Au fig. Se raidir, résister avec force. Nous allons visiter Le Caire soigneusement et nous piéter à travailler tous les soirs, chose que nous n'avons pas encore faite (Flaub., Corresp., 1850, p.123).Il s'enfermait (...) dans sa chambre, pour ne pas affliger ses enfants, et se piétait contre la douleur dans une solitude sévère (Duhamel, Suzanne, 1941, p.123).
C. − Empl. trans.
1. Vieilli. Piéter qqn (contre qqn, qqc.).Disposer quelqu'un à résister (à quelqu'un, à quelque chose). (Dict. xixeet xxes.).
2. Domaine techn.
a) MAR. ,,Marquer ou diviser l'étrave et l'étambot, en pieds et demi-pieds, avec de petites lames de plomb aplaties`` (Will. 1831).
b) INDUSTR. TEXT. Teindre les étoffes en bleu avant de les teindre en noir (d'apr. Chesn. t.2 1858).
REM.
Piéteur, -euse, adj. et subst. masc.[Corresp. à supra A 2 b] (Oiseau) qui s'échappe à pied au lieu de s'envoler. Les gallinacés sont de grands piéteurs (Duchartre1973).
Prononc. et Orth.: [pjete], (il) piète [pjεt]. Homon. piété. Ac. 1694, 1718: pieter; dep. 1740: piéter. Conjug. v. abréger. Étymol. et Hist. 1. Verbe intrans. a) xives. (ms.) «marcher» (Roman de Renard, éd. E. Martin, br. XI, 1683, var. ms. L); b) 1690 jeux (Fur.); 2. 1775 chasse (Buffon, Oiseaux, t.14, p.228 ds Littré); 3. verbe pronom. a) 1740 «prendre bien ses mesures» (Ac.); b) 1782 «se hausser sur les pieds» (Grimm, Correspondance, t.III, p.361 ds Littré); c) 1783 «se raidir, résister fortement» (MmeD'Épinay, Mémoires, t.1, p.371, ibid.). Du lat. tardif peditare «aller à pied», dér. de pedes, -itis «qui va à pied, piéton». Fréq. abs. littér.: 22.

Wiktionnaire

Verbe

piéter \pje.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Jeu) Tenir le pied à l’endroit qui a été marqué, au jeu de boule ou de quilles.
  2. (Chasse) Aller sur ses pieds, courir au lieu de voler, en parlant des oiseaux.
    • Une caille, piétant dans le trèfle, chantait. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)

se piéter intransitif

  1. (Vieilli) Se raidir contre, résister avec force.
    • Il s’est piété contre toute opposition d’arrangement.
    • Les stoïciens se piétaient contre la douleur.
    • Il se piéta devant elle… Léontine sentit qu’elle s’évanouissait. — (Francis Carco, L’Homme traqué, ch. VII, Éditions Albin Michel, Paris, 1922, p. 84)
    • Il se piéta, les deux poings sur les hanches. — (Julien Green, « Moïra », 1950, réédition Le Livre de Poche, page 25)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIÉTER. v. intr.
T. de Jeu. Tenir le pied à l'endroit qui a été marqué, au jeu de boule ou de quilles. En termes de Chasse, il se dit des Oiseaux et signifie Aller sur ses pieds, courir au lieu de voler. Les perdrix piètent dans la vigne.

SE PIÉTER signifie Se raidir contre, résister avec force. Il s'est piété contre toute opposition d'arrangement. Les stoïciens se piétaient contre la douleur. Il est vieux.

Littré (1872-1877)

PIÉTER (pié-té. La syllabe pié prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je piète, excepté au futur et au conditionnel : je piéterai) v. n.
  • 1 Terme de jeu de boule et de quilles. Tenir le pied à l'endroit marqué.
  • 2 Terme de chasse. Se dit en parlant d'une perdrix ou d'une caille, lorsqu'elle avance quelques pas sous l'arrêt du chien. Lorsqu'on croit la trouver [la bécasse] où elle s'est abattue, elle a déjà piété et fui à une grande distance, Buffon, Ois. t. XIV, p. 228.
  • 3 V. a. Fig. et familièrement. Disposer à la résistance (peu usité). On avait piété cet homme contre ses meilleurs amis.
  • 4 Terme de teinturier. Donner une teinte de bleu aux étoffes qu'on veut teindre en noir.
  • 5 Terme de marine. Exécuter l'opération du piétage.
  • 6Se piéter, v. réfl. Se roidir sur ses pieds. On se moque d'un nain qui se piète pour se grandir, Grimm, Corresp. t. III, p. 361.

    Fig. Se roidir, faire effort. Linant s'était piété pour les combattre, Mme D'Épinay, Mém. t. I, p. 371, dans POUGENS.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PIÉTER.
6Ajoutez :

Se piéter, se fixer, s'assurer sur ses pieds. Quand l'actrice, comme une statue qui se piète sur son socle, a redressé sa haute taille…, Th. Gautier, Journ. offic. Feuilleton, 25 juill. 1870.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Piéter le gouvernail, (Marine.) c’est y mettre des marques de distances en distances, divisées en piés & pouces, afin de connoître combien il enfonce dans l’eau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « piéter »

Pied.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin peditare (« aller à pied »), de pedes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « piéter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
piéter piete

Images d'illustration du mot « piéter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « piéter »

Langue Traduction
Anglais piety
Espagnol piedad
Italien religiosità
Allemand frömmigkeit
Chinois 虔诚
Arabe التقوى
Portugais piedade
Russe благочестие
Japonais 信仰心
Basque piedad
Corse pietà
Source : Google Translate API
Partager