La langue française

Physiologiste

Définitions du mot « physiologiste »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHYSIOLOGISTE, adj. et subst.

A. − Adj. et subst. (Personne) qui s'occupe de physiologie. Les physiologistes ont prouvé que tous les mouvemens vitaux sont le produit des impressions reçues par les parties sensibles (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t.1, 1808, p.72).Devons-nous supposer que les hygiénistes et les chimistes physiologistes se sont trompés dans l'organisation de la vie de l'individu, comme les politiciens, les économistes et les financiers dans celle de la vie de la nation? (Carrel, L'Homme, 1935, p.212).En dehors de la France et de l'Allemagne, il existait, au début du XIXesiècle, des physiologistes ingénieux et dont les contributions à la connaissance des fonctions de l'organisme animal ne sont pas négligeables (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.478).
P. anal. Écrivain ou artiste, auteur de descriptions ou de représentations minutieuses de la réalité humaine et sociale. Après avoir dit que Victor Hugo est un peintre et Balzac un physiologiste du monde moral, il [Taine] ajoute: «Dans le monde infini, l'artiste se choisit son monde...» (Zola, Romanc. natur., Stendhal, 1881, p.72).Ses facultés de physiologiste [de Degas] devaient trouver dans l'étude de la femme nue un motif plus capable encore de les manifester (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p.92).
B. − Adj. Relatif à la physiologie. Études physiologistes (La Madelaine, Chant, 1852, p.98).
REM.
Physiologue, subst.,synon. (supra A).Ce n'est pas que, pour remplir la tâche que je me suis proposée, il n'ait fallu être physicien, chimiste, physiologue, et même un peu érudit. Mais ces études, je les avais faites sans la moindre prétention à être auteur (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.22).Hist. de la philos. Philosophe qui estime que seules les causes naturelles et accessibles à l'observation peuvent expliquer les phénomènes de la vie et de la pensée. Les physiologues grecs croyaient retrouver sous tous les phénomènes de la nature une même essence primitive (Lévi-Bruhl, Mor. et sc. moeurs, 1903, p.117).Ainsi que l'a montré Frankfort à propos des physiologues ioniens, il est beaucoup plus difficile qu'on ne l'imagine communément d'échapper à la pensée mythique. L'homme et la nature sont liés et il est encore plus impossible de rationaliser absolument la nature que de soulever la terre avec un levier sans point d'appui (Ruyer, Cybern., 1954, p.31).
Prononc. et Orth.: [fizjɔlɔ ʒist]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. 1669 «naturaliste» (Widerhold Fr.-all.), attest. isolée; 2. 1757 «personne qui fait des recherches de physiologie» (Elemens de chymie [...] trad. du lat. sur la 2eéd. de M. Juncker, avec des notes par M. Demachy, Paris, t.I, 15). B. Adj. 1. 1852 «relatif à la physiologie» les études physiologistes d'un chanteur (La Madelaine, loc. cit.); 2. av. 1889 «qui témoigne des connaissances physiologiques» (Barbey d'Aurevilly ds Lar. Lang. fr.). Dér. de physiologie*; suff. -iste*; au sens A, on emploie parfois physiologue, att. d'abord au sens de «naturaliste» 1522 [éd.] (Corbichon, Des bestes, XVIII, 31 ds Delb. Notes mss) puis «personne qui s'occupe de physiologie», 1825 (Brillat-Sav., loc. cit.); physiologue est empr. au b. lat. physiologus «physicien, naturaliste», lui-même du gr. φ υ σ ι ο λ ο ́ γ ο ς, v. physiologie. Fréq. abs. littér.: 275. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 343, b) 833; xxes.: a) 268, b) 268.

Trésor de la Langue Française informatisé

PHYSIOLOGISTE, adj. et subst.

A. − Adj. et subst. (Personne) qui s'occupe de physiologie. Les physiologistes ont prouvé que tous les mouvemens vitaux sont le produit des impressions reçues par les parties sensibles (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t.1, 1808, p.72).Devons-nous supposer que les hygiénistes et les chimistes physiologistes se sont trompés dans l'organisation de la vie de l'individu, comme les politiciens, les économistes et les financiers dans celle de la vie de la nation? (Carrel, L'Homme, 1935, p.212).En dehors de la France et de l'Allemagne, il existait, au début du XIXesiècle, des physiologistes ingénieux et dont les contributions à la connaissance des fonctions de l'organisme animal ne sont pas négligeables (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.478).
P. anal. Écrivain ou artiste, auteur de descriptions ou de représentations minutieuses de la réalité humaine et sociale. Après avoir dit que Victor Hugo est un peintre et Balzac un physiologiste du monde moral, il [Taine] ajoute: «Dans le monde infini, l'artiste se choisit son monde...» (Zola, Romanc. natur., Stendhal, 1881, p.72).Ses facultés de physiologiste [de Degas] devaient trouver dans l'étude de la femme nue un motif plus capable encore de les manifester (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p.92).
B. − Adj. Relatif à la physiologie. Études physiologistes (La Madelaine, Chant, 1852, p.98).
REM.
Physiologue, subst.,synon. (supra A).Ce n'est pas que, pour remplir la tâche que je me suis proposée, il n'ait fallu être physicien, chimiste, physiologue, et même un peu érudit. Mais ces études, je les avais faites sans la moindre prétention à être auteur (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.22).Hist. de la philos. Philosophe qui estime que seules les causes naturelles et accessibles à l'observation peuvent expliquer les phénomènes de la vie et de la pensée. Les physiologues grecs croyaient retrouver sous tous les phénomènes de la nature une même essence primitive (Lévi-Bruhl, Mor. et sc. moeurs, 1903, p.117).Ainsi que l'a montré Frankfort à propos des physiologues ioniens, il est beaucoup plus difficile qu'on ne l'imagine communément d'échapper à la pensée mythique. L'homme et la nature sont liés et il est encore plus impossible de rationaliser absolument la nature que de soulever la terre avec un levier sans point d'appui (Ruyer, Cybern., 1954, p.31).
Prononc. et Orth.: [fizjɔlɔ ʒist]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. 1669 «naturaliste» (Widerhold Fr.-all.), attest. isolée; 2. 1757 «personne qui fait des recherches de physiologie» (Elemens de chymie [...] trad. du lat. sur la 2eéd. de M. Juncker, avec des notes par M. Demachy, Paris, t.I, 15). B. Adj. 1. 1852 «relatif à la physiologie» les études physiologistes d'un chanteur (La Madelaine, loc. cit.); 2. av. 1889 «qui témoigne des connaissances physiologiques» (Barbey d'Aurevilly ds Lar. Lang. fr.). Dér. de physiologie*; suff. -iste*; au sens A, on emploie parfois physiologue, att. d'abord au sens de «naturaliste» 1522 [éd.] (Corbichon, Des bestes, XVIII, 31 ds Delb. Notes mss) puis «personne qui s'occupe de physiologie», 1825 (Brillat-Sav., loc. cit.); physiologue est empr. au b. lat. physiologus «physicien, naturaliste», lui-même du gr. φ υ σ ι ο λ ο ́ γ ο ς, v. physiologie. Fréq. abs. littér.: 275. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 343, b) 833; xxes.: a) 268, b) 268.

Wiktionnaire

Nom commun

physiologiste \fi.zjɔ.lɔ.ʒist\ masculin

  1. Biologiste, médecin ou vétérinaire qui étudie la physiologie.
    • Or, il résulte des expériences du physiologiste anglais que les contractions de la feuille de l’attrape-mouche donnent au galvanomètre les mêmes déviations que celles d'un muscle ordinaire. — (J.-L., « Variétés », dans la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 33 du 7 août 1874, Paris : éd. G. Masson, p. 534)
    • Le physiologiste hollandais Jordan écrivait que les travaux de Pavlov ont fait de Léningrad la Mecque des physiologistes du monde entier. — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, p.3, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHYSIOLOGISTE. n. m.
Celui qui se consacre à la physiologie. Ce médecin est un savant physiologiste.

Littré (1872-1877)

PHYSIOLOGISTE (fi-zi-o-lo-ji-st') s. f.
  • Celui qui s'occupe de physiologie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « physiologiste »

De physiologie avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « physiologiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
physiologiste fizjɔlɔʒist

Citations contenant le mot « physiologiste »

  • Quel est le nombre maximum de hot-dogs qu’un être humain peut engloutir en 10 minutes ? Un physiologiste américain aurait trouvé la réponse à cette question qui ne se posait peut-être pas. Courrier international, Les performances des mangeurs de hot-dogs à l’épreuve de la statistique
  • Ça y est, on y est presque… Le cinéma va naître…Et c’est encore la science qui va faire son œuvre… avant même l’art! Etienne-Jules Marey, physiologiste renommé et novateur dans sa discipline, était professeur au collège de France et promoteur de la méthode graphique permettant l’étude des mouvements des êtres animés par enregistrement graphique: il associe la photographie aux recherches en optique sur la représentation du mouvement et en 1881 il adopte la photographie instantanée comme moyen d’enregistrement. La première photographie réalisée en 1826 par Nicéphore Nièce fut réalisée avec un temps de pose de 8 heures! Daguerre, en 1839, réduit le temps de pose à plusieurs dizaines de minutes: photographier un personnage l’obligeait à rester longtemps immobile. Avec ce nouveau procédé, une photo 30peut être réalisée en moins d’une seconde, condition indispensable pour pouvoir enregistrer le mouvement. En 1878, Edward Muybridge réussit à obtenir plusieurs clichés successifs d’un cheval au galop, en utilisant autant d’appareils photos que de clichés. Etienne-Jules invente la chronophotographie: répétition des prises de vues sur une même plaque photographique. Il photographie d’abord sur une plaque fixe les différentes phases d’un même mouvement. Plus tard, il utilise une plaque mobile permettant d’obtenir jusqu’à 50 photos à un rythme de 20 images par seconde. Il obtient ainsi, à des fins strictement scientifiques, des images inédites, déconcertantes et insolites, où les mouvements les plus anodins de l’homme, du cheval, de l’oiseau, prennent des formes fantomales. Son iconographie est largement diffusée par les magazines et finit par dépasser ses intentions analytiques. En 1888 il réalise la chronophotographie sur pellicule mobile, énoncé de la procédure cinématographique qui sera perfectionnée par d’autres en 1895. Mais M. Marey est un scientifique avant tout, il ne poursuit pas ses recherches pour projeter ses clichés, n’ayant pas l’intuition du spectacle cinématographique à venir. Tout ceci n’est pas tombé dans des yeux d’aveugles… et ils vont en profiter pour inventer le cinéma! ladepeche.fr, Castelnaudary. La chronophotographie de Etienne-Jules Marey - ladepeche.fr
  • « Comment répondre à cette question ? », interroge le Dr Yvan Zagori, médecin du sport et physiologiste expert à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep). « Dans le haut niveau, chaque discipline appelle un renforcement spécifique, dans le détail ». Le médecin préconise « de se faire conseiller dans l’équipement d’une salle » et d’associer des outils complémentaires. Ainsi, dit-il, « il est intéressant de prévoir à la fois des haltères libres, qui permettent de maintenir la maîtrise du geste et des machines guidées qui aident à être plus analytiques ». acteursdusport.fr, Les centres d’athlétisation visent la haute performance - Acteurs du sport
  • Martin Buchheit devrait être remplacé par Gian Nicola Bisciotti, le physiologiste en chef d’Aspetar. Il serait notamment en relation avec Cristiano Eirale, responsable du secteur médical. L’Allemand était la cible de critiques pendant plusieurs mois, notamment en raison d’un grand nombre de blessures dans le groupe. VIPSG, Le PSG confirme le départ d'un membre du staff contesté - VIPSG
  • La recherche fournit un nouvel aperçu d’une région du cerveau connue pour son rôle dans le contrôle des états corporels de base. «Nous savions que l’hypothalamus coordonne la majorité des processus autonomes du corps, comme la thermorégulation, la circulation, le poids corporel et l’équilibre énergétique», explique le physiologiste Gerhard Heldmaier de l’Université Philipps de Marburg en Allemagne, qui n’était pas impliqué dans le travail. « De ces études, nous apprenons que les neurones hypothalamiques garantissent non seulement la stabilité mais peuvent également déplacer ce contrôle de la vie sur la voie rapide à la vie sur la voie lente. » Marseille News .net, Le commutateur dans le cerveau de la souris induit un sommeil profond semblable à l'hibernation - Marseille News .net
  • Claudio Lazzari, physiologiste du comportement à l’Université de Tours en France, et ses collègues étudiaient comment les tiques et autres arthropodes se nourrissant de sang, comme les moustiques et les punaises qui embrassaient, traitaient une chaudière dans le ventre. Les travaux de l’équipe de Lazzari et d’autres laboratoires avaient précédemment montré que certaines espèces stimulaient la production de protéines de choc thermique, qui aident les cellules à se remettre des effets désagréables du stress thermique. Laminute.info, laminute.info, toute l'actualité en France et dans le monde

Traductions du mot « physiologiste »

Langue Traduction
Anglais physiologist
Espagnol fisiólogo
Italien fisiologo
Allemand physiologe
Chinois 生理学家
Arabe فسيولوجي
Portugais fisiologista
Russe физиолог
Japonais 生理学者
Basque physiologist
Corse fisiologu
Source : Google Translate API

Physiologiste

Retour au sommaire ➦

Partager