La langue française

Phonétisme

Définitions du mot « phonétisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

Phonétisme, subst. masc.Ensemble des phonèmes utilisés dans une langue à un moment donné de son évolution. On trouve des systèmes de pictogrammes élaborés et des écritures sans alphabet, comme, par exemple, celle des Aztèques qui «constituait un compromis entre l'idéogramme, le phonétisme et la simple figuration» (Traité sociol., 1968, p.427). [fɔnetism̭]. 1reattest. 1824 (Champollion, Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, p.83 ds Quem. DDL t.13); de phonétique par substitution du suff. -isme* à -ique.

Wiktionnaire

Nom commun

phonétisme \fɔ.ne.tism\ masculin

  1. Peinture des sons ; manière de représenter les idées en représentant les sons.
  2. (Grammaire) Écriture d'une langue à partir de sa prononciation.
    • Préoccupés de leur phonétisme, ils y ont visé de tout leur cœur et en ont fait leur principe comme il était leur fin. Or il n’y a rien de trompeur comme le phonétisme. Écrire comme on prononce ! Mais chacun prononce à sa façon, selon sa province, selon son éducation, même selon son individualité. Pain, en bon phonétisme, devrait s’écrire pin à Paris et peigne à Bordeaux. Retrouvez-vous là-dedans ! — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PHONÉTISME (fo-né-ti-sm') s. m.
  • Peinture des sons, manière de représenter les idées en représentant les sons.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « phonétisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
phonétisme fɔ̃etism

Citations contenant le mot « phonétisme »

  • Si l’on veut que l’apprenant étranger véhicule « du sens » dans ses communications en langue cible, il doit avant tout être capable de produire des suites phoniques conformes, ce qui implique la maîtrise de la structuration syntaxico-intonative de l’énoncé et des traits spécifiques du phonétisme français. Un énoncé (quel qu’il soit), en dehors du sens qu’il véhicule, reste également une substance phonique, et ce, autant dans le cas d’un énoncé oral que dans un écrit. Ce dernier, nous confronte à une graphie, d’abord, mais le lecteur, dans sa langue maternelle, « entend » en même temps qu’il lit : la graphie entraîne immédiatement la phonie en une sorte de voix intérieure. Il est donc nécessaire que l’apprenant, qui lit/entend avec sa propre prononciation (plus ou moins correcte) s’habitue à « placer » sa phrase dans un mouvement phonatoire d’ensemble comportant simultanément : la prononciation des sons, la distribution des syllabes accentuées (pour le rythme), les phénomènes d’enchaînement et de liaison, le maintien du timbre vocalique (phénomène de stabilité), l’intonation (la mélodie) de l’énoncé pour favoriser la compréhension dans la communication parlée, rapprocher sa production autant que possible de celle d’un natif… À cet effet, les textes littéraires constituent un support intéressant pour exercer l’apprenant étranger à dépasser les difficultés[8] de prononciation (et/ou à s’exprimer devant ses pairs) et à appréhender la civilisation et la culture françaises en même temps. Le scripteur (poète, romancier, dramaturge…) compte sur la compétence artistique du lecteur/auditeur pour retrouver la symbolisation sonore de l’écrit, il est donc indispensable que nos apprenants puissent comprendre, apprécier ce qu’ils lisent/entendent. Le poète, par exemple, est avant tout celui qui connaît, de science profonde, les ressources du langage, « les accords du son et du sens », « les effets psychiques que produisent les groupements de mots et physionomies de mots » ; il a recours aux « audaces » les plus inattendues et dissout le sens des mots qu’il emploie dans un bain de sonorités harmonieuses. Il en va de même pour le romancier, l’écrivain, le dramaturge, le parolier, le concepteur de slogans publicitaires[9], le compositeur… , Phonétique, littérature et enseignement du FLE : Théories et recherches (revue Corela)
  • Il y a des mots qui nous sont faciles à prononcer et du même coup à retenir, parce qu’ils semblent bien correspondre au phonétisme de la langue française, mais pour autant, si l’on nous demande leur sens précis, on est assez embêté, eh bien c’est le cas du mot « mélanine ». Que l’on va donc radiographier ce matin. , Mélanine
  • Ici, nous ne nous intéresserons pas aux querelles de linguistes qui déjà, il y a des siècles opposaient par exemple « le phonétisme absolu » de Louis Meigret à la latinisation, c'est-à-dire l’orthographe étymologique de Robert Estienne, mais nous tenterons de comprendre pourquoi le citoyen lambda tient tant à ne pas toucher à ces règles orthographiques que pourtant très souvent, il ne maîtrise pas complètement lui-même ou qu’il a appris laborieusement. Club de Mediapart, Regard sur la sacro-sainte orthographe française | Le Club de Mediapart
  • Je vous donne une réponse d’un linguiste et après celle d’un sociolinguiste. Au niveau linguistique, il n’y a absolument aucun problème de transcrire n’importe quelle langue dans n’importe quelle graphie. C’est-à-dire que la graphie est accessoire car c’est un codage ou un transcodage pour rendre le phonétisme de la langue visible. Donc à ce niveau-là, la graphie importe peu. TSA, « On ne peut pas inventer une langue commune à tous les amazighophones » — TSA
  • Quand les images aphrodisiaques d’un rêve nous montrent un immense jet et un petit tas, Psyché traduit : un jet c’est la lettre G. un petit tas c’est un petit a, cela donne G grand a petit ce qui veut dire : « j’ai grand appétit », grand appétit pour quoi ? d’aliments, de sexe ou de connaissances ? Voilà qui était fort indécent, indé-sens pour la déesse de la Beauté. On comprend qu’elle soit en plein désarroi. Psyché jouant sur l’homophonie faisait passer l’image des choses à la vivacité des mots pour ouvrir sur d’autres représentations. Les hiéroglyphes égyptiens utilisaient d’ailleurs ce même procéder. Les hiéroglyphes ne signifiaient pas ce qu’ils représentaient, si beaux et colorés soient-ils, mais tout autre chose relevant seulement d’un pur phonétisme. , Psyché, Eros et Aphrodite - Psychanalyse-Paris.com

Images d'illustration du mot « phonétisme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « phonétisme »

Langue Traduction
Anglais phonetics
Espagnol fonética
Italien fonetica
Allemand phonetik
Chinois 语音学
Arabe علم الصوتيات
Portugais fonética
Russe фонетика
Japonais 音声学
Basque fonetika
Corse fonetica
Source : Google Translate API

Phonétisme

Retour au sommaire ➦

Partager