La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « philosophie du soupçon »

Philosophie du soupçon

Définitions de « philosophie du soupçon »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

philosophie du soupçon \fi.lɔ.zɔ.fi dy sup.sɔ̃\

  1. (Philosophie) Ensemble des idées qui ont remis en cause de grandes croyances philosophiques ; ses maîtres sont Friedrich Nietzsche, Karl Marx et Sigmund Freud.
    • Une philosophie du soupçon est digne de l’appellation quand elle refuse par principe le repos de la fondation, les droits de la raison et la capacité de la pensée à construire sa propre légitimité. — (Olivier Dekens, Le structuralisme, Armand Colin, collection « 128 », Paris, 2015, page 38)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « philosophie du soupçon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philosophie du soupçon filɔzɔfi dy supsɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « philosophie du soupçon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « philosophie du soupçon »

  • L’approche de Spinoza consistait à purger les textes religieux de ce qui était en contradiction avec une conception rationnelle du réel et de l’histoire. L’entrée de l’homme dans l’âge de l’intelligence rationaliste rendait, pour ainsi dire, caduque un langage qui s’appuyait essentiellement sur l’imagination afin de traduire son message. Il s’agissait donc, en quelque sorte, de réactualiser ce langage en l’accordant à l’éveil rationaliste qui était survenu. Et à la certitude de la conscience de soi qui, depuis Descartes, marquait le profil de l’homme des Lumières qui ne s’en laisse plus conter. Or quel est précisément le point commun des trois philosophes cités : Nietzsche, Marx et Freud ? Leur point commun est qu’ils remettent en cause le caractère véridique de cette conscience de soi. La civilisation, ou plutôt une certaine forme de civilisation, a inoculé dans l’individu la certitude qu’il est maître de sa propre conscience et de son propre projet, alors que c’est faux. Tel est, avec ses variantes, le discours qu’ils tiennent tous les trois. Il y a des forces souterraines qui agissent en nous, qui nous manœuvrent en sous main et dont nous sommes d’autant plus les pantins que nous en ignorons l’existence. Plus que cela : la conscience de soi, comme illusion, relève d’une sorte de perversité inhérente à nos civilisations modernes par lesquelles elles s’assurent de notre aliénation. D’où la nécessité d’une révolution qui rime avec violence. Car ce qui aliène l’homme, cette puissance occulte qui se présente abusivement comme une puissance de salut, a ses tenants : ce sont les défenseurs de l’ordre ancien ! Autrement dit, il y a, dans la philosophie du soupçon, le présupposé selon lequel l’illusion dont l’homme est victime n’est pas une illusion dont la cause est un déficit du côté de sa clairvoyance. C’est une illusion à laquelle il est positivement et activement assigné, par ce que Ricœur thématise à travers la notion d’«idéologie». Les croyances religieuses sont tout particulièrement concernées par le soupçon. Mais la philosophie n’échappe pas à la logique de l’idéologie : elle est elle-même réquisitionnée pour fabriquer des certitudes. Des certitudes qui sont naturellement illusoires, et synonymes d’aliénation, mais dont la persistance en nous est d’autant mieux assurée que nous nous convainquons qu’elles représentent nos plus grandes conquêtes et nos plus beaux trophées. La Presse de Tunisie, Chemins de l’herméneutique: Paul Ricœur et les philosophes du soupçon | La Presse de Tunisie
  • Peu de philosophes ont eu autant d’héritiers que Friedrich Nietzsche. En surgissant dans l’histoire de la philosophie, son œuvre iconoclaste a bouleversé nombre de grands acquis de la pensée « classique » – la raison, la morale, les valeurs etc. –, inaugurant ce que l’on appellera plus tard « la philosophie du soupçon ». , Pierre-André Taguieff : un livre pour penser "contre et avec" Nietzsche

Images d'illustration du mot « philosophie du soupçon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Philosophie du soupçon

Retour au sommaire ➦

Partager