La langue française

Philologique

Définitions du mot « philologique »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHILOLOGIQUE, adj.

Relatif à la philologie, qui relève de la philologie.
A. − [Corresp. à philologie A] De solides études philologiques doivent précéder logiquement les recherches historiques, toutes les fois que les documents à mettre en oeuvre ne sont pas rédigés en langue moderne, et intelligibles sans difficulté (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist.,1898, p.32).Les fantaisies philologiques, auxquelles se livre Augustin sur le participe passé mortuus, qui marque un passage, non un état (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p.81).
B. − [Corresp. à philologie B] Étude philologique d'un texte. Il n'y a pas eu de modes passagères et contradictoires, comme dans la critique philologique, où le balancier oscille entre l'hypercritique et la candeur naïve (L'Hist. et ses méth.,1961, p.478).
REM.
Philologiquement, adv.D'un point de vue philologique. Comparatisme fondé sur les affinités linguistiques, qui réduit son champ d'investigation à ce qui est philologiquement apparenté (Philos., Relig., 1957, p.40-12).
Prononc. et Orth.: [filɔlɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist.1. 1666 «relatif aux belles lettres» (Journ. Sav. 1, 29 d'apr. FEW t.8, p.381a); 1668 (Chapelain, Lettre à M. Vossius, 20 avr., éd. Ph. Tamizey de Larroque, t.2, p.568); 2. 1809 «relatif à l'étude des langues et des documents écrits» (Courier, Lettres Fr. et Ital., p.805: Grand merci de vos soins obligeants pour mes livres, papiers, collations de manuscrits, etc. Mes affaires philologiques sont aussi bien entre vos mains que jadis les affaires politiques). Dér. de philologie*; suff. -ique*. Cf. le lat. mod. philologicus «littéraire» 1620 ds Latham. L'angl. philological «relatif à la philologie» est att. dep. 1621: philologicall ds NED et philologic «id.» dep. 1660, ibid. Fréq. abs. littér.: 69.

Wiktionnaire

Adjectif

philologique \fi.lɔ.lɔ.ʒik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la philologie.
    • « – Ah ! par exemple, dit le prince, je l’ai si bien gourmé que voilà mes propres paroles, dit M. de Beaufort avec toute la majesté que vous lui connaissez : « Mon cher Chavigny, vous êtes blâmable de prêter secours à un drôle comme ce Mazarin. »
      « – Ah ! Monseigneur, s’écria le second, je comprends, c’est gourmander que vous avez voulu dire.
      « – Gourmander, gourmer, que fait cela ? dit le prince ; n’est-ce pas la même chose ? En vérité, vos faiseurs de morts sont bien pédants ! »
      On rit beaucoup de cette erreur philologique de M. de Beaufort, dont les bévues en ce genre commençaient à devenir proverbiales, et il fut convenu que, l’esprit de parti étant exilé à tout jamais de ces réunions amicales, d’Artagnan et Porthos pourraient railler les princes, à la condition qu’Athos et Aramis pourraient gourmer le Mazarin.
      — (Dumas, Vingt ans après, 1845)
    • Il faudrait écrire un livre si l'on voulait entrer dans le détail des considérations philologiques qui plaident pour un développement sérieux des études relatives aux idiomes populaires répandus sur toute la surface du domaine français. — (E. de Chambure, Glossaire du Morvan, Paris, H. Champion & Autun, Dejussieu père & fils, 1878, p.XIX)
    • Je m'instruis de mon mieux aux dissertations philologiques de Jacques Boulenger, d'André Thérive et des savants alcooliques du Grammaire Club. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Puisque nous sommes sur le terrain philologique ou linguistique, et que nous venons de tuer un coucou, oiseau qui dans tous les pays a reçu un nom onomatopéen, nous allons voir ce que peut la différence d'oreilles. Le coucou s'appelle kounjou en chinois; kouti en tibétain; koukouchka en russe; kakou en dialecte tarantchi; pakou en ousbeg. — (Gabriel Bonvalot, De Paris au Tonkin à travers le Tibet inconnu, Éditions Olizane, 2008, page 420)
    • La littérature tatare et kiptchake (ou ancien tatar) en caractères arméniens constitue une part intégrante de la culture arménienne et possède une valeur philologique certaine. — (Claude Mutafian, Arménie, la magie de l'écrit, ‎Centre de la Vieille Charité , éd. Somogy, 2007, page 338)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHILOLOGIQUE. adj. des deux genres
. T. didactique. Qui concerne la philologie. Recherches philologiques. Mélanges philologiques.

Littré (1872-1877)

PHILOLOGIQUE (fi-lo-lo-ji-k') adj.
  • Qui concerne la philologie. Crenius vient de publier un second recueil de pièces latines qui n'avaient guère paru que dans les académies d'Allemagne ; elles roulent sur des matières en partie théologiques et en partie philologiques, Bayle, Lett. à M***, 31 mars 1698.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « philologique »

Φιλολογιϰὸς (voy. PHILOLOGIE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1666) Mot dérivé de philologie avec le suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « philologique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philologique filɔlɔʒik

Citations contenant le mot « philologique »

  • La médecine n’est pas une science exacte. Les différents pays utilisent des unités de mesure différentes, des termes différents et des noms de médicaments différents. Toutefois, de nouveaux termes apparaissent chaque année. Une personne qui se charge de traductions médicales doit connaître ces innovations. Lors de la traduction de dossiers médicaux, de manuels ou de documents relatifs à des équipements médicaux, il convient également de se souvenir d’abréviations spécifiques. Même une personne ayant une formation philologique supérieure, dont le Russe est originaire, peut ne pas savoir comment déchiffrer, par exemple, le RGO. Par conséquent, la traduction du dossier médical du patient perdra l’information selon laquelle le patient souffre de reflux gastro-œsophagien et est donc à risque d’ulcères d’estomac et même de cancer. La lettre économique et politique de PACA, PARIS : La traduction médicale et ses caractéristiques - La lettre économique et politique de PACA
  • La récupération raciste et nazie de la philosophie de Nietzsche a été dénoncée assez tôt après la Deuxième Guerre mondiale, par des auteurs comme Adorno, Gadamer et Horkheimer. Mais ces derniers n’expliquent pas ce qui a rendu cette instrumentalisation possible. Reprenant les pièces d’un dossier instruit déjà à de nombreuses reprises, Marc B. de Launay s’efforce de déterminer ce qui, dans la philosophie de Nietzsche, pouvait prêter à des confusions et partant à des manipulations théoriques et philologiques fallacieuses : l’idée de renversement des valeurs, mais surtout la place centrale accordée par Nietzsche au corps, véritable « fil conducteur » de sa nouvelle manière de philosopher, constituent « le support nécessaire d’une pensée raciale » (p. 12). Les confusions que suscitent certaines expressions provocatrices de Nietzsche, que ses détracteurs ont eu beau jeu d’afficher comme la preuve de son prétendu brutalisme, sont en ce sens levées – comme c’est le cas de la fameuse « bête blonde » évoquée dans la Généalogie de la morale, dont l’auteur rappelle le contexte philologique (p. 14-15). , Le surhomme entre race et culture - La Vie des idées
  • La structure thématique et philologique Quid.ma, Y a-t-il une Erreur que le Pr Christian Perronne a commise ? (Par Dr Younes Kalakhy)
  • 8Le Troisième monde est un sommet de finesse herméneutique — comment en rendre compte sans porter préjudice à la complexité du parcours interprétatif où nous engage Fr. Rastier, à travers le poème d’André Breton, « L’Union libre » ? En posant des préalables philologiques, en sélectionnant des traits de facture maillés par une juxtaposition disparate, Fr. Rastier expérimente un dispositif de lecture qui révoque, au décours du poème, tout arrangement convenu. Rappelant à quel point « tous les futurismes se sont complus dans l’originel », il démontre comment les ruptures esthétiques (et politiques) revendiquées par Breton se nourrissent paradoxalement de formes et de traditions anciennes – du blason érotique à la canso courtoise. Si structurellement, le poème semble divisé en son milieu exact, à l’instar de cette division du corps à l’horizontale issue de l’esthétique chrétienne et si importante dans la topique amoureuse, les codes de la description et l’ordre canonique de l’ekphrasis se trouvent cependant subvertis. Le ratissage systématique du matériau lexical fait valoir un nombre impressionnant de ruptures d’isotopies, attestant là encore de la mise à distance de tout effet de réel. Le déploiement dans la scénographie poétique de deux canons anatomiques (femme-enfant et femme mature) liés par une dialectique unifiante s’amplifie dans les parangons du spirituel et du charnel, la Vénus terrestre recevant les traits de la Vénus céleste, dans un « troc d’attributs » inattendu qui signale une fois de plus le rôle crucial de l’hypallage dans la relance du parcours interprétatif. Les enjeux critiques de la figure sont ainsi minutieusement évalués, et à la faveur d’un rituel herméneutique détonnant, la confrontation de l’œuvre au corpus littéraire révèle que « ce n’est pas le trope qui permet de requérir l’intertexte mais l’intertexte qui permet de constituer le trope ». L’antinomisme — mimétique, érotique, rhétorique — de Breton majore la cohérence paradoxale de son projet esthétique — « la beauté convulsive devra rester érotique-voilée », ce qui reflète bien le paradoxe du surréalisme : détruire un monde et en créer un autre. La topique poétique, unissant ici microcosme (corps féminin) et macrocosme, assure ainsi une synthèse inouïe qui remet le poète surréaliste dans l’orbite d’une cosmogonie érotique concrétisant l’enjeu artistique de la fusion. , L’herméneutique comme rupture d’accoutumance (Acta Fabula)
  • Enfin, la critique génétique apparaît également dominée par l'attitude philologique, par l'attention à la matérialité des avant-textes et au processus de l'élaboration matérielle des textes. Son programme était d'ailleurs déjà inscrit dans le projet lansonien, et le fait qu'elle puisse parfois paraître remettre en question la légitimité des textes publiés ne contredit pas son ancrage philologique, mais en apparaît au contraire comme l'ultime conséquence: contestant en aval des manuscrits d'auteurs la téléologie menant à un texte prétendu définitif, elle ne fait qu'inverser le processus qui a mené les médiévistes post-bédiéristes à mettre en doute en amont des manuscrits qu'ils étudiaient l'existence d'un original stable. , Fabula, Atelier littéraire : Philologie comme science%2Dpilote
  • Studii şi cercetări filologice. Seria Limbi Străine Aplicate (Études et recherches philologiques. Série Langues Etrangères Appliquées) , Revue : Études et recherches philologiques. Série Langues Etrangères Appliquées

Traductions du mot « philologique »

Langue Traduction
Anglais philological
Espagnol filológico
Italien filologico
Allemand philologisch
Chinois 文字的
Arabe لغوي
Portugais filológico
Russe филологический
Japonais 哲学的
Basque filologiko
Corse filologica
Source : Google Translate API

Philologique

Retour au sommaire ➦

Partager