La langue française

Philhellène

Sommaire

  • Définitions du mot philhellène
  • Étymologie de « philhellène »
  • Phonétique de « philhellène »
  • Citations contenant le mot « philhellène »
  • Traductions du mot « philhellène »

Définitions du mot « philhellène »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHILHELLÈNE, subst. et adj.

I. − Substantif
A. − Le plus souvent au plur., HIST.
1. Personnes qui, en Europe, furent à l'origine du mouvement d'aide morale, matérielle et militaire aux Grecs durant la guerre d'Indépendance qu'ils firent contre les Turcs de 1821 à 1829 (d'apr. M. Mourre, Dict. encyclop. d'hist., 1978, p.3519). Le premier et le plus glorieux des philhellènes, il [Byron] se montra, dans le court espace de temps qu'il lui fut donné de vivre encore et d'être à l'oeuvre, homme d'action et homme pratique (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t.6, 1863, p.316).
2. Volontaires étrangers engagés au côté des Grecs pendant cette même guerre. Le colonel Touret (...), ancien philhellène qui a fait la guerre de l'Indépendance avec le général Fabvier (Flaub., Corresp., 1850, p.283).On se souvient à peine que, pendant la guerre de l'Indépendance, la jeunesse la plus ardente de l'Europe courut à la défense de la Grèce. Ces amis des Grecs, ou ces philhellènes, auront été les derniers chevaliers errants (About, Grèce, 1854, p.80).V. phil(o)- B ex. de Tharaud.
B. − Ami de la Grèce. Le titre de philhellène est celui que vont le plus rechercher les souverains de l'Asie citérieure (Renan, Hist. peuple Isr., t.4, 1892, p.201).[Le] groupe des «philhellènes». C'était tiré d'Homère, ce surnom, s'il vous plaît (Daniel-Rops, Mort, 1934, p.107).
En partic. Admirateur des arts et de la civilisation des anciens Grecs. (Dict. xixeet xxes.).
Empl. adj. Le platonisme (...) par sa tendance idéaliste, est, pour ces chrétiens philhellènes, l'objet d'une faveur marquée (Renan, Marc-Aurèle, 1881, p.108).Les Français sont traditionnellement philhellènes (Rob.).
II. − Adj., HIST. Qui était favorable ou qui oeuvrait pour l'indépendance grecque. Comités, mouvements philhellènes. Les Grecs s'étaient révoltés contre la domination ottomane et nous avons peine à comprendre aujourd'hui l'enthousiasme philhellène de la France d'alors (Bainville, Hist. Fr., t.2, 1924, p.159).
Prononc.: [filεl(l)εn], [-elεn]. Étymol. et Hist.1. 1823 adj. et subst. «(personne ou association) amie des Grecs et favorable à la reconquête de leur indépendance» (Boiste); 2. 1842 «volontaire étranger engagé contre les Turcs aux côtés des Grecs lors de la guerre de l'Indépendance» (Ac. Compl.); 3. 1869 «admirateur des anciens Grecs, des arts et de la civilisation des Grecs» (Littré). Empr. au gr. φ ι λ ε ́ λ λ η ν «ami des Grecs, de leur langue, de leur littérature», comp. de φ ι λ - (de φ ι ́ λ ο ς «ami») et de Ε λ λ η ν «grec», Ε λ λ η ν ε ς «Grecs». Fréq. abs. littér.: 22.
DÉR.
Philhellénisme, subst. masc.a) Hist. Intérêt porté à la cause de l'Indépendance grecque au déb. du xixes.; soutien apporté à la guerre d'Indépendance. La puérile utopie de l'école de l'art pour l'art (...) était nécessairement stérile (...). Sans doute, des littérateurs très-ingénieux (...) furent mêlés à ce mouvement (...). Navarin attira leurs yeux vers l'Orient, et le philhellénisme engendra un livre éclatant comme un mouchoir ou un châle de l'Inde (Baudel., Art romant., P. Dupont, 1851, p.404).b) Amitié, amour pour les Grecs. La dernière pièce de cette trilogie est Zimiscès, l'empereur arménien, pour lequel il est tout feu et passion, et probablement son imagination lui fait retrouver en Tigrane l'énergie et le philhellénisme de ce Jean Zimiscès (Barrès, Voy. Sparte, 1906, p.115). [filεl(l)enism̭], [-ele-]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. 1842 (Ac. Compl.); de philhellène, suff. -isme*.

Wiktionnaire

Adjectif

philhellène \fi.lɛ.lɛn\ ou \fi.le.lɛn\ masculin et féminin identiques

  1. Favorable à l’indépendance grecque.
    • De nombreux comités philhellènes ont été crées en Europe et en Amérique, pour soutenir la révolution grecque.
    • L’opposition scolaire entre classiques et romantiques ne tient pas : même si Ingres et Delacroix n’avaient pas en tête la même Grèce idéale, toute la génération de 1820 avait été philhellène, rêvant du bleu du ciel et de la liberté. Ensuite était venu le temps des savants et cette cohorte d’artistes épris de ruines et d’archéologie, Athéniens de cœur, réalistes dans leurs savantes reconstitutions en costumes. — (Adrien Goetz, Les Néos-Grecs ont plus d'une corde à leur lyre, le 27/03/2014 sur www.lefigaro.fr)

Nom commun

philhellène \fi.lɛ.lɛn\ ou \fi.le.lɛn\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui apprécie les Grecs.
  2. (En particulier) Partisan de la Grèce contre l’Empire ottoman lors de la guerre d’indépendance grecque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PHILHELLÈNE (fi-lèl-lê-n') s. m.
  • 1Anciennement, ami des Hellènes, de leurs arts, de leur civilisation, en parlant d'hommes qui n'étaient pas Grecs.
  • 2Aujourd'hui, ami des Grecs modernes, favorable à leur indépendance.

    Volontaire au service de la Grèce moderne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « philhellène »

(1823) Du grec ancien φιλέλλην, philéllên (« qui aime les Grecs, ami des Grecs ») → voir phil- et hellène.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Φιλέλλην, de φίλος, qui aime, et Ἕλλην, grec.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « philhellène »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philhellène filɛlɛn

Citations contenant le mot « philhellène »

  • La dimension culturelle est ici primordiale. L’histoire de cet engagement est d’abord celle des rêves, des désirs, des attentes qui lui donnèrent corps. Privilégiant la littérature philhellène et les écrits personnels, Mazurel décrit donc longuement cette «mobilisation des imaginaires». Divers motifs s’entrecroisent. A l’ennui, à la frustration d’une jeunesse romantique dont les pères avaient fait la Révolution et l’Empire, s’ajoutait la vigueur du «mirage grec». Nourris d’humanités, de théâtre et de poésie classiques, les philhellènes se pensèrent en sauveurs de l’antique Hellade, berceau de l’Occident qu’il s’agissait à la fois de libérer et de régénérer. On parlait guerre de Troie, guerres médiques, héros et demi-dieux. La solidarité chrétienne joua aussi, réactivant l’imaginaire de la Croisade contre le Turc honni. Il fallait également compter avec l’appel de l’Orient, sensuel et pittoresque, avec l’attrait du voyage, une sorte de grand tour étendu aux rives exotiques de la Méditerranée. La guerre, enfin, enflammait les consciences. On vivait dans l’attente fiévreuse du combat, dans le désir, l’enthousiasme même, d’une expérience «pourvoyeuse de valeurs morales et esthétiques» et dans laquelle on sentait vibrer l’histoire. Libération.fr, Le phénomène philhellène - Culture / Next
  • 3Le titre adopté, par souci de concision, déforme peut-être un peu le propos : plutôt que d’un philhellénisme franco‑allemand — notion qui d’ailleurs ne se voit ni reprise ni explicitée dans le texte — nous avons affaire à une étude du mouvement philhellène allemand dans sa dimension transnationale et ses relations spéculaires avec d’autres pays, in primis le voisin français, dans le cadre de « transferts culturels complexes, non plus binaires, ni même seulement triangulaires, mais bien multipolaires, dans lesquels interviennent des phénomènes de réception croisée » (p. 8). La primauté accordée à l’Allemagne se justifie à l’aune de plusieurs considérations : l’ampleur et la précocité du mouvement philhellène dans les régions germanophones et l’engagement officiel de la monarchie bavaroise, sous l’impulsion de son souverain philhellène Louis Ier, qui explique en partie l’élection au trône grec d’un membre de la maison de Wittelsbach en 1833 ; la forte tradition d’études humanistes et philologiques qui, comme partout ailleurs, se prêtait à une instrumentalisation politique et identitaire à travers la revendication d’un lien privilégié (de nature spirituelle) entre la Grèce classique et l’Allemagne, largement par réaction à la domination culturelle française ; enfin, la fonction de l’engagement philhellène comme « terrain expérimental pour des discours et des pratiques consacrés à la construction de la nation et de l’État allemands », « substitut de participation politique et démocratique » et « exutoire pour les aspirations nationales allemandes et pour les désirs de réforme de la bourgeoisie libérale » (p. 6‑7) entre la fin du cycle révolutionnaire et le printemps des peuples. S’y ajoute, dans une perspective attentive aux phénomènes de transferts, d’imitations et de démarcations, l’importance « depuis le milieu du xviiie siècle des efforts pour définir l’identité allemande de manière non autarcique, mais par rapport aux autres nations, et en particulier par rapport à l’hégémonie culturelle française » (p. 7), qui se double d’une attention réciproque de l’autre côté du Rhin, plus particulièrement dans le domaine scientifique, suivant « un schéma similaire d’inspiration admirative et de démarcation méprisante » (p. 12). , Une histoire du philhellénisme sous l’angle des transferts culturels (Acta Fabula)
  • Communauté Chypriote de France : Décès du philhellène Patrick Devedjian Κυπριακής Κοινότητας Γαλλίας : Έφυγε από τη ζωή ο φιλέλληνας Patrick Devedjian Avec une infinie tristesse, nous avons appris la disparition d’un grand homme politique français et un philhellène et ami fidèle, Patrick Devedjian, qui nous a quittés le 29 mars, vaincu par le covid-19. Patrick Devedjian est né en 1944 à Fontainebleau près de Paris. Son père, Arménien de Sivas, rescapé du génocide des Arméniens par les Turcs, s’est établi en France. Patrick Devedjian a fait des brillantes études en Droit et en Sciences Politiques. Très jeune, il s’est impliqué en politique. Il (...) , Patrick Devedjian : L’hommage de la communauté chypriote - Nouvelles d'Arménie en Ligne
  • La question de l'identité romaine et de son hellénisation a suscité une littérature pléthorique, dont la légitimité scientifique souffre des débats idéologiques modernes sur les identités culturelles et nationales. Que Néron ait orientalisé Rome et annoncé le «despotisme oriental» des empereurs tardifs a été soutenu par le passé, mais ce décryptage est aujourd'hui abandonné. Qu'il soit un philhellène convaincu n'est pas douteux, comme l'illustrent sa culture personnelle, son goût pour les arts, son urbanisme, son gymnase (le seul de Rome, qui fut détruit en 64), son adhésion militante aux valeurs de l'agôn (les jeux qu'il institue, Juvenalia et Neronia, comprennent des épreuves typiquement grecques), sa participation aux jeux de l'Hellade et, peut-être par-dessus tout, sa décision de rendre leur liberté aux Grecs (dont les modalités concrètes sont discutées). Le Figaro.fr, Néron a-t-il ébranlé l'identité romaine en important des valeurs venues de Grèce ?

Traductions du mot « philhellène »

Langue Traduction
Anglais philhellene
Espagnol filheleno
Italien philhellene
Allemand philhellene
Chinois 菲勒烯
Arabe فيلهيلين
Portugais phillellene
Russe грекофил
Japonais フィレレン
Basque philhellene
Corse filicllene
Source : Google Translate API
Partager