Pâturant : définition de pâturant

chevron_left
chevron_right

Pâturant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

Pâturant, -ante, part. prés. en emploi adj.,adj. vx. [En parlant d'un animal] Qui pâture. Les harmonies animales du blé consistent principalement dans la longueur de ses feuilles, dans la souplesse et la tendreté de ses tiges qui invitent tous les animaux pâturants à les brouter (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.55).

Pâturant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PÂTURER. v. intr.
Prendre sa pâture. Les bêtes cherchent à pâturer, vont pâturer. C'est un lieu où les troupeaux pâturent commodément.

Pâturant : définition du Littré (1872-1877)

PÂTURANT (pâ-tu-ran, ran-t') adj.
  • Que l'on conduit au pâturage. Animaux pâturants.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pâturant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pâturant patyrɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « pâturant »

  • Pour gérer au mieux ce système pâturant classique, les paddocks sont débrayés en pleine pousse de l’herbe et au jugement de l’éleveur, suivant les conditions de l’année pour une récolte en enrubannage, afin « d’étaler la pousse et d’avoir une bonne valeur alimentaire du mélange RGA/TB. Ces fauches permettent aussi de limiter le salissement et empêchent les rumex de monter à graine ». Frédéric Le Page porte une attention particulière sur la variété de RGA choisie, tardive en épiaison et faiblement remontante, tout en étant résistante à la rouille. Les trèfles associés à cette graminée sont de type blanc nain et intermédiaire. Journal Paysan Breton, Un classique qui produit du lait | Journal Paysan Breton
  • Alain Davy, éleveur dans l'Orne, explique dans le cadre d'une vidéo du Réseau agriculture durable pourquoi et comment il est passé à un système économe et pâturant. Après plusieurs années de recul, il en tire deux satisfactions : « l'efficacité économique » et « l'idée de nourrir le monde sans pesticides ». Web-agri, Reportage chez Alain Davy qui est passé à un système pâturant
  • Elu de la Chambre d’agriculture, Etienne Legrand a eu l’occasion de découvrir les méthodes d’élevages pâturant anglaises et irlandaises. « Ça m’a conforté dans mon système », avoue-t-il. l'Agriculteur Normand, Génétique bovine | Etienne Legrand croise les races laitières | l'Agriculteur Normand
  • Installé depuis 1996 à Cesson-Sévigné, à deux pas de Rennes, Michel Priour a développé un système herbager qu’il a converti en agriculture biologique à partir de fin 2008. L’annonce du passage de la LGV (ligne à grande vitesse) Rennes-Paris en plein milieu de son exploitation a été un choc pour lui. « En 2006, on m’a annoncé que mon îlot principal de 26 ha accessibles aux vaches laitières allait être coupé en deux, ne laissant plus que 10 ha accessibles. Pour ne pas remettre en cause mon système très pâturant, j’ai dû anticiper, m’inscrire dans des échanges parcellaires… » Journal Paysan Breton, Malgré la LGV, le système laitier est resté très pâturant | Journal Paysan Breton
  • Trop pressés de retourner sur les lieux du crime au volant de leurs 4×4, les gendarmes autant que les agents de l’Office français de la biodiversité (OFB) n’auront pas vu jeudi que de nouvelles empreintes balisaient le chemin menant jusqu’aux cirques de Gérac et Catageille. Larges et fraîches comme la chair du millier de brebis pâturant aux alentours ; de bien mauvais augure pour les bergers installés au sommet de la commune d’Ustou (Ariège). SudOuest.fr, "Le fusil, ils peuvent toujours le chercher…" : dans les Pyrénées, sur la piste brouillée de l’ours assassiné
  • Nous sommes dans un système herbager et les vaches taries pâturent. Quinze jours avant terme, nous les rapprochons quand même pour la préparation au vêlage. Elles continuent d’accéder à une petite parcelle attenante à la stabulation, mais l’ingestion d’herbe est alors limitée. Elles reçoivent en complément du foin de qualité au cornadis pour saturer l’ingestion. Je leur distribue aussi 1 kg d’aliment spécial vaches taries la première semaine et 2 kg la seconde. Quand on les laissait 100 % en régime pâturant jusqu’au vêlage, on avait beaucoup de fièvres de lait. En plus, comme elles vêlaient dehors, on devait courir après le veau, et le lendemain du vêlage la vache voulait absolument retourner dans le pré pour le chercher. Au départ, je pensais que ce nouveau système nous donnerait plus de travail, mais c’est plutôt l’inverse. Réussir lait, Faites-vous pâturer vos vaches taries un mois avant le vêlage ? | Réussir lait
  • Originaire de Bourgogne, un concessionnaire spécialisé dans le sur-semis depuis plus de 20 ans présentera le GreenMaster Güttler. Il décrit en détail son matériel : « Ce combiné de semis est composé de 4 outils indépendants : une barre niveleuse pour étendre taupinières ou bouses de vaches et niveler le sol, un semoir pneumatique reproduisant l’effet du vent qui souffle dans le foin pour déposer les semences au sol, une herse étrille qui vient aérer la végétation et mélanger les graines à la terre dans le lit de semence et enfin un rouleau Güttler connu pour son effet piétinement de moutons qui favorise le tallage et plombe les graines comme les animaux en pâturant dans les prés. »  Journal Paysan Breton, Démonstrations de sursemis de prairie | Journal Paysan Breton
  • On considère qu’il faut 8 mois de contact avec les parasites au cours des 2 premières années de pâturage pour que les animaux développent une immunité suffisante. Un TCE de 8 mois ou plus signifie en général un impact des strongles sur le troupeau laitier adulte faible à nul. Cependant, pour les élevages très pâturants (>20 ares/vache), les vaches à moins de 200 jours de lactation qui sont en sous-production laitière par rapport au pic attendu peuvent avoir un gain de production laitière conséquent suite à un traitement antiparasitaire. Pour un TCE de moins de 8 mois, on se trouve dans une situation plus à risque, notamment pour les primipares. Les génisses sont souvent vermifugées à la rentrée à l’étable. Le service vétérinaire engage les éleveurs à vérifier la nécessité du traitement en dosant le pepsinogène sanguin de quelques génisses de 1re année de pâture, ce qui permet également de vérifier si la conduite de la saison de pâturage a été optimisée. Une fois les risques parasitaires déterminés, un plan de prévention personnalisé est proposé par les vétérinaires, en positionnant les traitements au bon moment et uniquement sur les animaux qui en ont besoin. Journal Paysan Breton, Prévenir le parasitisme au pâturage | Journal Paysan Breton
  • En pâturant, les bovins participent à la pollinisation, à la grande joie des abeilles logées dans les ruches non loin des bovins… , Bientôt des bœufs wagyu made in Vendée ? Un jeune éleveur se lance dans cette race d’exception - La Roche sur Yon.maville.com
  • « Aujourd’hui, je me sens bien dans mon système très pâturant », souligne Fabrice Duval, éleveur à Saint-Aubin-d’Aubigné (35). Il s’est installé sur l’exploitation familiale en 2010 avec une SAU de 43 ha. « À l’époque, l’exploitation comptait 12 ha de maïs ensilage, 6 ha de blé et 25 ha d’herbe. » En 2015, avec la crise laitière, le système a commencé à montrer ses limites en termes de rentabilité. Les vaches étaient en ration maïs et concentrés toute l’année avec un coût alimentaire de 144 €/1 000 L dont 61 € de concentré. « Les charges étaient trop importantes. J’ai alors commencé à explorer plusieurs pistes : j’ai appris à inséminer et je me suis penché sur les frais vétérinaires. Souhaitant travailler avec les huiles essentielles, j’ai contacté l’Adage qui menait des projets sur cette technique alternative. Cela m’a fait découvrir l’association et j’ai rejoint un groupe d’échanges en 2016 », raconte le producteur. Journal Paysan Breton, L’efficacité économique a triplé sur 3 ans | Journal Paysan Breton
  • « Nous sommes passés à un système pâturant » La France Agricole, Vaches laitières : Préparer la saison de pâturage des vaches laitières
  • Les vaches et leurs flatulences n’ont pas toujours eu bonne réputation en matière d’environnement… En pâturant sous des panneaux solaires, ces dernières auraient-elles trouvé un moyen de se racheter ? SudOuest.fr, Lot-et-Garonne : les vaches brouteront-elles bientôt sous des panneaux photovoltaïques ?
  • Engagé en MAEC SPE 28/55 depuis 2018, l’agriculteur augmente progressivement les surfaces en herbe et la part de pâturage dans la ration. « Cette année, j’ai encore allongé la période de fermeture du silo et j’ai atteint pratiquement 4 mois de pâturage plat unique. En 2019, j’avais rouvert le silo de maïs le 20 juillet, et cette année, je n’ai rouvert que le 3 août », précise-t-il. Selon lui, ce résultat s’explique principalement par une meilleure gestion de l’herbe : « En pâturant juste au bon stade, j’ai été moins débordé par l’herbe, j’ai donc moins fauché et j’ai fait plus pâturer. Même si chaque année est différente, je trouve de plus en plus de repères pour optimiser le pâturage ». Journal Paysan Breton, Quatre mois de pâturage plat unique | Journal Paysan Breton
  • En conclusion, Valérie Brocard explique : « Finalement, le gagnant c’est le fourrage ! Ces deux systèmes bien conduits et basés sur le fourrage peuvent être durables mais il s’avère que le plus pâturant a été le plus efficace économiquement. La principale piste d’optimisation pour ces deux systèmes réside dans le regroupement des parcellaires et l’accessibilité au pâturage. »  Web-agri, Herbe pâturée ou maïs : quel est le système le plus performant ?
  • Pendant 4 ans, le réseau Civam a mené des travaux dans le cadre du projet TransAE (Transformations du travail et transitions vers l’agro-écologie). Ce projet a impliqué 90 personnes dont 60 agriculteurs en (ou en chemin vers un) système pâturant, économe et autonome. « L’objectif de TransAE est de produire des références sur les différentes dimensions du travail dans les élevages en systèmes pâturants autonomes et sur les transformations du travail inhérentes aux transitions vers ces systèmes ; des ressources capables d’inspirer aux éleveurs autonomes les ajustements qu’ils souhaitent apporter à leur travail ; des ressources permettant aux animateurs et conseillers de prendre en compte le travail dans leur accompagnement des éleveurs qui s’orientent vers de tels systèmes », indique Jean-Marie Lusson, animateur du réseau Civam, en charge du projet TransAE, lors de la restitution régionale le 3 mars au Rheu (35). Journal Paysan Breton, Le travail en système pâturant à l’étude | Journal Paysan Breton
  • « J’étais vétérinaire à Livarot, et pratiquais l’élevage en activité annexe. Ce dernier a toujours été une passion pour moi. » Aujourd’hui à la retraite, Alphonse Van Dartel possède un troupeau de vaches Aubrac, pâturant sur les pentes herbeuses de Heurtevent, mais aussi plusieurs truies et un verrat de Bayeux. Il raconte l’histoire de la race : « elle a été créée vers 1850 en croisant des truies Blancs de l’Ouest, race normande encore existante, avec des verrats Berkshires, un cochon tout noir, d’origine anglaise. L’effectif a alors beaucoup progressé. Les fermes qui faisaient de la transformation laitière valorisaient le petit-lait en alimentant les porcs avec. Le premier coup dur a été la bataille de Normandie, durant l’été 1944 : les bombardements et les pénuries alimentaires ont réduit drastiquement les effectifs. Ceux-ci ont réaugmenté après la guerre, jusque dans les années 1970, où la régression de la transformation laitière fermière a rendu l’élevage de ce cochon moins intéressant. Et il y avait aussi des marchands d’animaux qui disaient qu’il ne fallait pas en élever, à cause des taches noires de sa peau, qui ne permettent pas d’avoir une couenne immaculée. Il restait très peu de sujets dans les années 1990. Aujourd’hui, l’Institut technique du porc (Ifip) essaye de sauver la race et recherche des éleveurs pour faire augmenter le cheptel actuel de 150 truies et 30 verrats environ, dans une quarantaine d’élevages, dont une dizaine de professionnels ». Alphonse Van Dartel a acheté son premier couple il y a 29 ans et est maintenant naisseur engraisseur avec près de quatre truies. « Je voulais faire de la sélection pour distribuer des reproducteurs de la race. » l'Agriculteur Normand, Porc de Bayeux, où en est la race ? | l'Agriculteur Normand

Traductions du mot « pâturant »

Langue Traduction
Corse pascendu
Basque artzaintza
Japonais 放牧
Russe выпас
Portugais pastagem
Arabe رعي
Chinois 放牧
Allemand weiden
Italien pascolo
Espagnol pasto
Anglais grazing
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires