La langue française

Patriciat

Définitions du mot « patriciat »

Trésor de la Langue Française informatisé

PATRICIAT, subst. masc.

A. −
1. HIST. ROMAINE. Fonction de patricien. Le ministère politique héréditaire s'appelle patriciat, lorsqu'au lieu d'être uniquement ministère du pouvoir, ou fonction publique, il est pouvoir, ou fonction publique, il est pouvoir ou paternité (car patriciat et paternité ont la même racine), et qu'il participe à la législation, comme chez les Romains (Bonald, Essai analyt., 1800, p.178).
P. métaph. C'était [le père Alexis] un homme trop obscur pour que l'on songeât à Rome à le canoniser. Pourtant jamais chrétien ne mérita mieux le patriciat céleste (Sand, Spiridion, 1839, p.390).
P. méton. Classe des patriciens, dans la Rome antique. Anton. plèbe.Le patriciat, en permettant à la plèbe de faire partie de la cité, ne partagea avec elle ni les droits politiques, ni la religion, ni les lois (Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p.374).Le cardinal Orsini, descendant du patriciat romain (Druon, Loi mâles, 1957, p.177):
1. De même que le patriciat sacerdotal des Tarquiniens avait tenu le peuple toujours occupé à bâtir; le patriciat héroïque des premiers temps de la république, consumait les forces des Plébéiens dans une guerre éternelle. Michelet, Hist. romaine, t.1, 1831, p.114.
2. P. anal.
a) Groupe social possédant le pouvoir, les privilèges, les richesses. Le patriciat des villes; le patriciat et le prolétariat. M. Necker seul, dans le Conseil d'État, proposa au Roi de refuser sa sanction au décret qui anéantissait la noblesse, sans établir le patriciat à sa place (Staël, Consid. Révol. fr., t.1, 1817, p.290).La famille des Arnauld porta, dans le cadre de Port-Royal, beaucoup de l'esprit et du culte domestique, de cet esprit du patriciat de la haute bourgeoisie (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.1, 1840, p.15):
2. [Rousseau] ne pouvait manquer de savoir ce que sa dédicace avait de provocant. Adressée non au petit conseil, non au patriciat de Genève, mais à la république tout entière, à tous les citoyens (...), elle laissait entendre de quel côté il se rangeait dans le débat toujours ouvert entre le peuple et les magistrats. Guéhenno, Jean-Jacques, 1950, p.106.
b) Élite (intellectuelle, morale). La plèbe grossière est assise au pied de l'autel, et (...) le patriciat intellectuel est debout à la porte (Sand, Lélia, 1839, p.462).On ne compte plus aujourd'hui, dans le monde dit pensant, les personnes qui croient prouver leur patriciat moral en déclarant leur estime systématique pour ceux qui «réussissent», leur mépris pour l'effort malheureux (Benda, Trahis. clercs, 1927, p.180).
B. − Dignité de patrice. (Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [patʀisja]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1610 «dignité du patriciat [patrice, sens 2]» (Cl. Fauchet, Origine des dignitez ds OEuvres, éd. 1610, p.493 ro); 2. 1611 «dignité de patricien romain» (Cotgr.); 3. 1793 p.ext. «classe privilégiée et dirigeante» (Saint-Just in Discours et rapports, 103, 25 avr. ds Quem. DDL t.11). Empr. au lat. patriciatus «qualité de patricien» et, à basse époque, «dignité de patrice». Fréq. abs. littér.: 111. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.368. _Vardar Soc. pol. 1973 [1970] p.283.

Wiktionnaire

Nom commun

patriciat \pat.ʁi.sja\ masculin

  1. (Antiquité) Ordre des patriciens chez les anciens romains.
    • Au sein du patriciat, rallié en grande majorité au nouvel état de choses, il restait un petit clan irréductible dont le chef était Claudius Appius […] — (Gustave Bloch, La République romaine, Flammarion, 1913)
  2. (Histoire) À partir de Constantin, dignité de patrice.
    • On ne parvenait ordinairement au patriciat qu’après avoir passé par les plus grandes charges, comme celle de consul, de préfet du prétoire, de préfet de la ville.
  3. (Politique) Ordre des nobles dans les gouvernements modernes où ils sont appelés les patriciens.
    • Je n’ai pas vu votre ville de Genève […] là, point de noblesse, mais un patriciat ; qui, sans être onéreux à personne, maintient le lustre des bonnes familles.
    • Fortune et participation continue à la gestion des affaires municipales sont bien les deux éléments qui caractérisent le patriciat. — (Guy de Valous, Le patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, Éditions A. et J. Picard, Paris, 1973, page 27.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PATRICIAT. n. m.
Ordre des patriciens chez les anciens Romains. Il se dit, à partir de Constantin, de la Dignité de patrice. On ne parvenait ordinairement au patriciat qu'après avoir passé par les plus grandes charges, comme celle de consul, de préfet du prétoire, de préfet de la ville. Il désigne aussi l'Ordre des nobles dans les gouvernements modernes où ils sont appelés les Patriciens. Cette décision offensa le patriciat.

Littré (1872-1877)

PATRICIAT (pa-tri-si-a ; le t ne se lie pas) s. m.
  • 1Ordre des patriciens à Rome.

    Se dit de la dignité de patricien, du rang des familles patriciennes.

    Fig. Tout système de caste dominatrice. … Droits que nous saurons acquérir en dépit du patriciat et du royalisme, Babeuf, Pièces, I, 110.

  • 2Dignité de patrice.

    Patriciat de saint Pierre, nom que les livres carolins donnent aux terres concédées aux pontifes de Rome par Pepin et Charlemagne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « patriciat »

(1678) Du latin patriciatus (« patriciat », « condition de patricien »). (1565) patritiat.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. patriciatus, de patricius (voy. PATRICE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « patriciat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
patriciat patrisja

Citations contenant le mot « patriciat »

  • Mais comment avoir une image objective d’un souverain songhaï que l’on connaît essentiellement par des sources qui lui sont hostiles ? Autant écrire l’histoire de la Résistance à partir des souvenirs des dignitaires de Vichy ! Car c’est peu dire que les auteurs des ta’rîkhs soudanais du XVIIe siècle, ces chroniques en langue arabe écrites à l’usage du patriciat urbain islamisé de Tombouctou et sur lesquelles se fonde l’essentiel de nos connaissances, ne l’aiment guère. Pour le Ta’rîkh al-Sûdân, il est « méchant, libertin, injuste, oppresseur, sanguinaire ». Pour le Ta’rîkh al-Fattash, il n’est rien d’autre que « le tyran, le débauché, le maudit ». Et l’on ne craint pas de rapporter les anecdotes les plus invraisemblables à son sujet. « Le Chî Ali fut un roi tyrannique, d’une telle dureté de cœur qu’il lui arrivait de faire jeter un enfant dans un mortier et d’obliger la mère à le piler, celle-ci devant piler son enfant alors qu’il était encore vivant ; la chair en était ensuite donnée à manger aux chevaux », peut-on lire dans le Ta’rîkh al-Fat- tash. Mais cela ne suffit pas : le Chî, dit encore la même source, prenait un malin plaisir à faire ouvrir le ventre des femmes enceintes pour en retirer le fœtus… Les traditions orales du peuple songhaï rendent heureusement justice à Sonni Ali Ber de ces élucubrations. Charlie Hebdo, Sonni Ali Ber : fondateur de l'empire du Gao - Charlie Hebdo
  • Dans la précédente élection, le Président avait des partisans et des opposants à la fois dans le patriciat et dans la plèbe. Pour la première fois le partage électoral est complètement un partage de classe lourd de menaces. Le Figaro.fr, Abstention record aux législatives ou la sécession de la Plèbe
  • Plutôt qu'une vérité historique, certains auteurs, comme l'Allemand Théodore Mommsen (1817-1903), ont considéré cette gémellité comme le symbole du double consulat romain tandis que l'Italien Ettore Pais (1856-1939) y voyait l'opposition plèbe-patriciat. LaProvence.com, France - Monde | Est-ce le tombeau de Romulus ? Une découverte ramène la Ville éternelle à ses origines | La Provence
  • La dame, née Revilliod de Muralt, grande famille du patriciat genevois, qui devait se faire connaître par la suite pour l’organisation de Congrès internationaux d’architecture moderne – auxquels participa, notamment, Le Corbusier – se plaisait à organiser, année après année, des rencontres artistiques et intellectuelles. En 1929, elles furent consacrées au cinéma indépendant. Le premier Congrès International de Cinéma Indépendant devait ainsi se tenir dans l’arrière-pays vaudois ! Eisenstein, intéressé par la perspective de croiser d’autres réalisateurs, accepta l’invitation et séjourna ainsi dans la demeure médiévale, du 3 au 7 septembre, en compagnie de cinéastes de différents pays. SWI swissinfo.ch, Le film perdu de Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein - SWI swissinfo.ch
  • L’histoire est jalonnée d’événements de ce type. Les révoltes successives de la plèbe romaine contre le patriciat qui monopolisait le pouvoir au Sénat sont un exemple célèbre qui illustre ce mécanisme. Un autre exemple plus récent est l’adoption, en pleine guerre, par l’ensemble des partis politiques français, du programme du conseil national de la Résistance par lequel tous s’engageaient à réformer le fonctionnement de la société pour permettre à tous les citoyens de vivre dignement (70 ans après, on ne sait s’il faut pleurer ou rire à la lecture de ce texte, tant il a été rogné de tous côtés…). En ayant foi en la capacité de l’homme à s’améliorer, on pouvait espérer que progressivement, la leçon serait tirée du passé et que la mise en place d’une organisation rationnelle, avec une répartition plus équilibrée du pouvoir et une meilleure distribution des richesses, permettrait aux sociétés humaines de sortir de ce cycle à la fois absurde, puisque contraire à l’intérêt général, et funeste parce que porteur de massacres à répétitions. Il semble, hélas, que l’humanité n’en ait pas pris le chemin. La mondialisation et les possibilités techniques du numérique permettent même d’accroitre la concentration du pouvoir et des richesses, d’augmenter la force des tensions, et donc d’accélérer la vitesse du cycle et la violence des phases de crise. Widoobiz, Relancer la participation ! - Widoobiz
  • Nous sommes au Tessin, au bord du lac Majeur, entourés d’un paysage alpin féerique, dans le club de golf quasi centenaire du patriciat d’Ascona. C’est sur ce dix-huit trous, classé parmi les cinq plus beaux de Suisse, que Raymond Garrouste, l’intendant du parcours, a fait la démonstration qu’un autre golf, plus soutenable, est possible. A commencer par un terrain – de quelque 45 hectares – complètement organique. Le Temps, Le golf éco-compatible existe, Ascona l’a créé - Le Temps
  • Mais à ces difficultés économiques s'ajouta une crise sociale. Le patriciat avait été ruiné par les guerres, et les nobles les plus pauvres en furent réduits à vendre leur vote au Grand Conseil. Venise était désormais la ville la plus peuplée d'Europe avec 175 000 habitants (avant la peste de 1575 qui tua 50 000 personnes en un an !) et en temps de conflit, sa population s'accroissait à chaque fois de quelques dizaines de milliers de réfugiés. , Venise - Splendeur et décadence de la Sérénissime République - Herodote.net
  • Le traitement réservé par Rousseau aux théories du droit naturel doit lui aussi être relié à l’usage qui en était fait à Genève au même moment. Souvent tenu par l’historiographie européenne pour une force émancipatrice, ce courant d’idées a joué un rôle différent à Genève. Si le patriciat s’en réclame à l’occasion, c’est pour contrer l’exigence de démocratisation du peuple. Le Petit Conseil et ses soutiens s’échinent à dépolitiser la notion de liberté, à la ramener à la seule capacité à s’occuper de ses propres affaires, à la distinguer de la souveraineté, voire même à distinguer la souveraineté et son exercice. «L’incapacité de la multitude» impose, soutient-on dans la ville haute, que la souveraineté soit placée entre «de bonnes mains». Le Courrier, «Citoyen de Genève» - Le Courrier
  • Menn n'est pas un artiste populaire. Il faut dire qu'en dehors de son splendide autoportrait au chapeau de paille des années 1865-1870, ses toiles ne correspondent plus au goût actuel. C'est une peinture sage jusqu'à l'ennui, avec en plus des couleurs ternes. Aucun écart vis-à-vis des convenances, du moins après le retour au bercail en 1843. Alors qu'il étudiait dans l'atelier d'Ingres, à Paris puis à Rome, le débutant aurait pu développer une inspiration plus fantaisiste. Las! Genève n'était prête à recevoir ni mythologies, ni nudités. A l'ouverture du XVIIIe siècle avait succédé le protestantisme corseté du Réveil. La bourgeoise se montrait moins décolletée que l'ancien patriciat. Menn détruisit du coup beaucoup d’œuvres de jeunesse. N'ont survécu que deux études pour «Salomon présenté à la Sagesse par ses parents», sujet qui ne pouvait choquer personne. A mon avis, il aurait mieux fait d'éliminer la suite. Bilan, GENÈVE/Le Cabinet des arts graphiques présente Barthélémy Menn - Bilan
  • Avocat-notaire, Bruno de Weck nous reçoit dans l’appartement familial de la Grand-Rue à Fribourg, avec vue sur la vieille ville, les méandres de la Sarine et le monastère de Montorge. Cette Grand-Rue symbolise le patriciat fribourgeois. Après l’Hôtel de Ville et le discret Cercle de la Grande Société se succèdent les belles bâtisses historiques. Ceux qui y habitent tiennent souvent à préciser qu’ils logent du bon côté, le côté sud. Le Temps, Les bons services de la famille de Weck - Le Temps
  • Si un monde se brise en 1914, si la guerre apporte son lot de victimes, la SAVP reprend très vite ses activités et poursuit, de décennie en décennie, la modernisation de ses infrastructures tout en prenant soin de perpétuer les traditions, de préserver ce quelque chose de si « british » assorti d’un goût prononcé pour la compétition : venue de Suzanne Lenglen et des Mousquetaires (Borotra, Brugnon Cochet, Lacoste), accueil d’une première tournée de professionnels en 1939. Primrose connaît des années fastes lors de l’expansion du tennis, reçoit le National à 6 reprises entre 1956 et 1973, puis organise le tournoi ATP Passing Shot de 1979 à 1995. Après la décrue de la fin du siècle, le club trouve des solutions pour relancer adhésions et rayonnement. Il mise sur l’animation en rénovant ses infrastructures et sur le sponsoring. Les châteaux de vin sont sollicités par le président Daniel Georges Lawton pour parrainer les terrains. Tournois des châteaux, puis bientôt des entreprises, sont organisés à la belle saison. Le club s’appuie sur la qualité de son école de tennis et sur son école des femmes, première expérience du genre en France. Le sponsoring autorise le retour de l’équipe première masculine au meilleur niveau. L’heure est au tennis professionnel, à la concurrence internationale. Sans « mercenariat », selon les termes du président Bernard Dupouy, Primrose remporte le titre national en 2011 et 2015. Le club exige de ses joueurs l’adhésion à ses valeurs d’excellence, de fairplay. Ce qui rappelle celles de l’ILTC dont Primrose est membre : Benevolentia (bienveillance, générosité), Virtus (valeur, courage), Aequitas (équité, justice) et de l’association des clubs centenaires dans laquelle Primrose côtoie le prestigieux club de Wimbledon. Primrose devient une véritable entreprise qui emploie une vingtaine de salariés, se dote d’une direction en 1998. La communication prend de plus en plus en plus d’importance. Il s’agit de soigner l’image de marque pour mieux attirer les sponsors. Le tournoi ATP Challenger BNP Paribas Bordeaux est ainsi relancé en 2008 sous le contrôle direct du club tandis que la recherche de sponsoring est laissée aux mains d’un commissaire général. Le rayonnement du tournoi entraîne l’arrivée de nouveaux partenaires qui pourvoient aujourd’hui pour moitié au budget de fonctionnement du club. L’image de Primrose puise aujourd’hui dans le passé autant que dans la qualité de son accueil. Le renouvellement des adhérents, souvent néo-bordelais, est aisé car ce havre de verdure dans la cité est perçu comme levier d’intégration dans les milieux dirigeants. Ainsi, son histoire met-elle en exergue, à travers le champ spécifique des loisirs, pratiques et représentations des élites bordelaises. Les ressorts idéologiques de ce club de distinction, au sens bourdieusien du terme, tenu par le patriciat bordelais, ont été et demeurent l’esprit de compétition et celui d’innovation. Quant à l’anglophilie, gage de tradition par excellence, à l’heure du branding, elle est très utile à la marque Primrose.  SudOuest.fr, Anglophilie, compétition et esprit d’entreprise : 120 ans d’histoire à la Villa Primrose
  • Ils sont a notre époque ce que les rejetons du patriciat romain dissipés et dépravés étaient a la leur. On sait ce qu'il en advint pour les seconds. Le bon peuple, lui, et toujours là. Le Figaro.fr, Colère de Benzema dont la photo a servi d'illustration d'un article sur la bagarre Booba-Kaaris
  • Au début du XIIIe siècle, le patriciat messin se groupa en associations familiales dites les Paraiges , Les Baudoche appartenaient déjà aux plus puissantes et aux plus anciennes d’entre elles. , Metz | La famille Baudoche
  • Cela rend plus qu’inopportuns les instants de convivialité et les mondanités, que certains grands noms du négoce bordelais, membres éminents du patriciat urbain, ont cru bon de rétablir. En ces temps de restrictions et de limitation des quantités […], cette attitude est parfaitement inconséquente […]. C’est cette « proximité » qui provoque […] la désapprobation de la mémoire résistante à Bordeaux […]. The Conversation, Entre exploitations, collaborations et épurations, les vins de Bordeaux pendant le Second Conflit mondial
  • 3 Anecdote. Cependant l'association de l'ivoire et de l'éléphant dans un récipient à boire commandé par le patriciat, demeure étonnante. L'animal gigantesque symbolise la force, l'intelligence et le caractère magnanime (magnanimitas) de la souveraineté. Au XVIe siècle les animaux jouent un rôle important lors des fêtes de cour ou des cérémonies princières, en particulier les éléphants tours que l'on retrouve dans des modèles célèbres d'orfèvrerie. L'exemple le plus connu était l'éléphant nommé Hanno ou Annone, un cadeau du roi Manuel1er du Portugal au Pape Léon X en 1 514. Le doux géant fut vénéré à Rome comme une légende vivante. Il demeurait entre la Basilique St-Pierre et le palais du Vatican et mourut malheureusement deux ans plus tard. ladepeche.fr, L'œuvre du dimanche : «Pokal en placage d'ivoire» d'Abraham Jamnitzer - ladepeche.fr
  • A l’évidence, les auteurs sont des « optimares », pas des Gracques. Pour eux, « sauver la démocratie » revient à sanctuariser la position du patriciat européen et, à cette fin, restaurer sa légitimité auprès de l’électorat mais sans concession en matière de démocratie providentielle. Le sort de la plèbe européenne leur importe peu. Eh bien, c’est justement aux plébéiens de prendre leur destin en main. Je constate à ce sujet que ni la démocratie, ni les civic tech n’ont été inclus dans les thèmes étudié par le site (cfr rubrique A propos). Dommage que la cyberdémocratie soit moins documentée que l’hypersurveillance et la reconnaissance faciale. Transhumanisme et Intelligence Artificielle, L’IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?
  • Les ténors des Lumières encensent Beccaria. En Angleterre, le jurisconsulte William Blackstone et le philosophe Jeremy Bentham en louent la modernité et l’utilitarisme. Aux Etats-Unis, où Beccaria paraît dans une édition anglaise de 1777, Thomas Jefferson s’en inspire pour forger le droit pénal de la jeune démocratie. Dans le nord de l’Europe (Pays-Bas, Suède, Norvège), en Suisse et dans l’Espagne de l’Inquisition, Beccaria inspire des notables et des magistrats qui tentent d’humaniser la justice. En 1766, le patriciat bernois récompense Beccaria en lui remettant une médaille honorifique. Même écho dans la France de Louis XV: l’avocat général Servan à Grenoble, les encyclopédistes Turgot et l’abbé Morellet (traducteur français en 1765 de Beccaria) encensent le «Rousseau des Italiens». Le Temps, L’humanisme pénal de Cesare Beccaria - Le Temps
  • Le mariage de Jean l’Aveugle, fils unique du roi du Saint-Empire romain Henri VII et Margueritte de Brabant, avec Elisabeth des Přemyslides a eu lieu après de longues tractations. Le dernier roi des Přemyslides Venceslas III étant mort assassiné sans héritier, Henri de Carinthie arrive sur le trône de Bohême. Or Elisabeth, soeur de Venceslas III, se considère héritière de la célebre dynastie. Avec l’aide de l’abbé Conrad de Zbraslav, un coup d’Etat dynastique est organisé. La noblesse mécontente, le patriciat et le clergé finissent par se mettre d’accord pour demander au roi des Romains Henri VII nouvellement élu, de donner son consentement au mariage de Jean avec Elisabeth et à l’union des deux dynasties. Radio Prague International, Le 700e anniversaire du mariage de Jean de Luxembourg et Elisabeth des Přemyslides | Radio Prague International
  • Sa fortune, qui enflait à vue d’œil, fit son effet sur la psychologie du gourou. Lui qui n’était guère contaminé par la légendaire parcimonie du patriciat bâlois, dépensa tout ce qu’il possédait. Il acheta à un artiste l’entier de son exposition à la Galerie Carzaniga de Bâle. Il se mit à acheter des biens immobiliers et des banques en déroute. Le Temps, Dieter Behring, grand fabulateur bâlois - Le Temps
  • L’idéologie du patriciat vénitien, classe dirigeante de la République de Venise à l’époque moderne, se caractérise par la forte imprégnation de la pensée juridictionnaliste. La suprématie de la noblesse de la Sérénissime s’exprime, de façon liminaire, par un juridictionnalisme exacerbé, qui permet de défendre les intérêts de l’État en matière de politique étrangère et, donc, de préserver l’omnipotence du groupe patricien au sein de la société vénitienne elle-même. Plus qu’une politique anticuriale, il s’agit d’une idée politique à part entière, proche de la raison d’État, qui vise à la conservation et à la perpétuation des intérêts vénitiens face aux velléités pontificales. , La Renaissance: découvertes et réformes (Histoire du Monde)
  • Le marché et la mondialisation sont tout aussi indépassables. D'abord parce que c'est ce qui marche, plus ou moins bien, mais qui marche. Commencée aux accents de l'Internationale, la révolution soviétique s'est achevée par le triomphe des oligarques multimilliardaires de l'ère Eltsine. Ensuite parce que c'est la loi du monde. A Rome déjà, la mondialisation imposait sa règle. Réduits au statut de clients du riche patriciat romain par la concurrence du blé de Sicile ou d'Afrique du Nord, les paysans du Latium préfiguraient les ouvriers de Continental ou de Gandrange sacrifiés à la concurrence des pays émergents. Enfin parce que la technique l'impose. A l'heure où un ingénieur indien code un programme pour une société de la Silicon Valley qui le vendra au reste du monde, à l'heure où le numérique crée l'essentiel de la valeur ajoutée, comment croire sérieusement qu'on puisse encore dresser des frontières économiques? Cela n'impose pas pour autant un optimisme béat. Il faut être bien naif pour croire que le marché serait un «doux commerce» ou la mondialisation «heureuse». Il y a une formidable réflexion à mener sur le capitalisme qui vient. Zemmour en fait malheureusement un tout. Il oublie qu'au capitalisme anglo-saxon s'oppose le capitalisme rhénan fondé autant sur le marché que sur les principes hérités du temple protestant et du presbystère catholique. Publié en 1961, le dernier livre de l'inspirateur du miracle économique allemand Wilhelm Röpke, récemment réédité en France, s'intitulait Au-delà de l'Offre et de la Demande. Si Röpke ne prétendait pas répudier l'économie de marché, il cherchait à la réintégrer dans un lien social et un ordre moral aux connotations clairement conservatrices, avec deux principes: l'ordre et la liberté. Même si l'Allemagne l'agace, le brillant historien des idées qu'est Zemmour, aurait dû s'emparer de cet héritage. Adapter l'ordo-libéralisme aux exigences du mal français aurait été la meilleure réponse à apporter aux dysfonctionnements économiques et sociaux qu'il dénonce. Le Figaro.fr, Éric Zemmour : après le suicide français, à quand le redressement français ?
  • Cet Alsacien devenu Normand transpose au Havre la politique sociale active menée traditionnellement à Mulhouse par le patriciat protestant. Il incite à la création par des intérêts privés d’un cercle ouvrier, le cercle Franklin sous le modèle des Working men’s clubs anglais, avec salles de gymnastique et de conférence, bibliothèque, billard et buvette. Le cercle s’inscrit dans une démarche hygiénique et morale : à la buvette, il n’est pas question de servir de l’alcool. La moralisation passe par la distraction. Il a fourni un tiers du capital nécessaire à la construction de l’immeuble, la ville ayant accordé le terrain. Il devait réaliser des cités ouvrières sur le modèle mulhousien au Havre et à Bolbec. Contrepoints, Jules Siegfried, philanthrope alsacien du Havre | Contrepoints
  • La Grande Guerre de 1914-1918 fut un conflit dans lequel deux blocs de puissances impérialistes se combattirent avec comme enjeu des régions à profit situées en Europe même, en Afrique, en Asie et dans le monde entier. Et ce, alors que, à l’intérieur de chacune de ces grandes puissances belligérantes, une guerre des classes faisait rage entre le patriciat et la plèbe. Le résultat de ce combat de titans impérialistes fut une victoire du duo franco-britannique, une lourde défaite pour l’Allemagne et la chute sans gloire de l’Empire austro-hongrois. Du moins, si l’on considère les choses formellement. En réalité, l’issue du conflit fut très peu claire, prêtant à confusion et ne fut vraiment satisfaisant pour personne. La Grande-Bretagne et la France furent les vainqueurs, mais étaient épuisées par les énormes sacrifices démographiques, matériels, financiers et autres qu’elles avaient dû consentir ; elles n’étaient plus les superpuissances qu’elles avaient encore été en 1914. L’Allemagne, elle aussi lourdement mise à l’épreuve par la guerre et, en outre, humiliée et sanctionnée à Versailles, ne perdait pas seulement ses colonies, mais une partie considérable de son propre territoire ; le pays ne disposa plus, provisoirement, que d’une minuscule armée, mais il restait néanmoins une grande puissance industrielle qui, tôt ou tard sans doute, comme en 1914, allait tenter une « Griff nach der Weltmacht » (une saisie du pouvoir mondial), pour reprendre les termes de l’historien allemand Fritz Fischer. En outre, la guerre avait été une occasion pour deux États impérialistes non européens de venir pointer leur nez ambitieux à la fenêtre, à savoir le Japon et les États-Unis. La lutte pour la suprématie entre les puissances impérialistes – et c’est ce qu’avait été 1914-1918 à bien des égards – restait donc indécise, sans conclusion. Pour rendre la situation encore plus complexe, outre l’Autriche-Hongrie, une autre figure impérialiste centrale de 1914 avait elle aussi disparu de la scène, la Russie, mais, en lieu et place, était apparue l’Union soviétique. Cet État anticapitaliste affirmé s’avéra une épine insupportable dans le pied impérialiste. En effet, il fonctionna non seulement comme source d’inspiration pour les mouvements révolutionnaires au sein de chaque pays impérialiste, mais il encouragea en outre les mouvements anti-impérialistes partout dans le monde ; son existence menaçait donc aussi la richesse en possessions coloniales des puissances impérialistes. Dans de telles circonstances, de grandes tensions et frictions et de grands conflits subsistèrent en Europe et dans le monde entier et le tout allait déboucher sur une seconde guerre mondiale ou, comme le perçoivent de nombreux historiens, sur un « deuxième acte » de la  « Guerre de trente ans » (1914-1945) du vingtième siècle.  , Versailles 1919 : paix ou armistice ? | Investig’Action
  • 367 av. J.-C. Les lois licinio-sextiennes, qui rétablissent le consulat à Rome et l’ouvrent aux représentants de la plèbe, mettent un terme au conflit qui opposait celle-ci au patriciat depuis près d’un siècle. L’année suivante, un plébéien, Lucius Sextius Lateranus, devient consul pour la première fois. Le Monde diplomatique, Démocratie : chronologie historique, par Olivier Pironet (Le Monde diplomatique, avril 2007)
  • A leur source, un patriciat révolté par le fait que la leçon d’un enfant de bonne famille puisse être faite par un individu d’origine modeste, et décidé à voir disparaître le mélange des classes sociales au sein d’une même école. Mais aussi - surtout - une Eglise qui considère la forme de cet enseignement pas suffisamment catholique. Courroucé par les insubordinations du pédagogue jugé trop proche des protestants, Monseigneur l’évêque Yenni demande au Conseil d’Etat d’interdire la méthode. , Le Père Girard, héros d’un documentaire historique - La Liberté
  • Ils présenteront également les témoignages artistiques de cette présence à travers les exemples du Castellas de Valady, des demeures de Gradels, dont les pilastres et volutes ornent encore les façades et de certains vestiges plus partiels qui laissent deviner, parfois, au détour d'un chemin, la mode de l'antique adoptée alors par le patriciat ruthénois, jusque dans sa campagne. ladepeche.fr, Marcillac-Vallon. Valady. Le patrimoine local en conférence au manoir - ladepeche.fr
  • Ces arguments qu'on me jetait à la tête dans mon camp recoupaient les propagandes du tyran Duvalier, naturellement hostile aux guérilleros cubains. Pour Papa Doc et ses média, Fulgencio Batista était un général métis proche du petit peuple oriental de Cuba. Obscur sous-officier au début des années 30, il avait réussi alors un coup d'état de sergents contre le despote Gerardo Machado. Les loyaux services que, depuis ce temps-là, il rendait au patriciat blanc du sucre et du tabac n'étaient pas arrivés à cacher ses origines. Dans cette optique de « race », Papa Doc obtint de Batista une aide de quatre millions de dollars. En retour, il s'engagea à empêcher que la zone du nord-ouest d'Haïti, distante de 77 kms de Cuba, serve de lieu de transit ou de base arrière à la guérilla du M26-7[3]. À l'est d'Haïti, en République Dominicaine, le tyran Leonidas Trujillo était le troisième homme de l'axe anti-castriste formé par la CIA dans la Caraïbe pour barrer la route à la guérilla. J'ai encore à l'esprit l'humour pertinent de ma mère quand je m'étonnai de la convergence des positions de mes amis d'extrême-gauche avec celles des autorités duvaliéristes. Club de Mediapart, René Depestre à Cuba (1959-1978): service après naufrage | Le Club de Mediapart
  • L’évêque ne se remettra jamais de cette défaite, il meurt le 12 février 1263. Le triomphe strasbourgeois permettra surtout à la noblesse et au patriciat de s’accaparer le pouvoir. Il faudra attendre plusieurs « remaniements » de la composition du Conseil et l’année 1332 avant que les notables du monde artisanal et marchand ne s’imposent. En 1358, Strasbourg est officiellement qualifiée par l’empereur Charles IV de « freie Stadt », ville libre. Elle est, dès lors, dispensée de prêter serment à l’empereur ! , Strasbourg Ville | La bataille de Hausbergen

Traductions du mot « patriciat »

Langue Traduction
Anglais patriciate
Espagnol patriciado
Italien patriziato
Allemand patriziat
Chinois 贵族
Arabe تأنيب
Portugais patriciado
Russe патрициата
Japonais 貴人
Basque patriciate
Corse patriciate
Source : Google Translate API

Patriciat

Retour au sommaire ➦

Partager