La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « oxymorique »

Oxymorique

Variantes Singulier Pluriel
Masculin et féminin oxymorique oxymoriques

Définitions de « oxymorique »

Wiktionnaire

Adjectif - français

oxymorique \ɔk.si.mɔ.ʁik\

  1. (Didactique) De la nature de l'oxymore ; qui en a les qualités.
    • Les expressions oxymoriques nées d'adjectifs contradictoires apparaissent à plusieurs reprises dans la préface de La Bible d'Amiens. Par exemple, Proust décrit le musée Gustave Moreau comme une « demeure auguste et familière de la rue de La Rochefoucauld » (BA, p.49). — (Eri Wada, « Proust et sa traduction des ouvrages de John Ruskin : A propos des adjectifs », dans les Études de langue et littérature françaises, n° 72, Société japonaise de langue et littérature françaises, 1998, page 83)
    • De même, le poème mentionné plus haut Zamknutye représente par des images oxymoriques une étendue spatiale néfaste qui apparaît simultanément comme un horizon infini et une clôture bien délimitée : […]. — (Anastasia Vinogradova de La Fortelle, Les aventures du sujet poétique: le symbolisme russe face à la poésie française : complicité ou opposition ? , Publications de l'Université de Provence, 2010, page 88)
    • En effet ce titre proposé au poème est à la fois oxymorique et polysémique. Oxymorique pour ce jeu visuel et phonique qu'il offre, de voir la paix, évocation douce et pacifique, totalement à l'antipode de l'objet inflammatoire, mettre « le feu ». — (Anicet Fyoton Mggnigbeto, « Introduction », de La Paix incendie mon palais : Poèmes et nouvelles de la Paix, Fédération Internationale des Professeurs de Français, 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « oxymorique »

(Date à préciser) Mot dérivé de oxymore, avec le suffixe -ique. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « oxymorique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oxymorique ɔksimɔrik

Évolution historique de l’usage du mot « oxymorique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « oxymorique »

  • C'est pourquoi, entre 2017 et 2022, une notion jusqu'alors oxymorique pour les classes politiques a fait son entrée dans le débat politique : la souveraineté européenne. Celle-ci devient même, dans la déclaration de Versailles du 11 mars dernier, un bien collectif à garantir par l'action publique des 27 à l'échelle de l'UE. La Tribune, Élection présidentielle : deux conceptions de la souveraineté s’affrontent
  • Et c’est bien ce double corps que condense, sur un mode oxymorique, l’exceptionnelle simplicité de son vestiaire. Sans ces conditions exceptionnelles, le choix d’un tel vestiaire relève davantage d’un simulacre comme l’atteste a contrario la posture d’un Emmanuel Macron exhibant le sweat shirt noir des forces spéciales françaises sous les lambris de l’Élysée. The Conversation, Guerre en Ukraine : de Zelensky à Macron, fragments d’un vestiaire belliqueux
  • Quant au baron de Lahontan, l’écrivain et professeur Réal Ouellet est clair sur la question : « Sans l’avoir inventé, Lahontan a donc réactualisé un des grands mythes de l’Occident : celui du primitif exemplaire, du Sauvage comme figure oxymorique de l’humanité, vue tour à tour comme belle et bonne, mais aussi comme mauvaise, cruelle et dégénérée. » (Ouellet, 2006). Impact Campus, L'altérité : un soi qui s'ignore ? - Impact Campus
  • Université de Padoue les 1-2-3 décembre 2022Source d’information qui paraît se soustraire à la communication et forme langagière qui répudie la parole, le silence manifeste sa présence par la rupture, et donc par l’absence momentanée, d’un flux sonore. Symbole du sublime naturel et de l’inspiration de l’artiste, il participe esthétiquement, graphiquement et stylistiquement à la construction du texte littéraire. « Le silence, apparente figure du vide, doit être compris comme une promesse de sens » (Boucharenc 1987, 240) : la nature polymorphe et paradoxale de ce phénomène implique et impose un travail de déchiffrement herméneutique à plusieurs niveaux. Qu’elle soit délibérée ou involontaire, une omission de la part de l’auteur questionne le lecteur sur les étapes diégétiques voire génétiques du récit, tandis que le silence d’un personnage impose des contraintes au co-énonciateur, surtout si ce dernier n’avait pas l’intention de réduire au silence son partenaire. « Au vingtième siècle, la littérature se déplace du côté du silence » (De La Motte 2004, 1). Dans À la recherche du temps perdu, Marcel Proust met la parole dite et écrite au centre du projet romanesque : en dépit (ou à cause) de cela, l’absence de parole joue un rôle aussi important. Le syntagme oxymorique « silence éloquent » (P, III, 554) témoigne du rapport étroit entre la parole et le silence : à la longueur et à la fixité du « silence éternel » (CG, II, 852), « constant » (AD, IV, 49) et « infini » (AD, IV, 64) s’opposent la rapidité et la soudaineté du « silence subit » (P, III, 596), « profond mais intempestif » (CS, I, 24), qui scande le temps et le rythme d’une émission sonore ou d’une conversation (JF, I, 573 ; SG, III, 321). Dans son acception positive, le silence est « bienveillant » (CG, II, 787), « heureux » (SG, III, 326), « obéissant » (SG, III, 407) et « calmant » (P, III, 589). Lorsqu’il est « courtois » (AD, IV, 216), il constitue le trait typique de la politesse : le rituel phatique le combine à des gestes de révérence tels que l’inclination (JF, I, 562 ; SG, III, 308). Cela n’empêche que l’acception négative soit celle majoritaire : un silence peut être « indifférent » (P, III, 662), « presque désobligeant » (CS, I, 17), « réprobateur » (CS, I, 254), « hautain » (SG, III, 343), « aigre » (P, III, 754), ou encore « glacial » (JF, I, 459 ; JF, II, 241), « menaçant » (CG, II, 781), « hostile » (SG, III, 340), et « sévère » (TR, IV, 283). Enfin, une synesthésie peut attribuer au silence le caractère d’une nourriture (CS, I, 49), et d’une couleur (CS, I, 87). À la lumière de la polysémie de sa définition, nous interrogerons le silence dans l’œuvre de Marcel Proust, en tenant compte de l’extrême variété des situations auxquelles cette notion est associée. En particulier, nous invitons à réfléchir aux axes suivants :•Axe 1 : Le silence environnemental , L'écriture du silence dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust (Padoue)
  • Dans plusieurs des « nouvelles » du recueil, les pauvres gens sont malmenés par des notables qui se croient intouchables. C’est là où Montalbano, lorsqu’il le peut, intervient pour tenter de rééquilibrer le rapport de force. La dernière enquête, Le voleur honnête, au titre oxymorique et intrigant, est emblématique de l’attitude hétérodoxe de ce policier sensible qui ne supporte pas les injustices. , Andrea Camilleri, Mort en pleine mer et autres enquêtes du commissaire Montalbano | Italieaparis.net

Oxymorique

Retour au sommaire ➦

Partager