La langue française

Ostiaire

Définitions du mot « ostiaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

OSTIAIRE, subst. masc.

A. − ANTIQ. ROMAINE. Portier. (Dict. xixeet xxes.).
B. − P. anal., vieilli. L'abbé Onuphre lui confia les fonctions d'ostiaire ou de portier, comptant sur la sagesse du jeune moine pour recevoir les étrangers (A. France,Étui nacre, Ste Euphr., 1892, p.71).
P. métaph. Sublime [la beauté], elle a pour prêtres les génies Qui communient De la lumière de ses yeux; Les temps sont datés d'elle et marchent glorieux, Selon que son vouloir les prend pour ostiaires (Verhaeren,Villes tentac., 1895, p.203).
Rem. L'empl. du mot au fém. est exceptionnel: Quel irrésistible nécromant pourrait évoquer l'esprit de ces royales Ostiaires [les Reines du portail de la cathédrale de Chartres], les contraindre à parler, nous faire assister à l'entretien qu'elles ont peut-être (...) le soir (Huysmans, Cathédr., 1898, p.253).
REM.
Ostière, subst. fém.,vx. Porte. Gueux de l'ostière. ,,Mendiant qui allait de porte en porte`` (Littré; ds dict. xixes. et Lar. 19e-20e).
Prononc.: [ɔstjε:ʀ]. Étymol. et Hist. 1. a) Subst. masc. fin xives. [ms.] hostier «portier des ordres mineurs» (Office des ordres, Richel. 994, fo44c ds Gdf.); xves. [ms.] hostiaire (op. cit., Richel. 995, fo44d, ibid.), attest. isolées; b) 1832 au plur. «hommes qui composaient la garde des rois de France, jusqu'à Philippe-Auguste» (Raymond); 2. subst. fém. 1505 ostiaire «porte» (Ordonnance de la tasche de Brou touchant l'esglise, ap. J. Baux, Hist. de l'église de Brou, 2eéd., p.311 ds Gdf.); en partic. 1534 gueux de l'hostiaire «mendiant qui va de porte en porte» (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, I, p.20); la graph. ostière att. dep. 1566 (H. Estienne, Apol. pour Her., ch. 39 [II, 404] ds Hug.) est celle retenue dans la lexicogr. à partir de Cotgr. 1611. Empr. au lat. ostiarius «portier, concierge», en lat. médiév. «portier des ordres mineurs» (ds Nierm.), dér. de ostium «entrée, porte», lui-même de os, oris «bouche, gueule, entrée»; cf. l'a. prov. ostiari «portier», hapax (ds Rayn.).

Wiktionnaire

Nom commun

ostiaire \ɔs.tjɛʁ\ masculin

  1. Variante orthographique de hostiaire.
    • Par des farces de nuit ton front est épié,
      O Juste ! Il faut gagner un toit. Dis ta prière,
      La bouche dans ton drap doucement expié ;
      Et si quelque égaré choque ton ostiaire,
      Dis : Frère, va plus loin, je suis estropié !
      — (Arthur Rimbaud, L’homme juste)
  2. (Fonction) (Byzance) Portier.
    • Les historiens parlent assez rarement des ostiaires, personnages de mince importance, étant donné leur office d’huissiers et d’introducteurs. — (Rodolphe Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, 1967, L’ostiaire).

Nom commun

ostiaire \Prononciation ?\ masculin

  1. (Religion) (Byzance) Garde des portes.
    • […] les évêques souverains du premier siège de Rome […] furent les premiers qui introduisirent au clergé et consacrèrent à Dieu les ostiaires, ou huissier et portier, les lecteurs les adjuteurs, ou exorcistateurs, les acolithes, sous diacres, c’est à dire lévites en l’église. — (François de Belleforest, de l’invention des choses, XVIe)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « ostiaire »

→ voir os, ostis et ostiarius. Du latin ostiarius (« portier, concierge »), en latin médiéval (« portier des ordres mineurs »), dérivé de ostium (« entrée, porte »), lui-même de os, oris (« bouche, ouverture, entrée »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ostiaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ostiaire ɔstjɛr

Traductions du mot « ostiaire »

Langue Traduction
Anglais ostiary
Espagnol ostiario
Italien ostiario
Allemand ostiary
Chinois sti
Arabe ostiary
Portugais ostiario
Russe скудный
Japonais ostiary
Basque ostia
Corse osteria
Source : Google Translate API

Ostiaire

Retour au sommaire ➦

Partager