La langue française

Orléans

Sommaire

  • Définitions du mot orléans
  • Étymologie de « orléans »
  • Phonétique de « orléans »
  • Traductions du mot « orléans »

Définitions du mot orléans

Trésor de la Langue Française informatisé

ORLÉANS, subst. fém.

Étoffe légère, d'origine anglaise, faite de laine et de coton et employée pour confectionner des vêtements d'été pour hommes. Il portait l'été des vêtements d'orléans noire, et l'hiver un paletot bleu foncé auquel on avait recommandé de ressembler au paletot de tout le monde (Gautier, Hist. romant., 1872, p.74).
[P. ell. de tissu] Toutes les ménagères (...) donnaient assaut aux occasions, aux soldes et aux coupons (...). Des mains en l'air, continuellement, tâtaient «les pendus» de l'entrée, un calicot (...), une grisaille (...), surtout un orléans à trente-huit centimes (Zola, Bonh. dames, 1883, p.617).
Rem. Orléans, subst. masc. [Peut désigner un vin de la région d'Orléans] Hier ou demain trois paires d'amis se seront régalés du gigot à l'eau et du rognon de Pontoise, arrosés d'Orléans et de Médoc (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.176).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀleɑ ̃:s], [oʀleɑ ̃] (< prononc. à l'angl.). Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1825 «vin qui est produit dans cette région» (Brillat-Savarin, loc. cit.); 2. 1850 «étoffe» (Journ. des demoiselles, sept., p.281-2 ds Quem. DDL t.16). 1 du nom de la ville d'Orléans, sur la Loire, dont la région produit ce vin apprécié dès le Moy. Âge (cf. vin orlenois 3etiers xiiies. Thèbes, var. ms. P, éd. L.Constans, t.2, p. 205, 12261; v. aussi Ch. Cuissard, Le Vin orléanais dans la poésie et dans l'histoire ds Mém. de la Sté d'Agric., Sc., Belles-Lettres et Arts d'Orléans, 3esérie, t.5, no1, pp. 59-99). 2 nom prob. imaginé par un fabricant à des fins publicitaires, le mot étant att. antérieurement en angl. (1844 ds NED), cf. FEW t.7, p.417b.

Wiktionnaire

Nom commun

orléans \ɔʁ.le.ɑ̃\ masculin (pluriel à préciser)

  1. Étoffe légère de laine et de coton, qu’on employait pour les vêtements d’été.
    • Un paletot d’orléans.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORLÉANS. n. f.
Étoffe légère de laine et de coton, qu'on employait pour les vêtements d'été. Un paletot d'orléans.

Littré (1872-1877)

ORLÉANS (qu'on prononce si singulièrement or-lé-ans') s. f.
  • Sorte d'étoffe légère en laine et coton, très employée pour les vêtements d'été pour hommes. Paletot d'orléans. Robe d'orléans.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ORLÉANS. Ajoutez. Les deux seuls articles qui ont eu à Roubaix un succès immense, sont d'origine anglaise : nous voulons parler du stoff… ainsi que de l'orléans, tissu de chaîne coton, trame laine, qui date de dix années au plus, et qui, en se transformant de toutes les façons, a beaucoup contribué au développement de l'industrie de Roubaix, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. III, p. 624 (séance du 23 juillet 1860)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ORLÉANS, (Géog.) ancienne ville de France, capitale de l’Orléanois, avec titre de duché, possédé par le premier prince du sang, & un évêché suffragant de Paris. Il s’y fait un grand commerce en vins, blés & eaux-de-vie, commerce qui est occasionné par la situation avantageuse de cette ville sur la Loire, à 13 lieues de Blois, 30 N. E. de Tours, 27 S. O. de Paris. Long. 19d. 25′. 45″. lat. 47d. 54′. suivant Cassini.

On croit qu’Orléans fut erigée en cité par Aurélien, & en reçut le nom de Aureliana civitas, ou Aurelianum, en sous-entendant oppidum ; elle devint alors indépendante des peuples chartrains, & fut l’une des plus considérables des Gaules. Elle tomba au pouvoir des François après que Clovis eut vaincu Siagrius, & eut détruit le reste de l’empire romain dans les Gaules. Il s’est tenu à Orléans plusieurs conciles & synodes. On compte onze conciles & quatre synodes d’Orléans. Son école de droit civil & canonique est fort ancienne ; & le pape Clément V. lui accorda, en 1305, divers privileges, que Philippe le Bel confirma en 1312.

Son évêché est un des plus illustres de France. Ses évêques furent attribués sous l’empereur Honorius à la quatrieme lyonnoise & à la métropole de Sens, dont Orléans n’a été détaché que l’an 1623, lorsque Paris fut érigé en archevêché, auquel on donna pour suffragant les évêques d’Orléans, de Chartres, & de Meaux. Celui d’Orléans prétend avoir le droit, le jour de son entrée dans l’église d’Orléans, d’absoudre un certain nombre de criminels qui sont dans les prisons ; mais le parlement de Paris ne reconnoît point les absolutions & abolitions de cette espece.

Le diocese de cet évêché renferme 272 paroisses, 10 chapitres, 5 abbayes d’hommes, & 3 de filles.

Le chapitre de la cathédrale est dédié à Jesus-Christ crucifié. Il est remarquable que notre Sauveur est regardé comme premier chanoine de ce chapitre ; car il est mis à la tête de toutes les distributions, pour une double portion, qui est donnée par forme d’aumône à l’hôtel-dieu, dont le chapitre a la jurisdiction spirituelle & temporelle.

Je supprime tous les détails qui concernent la généralité, l’élection, & le bailliage d’Orléans ; j’aime mieux rappeller aux lecteurs françois, que c’est dans cette ville que naquit le roi Robert en 971. Il y fut couronné en 996, & mourut à Melun en 1031. Il étoit humain, debonnaire, & savant pour son tems. Il fit plusieurs hymnes, que l’on chante encore à l’église. Enfin, il eut la sagesse de refuser l’empire & le royaume d’Italie, que les Italiens lui offroient, & qu’il n’eût jamais gardé.

On sait encore que François II. mourut à Orléans le 5 Décembre 1560 dans sa 18e année. Son regne, qui ne fut que de 17 mois, vit éclore tous les maux, qui depuis désolerent la France, & dont la cause principale fut le nombre d’hommes puissans & ambitieux qui vivoient alors. Les Guises abuserent de l’autorité dont ils jouissoient. Le roi de Navarre & le prince de Condé eurent assez de ressources pour soutenir un parti contr’eux, & les grands du royaume assez d’ambition pour chercher à profiter des troubles de l’état. Dans ces conjonctures, les querelles de religion devinrent un prétexte trop spécieux pour n’être pas employé par les deux partis. Orléans éprouva bientôt les tristes effets de leur rage ; François, duc de Guise, en fit le siége en 1563, & y fut assassiné. Mais il faut détourner nos yeux de ces horreurs, pour nommer quelques savans illustres dont Orléans a été la patrie, car je crains que le tems de sa splendeur en ce genre ne soit passé.

Amelot de la Houssaye (Nicolas) y naquit en 1634. Ses traductions & ses histoires sont encore recherchées. Il est le premier qui ait fait connoître le gouvernement de Venise aux François. S’il se montra grand politique, ce fut par son esprit, & non par son caractere, car il n’en suivit jamais les artifices, & mourut fort pauvre en 1706.

Bongars (Jacques) Bourgasius, protestant, a été un des savans hommes du seizieme siecle. Il s’attacha à l’étude de la critique, qui étoit le goût dominant de son tems ; s’il n’alla pas aussi loin que les Lipse & les Casaubon, il ne laissa pas d’y acquérir beaucoup de gloire, & peut-être il les eût atteints dans ce genre d’érudition, sans les affaires d’état qui l’occuperent, & l’empêcherent d’y donner, comme eux, toutes ses veilles. Il fut employé près de 30 années dans les plus importantes négociations d’Henri IV. & acquit cependant de grandes connoissances en livres, soit manuscrits, soit imprimés, dont il se fit une très-belle bibliothèque. Il procura une bonne édition de Justin, imprimée à Paris en 1581, in-8°. avec des notes pleine d’érudition ; mais on estime sur-tout les lettres qu’il écrivit pendant les emplois dont il fut revétu ; elles ont été traduites de latin en françois par M. l’abbé de Brianville, qui en a donné la meilleure édition à la Haye en 1695. Bongars mourut à Paris en 1612 à 58 ans.

Dolet (Etienne) né vers l’an 1509, étoit imprimeur, poëte & grammairien. Il fut brûlé à Paris à la place Maubert le 3 Août 1546 à 37 ans, pour ses opinions sur la religion calviniste. Les ouvrages qu’il mit au jour sont 1°. commentarii linguæ latinæ, 2 vol. in-fol. rares. 2°. De re navali. 3°. Carminum, lib. IV. 4°. Des lettres qui sont rares, & d’un goût singulier.

Dubois (Gerard) compatriote de Dolet, prêtre de l’oratoire, a donné l’histoire de l’Eglise de Paris ; il mourut en 1696 âgé de 67 ans.

Gédoyn (Nicolas) naquit à Orléans en 1667. Il a été jésuite, ensuite chanoine de la Sainte-Chapelle à Paris, & enfin abbé commendataire de N. D. à Beaujency ; mais, ce qui vaut beaucoup mieux, il est auteur d’une excellente traduction de Quintilien & de Pausanias, outre plusieurs mémoires insérés dans le recueil de l’acad. des belles-lettres. Il est mort en 1744.

Muis (Siméon de) savant interprete de l’Ecriture sainte, mort en 1644. Son commentaire sur les pseaumes est un des meilleurs qu’on ait sur ce livre de l’Ecriture.

Petau (Denis) Petavius, jésuite, un des meilleurs critiques & des plus savans de son siecle. Outre qu’il a reformé la chronologie, on a de lui un grand nombre d’ouvrages sur d’autres sujets, & de belles éditions des œuvres de Synésius, de Themistius, de Nicéphore, de S. Epiphane, de l’empereur Julien, &c. sur lesquels on trouvera tous les détails qui y ont rapport dans le 37 tome des mémoires du P. Niceron. Le P. Pétau est mort en 1652 âgé de 69 ans.

Thoynard (Nicolas) savant dans les langues, dans l’histoire, dans les antiquités, & dans la chronologie, mourut en 1706 âgé de 77 ans. On prétend qu’il a eu grande part au traité du cardinal Norris sur les époques syriennes. Sa concordance des quatre évangelistes en grec, passe pour un ouvrage vraiment curieux.

Vassor (Michel le) de l’oratoire, se réfugia en Angleterre où il obtint une pension du roi Guillaume, à la sollicitation de Burnet, évêque de Salisbury, & y mourut en 1718, âgé de plus de 70 ans. Son histoire de Louis XIII. est trop diffuse, car elle forme 20 v. in-12, elle est cependant très-recherchée, c’est qu’il ne se trompe que sur un petit nombre de faits.

Orléans est encore la patrie d’une dame, Marie Touchet, qui a fait grand bruit dans ce royaume. Elle donna des enfans à Charles IX. & épousa ensuite un homme de qualité. Son esprit, dit le Laboureur, étoit aussi incomparable que sa beauté, & l’anagramme de son nom je charme tout, fut trouvée fort juste. Les historiens racontent qu’après avoir bien examiné le portrait d’Elizabeth d’Autriche, dans le tems qu’on traitoit du mariage du roi avec cette princesse, elle le rendit en disant, je n’ai pas peur de cette allemande. Elle eut deux filles légitimes, dont l’une (Henriette de Balzac, marquise de Verneuil) fut maîtresse d’Henri IV. & l’autre du maréchal de Bassompierre. (D. J.)

Orléans, la nouvelle (Géog.) ville de l’Amérique, capitale de la Louisiane. Elle fut bâtie sous la régence du duc d’Orléans. C’est la résidence du gouverneur. Elle est sur le bord oriental du Mississipi. Lat. nord. 28. 26. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « orléans »

(1850) Par antonomase de la ville d’Orleans car la première usine française de ce tissu d’origine anglaise y fut construite.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « orléans »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orléans ɔrleɑ̃

Traductions du mot « orléans »

Langue Traduction
Anglais orleans
Espagnol orleans
Italien orleans
Allemand orleans
Chinois 奥尔良
Arabe أورلينز
Portugais orleans
Russe орлеан
Japonais オルレアン
Basque orleans
Corse orleans
Source : Google Translate API
Partager