La langue française

Orléanisme

Définitions du mot « orléanisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

ORLÉANISME, subst. masc.

HIST. POL.
A. − Doctrine des partisans des princes de la famille d'Orléans pour l'accession au trône de France par opposition à celle de la branche légitime des Bourbons. L'armée, où (...) il n'y a plus de démission pour cause politique, la légitimité ayant été tuée par la mort du comte de Chambord, l'impérialisme par la mort du prince impérial, l'orléanisme par la veulerie des princes d'Orléans (Goncourt, Journal, 1887, p.629).Le vieux quartier et la ville neuve avaient envoyé à la chambre un représentant libéral, vaguement teinté d'orléanisme (Zola, Dr Pascal, 1893, p.16):
. ... il fut convenu qu'on écrirait à M. le duc d'Orléans pour le décider à se rallier à la Révolution. M. Thiers écrivit lui-même un mot au prince (...). L'orléanisme avait fait des progrès, et dès le soir même de cette journée, il fut question parmi les députés de conférer les pouvoirs de lieutenant général à M. le duc d'Orléans. Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.621.
B. − Système politique des princes d'Orléans correspondant au régime constitutionnel de la Charte de 1830. L'expérience prouve (...) qu'aucune forme ne contient le bien en soi; orléanisme, république, empire ne veulent plus rien dire, puisque les idées les plus contradictoires peuvent entrer dans chacun de ces casiers (Flaub., Corresp., 1869, p.32).
Prononc.: [ɔ ʀleanism̭]. Étymol. et Hist. 1796 (Journal des Patriotes, 10 mai, no266). Dér. de Orléans, nom de la branche cadette des Bourbons; suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 14. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.361. _Vardar Soc. pol. 1973 [1970] p.279.

Trésor de la Langue Française informatisé

ORLÉANISME, subst. masc.

HIST. POL.
A. − Doctrine des partisans des princes de la famille d'Orléans pour l'accession au trône de France par opposition à celle de la branche légitime des Bourbons. L'armée, où (...) il n'y a plus de démission pour cause politique, la légitimité ayant été tuée par la mort du comte de Chambord, l'impérialisme par la mort du prince impérial, l'orléanisme par la veulerie des princes d'Orléans (Goncourt, Journal, 1887, p.629).Le vieux quartier et la ville neuve avaient envoyé à la chambre un représentant libéral, vaguement teinté d'orléanisme (Zola, Dr Pascal, 1893, p.16):
. ... il fut convenu qu'on écrirait à M. le duc d'Orléans pour le décider à se rallier à la Révolution. M. Thiers écrivit lui-même un mot au prince (...). L'orléanisme avait fait des progrès, et dès le soir même de cette journée, il fut question parmi les députés de conférer les pouvoirs de lieutenant général à M. le duc d'Orléans. Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.621.
B. − Système politique des princes d'Orléans correspondant au régime constitutionnel de la Charte de 1830. L'expérience prouve (...) qu'aucune forme ne contient le bien en soi; orléanisme, république, empire ne veulent plus rien dire, puisque les idées les plus contradictoires peuvent entrer dans chacun de ces casiers (Flaub., Corresp., 1869, p.32).
Prononc.: [ɔ ʀleanism̭]. Étymol. et Hist. 1796 (Journal des Patriotes, 10 mai, no266). Dér. de Orléans, nom de la branche cadette des Bourbons; suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 14. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.361. _Vardar Soc. pol. 1973 [1970] p.279.

Wiktionnaire

Nom commun

orléanisme \ɔʁ.le.a.nism\ masculin

  1. (Histoire) (Politique) Doctrine des orléanistes.
    • Déroutés, les hommes du 24 mai cherchèrent une issue. On a dit qu’ils se rabattirent sur un expédient : la République sans les républicains. Ce n’est pas tout à fait cela. Ils essayèrent de fonder le mac-mahonisme qui, dans leur esprit, devait préparer l’orléanisme. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ORLÉANISME (or-lé-a-ni-sm') s. m.
  • Pendant la Révolution et la Restauration, opinion de ceux qui voulaient substituer la branche d'Orléans à la branche aînée des Bourbons.

    Sous le règne de Louis-Philippe, système politique des princes de la maison d'Orléans, c'est-à-dire une royauté libérale et parlementaire, et le suffrage restreint.

    Depuis 1848, parti, opinion des orléanistes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « orléanisme »

De Philippe d’Orléans.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « orléanisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orléanisme ɔrleanism

Citations contenant le mot « orléanisme »

  • Paul-François Paoli : Père spirituel surement pas. Mais homme de synthèse pourquoi pas?   Les fractures historiques à droite, telles que les a décrites René Rémond, restent profondes et semblent indépassables. Edouard Philippe pourrait incarner une forme d'orléanisme raisonnable face à Marine Le Pen dont le populisme autoritaire et égalitaire est en fin de compte dans le prolongement du bonapartisme historique. Enfin Marion Maréchal, sans doute la jeune femme politique le plus douée de sa génération, est l'héritière du légitimisme, courant très minoritaire mais qui existe encore, ici et là en Vendée ou dans le sud est. Ces trois courants sont à peu près impossibles à réunir. Entre orléanistes et bonapartistes le fossé est infranchissable car leurs cultures et leurs sociologies sont opposées. Dans ce contexte la force de Nicolas Sarkozy est son côté électron libre. Bonapartiste de tempérement, il est aussi libéral ce qui le rapproche de l'orléanisme. Du reste en 2007 il avait tenté de faire une sorte de synthèse libérale-bonapartiste qui lui a fait gagner les éléctions. Atlantico.fr, Nicolas Sarkozy, bénédiction ou malédiction de la droite ? | Atlantico.fr
  • La droite orléaniste existe toujours. Elle est libérale, favorable à l’Union européenne, modérée. Elle se méfie de Vladimir Poutine et des populistes. Elle abhorre le racisme et refuse toute alliance avec Marion Maréchal. Elle ne fait pas des questions de mœurs des “marqueurs” fondamentaux. Sa valeur cardinale est la liberté. Le seul problème, c’est qu’elle est en train d’être absorbée par La République en Marche. Il n’est donc pas impossible qu’il ne reste que deux droites… À moins de considérer le macronisme comme le dernier avatar de l’orléanisme. Dans ce schéma-là, on retrouverait les trois droites. , Marion Maréchal, Les Républicains et les (nouvelles) droites en France
  • Le troisième bloc, lui aussi aux alentours de 30%, c’est la droite. Il est devenu possible aujourd’hui de rassembler la droite entrepreneuriale et la droite conservatrice, la droite souverainiste et la droite identitaire. Le drame pour ce bloc, c’est que Marine Le Pen s’obstine à en ignorer la partie socialement la plus aisée et que les ténors LR sont apparemment incapables de s’adresser à l’électorat RN, qui ne demanderait qu’une chose, échapper à cette machine à perdre qu’est devenu le parti de Marine Le Pen. C’est pourtant à droite qu’il serait le plus facile de faire émerger une réunion des forces. Au lieu de cultiver l’opposition entre un illusoire poujado-mélenchonisme et un orléanisme impuissant (puisqu’Emmanuel Macron occupe l’essentiel du créneau), les droites devraient méditer les succès et les échecs de Nicolas Sarkozy, retrouver le gaullisme authentique (si bien illustré dans le « C’était de Gaulle » d’Alain Peyrefitte), retrouver la grande ambition industrielle et intégratrice d’un Napoléon III. Une réunion de la droite est aujourd’hui beaucoup plus facile à réaliser que le maintien par Emmanuel Macron de son « en même temps » ou l’invention d’une compatibilité entre l’écologisme des métropoles et le soulèvement des territoires. Les droites sauront-elles saisir l’occasion? Atlantico.fr, Et le scénario qui permettrait un retour de la droite s’éclaira soudainement (mais y aura-t-il quelqu’un pour le porter ?) | Atlantico.fr
  • Olivier Gracia : Emmanuel Macron a été plutôt fort. Il a réussi à réconcilier les bourgeoisies de droite et de gauche, ce qui était aussi le pari de Louis Philippe. Il a en commun avec l'orléanisme politique, tel que conçu par la famille d'Orléans, d'avoir voulu mettre l'accent sur l'économie. Louis Philippe était modernisateur et n'avait qu'une grande volonté pour la France : développer la révolution industrielle, construire une France moderne et accompagner ce mouvement dans l'économie. Atlantico.fr, La grande peur des bien-pensants face aux Gilets jaunes : mais au fait, qui sont les légitimistes, les bonapartistes et les orléanistes dans l’histoire ? | Atlantico.fr
  • Avec le bonapartisme autoritaire de Sarkozy, l’orléanisme libéral de Juppé et le conservatisme légitimiste de Fillon, les trois familles de la droite se sont rassemblées lors des primaires. Loin des idées reçues, le vote catholique n’a pas été le plus déterminant, explique le démographe et historien Hervé Le Bras. Le Monde.fr, Le retour des « trois droites »
  • « Avec le bonapartisme autoritaire de Nicolas Sarkozy, l'orléanisme libéral d'Alain Juppé et le conservatisme légitimiste de François Fillon, les trois familles de la droite se sont rassemblées » résume le démographe, qui estime du coup que « le vote catholique n'a pas été le plus déterminant ». Selon lui, la meilleure illustration de ce retour du refoulé national ce sont les propos de Bruno Retailleau, soutien de Fillon, qui parle de son candidat comme d’un « homme d'autorité, fervent adepte du libéralisme, mais aussi grand défenseur des traditions ». Dans cet éloge, « les lecteurs de René Rémond auront reconnu les caractéristiques de chacune des trois droites des XIXe et XXe siècles que l'historien identifia. La droite bonapartiste autoritaire, l'orléaniste libérale et modernisatrice, et la légitimiste, conservatrice et nostalgique de la royauté absolue». Hervé Le Bras développe son analyse généalogique : « Clairement, Sarkozy est dans la veine autoritaire et bonapartiste dont les ingrédients populistes et le dédain des corps intermédiaires font intimement partie. Juppé appartient à la catégorie orléaniste, avec son souci de réformes qui ménagent à la fois l'économie et les classes populaires. Echoirait donc à Fillon la case légitimiste, malgré ses professions de foi appuyées de libéralisme. » Au vu de la géographie des résultats, l’analyse se tient. « Sarkozy a enregistré ses meilleurs votes dans le Nord-Est et sur le pourtour de la Méditerranée, là même où le Front national obtient aussi ses meilleurs résultats. » Juppé, quant à lui a drainé les votes de presque tous les départements situés plutôt à gauche. « Les départements du Sud-Ouest, plus radicaux que socialistes, sont tournés vers l'économie de marché tout en protégeant la solidarité sociale, ce qui était compatible avec le positionnement libéral de Juppé. » Conclusion sur les reports de voix au final : « la droite bonapartiste et la droite légitimiste se sont unifiées dimanche 27 novembre. Or, dans l'histoire de la République, c'est parce qu'elles n'étaient pas parvenues à le faire entre 1870 et 1878 que la IIIe République a pu s'établir fermement et, vingt ans plus tard, se débarrasser de la tendance bonapartiste que le général Boulanger incarnait. Une nouvelle période s'ouvre donc pour la droite française, et peut-être, dans six mois, pour la France entière. » France Culture, Deux France, trois droites

Traductions du mot « orléanisme »

Langue Traduction
Anglais orleanism
Espagnol orleanismo
Italien orleanism
Allemand orleanismus
Chinois 奥尔良主义
Arabe الأورليانية
Portugais orleanismo
Russe orleanism
Japonais orleanism
Basque orleanism
Corse orléanisimu
Source : Google Translate API

Orléanisme

Retour au sommaire ➦

Partager