La langue française

Optimates

Sommaire

  • Définitions du mot optimates
  • Phonétique de « optimates »
  • Citations contenant le mot « optimates »
  • Images d'illustration du mot « optimates »
  • Traductions du mot « optimates »

Définitions du mot « optimates »

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OPTIMATES, s. m. pl. (Hist. anc.) terme dont on se servoit autrefois pour désigner une des portions du peuple romain, qui étoit opposée à populares. Voyez Populaire.

Selon la distinction des optimates & des populares, donnée par Cicéron, les optimates étoient les meilleurs citoyens, & ceux qui ne cherchoient dans leurs actions que l’approbation de la plus saine partie ; & les populaires au contraire, sans se soucier de cette espece de gloire, ne cherchoient pas tant ce qui étoit juste & bon en soi, que ce qui étoit agréable au peuple, & qui pouvoit leur être utile à eux-mêmes.

D’autres disent que les optimates étoient les plus ardens défenseurs de la dignité des premiers magistrats, & les plus zélés pour la grandeur de l’état ; qui ne s’embarrassoient point que les membres inférieurs de l’état souffrissent, pourvû que cela servît à augmenter l’autorité des chefs ; & que les populares au contraire, étoient ceux qui recherchoient la faveur du bas peuple, & qui l’excitoient à demander les plus grands privileges pour contrebalancer la puissance des grands.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « optimates »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
optimates ɔptɛ̃at

Citations contenant le mot « optimates »

  • « Les optimates sont des conservateurs assumés, tandis que les antipopulistes d’aujourd’hui se donnent une apparence de réformiste, mais les deux défendent une forme de stabilité. » Le Vent Se Lève, "Quand Rome inventait le populisme" – Entretien avec Raphaël Doan
  • Le général envisagea alors de rentrer en Italie célébrer un triomphe bien mérité. Sur le chemin du retour, il fonda de nouvelles cités à sa gloire, à l’instar d’Alexandre. Arrivé à Brindes, il licencia ses troupes pour prouver au sénat admiratif et anxieux qu’il ne prendrait pas la capitale par les armes. Pour s’imposer dans les plus hautes sphères politiques, il misa sur le jeu des alliances matrimoniales. Il voulait être le nouveau champion des optimates en nouant des liens solides avec les plus conservateurs. Il chercha ainsi à épouser une fille de la maison de l’austère Caton. National Geographic, Pompée le Grand, la chute d'un astre
  • Dans les années 130 av. J.-C., les scissions gagnent l’aristocratie sénatoriale. Deux frères issus de la haute noblesse romaine, Tiberius et Caius Gracchus, proposent, à dix ans d’intervalle, une réforme agraire visant à redistribuer les terres aux plus pauvres et, plus largement, à réformer le système social romain. Des tentatives avortées dans le sang, avec le massacre des deux tribuns et de leurs partisans. Mais la ligne de fracture qui oppose les populares – partisans d’un partage des terres plus équitable – aux optimates – hostiles au changement – demeure. Le monde romain entre dans une guerre civile qui va durer un siècle. Chaque camp cherche des appuis là où, en ces temps troublés, réside la force, c’est-à-dire à la tête des légions. Les généraux, Sylla puis Pompée, se rangent sous la bannière des optimates. Marius puis César, rallient les «populaires». Dans les faits, ces imperators ambitieux, censés vaincre par la volonté des dieux, jouent plutôt leur carte personnelle pour se hisser vers le sommet de l’Etat. Car, dans une époque où les institutions vacillent et le pouvoir s’affaiblit, la tentation de s’en emparer par la force grandit. Tout en s’opposant âprement, les rivaux persistent néanmoins à œuvrer à la grandeur de Rome. Sylla triomphe du soulèvement des alliés italiques entre 90 et 88 av. J.-C., Crassus, en 73 av. J.-C., écrase dans le sang la révolte des esclaves mené par Spartacus, Pompée, en 67 av. J.-C., chasse les pirates qui entravent le commerce en Méditerranée, puis soumet la Syrie et la Judée, Jules César se saisit de la Gaule septentrionale entre 58 et 51 av. J.-C., avant de porter le fer, en 49 av. J.-C., contre une sécession qui secoue l’Hispanie… Chacune de ces victoires renforce le prestige et l’autorité du chef qui la remporte, lui permettant de s’attacher ses légions grâce à de généreuses distributions de butin, et le rendant du même coup plus dangereux encore pour la République. Rome est prise dans un engrenage. Geo.fr, Comment Octave est devenu Auguste, premier empereur de Rome - Geo.fr
  • Ce que vous dites et intéressant. On pourrait effectivement penser que les populares étaient dans cette optique soralienne de « droite des valeurs, gauche du travail ». C’est très anachronique mais la comparaison se tient. En effet, Marius se vantait souvent de ne pas parler le grec et d’avoir des manières frugales à la façon de ses ancêtres dont la simplicité était vue avec nostalgie par les Romains. Parallèlement, beaucoup d’optimates, quant à eux, étaient assez « bling-bling » pour reprendre un terme moderne. Ils aimaient le luxe, l’otium, parlaient le grec et étaient souvent dans les affaires. AgoraVox, Sylla : fossoyeur ou sauveur de la République romaine ? - AgoraVox le média citoyen

Images d'illustration du mot « optimates »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « optimates »

Langue Traduction
Anglais optimates
Espagnol optima
Italien ottimati
Allemand optimiert
Chinois 优化
Arabe يحسن
Portugais optimates
Russe оптиматы
Japonais 最適化する
Basque optimates
Corse uttimizeghja
Source : Google Translate API
Partager