La langue française

Ontologique

Définitions du mot « ontologique »

Trésor de la Langue Française informatisé

ONTOLOGIQUE, adj.

A. − PHILOSOPHIE
1. [Correspond à ontologie A 1 a] Relatif à l'ontologie ou à l'être en général. Philosophie ontologique; discussions, études, notions, systèmes ontologiques. Qu'a fait Locke? Je crains qu'il n'ait détruit, au lieu de se contenter de les ajourner, les questions ontologiques de la nature de l'espace (Cousin,Hist. philos., t.1, 1829, p.168).Avec le XVIIesiècle qui s'achève, la psychologie borne ses acquisitions aux données cartésiennes (...) et demeure liée (...) aux spéculations ontologiques (Hist. sc.,1957, p.1634):
1. ... à une subordination rationnelle entre les vérités et les faits, suivant qu'ils sont le fondement ou la raison les uns des autres, (...) Aristote substitue une subordination ontologique, une hiérarchie de catégories, de genres et d'espèces, dont le pivot est l'idée d'être ou de substance... Cournot,Fond. connaiss., 1851, p.566.
Argument ontologique, preuve ontologique de l'existence de Dieu. Argument formulé pour la première fois par Saint Anselme, repris par Descartes, puis réfuté par Kant selon lequel du concept d'être parfait, la raison conclut à l'existence de cet être. Entre penser un objet et le penser existant, il n'y a absolument aucune différence: Kant a mis ce point en pleine lumière dans sa critique de l'argument ontologique (Bergson,Évol. créatr., 1907, p.284).La «preuve ontologique», dans son sens véritable, c'est la présence évidente de l'esprit infini dans l'esprit individuel (Gds cour. pensée math., 1948, p.373).V. cartésianisme A ex. de Ricoeur.
P. ext. Qui appartient à la catégorie de l'être et non à celle du paraître. Est-ce (...) par une série de créations isolées les unes des autres, ou par une marche continue, que la nature s'élève (...) des formes vides et stériles des mondes ontologique et logique, aux formes riches et fécondes des mondes vivant et pensant? (Boutroux,Contingence, 1874, p.137).Le symbolisme, en introduisant dans l'apparence même la différence ordinale du signifiant au signifié, y introduit la différence ontologique, irréductible, entre le phénomène perceptible et l'être dicible en vérité de ce phénomène (Philos., Relig., 1957, p.38-2):
2. ... la question ontologique qui a rapport à l'essence réelle des idées ou à la manière dont elles sont en Dieu ou dans l'âme indépendamment de l'aperception ou avant la connaissance qu'elle en acquiert dans un temps. Maine de Biran,Journal, 1818, p.190.
En partic. [Chez Renan; p. oppos. à phénoménal] Les mots de corps et d'âme restent parfaitement distincts, en tant que représentant des ordres de phénomènes irréductibles; mais faire cette diversité toute phénoménale synonyme d'une distinction ontologique, c'est tomber dans un pesant réalisme, et imiter les anciennes hypothèses des sciences physiques (Renan,Avenir sc., 1890, p.478).
P. ell. L'ontologique chassé par l'expérimental: les méthodes positives transformant l'énoncé des vieux problèmes métaphysiques, et le théologique ligoté aux lacets de l'histoire (Malègue,Augustin, t.1, 1933, p.133).
2. [Correspond à ontologie A 1 b; dans la pensée contemp., notamment dans la phénoménol. et dans l'existent.] Relatif au sens de l'être; qui appartient simultanément à l'ordre de l'essence et à celui de l'existence. Le phénomène d'être est «ontologique». Il est un appel d'être (Sartre,Être et Néant, 1943, p.16).
En partic. [Chez Heidegger; p. oppos. à ontique] Qui appartient à l'ordre de l'être et non à celui de l'étant. Toute accession à l'objet −toute connaissance ontique comme Heidegger l'appelle −n'est (...) possible qu'à travers la connaissance de l'être de cette chose, la connaissance ontologique (E. Lévinas,En découvrant l'existence, avec Husserl et Heidegger, 1974 [1932], p.78):
3. ... la contingence du monde ne doit pas être comprise comme un moindre être, une lacune dans le tissu de l'être nécessaire, une menace pour la rationalité, ni comme un problème à résoudre le plus tôt possible par la découverte de quelque nécessité plus profonde. C'est là la contingence ontique, à l'intérieur du monde. La contingence ontologique, celle du monde lui-même, étant radicale, est au contraire ce qui fonde une fois pour toutes notre idée de la vérité. Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p.456.
P. ell. V. ontique ex. de Sartre.
B. − Didact., cour. Qui concerne l'être, le fait d'exister. Caractère, portée, réalité ontologique. Kiriloff incarne précisément aux yeux de Dostoïevsky l'effort de l'homme pour vivre l'athéisme dans ses racines métaphysiques, dans ses racines ontologiques les plus profondes (Maritain,Human. intégr., 1936, p.70).Dans le sommeil apparaît la valeur ontologique de l'inconscient (Choisy,Psychanal., 1950, p.148):
4. ... nous nous servons souvent comme de synonymes de termes différents auxquels il semble que nous donnions également un sens ontologique. Et si la distinction entre essence et existence est devenue traditionnelle, par contre nous rencontrons plus de difficultés lorsqu'il s'agit de déterminer le sens propre des mots être, existence et réalité. L. Lavelle,Introd. à l'ontologie, 1951 [1947], p.3.
Prononc. et Orth.: [ɔ ̃tɔlɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1765 propositions ontologiques (Encyclop. t.11, s.v. ontologie); 2. 1890 «qui concerne la connaissance du monde extérieur» (Renan, loc. cit.). Dér. de ontologie*; suff. -ique*. Fréq. abs. littér.: 295. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 54, b) 63; xxes.: a) 113, b) 1106.
DÉR.
Ontologiquement, adv.a) Philos. [Correspond à ontologique A 2; chez Heidegger] En tant qu'être et non en tant qu'existant. L'excellence de l'existence humaine parmi les objets qui nous entourent tient au fait que l'homme existe ontologiquement. Son essence Ce qu'il est, sa quiddité, consiste à exister (E. Lévinas,En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger, 1974 [1932], p.81).b) Didact. [Correspond à supra B] Sur le plan de l'existence; d'un point de vue ontologique. L'être infini (...) est le seul à qui ontologiquement rien ne peut s'ajouter, parce que, tous les êtres finis étant limités à une perfection déterminée, Dieu est au contraire en soi et par soi toute perfection (Théol. cath.t.4, 11920, p.787).L'histoire, c'est ce que l'historien réussit à étreindre du passé, mais en passant à travers ses instruments de connaissance, ce passé a été si re-élaboré, retravaillé qu'il en est tout renouvelé, qu'il est devenu, ontologiquement, tout autre (Marrou,Connaiss. hist., 1954, p.60). [ɔ ̃tɔlɔ ʒikmɑ ̃]. 1reattest. 1874 (Lar. 19e); de ontologique, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 15.

Trésor de la Langue Française informatisé

ONTOLOGIQUE, adj.

A. − PHILOSOPHIE
1. [Correspond à ontologie A 1 a] Relatif à l'ontologie ou à l'être en général. Philosophie ontologique; discussions, études, notions, systèmes ontologiques. Qu'a fait Locke? Je crains qu'il n'ait détruit, au lieu de se contenter de les ajourner, les questions ontologiques de la nature de l'espace (Cousin,Hist. philos., t.1, 1829, p.168).Avec le XVIIesiècle qui s'achève, la psychologie borne ses acquisitions aux données cartésiennes (...) et demeure liée (...) aux spéculations ontologiques (Hist. sc.,1957, p.1634):
1. ... à une subordination rationnelle entre les vérités et les faits, suivant qu'ils sont le fondement ou la raison les uns des autres, (...) Aristote substitue une subordination ontologique, une hiérarchie de catégories, de genres et d'espèces, dont le pivot est l'idée d'être ou de substance... Cournot,Fond. connaiss., 1851, p.566.
Argument ontologique, preuve ontologique de l'existence de Dieu. Argument formulé pour la première fois par Saint Anselme, repris par Descartes, puis réfuté par Kant selon lequel du concept d'être parfait, la raison conclut à l'existence de cet être. Entre penser un objet et le penser existant, il n'y a absolument aucune différence: Kant a mis ce point en pleine lumière dans sa critique de l'argument ontologique (Bergson,Évol. créatr., 1907, p.284).La «preuve ontologique», dans son sens véritable, c'est la présence évidente de l'esprit infini dans l'esprit individuel (Gds cour. pensée math., 1948, p.373).V. cartésianisme A ex. de Ricoeur.
P. ext. Qui appartient à la catégorie de l'être et non à celle du paraître. Est-ce (...) par une série de créations isolées les unes des autres, ou par une marche continue, que la nature s'élève (...) des formes vides et stériles des mondes ontologique et logique, aux formes riches et fécondes des mondes vivant et pensant? (Boutroux,Contingence, 1874, p.137).Le symbolisme, en introduisant dans l'apparence même la différence ordinale du signifiant au signifié, y introduit la différence ontologique, irréductible, entre le phénomène perceptible et l'être dicible en vérité de ce phénomène (Philos., Relig., 1957, p.38-2):
2. ... la question ontologique qui a rapport à l'essence réelle des idées ou à la manière dont elles sont en Dieu ou dans l'âme indépendamment de l'aperception ou avant la connaissance qu'elle en acquiert dans un temps. Maine de Biran,Journal, 1818, p.190.
En partic. [Chez Renan; p. oppos. à phénoménal] Les mots de corps et d'âme restent parfaitement distincts, en tant que représentant des ordres de phénomènes irréductibles; mais faire cette diversité toute phénoménale synonyme d'une distinction ontologique, c'est tomber dans un pesant réalisme, et imiter les anciennes hypothèses des sciences physiques (Renan,Avenir sc., 1890, p.478).
P. ell. L'ontologique chassé par l'expérimental: les méthodes positives transformant l'énoncé des vieux problèmes métaphysiques, et le théologique ligoté aux lacets de l'histoire (Malègue,Augustin, t.1, 1933, p.133).
2. [Correspond à ontologie A 1 b; dans la pensée contemp., notamment dans la phénoménol. et dans l'existent.] Relatif au sens de l'être; qui appartient simultanément à l'ordre de l'essence et à celui de l'existence. Le phénomène d'être est «ontologique». Il est un appel d'être (Sartre,Être et Néant, 1943, p.16).
En partic. [Chez Heidegger; p. oppos. à ontique] Qui appartient à l'ordre de l'être et non à celui de l'étant. Toute accession à l'objet −toute connaissance ontique comme Heidegger l'appelle −n'est (...) possible qu'à travers la connaissance de l'être de cette chose, la connaissance ontologique (E. Lévinas,En découvrant l'existence, avec Husserl et Heidegger, 1974 [1932], p.78):
3. ... la contingence du monde ne doit pas être comprise comme un moindre être, une lacune dans le tissu de l'être nécessaire, une menace pour la rationalité, ni comme un problème à résoudre le plus tôt possible par la découverte de quelque nécessité plus profonde. C'est là la contingence ontique, à l'intérieur du monde. La contingence ontologique, celle du monde lui-même, étant radicale, est au contraire ce qui fonde une fois pour toutes notre idée de la vérité. Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p.456.
P. ell. V. ontique ex. de Sartre.
B. − Didact., cour. Qui concerne l'être, le fait d'exister. Caractère, portée, réalité ontologique. Kiriloff incarne précisément aux yeux de Dostoïevsky l'effort de l'homme pour vivre l'athéisme dans ses racines métaphysiques, dans ses racines ontologiques les plus profondes (Maritain,Human. intégr., 1936, p.70).Dans le sommeil apparaît la valeur ontologique de l'inconscient (Choisy,Psychanal., 1950, p.148):
4. ... nous nous servons souvent comme de synonymes de termes différents auxquels il semble que nous donnions également un sens ontologique. Et si la distinction entre essence et existence est devenue traditionnelle, par contre nous rencontrons plus de difficultés lorsqu'il s'agit de déterminer le sens propre des mots être, existence et réalité. L. Lavelle,Introd. à l'ontologie, 1951 [1947], p.3.
Prononc. et Orth.: [ɔ ̃tɔlɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1765 propositions ontologiques (Encyclop. t.11, s.v. ontologie); 2. 1890 «qui concerne la connaissance du monde extérieur» (Renan, loc. cit.). Dér. de ontologie*; suff. -ique*. Fréq. abs. littér.: 295. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 54, b) 63; xxes.: a) 113, b) 1106.
DÉR.
Ontologiquement, adv.a) Philos. [Correspond à ontologique A 2; chez Heidegger] En tant qu'être et non en tant qu'existant. L'excellence de l'existence humaine parmi les objets qui nous entourent tient au fait que l'homme existe ontologiquement. Son essence Ce qu'il est, sa quiddité, consiste à exister (E. Lévinas,En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger, 1974 [1932], p.81).b) Didact. [Correspond à supra B] Sur le plan de l'existence; d'un point de vue ontologique. L'être infini (...) est le seul à qui ontologiquement rien ne peut s'ajouter, parce que, tous les êtres finis étant limités à une perfection déterminée, Dieu est au contraire en soi et par soi toute perfection (Théol. cath.t.4, 11920, p.787).L'histoire, c'est ce que l'historien réussit à étreindre du passé, mais en passant à travers ses instruments de connaissance, ce passé a été si re-élaboré, retravaillé qu'il en est tout renouvelé, qu'il est devenu, ontologiquement, tout autre (Marrou,Connaiss. hist., 1954, p.60). [ɔ ̃tɔlɔ ʒikmɑ ̃]. 1reattest. 1874 (Lar. 19e); de ontologique, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 15.

Wiktionnaire

Adjectif

ontologique \ɔ̃.tɔ.lɔ.ʒik\ masculin et féminin identiques

  1. (Didactique) Qui a rapport à l’ontologie.
    • Pour s’évader de la mentalité scolastique, il fallait répudier le réalisme des universaux […] ; qui conduisait à des théories erronées, telles que la fixité des espèces et la distinction ontologique des caractères essentiels et accidentels; […]. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • Mais l’histoire n’est jamais la simple réalisation ontologique d’une telle potentialité, c’est une transformation permanente des réalités antérieures en fonction des conditions du moment […] — (Joseph Morsel et al., L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)
    • La preuve ontologique de l’existence de Dieu, c’est la preuve tirée de l’idée de l’être infini, l’existence étant contenue dans l’idée que l’on a de la perfection.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ONTOLOGIQUE. adj. des deux genres
. T. didactique. Qui a rapport à l'ontologie. Argument ontologique. Preuve ontologique de l'existence de Dieu, Preuve tirée de l'idée de l'être infini, l'existence étant contenue dans l'idée que l'on a de la perfection.

Littré (1872-1877)

ONTOLOGIQUE (on-to-lo-ji-k') adj.
  • Qui a rapport à l'ontologie.

    Preuve ontologique de l'existence de Dieu, celle qui conclut l'existence d'un être nécessaire de l'idée que, suivant la psychologie, nous avons en nous d'un tel être.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ontologique »

Ontologie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de ontologie avec le suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ontologique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ontologique ɔ̃tɔlɔʒik

Citations contenant le mot « ontologique »

  • Sa culpabilité est définitive et ontologique. Qu’il s’autoflagelle et se taise, qu’il «écoute», comme on dit, même quand l’idéologie dominante devient délirante. L’heure est venue pour lui de s’effacer volontairement. C’est seulement ainsi qu’il connaîtra la rédemption.  Le Journal de Montréal, La purge contre le mot «blanc» | Le Journal de Montréal
  • Notre pensée aujourd’hui, est sous la dominance ontologique de la mort. De Hans Jonas / Phénomène de la vie
  • 7. Sylvain Roudaut : Sur l’implication ontologique des ontologies [D] éduscol, le site des professionnels de l'éducation, Dossier « Philosophie et numérique », Implications philosophiques — Philosophie
  • [4] Relatif à l'étant, à toute production humaine. L'ontique (Étant) s'oppose en ce sens à l'ontologique (Être). Site-LeVif-FR, Le racisme expliqué à des adolescents (carte blanche) - Belgique - LeVif
  • 3Des artistes de différents domaines ont attaqué cette nouvelle invention sur le plan esthétique, moral ou ontologique. L. Jenny se réfère évidemment à Baudelaire qui a réprouvé le « culte idolâtre » de la photographie, en lui déniant le statut d’œuvre d’art, car en se contentant de reproduire aveuglément le réel, elle ferait obstacle à l’imagination, « reine des facultés » selon le poète (Salon de 1859). En effet, au lieu de donner vie et de ranimer les apparences, la photo est considérée comme mortifère dès lors qu’elle « cadavérise » ses objets, non seulement en les figeant définitivement mais aussi en anticipant leur « mort » à travers le long temps de pose qu’elle exige. Son caractère réifiant et sa prétendue vacuité ont également été la cible de nombreuses attaques. On a souvent condamné son incapacité à rendre compte convenablement du réel puisqu’elle ne serait dépositaire que d’une pure extériorité ; elle serait de fait inapte à véhiculer une signification et donc hostile à l’esprit. C’est justement en ce point qu’intervient la réflexion de Kracauer3 qui, bien avant Barthes, a opposé images mémorielles et images photographiques, voire « corrélations significatives » et « juxtapositions insignifiantes » (p. 19). De manière générale, la plupart des critiques ont scruté la photographie d’un œil méfiant en exprimant vertement leurs craintes et en les transmettant à leurs contemporains4. On trouve notamment un rapport de ce type au medium sous la plume de Susan Sontag, qui soulignait dans les années 1970 que la photographie n’atteste pas forcément d’un témoignage ou d’un sauvetage du monde, mais plutôt d’une mise à distance de ce dernier. Autrement dit, elle ne cherche pas à unir ou à rédimer, mais à séparer et à éloigner. D’après Yves Bonnefoy, la photographie se révèle intrinsèquement « dangereuse » et conduit « à la fin du monde5», vu qu’elle favorise l’effraction d’une vision du « non‑être » dans le « champ jusqu’alors clos de l’image6». , Révéler la photographie argentique par la voie de l’impureté esthétique (Acta Fabula)
  • L’Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo) est né en 1960 et demeure aujourd’hui bien vivace. En dialogue avec un certain Xanthiphas, nous proposons de renouveler la critique oulipienne de manière ontologique et ludique. L’Oulipo est analysé au regard de passages clés du passé, tels que l’ère des Grands Rhétoriqueurs et le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, sans oublier l’influence des surréalistes et de Bourbaki. L’apport pataphysique est nuancé car la généalogie préoulipienne remonte chez ses deux fondateurs, François Le Lionnais et Raymond Queneau, aux années 1930. Sera posée également la question de l’intégration assez tardive des femmes en son sein. Enfin, des informations inédites provenant des archives de l’Oulipo offriront une meilleure contextualisation de l’évolution du groupe. , M. Lapprand, Pourquoi l'Oulipo ?
  • Il ne faut pas opposer les choses : les captations ne fragilisent pas la pratique du théâtre, mais favorisent le désir du « présentiel », et grandissent le prestige du théâtre. Il est évident aussi que l’union lors d’un concert ou d’une pièce de théâtre est de l’ordre du sacré. En écoutant un disque, en regardant une captation, on peut se préparer au moment où l’on va avoir un dialogue avec le sacré. Le théâtre, c’est la communion, au sens d’un groupe de personnes qui sortent de chez elles et se réunissent librement, dans un acte engagé. Il est clair que l’écran ne remplace pas la présence réelle, or, le théâtre c’est la présence réelle, non seulement des acteurs, mais aussi des spectateurs. On ne sait pas ce qu’il va se passer lors d’une représentation, comment les comédiens vont jouer, comment le public va réagir ; il y a à la fois une conscience du présent et de la présence. Et c’est une vertu ontologique dont on ne connaissait pas tout le prestige avant l’enivrement virtuel dans lequel nous vivons. La Vie.fr, Olivier Py : “La liturgie du théâtre n’a aucune différence avec celle de la messe”
  • En définitive, ce n’est pas tant la couleur de la peau (un accident) qui détermine la dignité d’une personne que l’être. Il en va de même, pour d’éventuels procès racistes que l’on pourrait, par excès, intenter à un artiste reproduisant, par exemple, une statue du diable, fût-elle peinte en blanc. Pour notre part, ce n’est pas, la couleur qui donnera ici une solidité ontologique à l’existence de cet esprit, mais c’est le fait que le diable soit plutôt une « non personne » selon une expression de Joseph Ratzinger. Or est « non personne » en théologie, non pas ce qui n’existe pas, mais ce qui est incapable d’amour, de relations interpersonnelles par opposition à la « personne ». La Croix Africa, Face au racisme, le danger du repli identitaire - La Croix Africa
  • L'été, on écoute plus nonchalamment la radio et on boude un peu la télévision. C'est bien normal. Ce qui nous manque le reste du temps, c'est une sorte de débranchement ontologique. Adieu vieille Europe, que le diable t'emporte ! Adieu chichis hexagonaux et prurits politiciens ! Ce débranchement des vacances ne passe pas seulement par les transhumances que l'on sait. Il postule aussi une distance mentale. Bref, on n'écoute plus ces choses médiatiques que d'une seule oreille. Et c'est bien comme ça ! Comme par un fait exprès, la radio conspire d'ailleurs à cet imperceptible recul auditif. À la faveur des vacances, quelque chose est changé dans la plupart des grilles. Je ne parle pas seulement des émissions dites estivales que les stations concoctent et diffusent. Je parle de cet heureux « désordre » sonore qui tient au remplacement inopiné de certaines voix. La Vie.fr, Bonheurs médiatiques de l'été
  • Basile-Juléat FOUDA restera l'un des plus importants penseurs camerounais d’avant et d’après indépendance, bien que ostracisé par l’université camerounaise comme l’a été aussi Fabien Eboussi-Boulaga, il laisse une œuvre considérable qui commencera simplement à être découverte par les nouvelles générations de penseurs africains. Le professeur Souleymane Bachir Diagne professeur à l’université de Columbia salue la mémoire du « philosophe de la responsabilité politique et éthique en Afrique noire. A partir du pancalisme ontologique développé dès les années 60, il n’a eu de cesse que d’inscrire l’Afrique dans l’universel ». camer.be, Basile-Juléat FOUDA repose au cimétière de Massy en France par Noah Sévérin à Paris

Traductions du mot « ontologique »

Langue Traduction
Anglais ontological
Espagnol ontológico
Italien ontologico
Allemand ontologisch
Chinois 本体论的
Arabe وجودي
Portugais ontológico
Russe онтологический
Japonais 存在論的
Basque ontologiko
Corse ontologica
Source : Google Translate API

Ontologique

Retour au sommaire ➦

Partager