Nomologico : définition de nomologico

chevron_left
chevron_right

Pas de définition pour « nomologico »

Envoyez-nous votre définition par courriel et nous complèterons cette section : [email protected]

Phonétique du mot « nomologico »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nomologico nɔmɔlɔʒikɔ play_arrow

Citations contenant le mot « nomologico »

  • Sur le plan méthodologique, nous avons tenté de prolonger la méthode d’abduction de la TR par l’usage de l’épistémologie et de l’ontologie stratifiée du philosophe Roy Bhaskar. Nous avons d’ailleurs présenté une introduction aux travaux de Roy Bhaskar dans un autre devoir. Cette ontologie et cette épistémologie nous semblent à la fois rigoureux et pertinents dans le cadre théorique de la théorie de la régulation qui tente déjà de s’éloigner du modèle nomologico-déductif de Hempel des lois économiques calquées sur le modèle épistémologiques des lois de la nature. L’intérêt de la stratification ontologique de Bhaskar est selon nous de clarifier les relations entre les niveaux politiques, économiques et institutionnels sans réaliser toutefois de rupture par rapport au cadre théorique de la TR. En ce qui concerne la partie empirique, nous avons utilisé Excel et R et nous avons pu montrer des corrélations suffisamment élevées pour montrer que notre modèle théorique mériterait d’être plus développé. Club de Mediapart, Le Néolibéralisme comme Régime Féodal, Informatique et Financier. | Le Club de Mediapart
  • Résumons les enjeux et les conséquences des travaux de Bhaskar pour les sciences sociales. La philosophie de Bhaskar démontre que les condition de possibilité de la science sont (i) une tripartition ontologique entre les domaines du réel (domaine de tendances, de mécanismes générateurs qui inclut l’actuel et l’empirique) l’actuel (qui inclut l’empirique) et l’empirique – ainsi que (ii) une méthode de recherche de l’hypothèse par abduction qui part des phénomènes observés pour imaginer le mécanisme générateur de ces phénomènes et (iii) le test empirique de l’hypothèse pour prouver qu’elle n’est pas seulement dans l’imagination du chercheur. On pourra alors distinguer deux types de test qui sont (iii-a) dans les sciences naturelles en système fermé avec le test empirique en laboratoire qui doit permettre d’arriver à des prédictions de phénomènes à partir de l’hypothèse et (iii-b) dans les sciences humaines en système ouvert qui doit permettre d’expliquer les phénomènes a minima et de les prédire dans un contexte de probabilité qui est incertaine mais qui n’est pas nulle car si la prédiction en sciences humaines – limitée par la liberté des individus – est incertaine, elle n’en est pas pour autant nulle, sans quoi les modèles de Minsky, Keen et Hudson ne parviendraient pas systématiquement à de meilleures prédictions que le modèle néoclassique. Cette épistémologie fondée sur une ontologie aboutit à la réfutation de l’empirisme de Hume et de sa dérivée épistémologique nomologico-déductive utilisées notamment par l’économie néo-classique. En effet, l’ontologie nomologico-déductive ou axionomico-déductive – on ne peut pas vraiment parler de méthode hypothético-déductive dans la science économique puisque les hypothèses ne sont pas réalistes au sens où elles ne portent pas sur la réalité du monde social, les mécanismes générateurs tels que la lutte des classes ou les conventions, mais sur des épiphénomènes du monde social, les séquences d’évènements économiques - de Hempel issue de l’empirisme de Hume repose implicitement sur une ontologie de séquences d’évènements qui jouent le rôle de l’invariant ontologique et épistémologique. Le scientifique doit ainsi repérer des séquences d’évènements identiques pour en déduire par induction une loi. Or Bhaskar démontre par la distinction des systèmes ouverts et des systèmes fermés qu’il est impossible de reproduire exactement la même séquence d’évènements à l’extérieur d’un laboratoire. De plus cette épistémologie aboutit à une contradiction puisqu’elle implique que c’est le chercheur lui-même qui cause la séquence d’évènements recherchés dans le laboratoire. Ainsi, par l’étude des conditions de possibilité de la science et dans un dialogue érudit avec les principaux épistémologues depuis Hume, Bhaskar parvient à démontrer par l’absurde l’impossibilité de l’ontologie évènementielle qui sert de matrice à l’épistémologie néo-classique. La seule solution à la résolution du problème de l’induction, le passage de l’expérience en laboratoire à la généralisation de cette expérience dans le système ouvert du monde, est alors la méthode de l’abduction qui est la recherche des mécanismes générateurs – aussi nommés « faits stylisés » dans le domaine de l’économie et proches du « fait social total » en sociologie – qui s’actualisent dans des séquences de phénomènes mesurés expérimentalement par le scientifique. La seule démarche scientifique est alors un matérialisme qui est une dialectique constante entre d’un côté une recherche ontologique des propriétés ou des mécanismes générateurs des phénomènes observés et de l’autre une épistémologie socialement construite qui explique ces phénomènes. Cette démarche réconcilie alors une épistémologie de paradigmes construits socialement que l’on retrouve chez Kuhn, Popper, Feyerabend ou encore Lakatos avec une ontologie matérialiste qui dans un paradoxe superficiel et donc dans une vérité profonde, s’inspire de la démarche kantienne. En effet, Bhaskar conserve le geste kantien de la recherche des fondements de la pensée dans le schème transcendantal de l’imagination [2] mais il exclut la dérive idéaliste kantienne de scission entre le phénomène et le noumène puisque la correspondance entre le schème transcendantal de l’imagination construit par le chercheur – son hypothèse ou sa théorie – et la propriété ou le mécanisme générateur de l’objet observé est la condition de possibilité de la recherche scientifique. Ainsi, l’abandon de cette correspondance qui doit évidemment être validée par des tests empiriques reviendrait tout simplement à rejeter toute la recherche scientifique fondée sur cette correspondance. La recherche scientifique est alors interprétée comme une ontologie des profondeurs qui cherche à expliquer par des mécanismes générateurs toujours plus profonds de la matière – ou de la société dans les sciences humaines – les phénomènes observés. Chaque changement de paradigme kuhnien correspond alors aux contradictions phénoménologiques dévoilées par le mécanismes générateur le plus profond de la matière – le paradigme dominant, par exemple celui de Newton – et ces contradictions ne peuvent alors être résolues que par la découverte d’un mécanisme générateur plus profond de la matière – un nouveau paradigme, le paradigme d’Einstein qui dévoile un mécanisme générateur ontologiquement et épistémologiquement plus profond de la matière physique– lequel mécanisme générateur dévoilera à son tour de nouvelles contradictions qui n’étaient pas observées jusqu’à présent et qui nécessiteront à leur tour d’être résolues par la découverte d’un mécanisme générateur plus profond. Club de Mediapart, L'Anthropologie du Mythe de Turner comme Application de la Philosophie de Bhaskar | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « nomologico »

Langue Traduction
Corse nomologico
Basque nomologico
Japonais ノモロジコ
Russe nomologico
Portugais nomologico
Arabe نومولوجيكو
Chinois 法理学
Allemand nomologico
Italien nomologico
Espagnol nomologico
Anglais nomologico
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires