La langue française

Népalais

Définitions du mot « népalais »

Wiktionnaire

Nom commun

népalais \ne.pa.lɛ\ masculin singulier

  1. (Linguistique) Langue parlée au Népal.

Adjectif

népalais \ne.pa.lɛ\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Géographie) Relatif au (ou originaire du) Népal, ses habitants, sa langue, sa culture.
  2. (Linguistique) Relatif au népalais (la langue).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

NÉPALAIS (né-pa-lê) s. m.
  • Langue parlée dans le Népâl, et dérivée du sanscrit.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « népalais »

(Date à préciser) Du nom du Népal avec le suffixe -ais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « népalais »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
népalais nepalɛ

Citations contenant le mot « népalais »

  • Je ne lis aucune sottise, aucune connerie dans ce témoignage et pas plus de mise en accusation de l'attitude des Français, des occidentaux face au virus. C'est juste un parallèle entre une population népalaise sans assistance, pour qui l'arrêt de toute activité est, pour la plupart, un drame : plus de travail, plus d'argent et parfois plus de toit et notre société française où une grande majorité des gens peut espérer, malgré tout, un soutien de l'état, et c'est tant mieux. Une telle assistance n'existe pas au Népal et de nombreuses personnes doivent compter sur l'aide des ONG pour s'en sortir. Permettez à Monsieur Laville, ressortissant français vivant là-bas depuis de nombreuses années, de simplement nous faire part de son ressenti sur la situation au Népal par rapport à celle que nous connaissons en France. Si le progrès consiste à vouloir "toujours plus" et "toujours mieux" alors continuons comme ça et notre progrès va nous envoyer dans le mur ! Je n'ai pas la même notion du progrès, qui me semble "ÊTRE" "toujours plus" et "toujours mieux" ... Ce que Monsieur Laville est pour la population locale népalaise, l'aidant encore et toujours, malgré des difficultés et un manque de reconnaissance. Ce qu'il est aussi pour nous tous, un exemple que nous devrions méditer. Un conseil, allez faire un tour au Népal et vous verrez que notre "vouloir toujours plus" n'est pas grand-chose face à la générosité de ceux qui n'ont rien, face au partage de regards, de sourires, de rires, de cultures ... Mais bon, il faut se bouger pour ça ... Bonne soirée ! ladepeche.fr, Un Lotois témoigne : "Au Népal, on ne sait pas comment se confiner faute de toit" - ladepeche.fr
  • Un historien népalais, Ramesh Dhungel, a récemment affirmé que le village de Rui était par le passé en territoire népalais. « Le Népal ne l’a pas perdu lors de la guerre, n’a pas été soumis à un accord ou un contrat spécial pour le laisser au Tibet. Le Népal a perdu le villages de Rui en raison de la négligence au moment de la matérialisation des frontières ». Une version des faits confirmée par un responsable politique local, Bir Bahadur Lama. Il y a 60 ans, quand il s’est agi de dérouler du grillage et de construire un poste frontière pour matérialiser la démarcation, les travaux ont eu lieu du mauvais côté du village. Une erreur qui ne pouvait être que volontaire de la part des Chinois, affirme aujourd’hui l’opinion publique népalaise. Et acceptée par les responsables du village, que la presse locale accuse d’avoir été corrompus. Altitude News, Himalaya : un village népalais serait devenu tibétain par négligence !
  • La galerie Montesquieu (rue Montesquieu à Agen) vient en aide aux écoliers népalais, un pays dévasté par un séisme en 2015, tout en ouvrant les yeux sur les artistes de ce pays. Une exposition-vente organisée par Maryse Ortega et l’association Petits écoliers du Népal, et soutenue par des Agenais qui ont découvert cette région via un guide, Surendra Gautan, qui n’a pu être présent en raison de la crise sanitaire. SudOuest.fr, Agen : des tableaux au profit des petits Népalais
  • Le confinement a paralysé le tourisme népalais pendant la haute saison, et mis en péril l’économie du pays. L’annulation des expéditions dans l’Himalaya, la hausse du chômage et l’anxiété généralisée se traduisent par une hausse du nombre de suicides des Népalais. Depuis le début du confinement, on compte au moins 1 647 cas de suicides – contre 38 morts dues au Covid, selon les chiffres officiels disponibles le 15 juillet. D’ordinaire, de début avril à fin mai, les alpinistes se ruent sur l’Everest. Une activité essentielle pour les guides, les Sherpas, porteurs et cuisiniers, ou encore les travailleurs journaliers, pour qui ces deux mois de salaire suffisent pour vivre aux besoins de leur famille le reste de l’année. Au Népal, le tourisme représente 8% du PIB et représente un million d’emplois, selon des chiffres du World Travel and Tourism Council. Une activité bien sûr stoppée net par le confinement, instauré le 24 mars au Népal et encore en vigueur jusqu’au 22 juillet. Impossible de laisser transiter des centaines de personnes dans les camps de base, généralement logées dans des tentes à côté les uns des autres. À l’image du chômage des Sherpas, c’est toute l’économie népalaise qui est ébranlée. L’arrêt total des activités a généré une angoisse particulière au sein de la population – au point d’observer une augmentation de 25% des suicides, selon l’agence de presse asiatique IANS. Au 7 juillet, au moins 1 647 Népalais ont mis fin à leur jour depuis le début du confinement. Soit 18 personnes par jour dans un pays qui ne compte que 28 millions d’habitants. Cette hausse s’expliquerait par les difficultés financières engendrées par le confinement, le chômage et la violence domestique, selon l’Himalayan Times. L’épidémie accentue le sentiment de solitude, l’anxiété, la dépression et l’aggravation des maladies chroniques mentales, comme le rapporte la revue médicale JAMA Psychiatry (2020).  Une situation inquiétante, lorsqu’on sait qu’en période hors Covid, le pays enregistrait déjà… Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor, Au Népal, l’arrêt des expéditions tue plus que le coronavirus – Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor
  • Le 22 mai 2019, Nirmal Purja Magar pose au sommet du mont Everest au terme de son ascension. « Nims » de son surnom, l'ancien soldat népalais, aujourd'hui alpiniste, a gravi 6 des 14 sommets de la planète s'élevant à 8 000 mètres au cours du mois d'avril 2019. Son attitude effrontée fait également beaucoup parler dans le monde de l'alpinisme. (Initialement postée sur son compte Instagram, @nimsdai, cette photo a été publiée avec son autorisation.) National Geographic, Cet alpiniste népalais a gravi les plus hauts sommets du monde à une vitesse record | National Geographic
  • Son nom ne vous dit probablement pas grand-chose et c’est normal puisque vous n’êtes pas… népalais ! Au Népal le Dr Sanduk Ruit est ne petite célébrité et il la doit à son altruisme et à ses compétences. Il est le fondateur et PDG de l’Institut d’ophtalmologie de Tilganga et son principal objectif est de fournir des soins oculaires aux patients… NeozOne, Népal : Un éminent chirurgien redonne la vue gratuitement à 130 000 personnes ! - NeozOne
  • Un livre, trois expéditions dans l’Himalaya cet automne, une en Antarctique en décembre, des 8000 en parapente en préparation, l’alpiniste népalais pourtant durement touché par la crise du Covid-19, bataille sur tous les fronts et pas forcément là où on l’attend le plus. Interviewé par Outside à l’occasion de son passage à Chamonix cette semaine, il fait le point sur ses projets. En octobre 2019, Outside rencontrait Nirmal Purja, plus connu sous le surnom de Nims Dai, à Katmandou. A l’époque, il avait déjà côché treize cases à sa liste des quatorze sommets de plus de 8000 mètres, objectif de son “Project Possible 14/7”. Entamé avec l’ascension de l’Annapurna (8 091 m), le 23 avril dernier, seul lui restait le Shishapangma (8 013 m). S’il parvenait à gravir ce 14e et dernier sommet, Nims promettait de “prendre du repos”, avant de se tourner vers d’autres défis. Mais toujours à plus de 8 000 mètres, nous racontait-il. “J’ai encore envie de grimper ces montagnes. « Je suis accro à ces sensations. Pour le futur ? Je pense à des ascensions hivernales ou des voies différentes sans utiliser de réserve d’oxygène”, concluait-il sans entrer dans les détails. A l’époque l’alpiniste et ancien officier népalais – six ans dans les Gurkhas, les forces spéciales népalaises puis dix dans les britanniques – entendait rester discret sur ses plans, comme à son habitude, mais aussi répondre une fois de plus aux critiques qui n’ont pas manqué de l’égratigner depuis l’annonce de son méga projet, en 2018. Trop d’ambition, trop de moyens, trop d’hélico, trop de cordes fixes, et surtout trop d’oxygène. En bref, certains dans la communauté de l’alpinisme lui reprochaient de manquer de style, oubliant au passage, comme il le rappelle volontiers lui-même, qu’en juillet 2019 sur le K2, son équipe avait ouvert la voie cette année-là, installé des cordes fixes dans la zone exposée au risque d’avalanche et que les grimpeurs qui avaient suivi ses traces – Adrian… Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor, Interview. Nims Dai prépare son surprenant retour – Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor
  • Alors que les autorités népalaises ont donné leur feu vert à la reprise du tourisme, tout n’est pas aussi simple. Avec la reprise progressive des vols internationaux et domestiques à partir du 17 août, le ciel des expéditions automnales semblait pourtant s’éclaircir. Et plusieurs opérateurs népalais ont immédiatement annoncé qu’ils organisaient des expéditions pour cette saison. Le patron de Seven Summit Treks, un des leaders du marché, a expliqué à l’Himalmayan Times (en anglais) : « Nous sommes prêts à organiser des expéditions en suivant les protocoles de sécurité ». Altitude News, Les expéditions de l’automne 2020 : « c’est trop risqué ! »
  • Le confinement a paralysé le tourisme népalais pendant la haute saison, et mis en péril l’économie du pays. L’annulation des expéditions dans l’Himalaya, la hausse du chômage et l’anxiété généralisée se traduisent par une hausse du nombre de suicides des Népalais. Depuis le début du confinement, on compte au moins 1 647 cas de suicides – contre 38 morts dues au Covid, selon les chiffres officiels disponibles le 15 juillet. D’ordinaire, de début avril à fin mai, les alpinistes se ruent sur l’Everest. Une activité essentielle pour les guides, les… Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor, Nims Dai fait son premier vol en parapente à Chamonix – Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor

Images d'illustration du mot « népalais »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « népalais »

Langue Traduction
Anglais nepalese
Espagnol nepalés
Italien nepalese
Allemand nepalese
Chinois 尼泊尔语
Arabe نيبالي
Portugais nepalês
Russe непалец
Japonais ネパール人
Basque nepaleko
Corse nepalesese
Source : Google Translate API

Népalais

Retour au sommaire ➦

Partager