La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « nèfle »

Nèfle

Définitions de « nèfle »

Trésor de la Langue Française informatisé

NÈFLE, subst. fém.

A. − Fruit du néflier comportant cinq noyaux, à la peau grisâtre ou rousse, qui se récolte au début de l'hiver et se consomme soit blet, soit en compote ou en confiture. Couché une partie de la journée sous les humides parois, il en sortait quand la chaleur tombait, pour aller manger des nèfles dans les bois voisins ou détruire des essaims formés dans les troncs d'arbre (Ponson du Terr., Rocambole, t.5, 1859, p.452).La nèfle qui ne se mange que pourrie (Gide, Nourr. terr., 1897, p.196):
. La nèfle est de peu d'agrément: de saveur terne comme de chair; molle sous la dent comme sous le doigt... Tout de même, l'hiver, quand le «cabinet» est vide, la vaste armoire où l'on couche ici les fruits sur lit de paille, elle donne quelque illusion, elle apporte comme un arrière-goût des pulpes parfumées. Pesquidoux, Livre raison, 1925, p.156.
B. − Populaire
1. Au plur.
a) Des nèfles. Chose sans valeur ou de peu de prix; rien du tout. Ils sont sur leur garde, ridicules et odieux comme ces gens qui ont toujours peur d'être volés et restent assis sur leur trésor! Surtout que ce trésor c'est des nèfles et que personne n'essaye de le leur prendre (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.327).
b) Des nèfles! [Loc. interjective suivant prop. interr.; exprime hyperboliquement un refus, une dénégation] Synon. des clous!L'épouser? s'écria Morel, qui sentait le baron grisé ou bien qui ne songeait pas à l'homme, en somme plus scrupuleux qu'il ne croyait, avec lequel il parlait. L'épouser? Des nèfles! (Proust, Sodome, 1922, p.1008).Leur respect, je l'ai où je veux dire. Ils me font rigoler. Est-ce que je me respecte, moi? Des nèfles! Une supposition que je me respecte, je pourrais crever (Bernanos, Imposture, 1927, p.474).Vous croiriez peut-être qu'ils m'auraient parlé de mon pays? Des nèfles! Ils lisaient leurs journaux sans un mot et je voyais les titres pendant que je les rasais (Sartre, Mort ds âme, 1949, p.34).
2. Derrière, cul. De sa fenêtre, André (...) devinait des invites à boire aussitôt acceptées (...) des bonjours lancés à des chiens de sellier assis sur leurs nèfles (Huysmans, En mén., 1881, p.301).
Prononc. et Orth.: [nεfl̥]. Indications concernant une variation de la prononc. de la voyelle en termes de durée (Buben 1935 §24) ou de timbre (Rouss.-Lacl. 1927, pp.121-122). Ac. 1694-1740: neffle; dep. 1762: nèfle. Étymol. et Hist. Fin xies. nesples (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, § 739); a) type mesle fin xiies. [ms. A, 1295] melles bletes (Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, [2eréd.], 2198); ca 1225 [ms. A, formes pic., 1284] ne prisier plus d'une melle (Gerbert de Montreuil, Roman de la Violette, éd. D. Labaree Buffum, 1923); 1225-30 [ms. C, xiiies.] (Guillaume de Lorris, Rose, éd. E. Langlois, 1350, var.); b) type mesple ca 1200 [ms. unique, 2emoitié xiiies.] ne prisier une mesple (Elie de Saint Gilles, éd. W. Foerster, 398); 1225-30 [ms. He, 2etiers xives.] mesples (Guillaume de Lorris, loc. cit., var.); c) type nesple ca 1200 [ms. unique, 2emoitié xiiies.] le monte d'une nesple (Elie de Saint Gilles, 2088); 1225-30 [ms. Ra, 1370] nesples (Guillaume de Lorris, loc. cit., var.); ca 1256 [ms. A, xiiies.] neples (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R.Pépin, p.155, 4); ca 1285 [ms.] nesple (Gloss. de Douai, 933 ds Roques t.1, p.25: esculum: nesple); d) type nefle 1225-30 nesfles [ms. xiiies., région orléanaise] (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 1348); 2emoitié xiiies. [ms.] nefles [sic. ms.] (Guillaume de Villeneuve, Crieries de Paris ds Barbazan et Méon, Fabliaux et contes, t.2, p.285); av. 1615 de neffles «sans valeur» (Pasquier, Lettres, XXII, 2 ds Hug.); 1640 des nèfles! (Oudin Curiositez). Du lat. mespla (empr. au gr. μ ε σ π ι ́ λ η) «épine-blanche» (Pline), «nèfle» (Caelius Aurelianus), «néflier» (Isidore); le subst. neutre mespilum (gr. μ ε ́ σ π ι λ ο ν) est att. par Pline au sens de «épine-blanche» et de «nèfle», André Bot., s.v. Le type mesle (d'aire très étendue: de la Picardie à la Saintonge, Centre [et bordure septentrionale du domaine d'oc], Bourgogne, Lorraine, Champagne) est dû à une syncope plus ancienne du -i- intervocalique entraînant l'amuïssement du -p- entre 2 consonnes; le type mesple (Wallonie, Bourbonnais, Bourgogne; domaine fr.-prov.; sud-ouest du domaine d'oc [Palay; Lespy-Raym.]) maintient le -p- en raison d'une syncope plus tardive de la voyelle. Le type en n- initial (Hainaut, Est de l'Île-de-France, Bourgogne, Champagne, Lorraine; domaine fr.-prov.; domaine d'oc [a. prov. nespola xiiies. [ms.] Recettes méd. en prov. éd. P.Meyer ds Romania t.32, 1903, p.281]) est issu de la forme nespula (epimelida, i. nespula, CGL t.3, p.562, 47: v. aussi M.Niedermann, Contribution à la critique... des gl. lat., 1905, p.32), venant de mespila par dissimilation des 2 consonnes labiales (v. FEW t.6, 2, pp.46b-47a). La première forme lat. en -f- se trouve dans les gl. Hermeneumata de Montpellier: ixes. ms. Montpellier H 306 ds CGL t.3, p.300, 62: mespilum: μ ε ́ σ φ υ λ λ ο ν (cf. ibid. t.3, p.358, 54: melesperum: μ ε λ ω φ ι λ α; p.412, 5: mespira: mesfila; p.529, 72: mespilum: mesfylon), où μ ε ́ σ φ υ λ λ ο ν pourrait s'expliquer, dans ce domaine méditerranéen, par le croisement du gr. μ ε ́ σ π ι λ ο ν (lat. mespilum) avec le gr. φ υ ́ λ λ ο ν «feuille»; le fait que le type nesfle présente une réelle vitalité en Provence et dans les régions avoisinantes (Gard, Hérault, Lozère, Ardèche) est susceptible de confirmer cette explication, FEW, loc. cit., p.47a-b. Fréq. abs. littér.: 36. Bbg. George (K.E.M.). Formules de négation et de refus en fr. pop. et arg. Fr. mod. 1970, t.38, p.310. _ Quem. DDL t.7.

Wiktionnaire

Nom commun - français

nèfle \nɛfl\ féminin

  1. Fruit comestible du néflier (Mespilus germanica) charnu en forme de toupie déprimée au sommet et surmontée des cinq dents persistantes du calice. C’est un piridion : la chair entoure cinq noyaux qui contiennent de l’acide cyanhydrique.
    • Mais la récolte faite, les cerises passées, venait le tour des pêches, puis les raisins, et après les raisins ces belles nèfles brunes qu’on cueille presque sous la neige. — (Alphonse Daudet, Maison à vendre, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 188.)
    • La nèfle est de peu d’agrément : de saveur terne comme de chair ; molle sous la dent comme sous le doigt […] Tout de même, l’hiver, quand le « cabinet » est vide, la vaste armoire où l’on couche ici les fruits sur lit de paille, elle donne quelque illusion, elle apporte comme un arrière-goût des pulpes parfumées. — (Joseph de Pesquidoux, Le Livre de raison, 1925, p. 156)
  2. Synonyme de nèfle du Japon, fruit du néflier du Japon (Eriobotrya japonica).
    • C’était à cette saison où les fruit d’or des nèfles mûrissaient parmi les feuilles épaisses, à cette saison où le lourd brouillard recouvrait les champs de fève et de moutarde. — (Genjirō Yoshida, La Femme de Seisaku, traduit par Hiroto Kano et Ana Lazarée, édition Stalker, 2007, page 15)
  3. (Populaire) (Au pluriel) Rien ou peu de chose.
    • Toutes ces nuits de planque dans des bagnoles pourraves alors que vous pétiez dans la soie, ces centaines de crevures arrêtées et aussitôt relâchés par des juges à la mords moi le nœud. Qu’est-ce que j’y ai gagné ? Des nèfles ! — (Jean-Jacques Michelet, Le poulet veille au grain, L’Harmattan, 2012, page 44)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NÈFLE. n. f.
Fruit du néflier. On met les nèfles sur un lit de paille pour les amollir. Pop., On vous donnera des nèfles, ou simplement Des nèfles! se dit à une personne qui a des prétentions excessives.

Littré (1872-1877)

NÈFLE (nè-fl') s. f.
  • Sorte de fruit qui a plusieurs noyaux, dont la peau est de couleur grisâtre, et qui n'est bon à manger que quand il est amolli par le temps. La nèfle est une nuculaine. On étend les nèfles sur de la paille pour les faire mûrir.

    Cela me coûte de bon argent, je ne l'ai pas eu pour des nèfles.

    PROVERBE

    Avec le temps et la paille les nèfles mûrissent, c'est-à-dire il faut exécuter les choses avec constance et patience. Cet hiver, je travaillerai à la composition du sujet de saint Paul ; et, comme dit le proverbe italien, avec le temps et la paille se mûriront les nèfles, Poussin, Lett. 8 oct. 1649.

HISTORIQUE

XIIIe s. De le [la] navée de neples, [on payera] une coupe [une certaine mesure], Tailliar, Recueil, p. 475. Comment sera la cure d'un grant pueple seüre En ton jone parent tout plain d'envoiseüre, Qui garderoit à peine une nefle meüre Qu'il n'i meïst les dens tantost grant aleüre ? J. de Meung, Test. 551.

XVIe s. Contraindre, par l'enter, un coigner, de produire des mesles, De Serres, 656.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « nèfle »

Wallon, mèse ; namur mespe ; Hainaut, népe, néfe ; norm. meille, mêle : avec du temps et du feurre blanc on fait blettir les mêles ; picard, meille, merle, mesle ; Berry, mêle ; génev. nèfe, neife ; Bresse, nèple ; provenç. nesple ; espagn. et port. nesfera ; ital. nespola ; du lat. mespilum. L'm étymologique s'est conservée dans plusieurs patois.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1240) De l’ancien français mesple, mesle, nesple (XIe siècle), issu du latin mespila, pluriel neutre de mesplum, emprunté au grec ancien μέσπιλον, méspilon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nèfle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nèfle nɛfl

Citations contenant le mot « nèfle »

  • La femme est comme la nèfle : sitôt mûre sitôt sure. De Thomas Dekker
  • Avec la paille et le temps Se mûrissent les nèfles et les glands. De Proverbe français
  • Avec la paille et le temps, se murissent les nèfles et les glands. De Gabriel Meurier / Sentences notables, adages et proverbes
  • Une bonne préparation des arbres et du sol, un savoir-faire familial reconnu avec amélioration des techniques de production et de packaging, un bon circuit de commercialisation grâce à la réalisation de la route reliant Zegzel à Berkane, unité de conditionnement et dépôts de stockage, sont autant de facteurs qui contribuent à l’amélioration de la qualité et le calibre des nèfles de la vallée de Zegzel. L'Economiste, Oriental/Nèfles: Une campagne exceptionnelle! | L'Economiste
  • La nèfle (photo J.-M. Torrès, CPIE 47) est le fruit du néflier commun (mespilus germanica L.), un arbre fruitier des pays froids. Ce fruit d'hiver, brun à cinq gros pépins, est consommé après les premières gelées d'automne, une fois blet. Originaire du Caucase et d'Arménie, sa consommation est attestée depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen Âge en Europe du sud-est. Il ne doit pas être confondu avec la nèfle du Japon, un fruit jaune récolté au printemps dans les régions plus chaudes. En Lorraine la nèfle est aussi appelée «cul de chien». C'est un petit fruit de 3 à 5 cm de diamètre. Autrefois commun, ce fruit charnu, en forme de toupie déprimée au sommet et surmontée des cinq dents persistantes du calice, est une fausse drupe (en fait, un piridion) : la chair entoure cinq noyaux. Ceux-ci contiennent de l'acide cyanhydrique mais sont suffisamment durs et étanches pour ne représenter aucun risque d'empoisonnement. Il existe une variété de nèfle sans noyau. ladepeche.fr, La nèfle, appelée «cul de chien» en Lorraine - ladepeche.fr
  • Fruit allongé à la peau lisse et orange, la nèfle du Japon est encore méconnue. Ça tombe bien c’est la saison de la déguster ! Zoom sur ce fruit pourtant gorgé de bienfaits pour notre santé. ConsoGlobe, La nèfle du Japon, un fruit rafraîchissant et peu calorique
  • La nèfle du Japon est considérée sur le plan botanique comme une baie qui contient 4 ou 5 noyaux. Ces noyaux sont en réalité des pépins assez volumineux qui seraient issus de l'avortement de certains ovules. Mais attention à ces noyaux qui sont toxiques car ils contiennent de l'acide cyanhydrique ! (Source : agroneo) , A la découverte des nèfles du Japon de Callosa d’En Sarrià ! | lepetitjournal.com
  • Les fruits et feuilles de nèfle contiennent : pectine (fibre alimentaire), vitamine A, vitamine C et complexe de vitamines B comme la thiamine, la riboflavine, la niacine, la pyridoxine, les folates ou acide folique, ce qui la rend très bénéfique pour la santé humaine. AgriMaroc.ma, Bienfaits de la nèfle du Japon ! – AgriMaroc.ma
  • Elle fabrique aussi dans son laboratoire du chutney de nèfle, du ketchup à la cornouille, du confit de basilic, du confit de romarin. Mais sa grande spécialité, ce sont les boutons d'hémérocalles marinés. Une fleur très vivace comestible qui supporte des températures extrême et qui peut remplacer les cornichons. Une recette qui vient du Québec.  France Bleu, Au Jardin Gourmand Celle Lévescault

Images d'illustration du mot « nèfle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nèfle »

Langue Traduction
Anglais medlar
Espagnol níspero
Italien nespola
Allemand mispel
Chinois 枸杞子
Arabe المشملة شجرة
Portugais nêspera
Russe мушмула германская
Japonais メドラー
Basque mizpirondoa
Corse medlar
Source : Google Translate API

Nèfle

Retour au sommaire ➦

Partager