La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « Naskapis »

Naskapis

Variantes Singulier Pluriel
Masculin naskapi \\ naskapis

Définitions de « Naskapis »

Wiktionnaire

Nom commun - français

Naskapis masculin pluriel

  1. Peuple amérindien, de la grande famille des Algonquiens, vivant dans le nord et l'est du Québec.
    • Monsieur Lacasse précise que le gouvernement du Québec s'est entendu avec les Cris, les Naskapis et les Inuits concernant leurs revendications territoriales, mais pas avec les Innus. — (L'actualité, Les Innus : de « simples figurants » dans le Plan Nord)
    • Quant à l'unique école des Naskapis, à Kawawachikamach (255 élèves), au nord-est de Schefferville, elle bénéficie également d'une certaine autonomie. — (L'actualité, 1er juin 2004)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « Naskapis »

Pluriel de Naskapi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « Naskapis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
Naskapis naskapi

Évolution historique de l’usage du mot « Naskapis »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « Naskapis »

  • 4. Étendre le modèle de la paix des braves aux autres nations autochtones qui y ont droit. Ces nations sont cinq d’entre elles à mes yeux : les Innus, les Attikameks, les Anichinabés, les Micmacs et les Malécites. Ces nations détiennent des droits territoriaux non cédés, c’est-à-dire sans traité. Les revendications des Cris, des Inuits et des Naskapis ont été réglées par un traité moderne, la Convention de la Baie-James, et ses nombreuses modifications. Les Mohawks, les Abénaquis et les Hurons-Wendats sont des cas particuliers qui peuvent néanmoins bénéficier du droit international et du droit constitutionnel canadien. Nous nous autocongratulons d’une paix des braves qui est un règlement à l’amiable d’une action judiciaire des Cris. Il est particulièrement odieux qu’en 2022 le seul moyen d’obtenir d’autres paix des braves soit, semble-t-il, toujours la voie judiciaire, dans des actions très coûteuses pour des communautés autochtones appauvries par le refus du gouvernement du Québec de partager les revenus du développement des ressources naturelles. Le Devoir, Décoloniser le Québec | Le Devoir
  • Pourtant, il y a déjà un précédent. En effet, les signataires de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois sont dispensés de certains articles de la charte. Les Cris, les Inuits et les Naskapis peuvent en effet utiliser leurs langues ancestrales non seulement pour l’enseignement, mais aussi pour l’évaluation des apprentissages de la langue maternelle. Le reste des Premières Nations du Québec, lui, doit encore jongler avec la préservation de ses langues ancestrales d’un côté et la diplomation incertaine de ses jeunes dans une langue souvent seconde de l’autre. La Presse, Le courage des changements systémiques | La Presse
  • Par contre, entre les versions embryonnaires du scénario en 2011 et le tournage en 2019 — sa sortie le 18 mars témoigne, si besoin est, des effets de la pandémie sur le secteur de la distribution… —, quelque chose a changé dans ce coin de pays, surtout pour les Innus et les Naskapis : la reprise de l’exploitation minière. « Ça peut sembler une bonne nouvelle, puisque ça donne du travail aux gens de la communauté, souligne Sarah Fortin, mais ça suscite aussi beaucoup de questions, entre autres sur le passé. Lorsque les conditions économiques ne seront plus favorables, les compagnies vont-elles encore partir en laissant de grands trous dans le territoire ? Ces gens-là vivent une ambivalence, entre la protection de leur environnement et une plus grande vitalité économique. » Le Devoir, Entrevue avec Sarah Fortin pour «Nouveau-Québec» | On prend toujours un train (pour Schefferville) | Le Devoir
  • J’ai côtoyé Jimmy et Job pendant une douzaine de jours alors que je me suis joint à la marche Innu Meshkenu l’hiver dernier. Ils faisaient partie d’un groupe de Naskapis partis avec d’autres membres des Premières nations et inuits de Shefferville, à pied, vers Kuujjuaq. Une trentaine de marcheurs ont pris part à cette expédition de plus de 475 kilomètres qui s’est avérée particulièrement difficile en raison des conditions climatiques extrêmes. Pour le leader de ce «Compostelle autochtone», le chirurgien innu Stanley Vollant, que je connais bien pour avoir écrit sa biographie, cette étape a été, de loin, la plus éprouvante de tout son périple entamé en 2010. Agence Science-Presse, Noël naskapi | Agence Science-Presse
  • Mais elle ne s’applique pas à une Première Nation gérée conformément à une entente globale sur l’autonomie gouvernementale. Au Québec, cela concerne justement les Cris et les Naskapis, signataires de la Convention de la Baie-James et du Nord du Québec. Radio-Canada.ca, Comprendre le salaire des chefs autochtones | Radio-Canada.ca
  • Parce que deux communautés autochtones, les Innus et les Naskapis, y poursuivraient leur vie, s’accroîtraient en nombre et auraient besoin de produits et services de tous types. Avec le temps, outre le Guest House, l’homme d’affaires a tout acheté ce qui pouvait s’acheter, la station-service, le garage municipal, le service d’ambulance, l’épicerie. Le Devoir, Innus, Naskapis, Blancs, visiteurs de passage: tous se rencontrent au Bla-Bla de Schefferville | Le Devoir

Naskapis

Retour au sommaire ➦

Partager