La langue française

Monothéisme

Sommaire

  • Définitions du mot monothéisme
  • Étymologie de « monothéisme »
  • Phonétique de « monothéisme »
  • Citations contenant le mot « monothéisme »
  • Traductions du mot « monothéisme »

Définitions du mot « monothéisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

MONOTHÉISME, subst. masc.

RELIG., PHILOS. Croyance en un seul Dieu; doctrine qui admet l'existence d'un Dieu unique, personnel, distinct de l'Univers dont il est le créateur et le maître. Anton. panthéisme, polythéisme.Monothéisme israélite, musulman; monothéisme trinitaire chrétien. Après avoir admirablement ébauché le culte de la femme, prélude nécessaire à la religion de l'humanité, le sentiment féodal détermina réellement, au siècle des Croisades, l'altération qu'éprouva le monothéisme occidental, quand la Vierge y tendit à remplacer Dieu (Comte, Catéch. posit., 1852, p.365):
. ... il n'y a jamais eu de pluralisme définitif que dans la croyance aux esprits, et (...) le polythéisme proprement dit, avec sa mythologie, implique un monothéisme latent, où les divinités multiples n'existent que secondairement, comme représentatives du divin. Bergson, Deux sources, 1932, p.211.
P. méton. Caractère monothéique. Les théologiens juifs les plus libéraux (...) ne manquent pas de faire ressortir que ce qui les touche dans l'enseignement moral et spirituel des évangiles, c'est précisément la fleur même du monothéisme éthique de la religion d'Israël (Weill, Judaïsme, 1931, p.215).
Prononc. et Orth.: [mɔnɔteism̭]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1804, juin (Constant, Journaux, p.97). Comp. à partir de polythéisme* à l'aide de l'élém. formant mono-*. Fréq. abs. littér.: 54. Bbg. Quem. DDL t.18.

Wiktionnaire

Nom commun

monothéisme \mɔ.nɔ.te.ism\ masculin

  1. (Religion) Caractère d'une religion qui n’admet l’existence que d’un seul dieu, déité, esprit ou personnage divin.
    • L’idée de l’action d’un volonté et d’une intelligence dans la nature n’est en aucune façon le fruit exclusif du monothéisme chrétien. — (Ernst Mach, trad. Emile Bertrand, La Mécanique, Librairie scientifique A. Hermann, Paris, 1904, page 431)
    • Ainsi parlait Hérodote des Sassanides, soulignant la particularité du zoroastrisme, culte officiel de l’État perse de l'époque : son monothéisme. Bien avant l’avènement du christianisme et sans doute du judaïsme, les zoroastriens plaçaient leur foi en une divinité unique et abstraite, Ahura Mazda (…). — (Célian Macé, Ainsi parlait le zoroastrien, journal Libération, 3 août 2012, page IV)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MONOTHÉISME. n. m.
La croyance à un Dieu unique, l'adoration d'un seul Dieu. Le monothéisme des Hébreux.

Littré (1872-1877)

MONOTHÉISME (mo-no-té-i-sm') s. m.
  • Adoration d'un seul Dieu ; doctrine qui n'admet qu'un seul Dieu. Le monothéisme des Hébreux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « monothéisme »

(1808) De théisme avec le préfixe mono-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mono…, et théisme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « monothéisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monothéisme mɔ̃ɔteism

Citations contenant le mot « monothéisme »

  • Le monothéisme est plus répandu que la monogamie parce qu'il est plus facile de se contenter d'un seul dieu que d'une seule femme. De R. Gervaso
  • Ne pas croire en la résurrection a toujours été inconcevable pour moi. Mais je constate de plus en plus les dangers du monothéisme en ce bas monde. De Jim Harrison / L'Obs, 26 mars 2009
  • La thèse principale est que le judaïsme est un monothéisme comme les autres. Il fut un jalon dans l'affrontement entre le monothéisme et le paganisme, incarné par Rome. L'Afrique du Nord fut à la fois le terrain de cet affrontement et de celui entre les deux monothéismes concurrents, judaïsme et christianisme. Leurs stratégies diffèrent dans la conquête spirituelle de l'Empire romain. Le christianisme a isolé le judaïsme dans le mythe d'une « nation » errante et s'est distancié de son intransigeance zélote à l'encontre de Rome. En se transformant en religion conciliante et plus concrète, il a fini par triompher. Dans une certaine mesure, l'islam a repris le flambeau du strict monothéisme juif face à l'idéologie trinitaire chrétienne. Il y a assez peu de ruptures dogmatiques entre le judaïsme et l'islam. Le Point, Julien Cohen-Lacassagne : « Au-delà des Berbères juifs… » - Le Point
  • La tradition veut que les juifs d’Afrique du Nord, comme tous ceux de la diaspora, descendent des juifs de Judée exilés après la destruction du temple de Jérusalem en 70 ap. J.C. Le livre de Julien Cohen-Lacassagne bouleverse cette idée reçue : ce n’est pas un peuple en errance qui a traversé les mers, mais une idée, animée d’une puissante dynamique missionnaire : celle du monothéisme. Club de Mediapart, "Berbères juifs" de Julien Cohen-Lacassagne | Le Club de Mediapart
  • Par ailleurs, dans une lettre au nom du Conseil des communautés religieuses musulmanes lituaniennes, le mufti lituanien Aleksandras Beganskas a déclaré être convaincu « que cette mosquée bénie, est un symbole du monothéisme » et « embrassera toute l'humanité, quelle que soit sa religion, sa langue, ou son appartenance ethnique sous la direction des affaires religieuses de la Turquie ». , Les leaders musulmans saluent la décision turque de refaire de Sainte-Sophie une mosquée | TRT Français
  • Dieu préfère-t-il les hommes ? C’est ce que laisse penser la masculinité des clergés de tous les monothéismes, islam, christianisme, judaïsme ou encore zoroastrisme. Dans ce culte né au premier millénaire avant notre ère dans l’ancien Iran et dédié au dieu unique Ahura Mazdâ, la prêtrise est héréditaire, réservée aux fils des prêtres ou descendants mâles de familles de prêtres. Alors, c’est vrai, il existe aujourd’hui des femmes rabbins, pasteures, muftis, imames et même mobeds, c’est-à-dire membres du clergé zoroastrien, mixte depuis 2011 en Iran (1). Mais les courants majoritaires de ces différentes religions interdisent généralement aux femmes de conduire les rituels, de guider les fidèles, de commenter les textes, quand ce n’est pas tout simplement de prier avec les hommes. La Croix, Les monothéismes ont-ils écarté la femme ?
  • Le monothéisme est né dans un monde où régnait une pléthore de divinités. Comment un dieu parmi d’autres est-il devenu le Dieu unique ? Le Monde.fr, Comment Yahvé, petit dieu tribal, est-il devenu un Dieu universel ?
  • Peu à peu, l’idée du monothéisme faisait son chemin... et c’est Yahvé à qui l’on donna finalement, sous Josias, les attributs de El mais aussi les attributs féminins de Ashéra.Une occasion manquée.. AgoraVox, Le MONOTHEISME et la BIBLE : les liens incestueux du Politique et du Religieux accompagnent les ''inventions'' successives du monothéisme - AgoraVox le média citoyen
  • Il est impératif de choisir ses mots avec soin, surtout quand il est question de religion. Ainsi, faut-il parler de la naissance, de l’origine ou de l’invention de Dieu ? Naissance ? Certains dieux sont effectivement nés, c’est le cas en Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate, où se sont des alliances qui font naître les dieux ; chez les Grecs aussi, des dieux naissent, mais cela implique l’idée de parents. Compliqué avec un dieu unique… Parler de l’origine d’un dieu, c’est partir à la recherche de sa première apparition, de sa première manifestation, mais dans les monothéismes, Dieu est Éternel. Compliqué aussi… Quant à brandir l’invention de dieu, cela sous-tend une action de l’homme, une création mentale ensuite imposée en religion. Compliqué une fois encore du point de vue des croyants… Disons plus simplement que nous nous intéressons au fait religieux, celui qui nous plonge aux sources de l’humanité, quand des hommes et des femmes se sont mis à adorer un dieu unique, quand, pour eux : il était une fois, il n’y eu qu’une foi. France Culture, Aux origines du judaïsme - Ép. 1/4 - La naissance des religions
  • Affirmer qu’il y a un Créateur unique, devant qui tout le monde devrait s’incliner, revient à tenir les autres croyances pour fautives et à juger qu’il est dans l’intérêt de l’idolâtre de se convertir à la vraie foi, la sienne le plaçant d’emblée en position condamnable, punissable. Les monothéismes ont ce double défaut de se croire un progrès par rapport aux cultes qui les ont précédés et de s’exclure l’un l’autre. Leur propagation se fit toujours aux dépens des autres religions, qu’il fallait éradiquer. À l’inverse, la diffusion du bouddhisme en Chine s’effectua sans qu’en pâtissent le taoïsme ou le confucianisme. Il y eut des frictions, guère plus, et les trois cultes finirent par cohabiter dans une relative complémentarité. Le Monde.fr, Le monothéisme, une régression et non un progrès

Traductions du mot « monothéisme »

Langue Traduction
Anglais monotheism
Espagnol monoteísmo
Italien monoteismo
Allemand monotheismus
Chinois 一神教
Arabe التوحيد
Portugais monoteísmo
Russe единобожие
Japonais 一神教
Basque monoteismo
Corse monoteisimu
Source : Google Translate API
Partager