La langue française

Monosémie

Définitions du mot « monosémie »

Trésor de la Langue Française informatisé

MONOSÉMIE, subst. fém.

LING. Caractère d'une unité significative, lexicale ou grammaticale, qui n'a qu'un seul sens. Anton. polysémie.Le trait spécifique de la terminologie technique est la recherche de la monosémie par opposition à la polysémie généralisée des termes du lexique général de la langue (Guilb.Aviat.1965, p.337).
Prononc.: [mɔnɔsemi]. Étymol. et Hist.: 1965 (Guilb., loc. cit.). Comp. des élém. formants mono-* «seul, unique» et -sémie* «fait de présenter une signification», gr. -σ η μ ι α, de σ η ̃ μ α «signe distinctif».
DÉR.
Monosémique, adj.[En parlant d'une unité significative] Qui n'a qu'un seul sens; relatif à la monosémie. Référence monosémique. Dans le vocabulaire technique de l'aviation, nous sommes loin d'avoir rencontré une série de termes monosémiques; au contraire, la plupart sont polysémiques (Guilb.Aviat.1965, p.338). [mɔnɔsemik]. 1reattest. 1965 id.; de monosémie, suff. -ique*.

Wiktionnaire

Nom commun

monosémie \mɔ.nɔ.se.mi\ féminin

  1. (Linguistique) Propriété, pour un mot, de ne posséder qu’un seul sens.
    • On en déduira donc que c’était plutôt la préservation des rapports théologiques initialement cités qui était en jeu dans le maintien de la monosémie des termes nodaux de parenté. — (Joseph Morsel et al.; « L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… », 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « monosémie »

Mot dérivé de monosème avec le suffixe -ie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « monosémie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monosémie mɔ̃ɔsemi

Citations contenant le mot « monosémie »

  • On relit ainsi l'histoire dans l'espace public avec une passion militante. Ce faisant, on ne lui donne qu'un seul sens (ce que nous appelons la monosémie), or l'historien ne peut s'en satisfaire. L'histoire est polysémique, elle est très plurielle. Réduire un personnage à un moment de son action, de sa vie, est très problématique dès lors que l'issue est la destruction définitive de signes qui sont aussi des objets patrimoniaux. Franceinfo, Déboulonnage de statues liées à l'esclavage : "On relit l'histoire dans l'espace public avec une passion militante", estime un historien
  • Dans un présent de survalorisation de l’image et de ses multiples dérives politiques et identitaires, le texte s’expose à la fois comme point d’équilibre, archivage, mémoire, ou espace de rencontre et de réflexion critique. Il oppose une ouverture et une analyse possible du sens à la quasi-monosémie et à l’autorité des images. Dans cette perspective, il semble rester le médium privilégié d’approches artistiques collectives critiquant directement la figure de l’artiste cherchant à imposer une vision hégémonique ou égotique du monde. De l’écrit théorique d’artiste au témoin d’actions et de rencontres, le texte exposé permet toujours à l’art de garder et de diffuser, sans limites de temps et d’espace, toute son agentivité et son pouvoir de transformation. Art Critique, Le texte exposé (1/2) : Entre individualité et collectif
  • Ce qui est également très impressionnant quand on porte un regard rétrospectif aux réalisations de cette période inaugurale c’est leur perfection formelle et l’absence de toute trace d’hésitation et de maladresse dans l’exécution, un phénomène généralement inévitable dans les œuvres de jeunesse même chez les plus grands artistes. Il est fascinant aussi de suivre le cheminement intellectuel de Bernar Venet au fil des expérimentations qui se sont succédées durant ces trois années, véritable travail de décantation et de purification qui l’amènera en très peu de temps et par filtrages successifs à privilégier la conception sur l’exécution, la neutralité sur l’expression, l’informe sur la forme et la monosémie sur la polysémie. Paris Art, Bernar Venet. Peintures 2001-2011
  • Cette relation au sujet tout-à-fait originale chez Venet prend en référence les théories du sémiologue Jacques Bertin pour développer une peinture empreinte de monosémie à opposer à l’art figuratif dit polysémique et à l’art abstrait traditionnel dit pansémique. L’oeuvre d’art ainsi purement auto-référentielle ne laisse rien transparaitre de la personnalité de l’artiste et de sa subjectivité. Paris Art, Peintures 2001-2011
  • Il réalise ainsi ses premières œuvres à caractère monosémique et est exposé chez Léo Castelli, Paula Cooper ou Virginia Dwan. « Jusqu’à Kandinsky, on était dans le figuratif, avec une interprétation polysémique. Depuis, l’abstrait offrait une lecture pansémique, avec toutes les interprétations possibles. Moi j’ai introduit la monosémie, qui apporte un seul niveau d’interprétation, sans aucune ambiguïté, une seule information à partir du moment où l’on sait la lire. » Les tableaux d’équations, voire les séries de Saturations, où plusieurs équations se superposent jusqu’à en brouiller totalement l’information, ne ressemblent pas à quelque chose d’abstrait. « Et pourtant, les mathématiques sont le plus haut degré d’abstraction qui existe au monde », déclare Bernar Venet. C’est aussi un champ de connaissances que l’artiste ne comprend pas. « Mais Cézanne n’était pas botaniste, Malévitch pas géomètre ni Courbet minéralogiste ! » Sa démarche a simplement été de prendre un champ de connaissances pour élargir le champ de l’art. Une démarche que personne, au départ, ne pouvait accepter comme étant œuvre d’art… « Or il s’agit d’un champ visuel colossal jamais exploré auparavant ! » , Bernar Venet, Lignes de conduite - Art Côte d'Azur
  • 12Pour Barthes, le pragmatisme politique du séminaire prend tout son sens autour d’une « notion‑clivage : le langage » (p. 319). Fidèle à la distinction derridéenne entre la Parole (du côté de la Loi, de la monosémie) et l’Écriture (du côté de la dissémination, de la polysémie), il se met à esquisser une forme utopique d’enseignement qui ne serait plus soumise à une idéologie de la Parole. La voie n’est pas simple étant donné qu’en Occident l’enseignement est séculairement fondé sur une dispense orale du savoir. Comment alors faire du séminaire, lieu de la « parole » par excellence, un espace de contestation de cette même « parole » ? , Barthes, de A à (S/)Z (Acta Fabula)

Traductions du mot « monosémie »

Langue Traduction
Anglais monosemia
Espagnol monosemia
Italien monosemia
Allemand monosämie
Chinois 单性血症
Arabe مونوزيميا
Portugais monosemia
Russe monosemia
Japonais 単血症
Basque monosemia
Corse monosemia
Source : Google Translate API

Monosémie

Retour au sommaire ➦

Partager