La langue française

Monophysisme

Sommaire

  • Définitions du mot monophysisme
  • Étymologie de « monophysisme »
  • Phonétique de « monophysisme »
  • Citations contenant le mot « monophysisme »
  • Traductions du mot « monophysisme »

Définitions du mot « monophysisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

Monophysisme, subst. masc.Doctrine des monophysites. Peut-être ce besoin de médiateurs supplémentaires devient-il plus impérieux lorsque le côté humain de Jésus s'estompe dans les esprits au profit de sa seule nature divine (docétisme, monophysisme); on suscite alors une nouvelle médiation plus proche de l'humanité. Cette explication (...) aide à comprendre comment on en est venu à faire appel à la médiation des saints (Philos., Relig., 1957, p.36-5). [mɔnɔfizism̭]. 1reattest. 1752 (Trév.); de monophysite, suff. -isme*.

Wiktionnaire

Nom commun

monophysisme \mɔ.nɔ.fi.zism\ masculin

  1. (Christianisme) (Histoire) Doctrine de ceux qui n’admettent qu’une seule nature en Jésus-Christ (Ve siècle).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

MONOPHYSISME (mo-no-fi-zi-sm') s. m.
  • Opinion de ceux qui n'admettent qu'une seule nature en Jésus-Christ (Ve siècle).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « monophysisme »

De monophysite, venant du grec ancien, avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « monophysisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monophysisme mɔ̃ɔfizism

Citations contenant le mot « monophysisme »

  • L’Église apostolique arménienne compte six millions de fidèles dans le monde. Elle s’est séparée de Byzance après le concile de Chalcédoine (451) qui a condamné le monophysisme (doctrine ne reconnaissant qu’une seule nature, divine, au Christ). La Croix, S.B. Nourhan Manougian, nouveau patriarche arménien de Jérusalem
  • Contre le nestorianisme se développèrent, en sens inverse, les courants monophysites. La nature humaine du Christ aurait cessé d’exister au moment où elle était assumée par sa Personne divine. Le monophysisme fut condamné par le concile de Chalcédoine (451) : « un seul et même Fils, Notre Seigneur Jésus-Christ, le même parfait en divinité et parfait en humanité, le même vraiment Dieu et vraiment homme ». Certaines Églises orientales ont cependant été longtemps qualifiées de monophysites pour n’avoir pas reconnu ce concile (Églises dites préchalcédoniennes). La Croix, Les hérésies dans le christianisme
  • En 451, à la suite du rejet du monophysisme – doctrine affirmant que le Christ n’a qu’une seule nature divine – par le concile de Chalcédoine, les coptes se séparèrent de l’Eglise de Byzance et de celle de Rome. Si plusieurs tentatives d’union avec Rome ont eu lieu au cours des siècles, ce n’est qu’en 1895 que le pape Léon XIII créa le patriarcat d’Alexandrie des coptes catholiques, rejoint par une minorité de coptes. En 2016, l’Eglise copte catholique comptait huit éparchies (diocèses) pour près de 175’000 fidèles. En 2005, ceux-ci étaient plus de 250’000. cath.ch, Des évêques coptes catholiques reçus par le pape François – Portail catholique suisse
  • Arguer du contraste entre le peu de poids de nos actions, lestées de surcroît de péché, et l’envergure des actes posés par Jésus qui ont décidé du salut du monde, pour ne rien faire serait un contresens au sujet des exigences de l’Évangile. Ce serait du monophysisme spirituel : le Christ divin aurait absorbé l’humanité de nos existences qui dès lors ne compteraient pour rien dans le plan de salut du monde. Ce dernier s’accomplirait sans nous ! Il n’y aurait plus de coopération entre Dieu et les hommes. Lui seul accomplirait la besogne : nous nous bornerions à regarder à distance. Heureusement, il n’en va pas ainsi. Aleteia, De Pâques à la Pentecôte, tout commence avec les derniers temps
  • En régime chrétien, le croyant ne cesse jamais de dire « je » et de proclamer de la sorte l’irréductibilité et l’unicité de son être. Si ce n’était pas le cas, nous retomberions dans le monophysisme, cette hérésie selon laquelle la nature humaine de Jésus était absorbée par sa nature divine qui restait la seule (mono : « seul »; physis : « nature »). Il n’en va pas ainsi entre les deux partenaires de l’Alliance révélée :  Dieu et l’homme agissent en synergie, sans que l’un ne se confonde avec l’autre, ou bien que le premier n’absorbe le second. Aleteia, Face à Dieu, n’ayons pas peur d’être nous-mêmes !
  • Une fois bien établi que le Christ était pleinement Dieu et pleinement homme restait à rendre compte de ce mystère. Deux tentations opposées allaient voir le jour à ce sujet. Séparer la nature divine et la nature humaine, c’est le nestorianisme, ou les confondre, c’est le monophysisme. Croire, Ces dogmes qui défendent Jésus
  • Le 12 février 2000, une encyclique du patriarche d’Antioche a béatifié Théodora, impératrice de Byzance dont la postérité, comme celle de son époux, Justinien, est toujours assurée, mille cinq cents ans après sa mort, par les fresques de Ravenne en Italie. Ainsi est balayée sa réputation sulfureuse, contraire à cette élévation qui, si elle ne fait pas de la protectrice du monophysisme une sainte, l’en rapproche. Libération.fr, «Théodora», la rebelle byzantine - Culture / Next

Traductions du mot « monophysisme »

Langue Traduction
Anglais monophysics
Espagnol monofísica
Italien monophysics
Allemand monophysik
Chinois 单物理场
Arabe مونوفيزياء
Portugais monofísica
Russe monophysics
Japonais 単物理
Basque monophysics
Corse monofisica
Source : Google Translate API
Partager