La langue française

Monocaméralisme, monocamérisme

Définitions du mot « monocaméralisme, monocamérisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

MONOCAMÉRALISME, MONOCAMÉRISME, subst. masc.

DR. CONSTIT. Système de représentation nationale dans lequel le pouvoir législatif n'est détenu que par une seule chambre. Le débat sur le monocaméralisme et le bicaméralisme demeure ouvert en 1870 (Vedel, Dr. constit., 1949, p.83).
REM.
Monocaméraliste, monocamériste, adj.[En parlant d'un système parlementaire] Relatif au monocaméralisme ou monocamérisme. Après le premier projet constitutionnel d'avril qui était nettement monocaméraliste (Vedel, Dr. constit., 1949, p.177).Cette formule était nécessaire afin d'assurer, dans un système monocamériste, la réelle indépendance d'action des parlementaires (Ginestet, Ass. parlem. eur., 1959, p.74).
Prononc.: [mɔnokameʀalism̭], [-ʀism]. Étymol. et Hist. 1948 (Duverger, Dr. constit., p.117). Formé sur bicaméralisme (v. bicaméral) par substitution de mon-* à bi-*.

Wiktionnaire

Nom commun

monocaméralisme \mɔ.no.ka.me.ʁa.lism\ masculin

  1. Monocamérisme, système parlementaire à une seule chambre.
    • Le monocaméralisme a été adopté au Danemark, le 5 juin 1953.

Nom commun

monocamérisme \mɔ.no.ka.me.ʁism\ masculin

  1. (Politique) Système parlementaire qui réunit à une seule chambre des représentants du peuple.
    • Le monocamérisme a été adopté au Danemark, le 5 juin 1953.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « monocaméralisme »

(Siècle à préciser) De caméral avec les affixes mono- et -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « monocaméralisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monocaméralisme mɔ̃ɔkameralism

Citations contenant le mot « monocaméralisme »

  • La suppression du Sénat n'est pas non plus une idée neuve en Europe. « Le monocaméralisme est majoritaire en Europe et la plupart des régimes monocaméraux ont été à une époque plus ou moins lointaine bicaméraux », souligne Jean-Philippe Derosier. C'est le cas par exemple de la Suède, qui a supprimé sa seconde chambre en 1971. Et dans les pays disposant encore de deux chambres, la question est souvent débattue, comme en Italie ou au Royaume-Uni. leparisien.fr, Grand débat : et si on supprimait le Sénat ? - Le Parisien
  • De plus une certaine asymétrie devrait toutefois toujours exister entre la Chambre des députés et le Sénat, car autrement, pourquoi avoir deux entités au Parlement ? Nous avions déjà dit qu’à notre avis, le monocaméralisme n’était pas souhaitable. Cependant il y aurait lieu de réduire le nombre de parlementaires mais cela devrait relever de la compétence exclusive du Conseil électoral permanent. En limitant le nombre de parlementaires, nous espérons pouvoir gagner en qualité et ipso facto éviter des situations où l’incohérence et l’idémisme caractérisent certaines interventions. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Propositions d’amendement constitutionnel pour 2018
  • L’examen article par article de la Constitution de 1848 se déroule du 4 septembre au 27 octobre. Deux sujets retiennent particulièrement l’attention : la reconnaissance du droit au travail et le monocaméralisme. Le droit au travail apparaît à la fois comme la réalisation de la promesse faite par la République aux ouvriers qui se sont battus contre la monarchie et comme le moyen de résoudre la question sociale. Le libéral Joseph Alcock ne craint pas de parler le 5 septembre d’une « loi de haine, de colère, d’envie et de vengeance ». Son collègue Prosper Duvergier de Hauranne évoque « une voie qui (...) conduit à la destruction de la société ». Proclamée le 25 février par le gouvernement provisoire, cette disposition est considérée par les républicains et les socialistes comme la spécificité de la nouvelle république, selon la formule d’Alexandre Ledru-Rollin : « On a dit : le droit au travail, c’est le socialisme. Je réponds : non, le droit au travail, c’est la République appliquée. » Le Monde diplomatique, Aux origines du présidentialisme, par Sylvie Aprile (Le Monde diplomatique, avril 2017)
  • La thèse de la propension présidentialiste porte une puissance explicative imparable et élucidante face à cette occurrence insolite, aspergeant d’opprobre caustique la RDC à la face du monde en plein jour, par cette infâme  interdiction  d’accès des «Députés de la Nation» au Parlement de la République. Il y a au cœur de cette problématique le syndrome d’incurabilité psycho-politique de la phobie de la majorité parlementaire comme obstacle au déploiement du pouvoir total. Après l’évaporation de l’euphorie de l’accès à l’imperium (une occurrence inimaginable dans la realpolitik africaine, n’eu été le pouvoir de l’Esprit consociatif de J.Kabila, thèse de mon essai en rédaction), on s’est rendu compte que les limites du pouvoir dans le régime semi-présidentiel (semi-parlementaire) créait des distorsions et angoisses politico-existentielles. C’est pourquoi depuis Février 2019, en réalisant cet obstacle parlementaire, la stratégie est celle de sa neutralisation.  La rengaine de la dissolution de l’Assemblée Nationale, voire la révision constitutionnelle en faveur du monocaméralisme en éjectant le Senat (après les suspicions paranoïaques d’un complot pour la mise en accusation du président par le congrès parlementaire), procède de cette psychologie politique. L’interdiction de l’accès des Députés Nationaux au Parlement s’intègre très logiquement dans ce schéma. La prochaine étape sera certainement celle de la mise sous scellée de toutes les deux chambres du Parlement, par un sophisme juridico-légaliste sur l’Etat de Droit, par des «constitutionalistes abracadabrantesques». Et donc cette démarche, couplée aux abus des droits de l’homme galopants, à la mafiotisation de l’Etat à travers le programme de 100 jours (ayant amenuisé les réserves en devises déséquilibrant ainsi la situation macroéconomique), l’instrumentalisation politicienne de la justice, les injonctions directes aux ministres, la conversion de la présidence en instance d’investigation criminelle sur la corruption, sont autant des faits tangibles. Ils démontrent l’amorce du processus de la désagrégation de la démocratie en RDC. Politico.cd, Le Président Félix Tshisekedi et le danger de l’érosion de la démocratie | Politico.cd
  • Le monocamérisme simplifie la procédure législative, avec à la clé des économies de budget et de temps. JeuneAfrique.com, Mauritanie : énième lifting pour la Constitution – Jeune Afrique
  • Après un bref retour au monocamérisme sous la IIe République (1848-1851), l’avènement du Second Empire rétablit l’existence d’une Chambre Haute sous le nom de Sénat. Louis-Napoléon Bonaparte revient à l’esprit du Sénat conservateur de Bonaparte. La Croix, Le Sénat, témoin discret de deux siècles d’histoire
  • Le « monocamérisme » législatif est un système institutionnel dans lequel le parlement est composé d’une seule assemblée – appelée aussi « chambre » –. , Le Mali d’après [2nd Acte] : De la réforme du système parlementaire. - Bamada.net
  • Pour comprendre et apporter un regard sur ce moment de la vie politique du Royaume, il faut définir la nature du régime politique suédois, dans lequel le Parlement détient le pouvoir législatif. En Suède, le Parlement (Riksdag) est composé d’une seule chambre : c’est le monocamérisme. Du point de vue constitutionnel, l’article 4 du Chapitre Ier de la Constitution suédoise dispose que « Le Riksdag est le premier représentant du Peuple. [Il] légifère, décide des impôts à percevoir pour le compte de l’État et de l’utilisation des fonds [et il] contrôle la direction et l’administration du Royaume. » L’article 1er du Chapitre III dudit texte continu en disposant que « Le Riksdag est formé d’une seule chambre composée de trois cent quarante-neuf membres. » Dès lors, le rôle politique de cette institution revêt toute son importance. Le Taurillon, Suède : vers un Parlement en kit ? - Le Taurillon
  • Parmi les principes auxquels a appelé le mouvement figurent "la séparation complète des pouvoirs comme étant la base de la bonne gouvernance, la légitimité du Parlement en tant que symbole de la démocratie à travers la législation (juridiction et contrôle) et l'instauration d'un monocamérisme (parlement à une seule chambre), ajoutant que cette démarche se portait garante de la démocratisation et incarnait davantage le principe de contrôle tout en consacrant l'efficacité de la législation. Elle est en effet un espace plus propice à la coexistence et au dialogue entre différents courants politiques et intellectuels", a-t-il soutenu. , Makri: le régime parlementaire, le "plus approprié" pour réaliser la transition démocratique en Algérie
  • Il concède que la Constitution peut toujours faire l’objet d’amendement si on identifie des facteurs qui justifient de nouvelles dispositions comme le monocaméralisme ou le présidentialisme. « La Constitution de 1987, fruit de la révision de celle de 1843, présente tous les critères d’une bonne constitution. Il suffit qu’on se décide à l’appliquer », dit Luné Roc Pierre-Louis. Vant Bèf Info, Vant Bèf Info La Constitution haïtienne n’est pas la source de la crise haïtienne, selon Luné Roc Pierre-Louis -
  • Le système politique actuel se caractérise inutilement par le bicaméralisme, le constitutionnalisme algérien ayant opté pour cette solution. D’où cette interrogation légitime : quels seraient les tenants et aboutissants de l’institution du Sénat (Conseil de la Nation) dont le tiers dit «présidentiel» est désigné par le président de la République ? En effet, dès lors que les différentes tendances politiques, couches sociales ou catégories socio-économiques, régions du pays, âges et sexes, sont sérieusement représentées au sein de l’Assemblée nationale, il me semble légitime de s’interroger sur l’efficacité de l’institution d’une seconde Chambre. Dans ces conditions, le monocamérisme devrait pouvoir suffire aux besoins du parlementarisme algérien qu’il serait inutile de doper par l’élection d’une seconde. Cette dernière alourdit de toute façon le fonctionnement normal du système politique pour une meilleure lisibilité et transparence de la vie politique du pays. El Watan, Le hirak, pour un big bang politique en Algérie | El Watan
  • Au 31 décembre 2016, le Parlement haïtien aura 210 ans d’existence. Avec la formation du premier parlement monocaméral créé par la constitution du 27 décembre 1806, Haïti s’était désormais dotée d’un nouvel outil politique qui marquait sa contribution dans l’évolution du parlementarisme mondial à coté, par exemple, des Etats-Unis qui, après avoir parachevé l’acte de l’Independence, ont inscrit dans leur constitution un parlement bicaméral. Ainsi, après plus de deux siècles d’existence – caractérisés par des expériences variées allant du monocamérisme (1806-1816) en passant par le bicamérisme (1816-1918) [1] puis un conseil d’Etat (1918-1930) [2] pour retourner au bicamérisme (1930-1957) qui sera ensuite détourné par la chambre unique duvaliérienne (1957-1986) pour enfin aboutir au rétablissement constitutionnel du bicamérisme (1987- à nos jours) – le parlement haïtien devrait logiquement acquérir un capital institutionnel de telle sorte que les actions parlementaires, balisées par les principes normatifs, seraient prévisibles dans des situations quelconques. Cependant, aussi paradoxale que cela puisse paraître, force est de constater que ce sont les méandres des contingences politiques qui ont souvent façonné les actions et décisions parlementaires traduisant un déni du droit donnant, du coup, place à l’improvisation, l’amateurisme et des coups bas. Et comme conséquence de leur mépris des principes constitutionnels, souvent manifesté dans un jeu politique triangulaire entre le Sénat, la chambre des députes et l’exécutif pour satisfaire les caprices de l’un contre l’autre, beaucoup de législatures n’ont pas pu boucler leurs travaux conformément aux chartes fondamentales [3]. Considérant les premières actions de la 50e législature [4] qui semblent s’inscrire également dans un déni des principes normatifs pour satisfaire les caprices des politiciens, il paraît légitime de s’inquiéter sur la survie du Parlement actuel. , Haïti-Parlement : Esquisse d’une aventure marquée de désaccords entre dispositions normatives et contingences politiques

Traductions du mot « monocaméralisme »

Langue Traduction
Anglais unicameralism
Espagnol unicameralismo
Italien monocameralismo
Allemand einkammerismus
Chinois 一元论
Arabe غرفة واحدة
Portugais unicameralismo
Russe однопалатный парламентская система
Japonais 一院制
Basque unicameralism
Corse unicameralisimu
Source : Google Translate API

Monocaméralisme

Retour au sommaire ➦

Partager