La langue française

Métalinguistique

Définitions du mot « métalinguistique »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉTALINGUISTIQUE, adj.

Qui appartient, se rapporte au métalangage, à la métalangue. Définition, phrase, glose métalinguistique. La condition minimum (...) pour qu'il y ait discours sur le langage n'est pas l'existence de prédicats métalinguistiques, mais l'existence d'un emploi métalinguistique des termes (S. Auroux, Catégories de Métalangagesds Hist. Épistémol. Lang. t.1 fasc.1 1979, p. 5).
Mot métalinguistique. Mot dont le signifié contient la notion de langage, qui appartient au code lexical d'une langue et qui est représenté par toutes les parties du discours (d'apr. Rey Sémiot. 1979). Le mot métalinguistique est ou un mot qui est destiné à parler du langage (ex. adjectif), ou un mot polysémique qui, dans un de ses sens, parle du langage (ex. articuler); tout mot neutre peut acquérir, par le contexte, une valeur métalinguistique (ex. long dans un long discours) (Rey-Debove, Le Métalangage, Paris, Le Robert, 1978, p. 29).
Fonction métalinguistique (du langage). [Chez Jakobson, une des six fonctions du langage] Chaque fois que le destinateur et/ou le destinataire jugent nécessaire de vérifier s'ils utilisent bien le même code, le discours est centré sur le code: il remplit une fonction métalinguistique (ou de glose) (R. Jakobson, Essai de ling. gén., trad. par N. Ruwet, Paris, éd. de Minuit, 1963, pp. 217-218).
Rare, emploi subst. fém. C'est ainsi qu'en suivant le problème des modèles, on s'oriente vers les fondements d'une métalinguistique, d'une doctrine générale des figures et des signes (Encyclop. univ.t. 111971, p. 133).
Prononc.: [metalε ̃gɥistik]. Étymol. et Hist. 1963 adj. (R. Jakobson, op. cit., p. 54). Comp. de méta-* et de linguistique*, d'apr. métalangue* et métalangage*. Déjà métalinguistic en 1944, en angl. (cf. NED Suppl.2).

Wiktionnaire

Adjectif

métalinguistique \me.ta.lɛ̃.ɡɥis.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif au métalangage ; se dit d’un discours dont le langage est l’objet.
    • L’usage d’un mot dans un registre métalinguistique s’accompagne d’une neutralisation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « métalinguistique »

(Siècle à préciser) Composé de linguistique et de méta-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « métalinguistique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
métalinguistique metalɛ̃gistik

Citations contenant le mot « métalinguistique »

  • En 1871, dans l’ouvrage qu’il consacre à l’évolution humaine et à la sélection sexuelle, Charles Darwin souligne déjà que « les sons émis par les oiseaux offrent, à plusieurs égards, l’analogie la plus proche du langage […] ». Comme pour le langage humain, les vocalisations produites par les oiseaux ont différentes fonctions qui ne sont pas mutuellement exclusives. Parmi les fonctions du langage définies par le linguiste Roman Jakobson en 1963, seule la fonction métalinguistique (la possibilité de parler du code lui-même à savoir le langage chez l’humain) n’est pas observée dans les autres communications animales. La fonction expressive fait référence aux motivations de l’émetteur et dépend aussi de ses caractéristiques intrinsèques, de ce que l’on résume comme l’état interne de l’animal : son état physiologique, ses émotions. The Conversation, Sifflements, chants et gazouillis, mais que disent les oiseaux ?
  • On appelle hyperpolyglotte, une personne qui maîtrise plus de six langues. Ces personnes-là semblent bénéficier de ce que les linguistes qualifient d'une émergence de la conscience métalinguistique. Plus elles connaissent de langues, plus il leur est facile d'en apprendre une autre. Et avec les quelque 7.000 langues parlées que l'on connaît au monde, elles ont du pain sur la planche ! Futura, Combien de langues sont parlées dans le monde ?
  • 2« Comment l’autonymie vient au discours » (7), quelle est « la place [que font divers types de discours] au fait autonymique » (17), telle est la question centrale de ce volume consacré à la « pierre angulaire » (Benveniste) de la fonction métalinguistique propre au langage naturel, l’autonymie, ou quand le signe renvoie au signe : « prenez un signe, parlez-en, et vous aurez un autonyme » (Rey-Debove, citée p. 70). J. Authier-Revuz a ajouté les notions de connotation et de modalisation autonymiques, dans le vaste champ de la représentation du discours. D'où le titre Parler des mots, intitulé général qui suggère de multiples manières de prendre le langage pour objet. La perspective linguistique de l’ouvrage, elle-même restreinte au rapport entre autonymie et discursivité, masque à la fois la remarquable diversité des communications et l’accessibilité du propos, où l’initié ne manquera pas de trouver matière à glaner. , Promenade en autonymie, dans l’importante étrangeté du langage (Acta Fabula)
  • On ne jette la pierre ni à Pierre, ni à Paul, chacun fait ce qu'il peut. Mes histoires de corbeaux et de contraposée logique ont pris le double du temps pour être expliquées et comprises, vérification demandée aux étudiants connectés ce jour-là. Une partie du message se perd, toute la communication paralinguistique (le non-verbal) pourtant essentielle passe à la trappe, ne parlons pas de la communication métalinguistique, il vaut mieux rester sur un seul registre de langage au risque de perdre tout le monde dans un grand Fatal Error. Site-LeVif-FR, J'ai peur pour nos étudiants confinés - Belgique - LeVif
  • Les débats porteront sur diverses théories de l’expression et de l’interprétation du sens et de la signification en langue et en discours (langues/discours de spécialité, belles lettres, discours artistique), ainsi que sur la problématique (discursive) de leur reformulation (paraphrase ou : traduction intralinguale et traduction interlinguale, voire intersémiotique comprise) et sur celle (métalinguistique) de leur définition (dimensions lexicographique et terminologique comprises). , Colloque : "Le Silence, l’Autrement-dit, le Trop-dit" (Bucarest)
  • Parmi les cibles de recherche, l'équipe tentera de déterminer si le personnel enseignant met à contribution les langues que les élèves connaissent déjà, et si oui, comment il le fait. « Nous voulons voir comment nous pouvons tirer pleinement profit de ce qu’on leur a enseigné dans une autre langue, qu’il s’agisse de repérer des similarités ou des différences, et établir une prise de conscience métalinguistique, explique la professeure Lau. Lorsque nous apprenons une nouvelle langue, nous ne l’apprenons pas de manière isolée; dans notre esprit, nous sommes constamment en train d’effectuer des comparaisons, de les mettre en contraste. Nous tentons d’appliquer les mêmes réflexes d’apprentissage que dans notre autre langue. » Elle explique qu’une vaste quantité de recherches démontrent que « valoriser la langue et la culture d’origine peut aider à établir des liens entre le contexte familier dans lequel une personne a été élevée et la langue que cette personne tente d’acquérir ». Université de Sherbrooke, Mettre à contribution les langues : appuyer les élèves allophones et leur ... - Actualités - Université de Sherbrooke

Traductions du mot « métalinguistique »

Langue Traduction
Anglais metalinguistic
Espagnol metalingüístico
Italien metalinguistica
Allemand metalinguistisch
Chinois 元语言
Arabe لغوي
Portugais metalinguístico
Russe металингвистический
Japonais メタ言語
Basque metalinguistikoak
Corse metallinguistica
Source : Google Translate API

Métalinguistique

Retour au sommaire ➦

Partager