La langue française

Mégaélectronvolt

Définitions du mot « mégaélectronvolt »

Wiktionnaire

Nom commun

mégaélectronvolt \me.ɡa.e.lɛk.tʁɔ̃.vɔlt\ masculin

  1. (Métrologie) (Physique) Unité de mesure d’énergie en dehors du Système international (mais dont l’usage est accepté avec le SI), valant 106 électronvolts, et dont le symbole est MeV.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « mégaélectronvolt »

 Dérivé de électronvolt avec le préfixe méga-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mégaélectronvolt »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mégaélectronvolt megaelɛktrɔ̃vɔl

Citations contenant le mot « mégaélectronvolt »

  • La cellule pérovskite/CIGS a reçu 2.10^12 protons/centimètre carré à une énergie de 68 mégaélectronvolts (MeV), soit « l’équivalent de[…] industrie-techno.com, Une cellule photovoltaïque résistante aux radiations pour alimenter les satellites
  • Cette particule a été surnommée X17 parce qu’elle a une masse de 17 mégaélectronvolts.  « X17 pourrait être une particule reliant notre monde visible à la matière noire », a expliqué Attila Krasznahorkay sur CNN. Metro, Des physiciens auraient découvert une cinquième force dans l'univers
  • Pour ces scientifiques, le phénomène s'explique par l'existence d'une particule inconnue, nommée "X17" en raison de son potentiel énergétique de 17 mégaélectronvolts, soit 33 fois plus qu'un électron mais n'existant qu'une fraction de seconde. Elle ne peut pas appartenir à l'une des quatre forces déjà connues puisque ses caractéristiques ne collent avec aucune d'entre elles. Et elle ne peut pas non plus être le graviton, cette fameuse particule élémentaire hypothétique qui transmettrait la gravité. Sciences et Avenir, A-t-on vraiment découvert la 5e force de l'Univers ? - Sciences et Avenir
  • Le satellite AGILE a en effet détecté des TGF de 100 mégaélectronvolts, des énergies trop élevées pour être expliquées par ce modèle. D’autres pistes sont envisagées : « Les sylphes, émissions rouges en forme de colonne, présentent des filaments lumineux très fins où l’on observe une forte accélération des électrons, qui pourrait leur conférer une énergie cinétique suffisante pour expliquer celle des TGF. Mais peut-être existe-t-il aussi plusieurs types de TGF », explique Elisabeth Blanc, géophysicienne au Commissariat à l’énergie atomique. Pourlascience.fr, Le rayonnement gamma des orages | Pour la Science
  • La différence entre la masse du proton (938,27 mégaélectronvolts, ou MeV) et celle du neutron (939,57 MeV) intervient dans de nombreux processus. Le moindre écart à cette différence aurait profondément changé le contenu de l’Univers. Si la différence de masse avait été inférieure à 0,05 %, les atomes d’hydrogène se seraient transformé en un neutron et un neutrino suivant un processus de capture électronique. Entre 0,05 et 0,14 %, beaucoup plus de noyaux d’hélium auraient été produit pendant les premières minutes de l’Univers. Et au-delà de 0,14 %, les neutrons se seraient désintégrés très vite en protons : la synthèse d'éléments plus lourds que l'hydrogène aurait été alors presque impossible. La différence de masse du proton et du neutron revêt ainsi une importance cruciale pour la physique. Pourlascience.fr, Proton et neutron : une différence de masse enfin expliquée par le calcul | Pour la Science
  • Ce nouveau baryon a une masse de 3621 mégaélectronvolts (MeV), soit près de quatre fois celle du proton ; il fallait donc monter à des énergies élevées pour pouvoir l'observer.  Le modèle standard de la physique des particules — qui réunit l'ensemble des connaissances testées en physique des hautes énergies — avait prédit son existence, mais aucun accélérateur de particules au monde n'avait encore réussi à l'observer. Sa découverte permet de mieux comprendre la nature de l'Interaction forte — cette force qui assure la stabilité du noyau atomique. Sciences et Avenir, Une nouvelle particule pointe son nez au Cern - Sciences et Avenir
  • SOURCE Le manteau de la Terre riche en géoneutrinos L’un des objectifs de JUNO est la détection des géoneutrinos d’une énergie entre 1 et 2,5 mégaélectronvolts (MeV). Ils naissent essentiellement dans le manteau de la Terre, à quelques centaines de kilomètres sous nos pieds, là où des éléments radioactifs comme l’uranium ou le thorium se désintègrent en émettant des neutrinos en permanence. L’énergie qu’ils libèrent s’ajoute à celle héritée de l’époque de la formation de la Terre, pour faire de notre globe une planète active et alimenter la tectonique des plaques. La connaissance du flux de géoneutrinos pourrait éclairer une des énigmes de la géophysique : la Terre utilise-t-elle encore la chaleur de sa formation ou est-elle en train de puiser dans les éléments radioactifs qui diminuent au cours du temps ? Sciences et Avenir, Au coeur de JUNO, le plus puissant piège à neutrinos - Sciences et Avenir

Traductions du mot « mégaélectronvolt »

Langue Traduction
Anglais megaelectronvolt
Espagnol megaelectronvoltio
Italien megaelectronvolt
Allemand megaelektronvolt
Chinois 兆伏
Arabe ميغا إلكترون فولت
Portugais megaeletronvolt
Russe мегаэлектронвольт
Japonais メガエレクトロボルト
Basque megaelectronvolt
Corse megaelectronvolt
Source : Google Translate API

Mégaélectronvolt

Retour au sommaire ➦

Partager