La langue française

Médiévalisme

Définitions du mot « médiévalisme »

Wiktionnaire

Nom commun

médiévalisme \me.dje.va.lism\ masculin

  1. (Rare) (Anglicisme) (Moyen Âge) Persistance de ce qui vient du Moyen Âge.
    • Le paysage gallois et anglais présentait à cette époque un tableau où, de la plus étrange façon, se mêlait, à l’impression de sécurité et de richesse commune au XXe siècle, un médiévalisme à la Dürer. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 421 de l’éd. de 1921)
  2. (Moyen Âge) (Néologisme) (Péjoratif) Vénération pour le Moyen Âge.
    • C’est cette croyance dans la coupure et l’inversion qui a conduit à la double attitude évoquée initialement, oscillant entre la condamnation (en tant que période barbare) et l’admiration (par exemple par les Nazis) – et c’est la raison pour laquelle le développement du « médiévalisme » actuel ne peut que nous alerter. — (Joseph Morsel, avec la collaboration de Christine Ducourtieux, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)
    • Antérieurement même à l’essor de l’histoire et du roman historique, bien en deçà de la recherche érudite, la valorisation du médiévalisme est d’abord un phénomène idéologique lié à l’évolution des sensibilités à partir des années 1760-70. — (Michel Fragonard, La perception du Moyen Age depuis la fin du XVIIIème siècle, dans Le français dans tous ses états, n°36, CNDP)

Note : ne pas confondre avec médiévisme.

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « médiévalisme »

 Dérivé de médiéval avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « médiévalisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
médiévalisme medievalism

Citations contenant le mot « médiévalisme »

  • Nous souhaitons mettre en question l’ensemble des relations qui appartiennent au champ de la domination, telle que nous la concevons aujourd’hui, avec ses connotations négatives. Dans le Robert, par exemple, la domination est définie comme « joug, oppression, tyrannie », et c'est effectivement ce que l'on retrouve couramment dans les représentations médiévalistes. A travers des personnages archétypaux, le médiévalisme renvoie souvent à des formes d'oppression et de domination telles que les caractérise le regard contemporain. Les ordres militaires (chevaliers teutoniques, templiers) ont ainsi été souvent convoqués par les cinéastes comme un moyen détourné de pointer du doigt le fascisme. Plus largement, cette utilisation renvoie aux régimes d'historicité dans lesquels se placent les réalisateurs de telles œuvres et les sociétés dont ils sont issus. Que signifie penser la domination dans les termes critiques qui sont les nôtres, alors que nous étudions une société qui conçoit le Dominus, les dominationes en des termes positifs? Peut-on parler de domination dans le même sens qu’aujourd’hui ? Ou faut-il la penser, en raison de cette axiologie opposée, comme un type de relation tout à fait différente ? , Moyen Age et médiévalisme : les formes de la domination (Paris 3 & EHESS)
  • Justine Breton est maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et enseigne à l’INSPE de Troyes. Spécialiste de fantasy et de médiévalisme, elle étudie les utilisations du Moyen Âge dans la pop culture, et plus particulièrement dans les séries télévisées. Elle est l’auteure de Le Roi qui fut et qui fera (Classiques Garnier, 2019), et a publié avec Florian Besson Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones (PUF, 2020) et Kaamelott, un livre d’histoire (Vendémiaire, 2018). , The Witcher - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées
  • Entretien. À l’occasion de la cinquième édition du festival Bobines et Parchemins ce week-end, William Blanc, historien du médiévalisme et l’un des organisateurs du festival, revient sur les lectures idéologiques du Moyen-Âge dans le cinéma contemporain. L'Humanité, « Le Moyen Âge rêvé est une soupape de sécurité dans le monde moderne » | L'Humanité
  • À rebours du médiévalisme réactionnaire qui voit dans le Moyen Âge le foyer d’un renouveau catholique et d’une résistance aux forces dissolvantes de la Révolution, à rebours également d’un rationalisme progressiste tout entier tourné vers les Lumières de l’avenir, l’anti-cléricalisme républicain de Viollet-le-Duc décèle dans l’art gothique l’expression d’aspirations laïques et démocratiques. Alors que l’art roman reste à ses yeux un art clérical, le gothique marque pour lui la sécularisation de l’architecture, l’émancipation de l’artiste et, au delà, de la société. Cela ne doit certes pas masquer la profonde ambivalence politique de Viollet-le-Duc : loin du panache de l’exil hugolien, il doit une bonne partie de sa carrière au Second Empire, et le rêve médiéval de fraternité entre patrons et ouvriers, qu’il partage un temps avec le renouveau gothique anglais de Arts and Crafts, est contredit par l’organisation même du chantier de Notre-Dame, « véritable usine de production du médiéval » (p. 99) où les saisonniers du Limousin se tuent à la tâche. , Extravagants oiseaux perchés - La Vie des idées
  • Le XIXème siècle est ce que l’on pourrait appeler la première vague de médiévalisme, avec des gens comme Walter Scott qui vont faire beaucoup pour créer ce Moyen-âge. [...].On est dans une ré imagination du moyen âge au XIXème siècle, mais ce qui va être clé pour le mythe arthurien, ce n’est pas tant le XIXème siècle en Angleterre, que le XXème siècle américain, où c’est vraiment la culture pop américaine qui va beaucoup diffuser et utiliser ce mythe arthurien. William Blanc France Culture, Retrouver le Moyen Âge par la légende - Ép. 3/4 - Moyen Âge Superstar
  • Chantres d'un médiévalisme populaire qui tient du rêve et du cauchemar, Hugo comme Viollet-le-Duc savent que la pioche des démolisseurs ne chôme jamais. Dans un remarquable travail qui épingle le vandalisme architectural entachant toute refonte urbanistique d'envergure, Pierre Pinon rappelle que, si Paris eut la chance d'être presque épargnée par les incendies et les bombardements, elle fut profondément affectée par des destructions volontaires. Fruits de la fièvre spéculative, du souhait de la puissance publique soucieuse de réguler des flux humains et commerciaux toujours plus intenses (exeunt les prisons et les halles), ces bouleversements ont aussi souvent été dictés par une volonté proprement politique quand il s'agit d'abattre des symboles - la Bastille bien sûr, même si l'épisode révolutionnaire détruisit peu, bien moins que la Commune à l'agonie. Visions d'apocalypse que ces gravats qui mangent l'image, sombre pendant d'élévations sublimes (Paris détruit, Parigramme, 316 p., 49 €). Le Monde.fr, Paris entre ciel et terre
  • Partie VIII : « Petit projet de genstil vitrail / Exécuté avec beaucoup troubail » : un médiévalisme érudit, intime et fantaisiste , S. Duval, M. Lacassagne (dir.), Proust et les « Moyen Âge »
  • Vincent Ferré, professeur de Littérature comparée à l’université Paris Est Créteil (UPEC), mène des recherches sur Proust, J.R.R. Tolkien et le médiévalisme depuis une vingtaine d’années ; il supervise les traductions de Tolkien en français, publiées chez Christian Bourgois éditeur, et a été commissaire de l'exposition "Tolkien : Voyage en Terre du Milieu" (BnF, 2019-2020). , V. Ferré (dir.), Dictionnaire Tolkien (nouvelle édition)
  • Les Médiévales de Provins ainsi que bon nombre d’autres fêtes médiévalistes se tiennent ainsi à la frontière entre « usine et artisanat du rêve », comme le dit William Blanc, historien spécialiste du médiévalisme. Les différentes pratiques individuelles complexifiant la communication parfaitement huilée des officiels, elles empêchent la représentation monolithique du Moyen Âge : toujours situé dans l’inaccessible, le Moyen Âge n’en sera que toujours réinventé. L'Humanité, Les fêtes médiévales, entre usine et artisanat | L'Humanité
  • Diplômée d’un Master en Histoire du haut Moyen Âge à Paris 1, Mélaine Blondin a également une double licence en Histoire et Histoire de l’art. Elle s’est toujours passionnée pour le Moyen Âge et surtout pour ses légendes. Son intérêt se porte notamment sur c’est le médiévalisme, c’est-à-dire la perception du Moyen Âge par les époques postérieures. Sa passion du Moyen Âge se porte également sur tous les aspects de l’époque : elle est consultante pour la startup Médimoinsquart, dans le domaine de la cuisine historique. Elle fait aussi de l’escrime médiévale et de la reconstitution, XVe siècle, Saxons et Vikings ! ActuSF - Site sur l'actualité de l'imaginaire, Les Clichés de l’histoire - Sacrées sorcières ! par Mélaine Blondin - ActuSF - Site sur l'actualité de l'imaginaire
  • À travers ses premiers albums, elle a exploré les thèmes de la science-fiction et du médiévalisme comme tant d'autres. New Breed est son cinquième album solo. Dans l'univers commercial, cet enregistrement est créatif à souhait. La Presse, Dawn Richard: affranchissement total ****
  • Déjà, parce que nous sommes fans de la série. Ensuite, car un nouveau courant, un nouveau champ de recherche à la mode est apparu dernièrement : le médiévalisme. Cela consiste à interroger les images du Moyen-Âge dans les œuvres contemporaines. Par exemple dans la fantasy, cela fait des années que les œuvres de Tolkien sont utilisées (Bilbo le Hobbit, le Seigneur des Anneaux) et Game of Thrones l’est aussi depuis plus récemment. VousNousIls, Kaamelott : "Un tremplin vers l'histoire et la littérature" - VousNousIls
  • Une réunion préparatoire se tenait le lundi 16 avril à la salle de Petit Paris avec Olivier Baelus, adjoint et Jean-Christophe Fleury, conseiller. La Compagnie sommeillait depuis 2003 mais l’arrivée du géant Auber le loup en 2016 a réveillé la vieille dame. D’abord avec 4 membres, désormais à 24, le projet a pris tournure. Sortir le loup en bonne compagnie était l’un des premiers objectifs, mais de costumes appropriés en armes de circonstances, la Compagnie du Loup s’est inscrite dans un médiévalisme du Xe siècle. , La première fête médiévale à Auberchicourt, c’est le 8 mai | L'Observateur
  • Se construit ainsi un « médiévalisme alimentaire » que l’on retrouve à l’identique dans les films ou les séries contemporaines : pensons aux Visiteurs, où Godefroy de Montmirail réclamait à grands cris de la viande, ou à la série Kaamelott, dans laquelle Karadoc proclame que « le gras c’est la vie ». The Conversation, Le Moyen Âge a‑t‑il inventé la publicité ?
  • 2C’est sur cet arrière‑plan scientifique que se détache l’ouvrage dirigé ici par Elisabeth Gaucher‑Rémond, fruit d’une journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en 2010. Le livre est consacré à la musique, domaine moins souvent traité sous l’angle du « médiévalisme » que l’histoire de l’art ou la littérature. On se réjouit donc de cette parution qui réunit des contributions diverses, allant de l’Ars nova au cinéma hollywoodien et qui aborde aussi bien les questions d’interprétation de la musique médiévale que la façon dont des compositeurs contemporains donnent à leur écriture une « couleur médiévale ». L’originalité du projet est d’associer musicologues et littéraires pour aborder en profondeur la question du Moyen Âge en musique : rencontre qui a permis « d’analyser les résonances tardives, voire actuelles, d’un Moyen Âge mythique, fantasmé, sans cesse revisité mais toujours apprécié pour sa force de suggestion artistique. » (p. 7). , Faire entendre le Moyen Âge (Acta Fabula)
  • Et comment ! Il y a là une formidable intelligence qui est complètement au service de l’œuvre, en plein dans l’esprit du projet wagnérien. Ceux qui s’arque-boutent sur les didascalies et sur un médiévalisme poussiéreux n’ont rien compris à Wagner. , À Bayreuth, le Tannhäuser de Tobias Kratzer dans la distance et l’innovation « Festivals &Laquo; La Scène « ResMusica
  • Enfin, des médiévistes de toutes disciplines sont impliqués dans la production de certaines séries, comme experts pour l’écriture ou la révision des scénarios, voire sur les tournages eux-mêmes. De plus en plus nombreux, les chercheurs étudiant le Moyen Âge s’intéressent aux séries : c’est parmi eux que se recrutent la plupart des spécialistes de ce champ de recherche qu’on appelle désormais le médiévalisme. La constitution des séries médiévalisantes en objet d’étude et domaine d’activité des médiévistes pourra aussi être abordée par les contributions. Cette redéfinition progressive du champ de la médiévistique porte des implications politiques et sociétales qui méritent d’être analysées : entre scientificité et médiation à destination du « grand public », il y là a une dialectique qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. Pensons aussi à l’enseignement du Moyen Âge à l’école et à l’université, en France et dans le monde : la place qu’y tiennent les séries n’est plus négligeable. , Moyen Âge et séries (Revue Médiévales)
  • Après les travaux pionniers d'Anne Besson, Vincent Ferré, Mireille Séguy ou Nathalie Koble, pour ne citer qu'eux, le médiévalisme –l'étude des représentations contemporaines du Moyen Âge– semble en train de s'installer dans le paysage universitaire et éditorial français, comme l'attestent plusieurs publications récentes(1). On sait en effet que tout l'intérêt du médiévalisme est qu'il permet d'étudier une certaine image du Moyen Âge, ancrée dans un contexte culturel, politique et social, ce qui invite également les chercheurs à réfléchir à la façon dont leurs recherches sont reçues et réinterprétées par le grand public. Le HuffPost, Ce que dit vraiment la série télé parodique Kaamelott de la réalité du Moyen Âge | Le HuffPost
  • Les premiers morceaux nous situent dans une tendance enjouée, avec des mélodies teintées de médiévalisme et des incantations zeuhl exécutées avec légèreté. Nous sommes assez proche du rock médiéval joué par Minimum Vital. Avec une pêche et une précision parfaitement maîtrisée. Les morceaux s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Le troisième nous propulse dans des incantations orientalisantes rappelant les premières réalisations de Dead Can Dance mais avec une chanteuse lyrique qui assume complètement. Ana Torres Fraile sévit dans un style vocal située entre Sophia Baccini et Tarja Turunen, première chanteuse du groupe Nightwish. Le quatrième morceau propose des vocalises d’une étrange beauté. Avec un tissage subtilement réalisé par des instrumentistes qui colorent l’ensemble sans aucune démonstration technique. Le résultat est réussi, avec finesse et précision. Le saxophone ne joue pas du jazz mais s’insère parfaitement dans la fluidité progressive comme si c’était un clavier. Et ce piano qui dialogue alors que le tempo s’accélère. Rien de linéaire. Des compositions complexes et changeantes parfois enveloppées de glissandos synthétiques et cette alternance de rythmes zeuhl et atmosphériques. Et pour finir, un jeu d’artifice de voix s’insérant dans un improbable tissage musical méridional mais qui se situe aux antipodes du rock commercial. Les instruments donnent l’impression de s’échapper puis sont vite rattrapés et si une notion philosophique s’en dégage, c’est bien celle de la liberté qui dans la création, suppose une parfaite maîtrise des règles et contraintes fixées par l’orchestre et la composition. AgoraVox, Universal totem orchestra, le zeuhl qui vient d'Italie - AgoraVox le média citoyen
  • Le vocabulaire gracquien résonne toujours, si formidable aux oreilles averties du lecteur initié, rompu aux parcours de mystères et d’ombres qui peuplent son œuvre. On y trouve la quintessence de l’univers de Gracq : « claquemuré », imaginaire du repli, de l’attente fiévreuse, de l’intimité entrée en rébellion contre le monde extérieur, la forteresse et la carapace architecturale des édifices gracquiens, toujours apparentés à un médiévalisme retrempé dans les eaux de Tolkien. Les mots révèlent les contours d’une fascination profonde. « Se silhouetter », c’est le fantassin posté sur le rempart, c’est l’édifice au loin qui se dessine en ombre chinoise, c’est l’ennemi invisible et obscur qui ne vient jamais, c’est l’être qui se devine mais ne se dit pas, tapi dans son ombre. Acmé poétique de ce champ lexical : « corseté ». S’y lit la contrainte et l’étouffement d’une oppression, d’une attente angoissée, l’étroitesse malséante d’une vie engoncée qui trahit le malaise si fécond sous la plume de l’auteur. Ses récits – Les terres du couchant au premier chef – se tissent comme une toile autour de ces malaises diffus qui garnissent le fond ténébreux d’une attente lumineuse. La tension qui s’opère joue alors à plein, dans la plus pure tradition du magnétisme hérité de Breton, convertie en machine poétique d’une efficacité redoutable. , J. Gracq, Les Terres du couchant (inédit)
  • Il arrive par la culture populaire américaine, par la deuxième vague de médiévalisme durant les années 1960. C'est une réaction au monde moderne et à la disparition de la paysannerie du monde occidental. «Montaillou, village occitan de 1294 à 1324», paraît en 1975 en plein Larzac, et ce n'est pas un hasard. Il y a bien sûr les films «Lancelot du lac» de Robert Bresson (1974) et «Perceval le Gallois» d'Eric Rohmer (1978), mais ces films font à peine 100.000 entrées chacun, c'est beaucoup moins que les millions de spectateurs de «Monty Python: Sacré Graal !» (1975) et «Excalibur» de John Boorman (1981). Bibliobs, Disney, Monty Python, Kaamelott… comment le mythe du roi Arthur s'est mondialisé
  • Après les années noires de la Deuxième Guerre mondiale, le monument s’est inscrit au fil des années comme l’un des endroits les plus visités d’Alsace. Sa masse, son architecture d’un médiévalisme appuyé en font une curiosité. Les amateurs de cinéma y pensent avec émotion en sachant que l’on y a en partie tourné La Grande illusion de Jean Renoir. , Alsace | Le Haut-Koenigsbourg cédé à l’Allemagne
  • Attiré par les articles sur le sujet, j'ai essayé de regarder cette série. Au bout de deux saisons j'ai abandonné : trop pesant, trop lourdingue, et surtout, c'est la caricature du médiévalisme blanc. Ma pop-culture attendra... TéléObs, "Game of Thrones" : le sacre du hors-norme
  • C’est le plus grand roman contre le monde moderne et ses hommes modernes, et il ne tombe pas comme Bloy dans le piège tartuffe du médiévalisme nostalgique. C’est Oscar Wilde qui rend un bel hommage à l’A rebours de Huysmans dans son Dorian Gray (chapitres X et XI). On l’écoute : , Dedefensa.org | Blog | Les Carnets de Nicolas Bonnal
  • Certaines théocraties ont adopté une gestion du pouvoir respectueuse des minorités et des dissidences. D’autres en sont restés à un médiévalisme terrorisant. D’autres encore alternent le populisme et le despotisme. Mais aucun de ces régimes ne mérite encore l’adjectif "démocratique". Le Monde diplomatique, De quoi la Palestine est-elle le nom ?, par Alain Gresh (Les blogs du Diplo, 23 mars 2009)
  • C’est drôle, mais ça me semblait plus costaud comme organisation sociale que, par exemple, des systèmes ultérieurs (pas forcément plus mauvais, je précise pour ne pas être suspecté d’impérialisme ou d’anti-médiévalisme primaire). Le Monde diplomatique, Oui à Briand et à Jaurès, non à Guéant et à Valls (II), par Alain Gresh (Les blogs du Diplo, 4 avril 2012)

Traductions du mot « médiévalisme »

Langue Traduction
Anglais medievalism
Espagnol medievalismo
Italien medievalismo
Allemand mittelalter
Chinois 中世纪主义
Arabe القرون الوسطى
Portugais medievalismo
Russe медиевистика
Japonais 中世
Basque erdi aroa
Corse medievalisimu
Source : Google Translate API

Médiévalisme

Retour au sommaire ➦

Partager