La langue française

Matrilinéarité

Définitions du mot « matrilinéarité »

Trésor de la Langue Française informatisé

Matrilinéarité, subst. fém.Règle de filiation matrilinéaire. Dans la savane du sud en revanche, (...) la matrilinéarité dominante, associée à la patrilocalité, disperse les lignages (Ethnol. région., t.1,1972, p.622 [Encyclop. de la Pléiade]).

Wiktionnaire

Nom commun

matrilinéarité \ma.tʁi.li.ne.a.ʁi.te\ féminin

  1. Système de filiation dans lequel chacun relève du lignage de sa mère.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « matrilinéarité »

Dérivé de matrilinéaire avec le suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « matrilinéarité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
matrilinéarité matrilɛ̃earite

Citations contenant le mot « matrilinéarité »

  • Actuellement,  la matrilinéarité reste de mise chez les Minangkabau, de la province indonésienne de Sumatra. Ils constituent la plus grande société matrilinéaire dans le monde avec quelques 8 millions de personnes. Chez eux, c’est la famille de la fille qui vient demander la main du garçon. Dans le sud-ouest de la Chine, l’ethnie Moso ou Naxi, respecterait également toujours la tradition de filiation passant par les femmes et l’éducation des enfants serait dévolue aux oncles maternels.  La matrilinéarité se retrouve aussi chez les juifs, mais uniquement pour transmettre la religion.  TV5MONDE, Les Khasi, société matrilinéaire, dans l'objectif de Karolin Klüppel
  • La matrilinéarité condition essentielle pour la transmission de la judaïté, n’a pas été constante. Les enfants de Moïse sont nés d’une mère Madianite (noire) non juive dont le peuple est détesté par l’Eternel qui « …parla ainsi à Moïse : "Attaquez les Madianites et taillez-les en pièces ! » et pourtant ils sont bien juifs. AgoraVox, Comment Jacob, auteur de malversations antiques a transmis sa punition à sa descendance - AgoraVox le média citoyen
  • « Ce sont toujours, en fait, les hommes qui commandent », expliquait en 1952 Claude Lévi-Strauss, qui démontait alors ce mythe des sociétés dirigées par des femmes. En réalité, expliquait l’anthropologue, il existe deux formes de domination de la femme : la matrilinéarité et la matrilocalité. La quoi ? La matrilinéarité, où la filiation viendrait de la mère (biens, droits, privilèges), et la matrilocalité, où la mère serait chef du foyer au sens où l’époux viendrait habiter dans la famille de sa femme, sous l'autorité maternelle. Pour l’anthropologue, cette domination serait factice, car en réalité toujours contrôlée par les frères ou les oncles de la famille. L'Obs, Le matriarcat est-il l’avenir de l’homme ?
  • Autre raison mise en avant par Abdallah Combo et qui pourrait tenir un rôle – avec toutes les précautions de rigueur –, est celle de la matrilinéarité. "Lorsqu'un homme se mari, explique-t-il, il rejoint traditionnellement le village et la maison de sa femme. Mais quand il divorce, il doit logiquement en partir et ont du mal à assumer leur rôle de père. Pourquoi ? Parce que sa stratégie est alors de trouver une autre femme pour trouver une maison. On pourrait dire que les hommes seuls à Mayotte sont des "sans domicile conjugal". Dans leur représentation d'homme, lorsqu'ils se séparent de leur femme, c'est à elle de se débrouiller. Parce qu'il est parti, il est exempt de la responsabilité de père." Et de citer un exemple d'une avancée pour les femmes divorcées : la pension alimentaire. "Cette immersion du moderne a été très mal vécue par les hommes au moment où elle est arrivée à Mayotte. Les délégués au droit des femmes faisaient partie des personnes les plus détestées de Mayotte", se souvient-il. , Dossier: Hommes
  • Parmi les 25 intervenantes, Djémilah Hassani, Responsable de la Stratégie régionale de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) Mayotte, soulignait la matrilinéarité de la société mahoraise, des femmes qui ont toujours utilisé « le financement collaboratif, le chicoha, basé sur un principe d’entraide, la musada ». Un « modèle associatif et participatif, novateur » développé par les Mahoraises, « un levier de développement économique ». Elle rappelait que le 17 décembre 2018, la CRESS signait un plan d’action régionale avec plusieurs partenaires dont la préfecture de Mayotte, pour l’entreprenariat au féminin, « avec petit à petit, l’implantation de Pôles ESS dans les communautés de communes ». Le Journal De Mayotte, L’engagement des femmes ultramarines au Sénat - Le Journal De Mayotte actualité
  • Je referme le livre. Une autre image me tarabuste. Sa couverture. Ce nom écrit en grandes lettres. Tout d'un coup, l’évidence: qui oserait donner ce nom si intime à un personnage principal, un homme arrivé, fait de volonté, de courage, de virilité? Car ce n'est pas neutre de nommer cet homme-là du nom de sa mère, fils de Aïcha. Le choix du parti des femmes, de la matrilinéarité, de la parenté utérine. Revenons à la signification de ce prénom: Aïcha= vivante. Or la seule vivante dans ce roman, ou la plus vivante parmi tous ces personnages, c'est l'amante inatteignable, Anne-Marie, princesse de Conti. C'est l'amour d'elle qui a enfanté de lui. Une variante de l'amour fou que seule la fiction autorise. Le360.ma, Lettre ouverte. Ben Aïcha, roman, manifeste de littérature | www.le360.ma
  • La seule chose qui fait débat, et dont on parle bien peu, c’est le mariage mixte, mais si on ne parle pas de descendance dans le cas précis d’Esther (dont les descendants auraient été juifs de toute façon si la règle de la matrilinéarité s’appliquait alors…), Joseph, lui, aura deux enfants d’une certaine Assenât, fils d’un grand prêtre égyptien du dieu Râ… JForum, Pourim: les secrets du rouleau d’Esther...(M-R Hayoun) - JForum
  • Et puis, il fallait savoir qui était juif et donc autorisé à se joindre aux éclaireurs… Gamzon et Fleg ont parlé d’étiquette juive, optant volontairement pour un élargissement sémantique de ce terme juif, là où les rabbins tenaient tant à la matrilinéarité. Le refus d’élargir le sein d’Abraham a pourtant coûté très cher aux juifs… JForum, Edmond Fleg, un maître oublié du judaïsme français… - JForum
  • Avec l'évolution des sociétés, l'importation des monothéismes, notamment de l'islam, ainsi que la colonisation, le pouvoir a basculé du côté des hommes. Aujourd'hui, ce matriarcat subsiste quelque peu dans certaines sociétés, chez les Touareg ou les Bamilékés de l'ouest du Cameroun. Là, les souverains sont toujours issus de la branche maternelle, par matrilinéarité. Le Point, Ndèye Fatou Kane : « L'Afrique a compté des féministes avant l'heure » - Le Point
  • La plupart des sociétés restées matrilinéaires mais devenues patrilocales (en Afrique subsaharienne notamment) conservent le souvenir, et des rites, qui rappellent leur passage de la matrilinéarité à la patrilinéarité (un échange des femmes souvent contrôlé par les oncles). Ce système à la fois matrilinéaire et patrilocal est, certes, un peu bancal, mais il a, déjà, sur le système précédent, l'avantage d'une meilleure efficience économique (et militaire) d'une structure hiérarchique ou le groupe des hommes adulte impose sa volonté au groupe des femmes (en tant que productrices de biens agricoles notamment) et au groupe des jeunes hommes (en tant que guerriers notamment). Club de Mediapart, Le patriarcat a-t-il existé de tout temps dans les sociétés humaines ? | Le Club de Mediapart
  • Oui, j'ai le même sentiment / figure féminine et figure masculine dans la société cambodgienne d'aujourd'hui. J. NEPOTE avait travaillé en son temps et démontré la matrilinéarité des familles khmères... Il serait extrêmeemnt profitable d'avoir une étude sur la position des jeunes femmes en particulier de nos jours. Mesdames, Messieurs les (psycho)sociologues à vos micro... ! E. H. (depuis la France) , Catherine Harry, la voix cambodgienne briseuse de tabous | lepetitjournal.com
  • 101916 est l’année médiane de la guerre. C’est l’année au cours de laquelle la guerre qui devait être courte devient soudainement longue et où l’écriture de l’histoire rattrape finalement l’immédiateté des événements. Ainsi se développent une éthique et une esthétique de l’écriture historique. Le roman comme lieu de mémoire et qui est associé à un passé de paix et à une période révolue que l’on nomme la Belle Époque est tout d’un coup défié par un texte et une écriture qui questionnent le réalisme du témoignage. Le réalisme est bien entendu celui avec lequel Barbusse ou Dorgelès rendent compte de l’expérience du front. Ici, la position d’un Proust embusqué qui écrit de l’arrière et dont l’écriture s’oppose frontalement à ceux qui du front, rapporte un témoignage direct de la guerre. L’impossibilité d’accéder au front, toute la distance qui le sépare du conflit va bientôt se transformer en une théorie de la distanciation à partir de laquelle il peut se rendre étranger à l’histoire, car pour un embusqué, il n’y a jamais de bonne distance. Proust combinera sa situation de triple embusqué, c’est-à-dire de réformé, de juif et d’homosexuel, pour dresser une poétique de la guerre vécue de l’arrière. Il oppose donc à la généalogie patrilinéaire une matrilinéarité diagonale d’oncles et de tantes qui ne tarderont pas à transformer la Recherche en un voyage au cœur de la nuit. De fait, en mettant suffisamment de distance entre lui-même et l’ennemi, Proust crée un front intérieur à partir duquel il nous donne à voir la guerre autrement. C’est donc la fin du guerrier qui est ici à l’œuvre dans cette écriture à partir du front intérieur de la guerre. Comme on le voit, cette opposition du front et de l’arrière remplace progressivement les deux côtés de la Recherche, le côté de chez Swann et le côté de Guermantes. Elle permet de lui substituer deux nouveaux côtés, ceux de Sodome et de Gomorrhe, car la guerre a pour conséquence de séparer les sexes. À travers le développement de cette poétique de l’arrière ou ce que B. Mahuzier nomme « Le côté de Sodome », Proust entend montrer la perversité inhérente qui existe dans la séparation des sexes, basée sur un principe d’inversion qui encourage une relecture de l’épisode biblique à la faveur de ce principe honteux de la séparation de la communauté sur base du partage sexuelle.   , Proust, écrivain de la guerre (Acta Fabula)
  • “Dans la culture amazighe, la femme est assimilée à un “sanctuaire vivant”. Elle est le pilier de la société. Elle représente la tribu, la vie tribale et est porteuse des traditions et de toute l’identité culturelle. Les bijoux, le tatouage, les vêtements ou les couleurs portés permettent d’identifier son origine tribale et géographique. Ce statut honorable qui lui est octroyé est également perceptible dans l’importance des liens de parenté qui sont attribués à la femme chez les amazighs, où la parenté maternelle (ou la matrilinéarité) précédait la parenté paternelle, qui dominait dans la majeure partie du monde arabo-berbère jusqu’alors. Dans certaines régions, la femme avait même la liberté de choisir son mari. L’adultère n’était pas condamné et il n’y était même pas mentionné. Les relations hors mariage dans la culture amazighe n’étaient pas malvenues, celles-ci étaient inscrites dans un contexte et un cadre bien définis. En fait, la perception du corps était différente de celle véhiculée par les religions monothéistes”, explique l’anthropologue Lahcen Ait Lafkih. femmesdumaroc, Amazones Amazighes – femmesdumaroc
  • Les enfants "illégitimes" nés des mariages coutumiers ou du jihad al-nikah sont protégés par des lois républicaines. Celle promulguée en novembre 1998 par le gouvernement Ben Ali admet la matrilinéarité, permettant aux femmes de reconnaître leurs enfants nés hors mariage et de leur transmettre leur patronyme ainsi que leur nationalité. Avec des mères considérées comme des parias, de nombreux enfants risquent cependant d’être abandonnés à la naissance. Mais une loi de 1959 rend leur adoption possible. La Tunisie, avec le Liban, la Turquie et l’Indonésie, est en effet l’un des rares pays musulmans à agréer l’adoption plénière, alors que le droit islamique instaure uniquement la kafala, qui exclut tout lien de filiation entre adoptant et adopté pour préserver l’héritage. Les islamistes d’Ennahdha avaient d’ailleurs annoncé leur intention de revoir le code de la famille afin de rétablir la kafala. Dans l’immédiat, le législateur devra en tout cas prendre des mesures d’urgence pour protéger ces enfants et définir leur prise en charge. JeuneAfrique.com, Tunisie : jihad du sexe, fantasmes et réalité – Jeune Afrique
  • Le Judaïsme se conforme au concept du « Mater semper certa est »... c’est-à-dire à l’idée que « la mère est absolument sûre »... mais pas le père. En outre, un verset de la Thora précise parfaitement la matrilinéarité, en plus des décrets rabbiniques ou de la tradition, halaka et autres (devarim chap 7 ver 3-4) : "Ne t’allie avec aucun d’eux : ta fille, ne la donne pas à son fils, et sa fille, n’en fais pas l’épouse du tien, car il détacherait ton (petit) fils de moi et ils adoreraient des divinités étrangères..." AgoraVox, Qu'est-ce qu'un Juif ? - AgoraVox le média citoyen
  • La situation de la communauté juive chinoise demeure de nos jours très difficile, notamment en raison d'un conflit dans la transmission de la judaïté de génération en génération. Les juifs chinois, considèrent comme juif tout juif chinois né d'un père juif chinois, admettant ainsi la possibilité pour certains juifs de demander à résider en Israël, malgré les difficultés que présente une demande de visa. La halakha juive, quant à elle, préconise que le judaïsme soit transmis par la mère. Les similitudes entre les traditions de la communauté juive chinoise et celles de la communauté juive éthiopienne, toutes les deux ayant quitté Israël après la destruction du premier temple, remet en question la datation traditionnelle du transfert du judaïsme, passant de la patrilinéarité à la matrilinéarité, sensée avoir eu lieu au Sinaï, selon la tradition orthodoxe. Les juifs chinois rencontrent donc plusieurs difficultés une fois qu'ils entrent en Israël, étant contraints à la conversion pour régulariser leur situation religieuse, mais étant aussi citoyens chinois, ils doivent également posséder un visa pour l'Egypte. L'administration chinoise n'étant pas tendre, il arrive souvent que ces juifs chinois soient enlevés de leur ambassade, en pleine procédure de renouvellement de visa.  Ces conversions sont considérées comme de la haute trahison : se convertir équivaut à reconnaître sa nationalité chinoise (donc non Israélien), puisque la judaïté chinoise n'est pas valable du point de vue halachique ; alors qu'en Chine, il est interdit de vouloir changer de statut. Il est donc souvent recommandé aux juifs chinois de ne pas faire connaître leurs problèmes halachiques. De ce fait, les chiffres officiels omettent souvent de mentionner l'existence de quatre cent familles juives chinoises à Canton et de deux cent familles à Shanghai. Ces communautés perpétuent la tradition de ne pas manger de gid hanashe, et l'espoir de rentrer un jour petit à petit en Israël est nourri par une possible ouverture commerciale de la Chine ainsi qu'une amélioration de ses relations diplomatiques avec Israël. , Juifs chinois — Chine Informations
  • Ma réponse ne peut se comprendre qu’en regard des propos de « najma » qui fait référence à quelque chose de bien précis, qui justement combine matrilinéarité dans la transmission culturelle, et patrilinéarité « classique » dans la transmission du nom de famille. AgoraVox, « Dirty Corner », l'installation d'Anish Kapoor au château de Versailles vandalisée - AgoraVox le média citoyen
  • Mais là est le point d’achoppement : du point de vue d’un non-juif, cette dichotomie n’a pas lieu d’être puisque précisément l’une et l’autre de ces notions d’appartenance identitaire sont confondues par le fait même que les instances religieuses juives n’ont pas seule légitimité de définir qui appartient au peuple des Juifs (et non des juifs), au nom, ce qui est incontestable, d’une matrilinéarité elle-même d’essence toute religieuse. AgoraVox, Sources de l'antisémitisme nazi : le christianisme, le paganisme, les Lumières ? - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « matrilinéarité »

Langue Traduction
Anglais matrilineality
Espagnol matrilinealidad
Italien matrilinearità
Allemand matrilinealität
Chinois 母系性
Arabe الأمومية
Portugais matrilinearidade
Russe матрилинейность
Japonais 母性
Basque matrilineality
Corse matrilinealità
Source : Google Translate API

Matrilinéarité

Retour au sommaire ➦

Partager