La langue française

Mathématisation

Sommaire

  • Définitions du mot mathématisation
  • Étymologie de « mathématisation »
  • Phonétique de « mathématisation »
  • Citations contenant le mot « mathématisation »
  • Traductions du mot « mathématisation »

Définitions du mot mathématisation

Trésor de la Langue Française informatisé

Mathématisation, subst. fém.Action de mathématiser; résultat de cette action. Les sciences biologiques et sociologiques ont pensé trouver dans cette méthode [le calcul des probabilités] l'instrument indiqué de leur mathématisation, (...) il y a là quelque illusion (Gds cour. pensée math., 1948, p.394).Les mathématiciens demandent qu'on fonde [l'enseignement] sur la mathématisation de situations concrètes, non seulement pour susciter l'activité de l'élève, mais parce que les mathématiques, modernes en particulier, baignent dans le réel tant par les structures étudiées que par les opérations mises en oeuvre (J.-M. Gabaude, La Pédag. contemp., Paris, Privat, 1972, p.90). [matematizasjɔ ̃]. 1reattest. 1893 (Blondel, Action, p.64: Ces sciences ne laissent pas d'être comme une «mathématisation» de l'expérience); de mathématiser, suff. -(a)tion*.

Wiktionnaire

Nom commun

mathématisation féminin

  1. Utilisation de méthodes mathématiques pour décrire et synthétiser le monde réel ou l'un de ses aspects.
    • La mathématisation de la physique.
    • L'École de Lausanne est la première à entreprendre la mathématisation des sciences économiques.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « mathématisation »

(Siècle à préciser) De mathématiser avec le suffixe -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mathématisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mathématisation matematisasjɔ̃

Citations contenant le mot « mathématisation »

  • Ce que les néoclassiques ont apporté à l’économie, outre le concept de valeur marginale, qu’ils partagent avec Carl Menger, ce sont des outils mathématiques. Des courbes d’offre et de demande par exemple. Des équations. C’est l’idée de la mathématisation de l’économie, et des outils qui vont avec. Contrepoints, Les néoclassiques : la première mathématisation de l’économie | Contrepoints
  • Dans la première partie de ce court livre d’entretien, Benasayag revient très synthétiquement sur l’histoire de l’échec de la rationalité occidentale. La rationalité a tenté de façonner une réalité purement quantitative et à contrôler – discipliner dirait Foucault – le champ du vivant. Mais la numérisation n’est pas le même projet que la mathématisation (Pablo Jensen ne disait pas autre chose !). Les mathématiques tentent de faire ressembler le territoire à la carte, là où « le numérique absorbe le territoire dans la carte » (à l’image de Google par exemple). La numérisation nie toute forme d’altérité, de complexité, élimine tout ce qui résiste à sa modélisation, tout ce qui n’est pas calculable. L’enjeu est de transformer tout signe en signal, de créer une interprétation du monde, même imparfaite, même si elle n’est pas fiable, à l’image de l’analyse émotionnelle. L’enjeu est de calculer et donc de rationaliser le monde, même si cet hyper-rationalisme produit surtout de l’irrationnel ! InternetActu.net, Défaire la tyrannie du numérique ? | InternetActu.net
  • Le premier essai de Pierre Henrichon scrute la mathématisation effrénée du monde. Le Big Data, qui réduit nos vies en informations monnayables et en outils de surveillance, l’automatisation du travail ainsi que l’économie de la donnée unissent leurs forces opaques, soutient le président fondateur d’Attac-Québec. Cela au mépris du politique rendu impuissant, de l’intérêt général et des droits sociaux. Le Devoir, «Big Data»: la bataille cachée pour contrôler notre monde | Le Devoir
  • Vincent Jullien : La pandémie de Covid-19 est un épisode sanitaire, médical, social, politique, économique et aussi scientifique dans lequel les mathématiques ont une place importante. Il y a 20 ans, Alain-Jacques Valleron indiquait les fonctions que pouvait occuper cette mathématisation : l’aide à la description de données complexes, la démonstration de lois générales, l’estimation des valeurs de paramètres non observables, la prévision des cas futurs et l’optimisation des choix et décisions. Atlantico.fr, Maths et stats : pourquoi il est si difficile de comprendre la progression d’une épidémie où l’efficacité des armes pour la combattre | Atlantico.fr
  • Thomas Solignac, co-fondateur de Golem.ai : Le machine learning, très utilisé aujourd’hui en IA, est une approche de type "boîte noire", car on ne peut pas regarder à l’intérieur et on ne comprend pas ce que fait l’IA. Or, quand on sait que l’IA commence à conduire des voitures ou à prendre des décisions médicales, il paraît nécessaire d’avoir une vraie transparence. Chez Golem.ai, nous développons, notamment, des outils de gestion automatique des e-mails, afin d’améliorer la relation client, et, contrairement à une approche purement statistique, nous faisons de "l’IA symbolique", qui est une forme de mathématisation du raisonnement. Cela donne une IA beaucoup plus claire. Franceinfo, Nouveau monde. L’intelligence artificielle actuelle est une "boîte noire", selon la startup Golem.ai
  • Cette mathématisation est d’aileurs d’abord une mathématisation du comportement de l’individu. Jevons d’ailleurs encense Jean-Baptiste Say. Avec Jevons, Marshall et Walras, l’École néoclassique succède à l’École classique qui traitait l’économie comme une science humaine. Les néoclassiques développent la mathématisation de l’économie. Ils créent une abstraction, « l’homo œconomicus ». Ils étudient son comportement : ce qu’il fait quand un prix augmente par exemple. Ce qu’il fait quand les salaires diminuent. On crée des courbes qui modélisent le comportement économique, et on en tire des conclusions. L’économie part ainsi toujours du comportement. Contrepoints, Mieux comprendre les théories économiques | Contrepoints
  • La microéconomie utilise les mathématiques pour décrire la théorie économique. C’est la première forme de mathématisation de l’économie. Les représentants de ce courant sont, par exemple, Léon Walras, Alfred Marshall. Sa méthode consiste à partir du comportement de l’individu, mathématisé en un « homo œconomicus ». La microéconomie considère que l’individu cherche à maximiser son utilité. Cette maximisation se fait sous contrainte. En effet, l’individu n’a pas des moyens illimités à sa disposition, doit prendre en considération son environnement et les autres individus. L’économie est ainsi l’interaction des actions des individus. Contrepoints, Microéconomie et macroéconomie | Contrepoints

Traductions du mot « mathématisation »

Langue Traduction
Anglais mathematization
Espagnol matematización
Italien matematizzazione
Allemand mathematisierung
Chinois 数学化
Arabe الرياضيات
Portugais matematização
Russe математизации
Japonais 数学
Basque mathematization
Corse matematizazione
Source : Google Translate API
Partager