La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « mandragore »

Mandragore

Variantes Singulier Pluriel
Féminin mandragore mandragores

Définitions de « mandragore »

Trésor de la Langue Française informatisé

MANDRAGORE, subst. fém.

BOT. Plante de la famille des Solanacées qui pousse dans les pays méditerranéens, caractérisée par de larges feuilles (se détachant du collet de la racine), par une fleur qui produit une baie, par une racine charnue, simple ou fourchue, ressemblant au corps humain, ce qui lui conférait autrefois une valeur magique, et qui est douée de propriétés sédatives, narcotiques, stupéfiantes et aphrodisiaques. Non loin de la source et de l'arbre, cachée sous un coudrier, une mandragore chantait. Toutes les magies rustiques étaient réunies dans ce petit coin de terre (A. France,Vie littér., 1891, p. 246).Sire Tristan, croyez-vous que nous sommes ici une suffisante collection de mandragores, de basilics et de turquoises, pour composer un philtre d'amour efficace? (Barrès,Jardin Oronte, 1922, p. 51).V. campanuliforme ex. de Nodier (rem. s.v. campanule):
. On croyait, avant les progrès immenses qu'a faits de nos jours la médecine philosophique et rationnelle, que la mandragore formait des cris plaintifs quand on l'arrachait de la terre, et c'est pour cela qu'il était recommandé à ceux qui tentaient cette périlleuse opération de se boucher exactement les oreilles pour n'être pas attendris... Nodier,Fée Miettes, 1831, p. 183.
[P. allus. à la légende d'après laquelle la mandragore naît du sperme d'un pendu et pousse sous les gibets] Une mandragore, racine à figure humaine née d'un pendu (Cocteau,Crit. indir., 1932, p. 114).
P. métaph. Villemain, mandragore difforme s'ébréchant les dents sur un tombeau (Baudel.,Art romant., L'Esprit et le style de M. Villemain, 1867, p. 588).
Prononc. et Orth.: [mɑ ̃dʀagɔ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 mandragora (Ph. de Thaon, Bestiaire, 1569 ds T.-L.); ca 1270 mandragore (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, I, 199, 5, p. 170); 2. a) fin xiies. mandegloire (Flore et Blancheflor, éd. J. L. Leclanche, 244); ca 1436 maindegloire (Gloss. de Salins ds Gdf.); b) 1752 main de gloire «main desséchée d'un pendu dont se servaient les voleurs pour paralyser leurs victimes» (Trév.). 1 empr. au lat. mandragoras tiré du gr. μ α ν δ ρ α γ ο ́ ρ α ς; 2 issu du lat. avec maintien de l'accentuation gr. et altération par étymol. populaire. Fréq. abs. littér.: 103. Bbg. Joret (Ch.). Gloss. des n. de plantes. Romania. 1889, t. 18, p. 580. _ Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 256.

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

mandragore \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de mandegloire.

Nom commun - français

mandragore \mɑ̃.dʁa.ɡɔʁ\ féminin

  1. (Botanique) Plante de la famille des solanées, dont la racine a la forme d'un corps humain, douée de propriétés narcotiques, sédatives, stupéfiantes et aphrodisiaques.
    • On employait autrefois en pareil cas la mandragore, qu’on a abandonnée depuis ; toujours est-il certain que sa racine […] guérit les inflammations et les douleurs des yeux. — (Ajasson de Grandsagne, Histoire naturelle de Pline, Volume 15, C. L. F. Panckoucke, 1832, page 355)
  2. (Fantastique, Mythologie) Plante de la famille des solanées dite porteuse de vertus magiques.
    • Ce sentier a ceci de dangereux, qu’il est bordé de Mandragores qui, la nuit, chantent au pied des arbres. — (Anatole France, La Rôtisserie de la reine Pédauque, 1893)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANDRAGORE. n. f.
Plante de la famille des Solanées, douée de propriétés narcotiques.

Littré (1872-1877)

MANDRAGORE (man-dra-go-r') s. f.
  • Nom d'un genre de la famille des solanées, ayant pour type la mandragore des officines, dite vulgairement mandragore (atropa mandragora, L.). On employait autrefois la mandragore pour produire l'anesthésie dans les opérations.

    La Mandragore, titre d'une comédie de Machiavel et d'un conte de la Fontaine, fondés sur les propriétés aphrodisiaques qu'à tort on attribuait anciennement à la mandragore.

    La racine de mandragore offre une vague ressemblance avec une petite poupée humaine, et, traitée comme telle (voy. l'historique), passait pour porter bonheur à ceux qui la possédaient.

HISTORIQUE

XIIIe s. … Li dui compaignon [un couple d'éléphants] vont contre Orient près du paradis terrestre, tant que la femelle trueve une herbe que on apele mandragore, si en manjue, et si atise tant son masle qu'il en manjue avec li, et maintenant eschaufe la volenté de chascun, et s'entrejoignent à envers, et engendrent un filz sanz plus, Latini, Trés. p. 244. Un vergier a li peres Floire [le père de Floire], Où plantés est li mandegloire, Fl. et Bl. 244.

XVe s. En ce temps il fist ardre [brûler] plusieurs madagloires que maintes sottes gens gardoient en lieux repos, et avoient si grant foi en celle ordure que ils croyoient fermement que, tant comme ils l'avoient, mais qu'il fust bien nettement en beaux drapeaux de soye ou de lin enveloppé, que jamais jour de leurs vies ne seroient pouvres, Du Cange, mandragora.

XVIe s. Comme un patient qu'on endort avec les mandragores pour lui couper un membre, Yver, p. 586. La diligence est la mandragore, que le sot vulgaire estime estre entre les mains de ceux qui font bien leurs affaires, De Serres, 32. De sorte que je craindrois autant de la rencontrer de nuit, comme de voir une mandragore [on croyait que celui qui déracinait une mandragore en mourait, aussi la faisait-on déraciner par un chien], Brantôme, Dames gal. t. I, p. 396, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANDRAGORE, mandragora, s. f. (Bot.) genre de plante à fleur monopétale en forme de cloche & profondément découpée. Il sort du calice un pistil qui pénétre jusqu’au-bas de la fleur ; ce pistil devient dans la suite un fruit mou, ordinairement rond, & dans lequel on trouve des semences qui ont le plus souvent la figure d’un rein. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

On pourroit presque reconnoître les mandragores, même avant qu’elles soient en fleurs, à la grosseur de leurs racines, & à la grandeur de leurs feuilles rondes & puantes.

Les deux principales especes de ce genre de plante sont la mandragore blanche ou mâle, & la mandragore noire ou femelle, car il plaît aux Botanistes de parler ainsi.

La mandragore mâle, nommée par Bauhin, Tournefort, Ray, mandragora fructu rotundo, C. B. P. 169. J. R. H. 76. Ray hist. 668. n’a point de tige. Sa racine est épaisse, longue, quelquefois simple & unique, souvent partagée en deux, trois ou quatre parties. Elle est blanchâtre en-dehors, ou d’une couleur cendrée, ferrugineuse, pâle en-dedans. Il sort du sommet de sa racine, des feuilles longues d’environ une coudée, presque larges d’une palme & demie, pointues des deux côtés, d’un verd foncé, fétides. On voit naître d’entre les feuilles plusieurs pédicules longs de deux, trois ou quatre pouces. Ces pédicules portent chacun une fleur d’une seule piece, en cloche, divisée en cinq parties, légérement velue, blanchâtre, un peu purpurine & fétide. Le calice est velu, verd, partagé en cinq lanieres. Le pistil perce la partie inférieure de la fleur, se change en un fruit de la figure & de la grosseur d’une petite pomme, verd d’abord, ensuite jaunâtre, charnu, mol, d’une odeur forte & puante. Sa pulpe contient des graines blanches, arrondies, applaties, & presque de la figure d’un rein.

La mandragore femelle, par Tournefort, J.R.H. 76. mandragora flore sub cæruleo, purpurascente, a les feuilles semblables à celles de la mandragore mâle, mais plus étroites & plus noires. Ses fleurs sont de couleur purpurine, tirant sur le bleu : ses fruits sont plus pâles, plus petites, de la figure de ceux du sorbier ou du poirier, mais d’une odeur aussi forte que ceux de la mandragore mâle. Ses graines sont plus petites & plus noires : sa racine est longue, plus noirâtre en-dehors, blanchâtre en dedans. L’une & l’autre mandragore viennent naturellement dans les pays chauds, en Italie, en Espagne, dans les forêts, à l’ombre & sur le bord des fleuves.

On les trouve dans les jardins de médecine, où on les seme de graine ; & leurs racines se conservent saines, fortes & vigoureuses pendant plus de cinquante ans : les feuilles & l’écorce des racines de cette plante sont de quelque usage rare. (D. J.)

Mandragore, (Pharmac. & Mat. médic.) les feuilles & les racines de mandragore répandent une odeur puante, nauséabonde, & qui porte à la tête. On ne doit point les prescrire intérieurement, quoique les auteurs de matiere médicale ne soient pas absolument d’accord sur leur qualité vénéneuse ; car le soupçon seul qu’on peut en avoir suffit pour les faire rejetter de l’ordre des remedes intérieurs, puisque d’un autre côté la vertu narcotique fébrifuge & utérine qu’on lui a attribuée n’est pas évidente, & que nous ne manquons pas de remedes éprouvés qui possedent ces diverses vertus. La propriété de purger par haut & par bas avec violence, quoique plus constatée, sur-tout dans les racines, n’est pas un meilleur titre, puisque rien n’est si commun que les remedes qui ont ces qualités.

Les feuilles & l’écorce de la racine de mandragore appliquées extérieurement passent pour émollientes, discussives & éminemment stupéfiantes, elles sont recommandées par divers auteurs, pour résoudre les tumeurs dures & skirrheuses, & pour appaiser la douleur des tumeurs inflammatoires, sur-tout de l’érésipele : dans ce dernier cas, on les fait ordinairement bouillir avec du lait ; mais les Médecins prudens craignent l’application des remedes qui calment trop efficacement & trop soudainement la douleur, & qui peuvent opérer des résolutions précipitées. Voyez Repercussif, Stupéfiant, Topique & Inflammation.

L’application extérieure des feuilles, des racines & du suc de mandragore sous forme de cataplasme & de fomentation, ou mêlés avec d’autres substances plus ou moins analogues, telles que la ciguë, le tabac, &c. dans des onguens ou des emplâtres ; leur application, dis-je, sous toutes ces formes est fort recommandée contre les obstructions des visceres, & sur-tout contre les tumeurs dures de la rate.

On prépare aussi une huile de mandragore par infusion & par décoction, à laquelle on a attribué les mêmes vertus.

Le fruit de mandragore, dont on ne fait aucun usage, a été regardé aussi comme ayant la vertu d’assoupir & d’engourdir, soit par sa pulpe, soit par ses graines. Mais il a été démontré par des expériences, qu’on pouvoit manger des fruits de mandragore avec leur graine, sans en éprouver le moindre assoupissement, ni aucune autre incommodité.

La mandragore entre dans les compositions suivantes de la pharmacopée de Paris ; savoir, ses feuilles dans le baume tranquille, dans l’onguent populeum, & l’écorce de sa racine dans le requies de Nicolas Mirepse.

Les fables que les anciens ont débitées sur la mandragore, se sont des long-tems répandues chez le peuple ; il sait que la racine de mandragore produit des effets surprenans par sa prétendue figure humaine, qu’elle procure sur-tout la fécondité aux femmes ; que les plus excellentes de ces racines sont celles qui sont arrosées de l’urine d’un pendu ; qu’on ne peut les arracher sans mourir ; que, pour éviter ce malheur, on creuse la terre tout autour de cette racine ; qu’on y fixe une corde qui est attachée par son autre extrémité au cou d’un chien ; que ce chien étant ensuite chassé, arrache la racine en s’ensuyant ; qu’il succombe à cette opération, & que l’heureux mortel qui ramasse alors cette racine, ne court plus le moindre danger, mais qu’il possede au contraire en elle un trésor inestimable, un rempart invincible contre les maléfices, une source éternelle de bonheur, &c. On ne meurt point en arrachant la racine de mandragore ; cette prétention seule a paru digne d’être examinée, & elle l’a été ; les autres sont trop misérables, pour qu’elles méritent de faire naître le moindre doute.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mandragore »

Provenç. et espagn. mandragora ; ital. mandragola ; du lat. mandragora, qui vient du grec μανδραγόρας (ὁ), qui paraît être un nom d'homme appliqué à une plante, et contenir μάνδρος ou μάνδρα, nom d'une divinité locale de l'Asie Mineure.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1694) Du latin mandragoras.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mandragore »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mandragore mɑ̃dragɔr

Citations contenant le mot « mandragore »

  • Le terme français de "mandragore" vient du latin mandragoras tiré lui même du grec μανδραγόρας (mandragoras). Ces trois termes désignent la même plante dans ces différentes langues. L'étymologie du mot grec est obscure. Pour certains, le grec "mandragoras" viendrait du nom de la mandragore en assyrien "nam. tar. ira", morphologiquement "la drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications...) (mâle) de Namta", Namta étant un démon pestilentiel provoquant des maladies. Pour d'autres, l'origine viendrait du sanscrit mandros signifiant "sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire,...)" et agora signifiant "substance". Techno-Science.net, 🔎 Mandragore - Définition et Explications
  • Enfin, vous disposerez de pâte à modeler pour confectionner une mandragore, la célèbre plante de la série. La plus belle remportera la victoire.  , Un bar de Lille organise une soirée spéciale Harry Potter ce samedi | Lille Actu
  • La mandragore (Mandragora officinarum) fait partie des plantes réputées "magiques" avec une telle ampleur qu’aucune autre plante n’a pu rivaliser : grâce à toutes sortes de maléfices, elle laissait croire qu’elle pouvait guérir de nombreuses maladies et qu’elle conférait des pouvoirs spécifiques. En réalité, elle agissait comme un hallucinogène : ses propriétés narcotiques, toxiques et dangereuses ont supplanté, aujourd’hui, son aura magique. Cependant, elle reste un puissant symbole de sorcellerie comme le montrent la série des Harry Potter, ainsi qu’une métaphore poétique utilisée par Bashung dans sa chanson Angora : "J'crains plus la mandragore, J'crains plus mon destin, J'crains plus rien". Binette & Jardin, La mandragore, célèbre plante magique : bienfait et atout santé
  • 1994 |"Dits et récits : La Mandragore", histoire par Claude Mettra de l'étrange liturgie qui se conte autour de la mandragore (1ère diffusion : 17/04/1994). France Culture, L'étrange et merveilleuse liturgie de la mandragore par Claude Mettra - Ép. 6/10 - Nuit de la France mystérieuse (2017)
  • La mandragore, l'herbe aux pendus qui revigore ... , « Mandragore » par Mandragore : l’autrice rennaise Mandragore nous explique pourquoi elle a adapté le roman éponyme de H. H. Ewers publié en 1911… | BDZoom.com
  • Le premier à mettre en doute les récits des nuits de sabbat dans un ouvrage paru en 1555 s’appelle Andrés Laguna de Segovia, botaniste et médecin. Il mène une expérience en Lorraine, avec un onguent contenant de la mandragore, cette racine à forme humanoïde, réputée pour ses pouvoirs, trouvé chez deux vieillards accusés de sorcellerie. Il en enduit le corps d’une de ses patientes atteinte d’insomnie. Elle s’endort pendant trente-cinq heures, et se réveille pour annoncer à son mari qu’elle l’a trompée avec un beau jeune homme «plus allongé» que lui. Laguna en conclut que le sabbat n’est qu’hallucinations. Libération.fr, Mandragore dans les bras de Morphée - Culture / Next
  • Visite avec un guide conférencier. Jardin des simples, jardin du cloître ou encore potager, le jardin de la Maladrerie présente toute la richesse des jardins médiévaux. Vigne, hysope, aubépine ou mandragore sont autant de plantes chargées de symboles, de croyances et de magie qui seront contés au cours de cette escapade bucolique au cœur du Moyen Âge. Courrier picard, Fête de la salicorne au Crotoy, visite de la Maladrerie à Beauvais, dimanche musical à Corbie et sept autres idées de sorties pour votre week-end en Picardie
  • « La mandragore est une plante herbacée vivace des pays méditerranéens à laquelle les anciens attribuaient des vertus un peu extraordinaires », confie Aurélie Jacquin qui a baptisé du nom de cette herbacée le commerce d’artisan-fleuriste qu’elle vient d’ouvrir au rond-point du Poirier, dans l’espace commercial Le Pyrus, près du magasin biocoop. « Une installation qui correspond à un besoin sur la commune, confie la nouvelle commerçante. Une professionnelle, titulaire d’un CAP et d’un BEP, qui avant de faire le choix de créer sa propre affaire a travaillé durant dix années dans des commerces lamballais et Rhoéginéen. La jeune Albanaise propose à sa clientèle des compositions florales, des fleurs en bouquets ou coupées, des plantes vertes ainsi que de la rose stabilisée, sans oublier différents accessoires de décoration. Aurélie Jacquin se tient également à la disposition de la clientèle pour toutes cérémonies (mariage, deuil, anniversaire… ) et l’évènementiel. Le Telegramme, Le Télégramme - Saint-Alban - Aurélie Jacquin ouvre Mandragore au Poirier

Traductions du mot « mandragore »

Langue Traduction
Anglais mandrake
Espagnol mandrágora
Italien mandragora
Allemand mandrake
Chinois 曼德拉克
Arabe الماندريك
Portugais mandrágora
Russe мандрагора
Japonais マンドレイク
Basque mandrake
Corse mandrake
Source : Google Translate API

Mandragore

Retour au sommaire ➦

Partager