La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « mandates »

Mandates

Définitions de « mandates »

Trésor de la Langue Française informatisé

MANDATER, verbe trans.

A. − Mandater qqn.Lui confier une mission, une charge. L'été dernier, un grand chef de la résistance, mandaté spécialement d'Alger en France, a été arrêté et conduit à Fort-Montluc (Vailland,Drôle de jeu,1945, p. 26).Celui qui représente une société privée au conseil d'une autre société doit rendre compte de ses votes à ceux qui l'ont mandaté (Chenot, Entr. national., 1956, p. 110):
. Félix Gouin, arrivé en août et mandaté par les socialistes, apprenait au parti travailliste que, chez nous, l'ancienne gauche se rangeait à présent sous la Croix de Lorraine. De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 38.
B. − Mandater qqc.[Le compl. d'obj. désigne une somme d'argent]
1. [Correspond à mandat B 1] Payer avec un mandat de paiement. Cette allocation est actuellement de 13 fr par enfant et par trimestre de scolarité. Cette allocation est mandatée à une caisse départementale scolaire gérée par le conseil général (Fonteneau,Conseil munic.,1965, p. 100).
2. [Correspond à mandat B 2] Envoyer par mandat-poste (v. mandat B 2). La souscription pour le monument à élever à la mémoire de Gustave Flaubert s'élève actuellement à la somme de 9.650 francs, y compris les 1.000 francs votés par le Conseil Général et qui ont été mandatés le 30 mars 1882 (Goncourt,Journal,1887, p. 631).
Prononc. et Orth.: [mɑ ̃date], (il) mandate [mɑ ̃dat]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1823 «mettre un mandat de paiement» (Boiste); 2. 1902 «investir quelqu'un d'un mandat» (Nouv. Lar. ill.); 1935 part. passé subst. mandaté «celui qui est muni d'un mandat» (Ac.). Dér. de mandat*; dés. -er. L'angl. to mandate «ordonner» est att. dep. 1623 ds NED. Fréq. abs. littér.: 18.
DÉR.
Mandatement, subst. masc.Action de mandater; en partic. ,,acte administratif donnant ordre de payer la dette d'un organisme public, lorsqu'il se réalise par l'émission d'un mandat`` (Bern.-Colli Extr. 1976). Mandatement d'une indemnité, d'une allocation. Ceux qui ne bénéficient pas de ces privilèges, comme les collèges, sont plus directement soumis à l'autorité de l'inspecteur d'académie; c'est lui qui liquide les traitements de leur personnel et adresse les états à la préfecture pour mandatement, le préfet étant, sauf exceptions, l'ordonnateur de dépenses de l'Éducation Nationale (Encyclop. éduc.,1960, p. 44).Réaliser simultanément la liquidation et le mandatement de certaines dépenses, ce qui en supprime l'ordonnancement (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 139).[mɑ ̃datmɑ ̃]. 1reattest. 1872 (Littré Add.); de mandater «délivrer un mandat pour le paiement d'une somme», suff. -ment1*.
BBG.Quem. DDL t. 4.

MANDER, verbe trans.

Littéraire
A.− Mander qqc. à qqn
1.
a) Faire savoir, faire connaître quelque chose à quelqu'un par lettre ou par message. «Pétain résiste», nous mandait en langage convenu la femme d'un de nos camarades, rédactrice dans un ministère (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 132).Quand j'eus pris connaissance de la communication qui lui avait été faite, je lui mandai aussitôt: «Je vous réitère les ordres que je vous ai donnés (...)» (De Gaulle,Mém. guerre, 1959, p. 194):
1. Libre à vous de renoncer à ce que vous appeliez une passion bien heureuse: vous m'avez trop blessée pour que je puisse vous mander autre chose que mon étonnement d'une conduite qui n'est pas digne du prince charmant que j'ai cru plus noble encore de coeur que de race. Péladan,Vice supr., 1884, p. 163.
Mander + inf.Je viens enfin de recevoir des nouvelles de mon agent de Londres. Il me mande avoir fait honneur à tous mes billets (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 626).
[L'obj. dir. est une prop. introd. par que dont le verbe est à l'ind.] Faire savoir à quelqu'un que. Dépêche de Daudet, qui me mande qu'on a crié hier soir: «À bas Vitu!» (Goncourt,Journal, 1888, p. 882).Je reçus une invitation d'un paysan poète, qui me mandait qu'il venait de construire une petite isba pour y écrire (Du Bos,Journal, 1925, p. 285):
2. Enfin l'agence Associated Press mande de Tokyo que la décision de M. Yoshida d'ignorer la Chine communiste soulève de vives critiques. Le Monde, 19 janv. 1952, p. 3, col. 3.
b) Faire parvenir, envoyer quelque chose à quelqu'un. Je n'ai pu vous mander par la poste ce que vous avez dû deviner (Staël,Lettres L. de Narbonne, 1794, p. 281).
2. Mander à qqn de + inf.Faire dire à quelqu'un de (faire quelque chose). Il envoya à sa mère de magnifiques présents, mais il lui manda de ne pas se mêler du gouvernement (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 286).Je lui enjoignis de me tenir au courant de tout et de ne pas manquer de me mander de revenir, en cas qu'il eût affaire de moi (Chateaubr.,Mém., t. 2, 1848, p. 211):
3. ... elle alla trouver le maître d'école qui la fit asseoir et lut: «Ma chère fille, la présente est pour te dire que je suis bien bas; notre voisin, maître Dentu, a pris la plume pour te mander de venir si tu peux (...)». Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Hist. fille de ferme, 1881, p. 29.
3. Mander que + subj.Ordonner que. Monseigneur, dit-il, le Roi vous mande que vous veniez devers lui sans délai (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 418).Apollon: Et je mande qu'ici même il se présente pour recevoir purification (Claudel,Euménides, 1920, i, p. 956).
B. − Mander qqn.Faire venir quelqu'un, lui donner avis ou ordre de venir. Synon. appeler, convoquer.Mander le médecin. M. de Ruyasan requit le président de mander deux chimistes et deux naturalistes, et de soumettre les épingles à leur analyse (Balzac,Annette, t. 4, 1824, p. 68).J'adopte l'attitude du malade qui, en désespoir de cause, mande un charlatan sous prétexte qu'on ne risque rien à essayer (G. Marcel,Journal, 1923, p. 287):
4. Il eut une crise de rhumatismes et il en fut d'abord heureux. Il manda son fils, qui pêchait en Sologne, et se réjouissait de se montrer à lui amoindri. Giraudoux,Bella, 1926, p. 117.
REM.
Mandeur, subst. masc.,hist. Le corps municipal [de Valence] se composa de Syndics et Conseillers, communément appelés Consuls, d'un secrétaire et d'un Mandeur, officier chargé de faire les commandements de service pour la garde urbaine (Thierry,Tiers État, 1853, p. 354).
Prononc. et Orth.: [mɑ ̃de], (il) mande [mɑ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. «demander, commander» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 124); 2emoitié xes. «faire tenir une instruction (un ordre à quelqu'un)» (St Léger, éd. J. Linskill, 87); 2. 2emoitié xes. «faire venir» (ibid., 43); ca 1100 «faire venir quelqu'un par un ordre écrit, ou oral» (Roland, éd. J. Bédier, 2614 et 3699); 3. ca 1100 «faire savoir par un messager» (Roland, 28). Du lat. mandare «donner en mission», bien que ce terme soit surtout de la lang. écrite, également att. en lat. tardif aux sens de «envoyer demander, faire demander» (492-496 ds Nierm.), «faire savoir par message» (643, ibid.); cf. dès le xiies. au sens de «commander, donner l'ordre» l'esp. mandar (ds Al.), l'ital. mandare (ds Batt.), l'a. prov. mandar ds Rayn. et l'emploi usuel de ce terme au sens de «envoyer» dans la vallée du Rhône (v. FEW t. 6, 1, p. 148b et Mistral), également att. en a. prov. mandar (fin xiies. ds Levy Prov.), a. fr. mander dans le domaine méd. (1314 Chirurgie Henri de Mondeville, éd. A. Bos, 457; v. aussi Gdf.), m. fr. (1534 Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, p. 42), ital. mandare (1574 ds Batt.), esp. mandar (xvies. ds Al.), sens que connaît déjà le lat.: mandare «envoyer» ca 840 ds Nov. Gloss., v. aussi Blaise Latin. Med. Aev. et Nierm. Fréq. abs. littér.: 848. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2740, b) 959; xxes.: a) 642, b) 365.

Phonétique du mot « mandates »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mandates mɑ̃dat

Évolution historique de l’usage du mot « mandates »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « mandates »

  • Les organisateurs de la campagne “Defeat the Mandates” ont cependant déclaré qu’ils n’étaient pas contre les vaccins. Ils s’opposent simplement à ce que les gens soient obligés de les obtenir. News 24 | Actualités en France et à l'international, Des milliers de personnes se joignent à la marche Defeat the Mandates à Washington DC alors que l'antivaxxer Robert F. Kennedy s'adresse à la foule - News 24 | Actualités en France et à l'international

Mandates

Retour au sommaire ➦

Partager