La langue française

Mancenillier

Définitions du mot « mancenillier »

Trésor de la Langue Française informatisé

MANCENILLIER, subst. masc.

Arbre de l'Amérique centrale et de l'Amérique équatoriale, de la famille des Euphorbiacées, dont le latex et le fruit sont vénéneux et dont l'ombre même passait pour causer un sommeil mortel. Synon. arbre-poison, arbre de poison, arbre de mort, figuier vénéneux, noyer vénéneux.Le mancenillier, dont l'ombre seule donne la mort, ne croît, par ordre divin, que sur le bord des flots, et l'eau de mer, tout le monde le sait, est un sûr contre-poison au venin qu'il exhale (Mérimée, Mosaïque, 1833, p. 225).Lorsque, soit volontairement, soit par mégarde, une personne est empoisonnée avec le fruit, la feuille ou le jus, du mancenillier, il n'est pas d'autre remède que la pierre bleue (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 2, 1859, p. 422).La méditation constante de l'infini produirait sur l'homme l'effet du parfum trop violent des fleurs de mancenillier (Barrès, Cahiers, t. 8, 1910, p. 97).
Prononc.: [mɑ ̃snije] et [-nilje]. Warn. 1968 [-nilje]; Lar. Lang. fr. [-nilje] ou [-nije]. Selon Buben 1935, § 165 [-nilje] est incorrect. Mais Martinet-Walter 1973 [-s nilje] 9/17. Étymol. et Hist. 1658 mancenilier (Rochefort, Histoire naturelle et morale des îles Antilles de l'Amérique, p. 86). Dér. de mancenille*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 30.

Wiktionnaire

Nom commun

mancenillier \mɑ̃s.ni.je\ ou \mɑ̃.sə.ni.je\ masculin

  1. (Botanique) Arbre toxique de la grandeur du noyer, (Hippomane mancinella), qui croît en Arabie et en Amérique équatoriale, particulièrement aux Antilles, sur littoral sableux, au latex très toxique, déclenchant par contact avec la peau ou les muqueuses, une inflammation intense, aux feuilles et fruits toxiques aussi (dermatites sévères au contact de la peau).
    • Le suc d'une certaine plante appelée par les Caraïbes touloula, et par les Français herbes aux flèches, est, dit-on, le seul remède contre les plaies faites par les flèches empoisonnées avec le suc de mancenilier. — (R. P. Jean-Baptiste Labat, Voyages aux iles françaises de l'Amérique, nouvelle édition d'après celle de 1722, Paris : chez Lefebvre & chez A.-J. Ducollet, 1831, p. 75)
    • Paris s'y trouve comparé à un mancenillier, arbre mortel pour qui s'endort à son ombre, et les femmes de la capitale sont du même coup considérées comme des mancenilles responsables de la désagrégation morale et physique des hommes qui les fréquentent. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
  2. (Figuré) Abri précaire, offrant une fausse impression de calme, de sérénité.
    • Il y avait des lieux privilégiés, où il était, où il devait être bon de rester et de se tenir, — d’autres dont le nom à peine prononcé jetait de l’ombre, une ombre de mancenillier. — (Julien Gracq, Récit, in Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, p. 164)
    • À la différence des orléanistes cherchant à se persuader que le pays consentirait à dormir de longues années sous le mancenillier d'une gloire militaire, les bonapartistes aperçurent que le mac-mahonisme ne vivrait que s'il se résolvait en une dictature. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANCENILLIER. n. m.
Arbre de la famille des Euphorbiacées, de la grandeur du noyer, qui croît en Arabie, dans l'Amérique équatoriale et particulièrement aux Antilles. Le fruit et le suc du mancenillier sont des poisons très subtils. L'ombre du mancenillier passait pour être mortelle.

Littré (1872-1877)

MANCENILLIER (man-se-ni-lié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des man-se-ni-lié-z en fleurs) s. m.
  • Genre hippomane de la famille des euphorbiacées.

    L'espèce principale est l'hippomane mancenilla, L. Le mancenillier est un arbre de troisième grandeur, ayant le port, le feuillage et l'aspect du pommier, qui croît aux Antilles. Le fruit et le suc du mancenillier sont des poisons très subtils ; on prétend que l'ombre même de l'arbre est nuisible ; ce qui paraît une erreur. Il s'éloigna ; l'insulaire tremblante Alla s'asseoir sous le mancenillier, Et commença d'une voix faible et lente Ce chant lugubre, et qui fut le dernier, Millevoye, le Mancenillier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANCENILLIER, s. m. (Botan.) grand arbre très-commun sur les bords de la mer, le long des côtes de le terre-ferme & des îles de l’Amérique situées entre les tropiques.

Les feuilles de cet arbre ont du rapport à celles du poirier ; il porte un fruit rond, peu charnu, rempli d’une substance osseuse & coriace ; ce fruit jaunit un peu en mûrissant, & ressemble beaucoup, à la couleur près, aux pommes d’api. L’odeur en est si suave & si appétissante, qu’on est vivement tenté d’en manger. C’est un des plus violens poisons de la nature ; sa causticité est telle, qu’elle occasionne en peu de tems des inflammations & de douleurs si vives, qu’il est impossible d’y résister.

Le remede le plus efficace pour ceux qui ont eu le malheur d’en manger, est de leur faire avaler beaucoup d’huile chaude, pour les exciter à vomir. On leur fait prendre ensuite des choses adoucissantes, comme du lait ; mais quelques soins que l’on apporte, l’impression reste long-tems dans le corps, & le malade traîne une vie languissante.

L’écorce & les feuilles de mancenillier renferment un suc laiteux, extrèmement blanc & fort épais ; il s’écoule à la moindre incision ; & s’il tombe sur la chair, il y produit l’effet de l’huile bouillante. L’eau qui séjourne pendant quelques minutes sur les feuilles du mancenillier, contracte une qualité si mal faisante, que ceux qui ont l’imprudence de se réfugier sous ces arbres, lorsqu’il pleut, sont bientôt couverts de boussoles très-douloureuses, qui laissent des taches livides sur tous les endroits de la peau qui ont reçu des gouttes d’eau. Il est même dangereux de s’endormir à l’ombre des mancenilliers ; leur atmosphere est si venimeuse, qu’elle cause des maux de tête, des inflammations aux yeux, & des cuissons sur les levres.

Le mancenillier sert à construire de très-beaux meubles ; c’est un des plus beaux bois de l’Amérique : il est dur, compacte, pesant, incorruptible, prenant très-bien le poli lorsqu’il est travaillé. Sa couleur est d’un gris clair, un peu jaunâtre, ondé & varié de nuances couleur d’olive tirant sur le noir. Ce bois est fort difficile à employer, non-seulement par le danger auquel s’exposent ceux qui abattent les arbres, mais encore par la poussiere dangereuse que peuvent respirer les ouvriers qui le scient & le mettent en œuvre, sur-tout lorsqu’il n’est pas bien sec.

Quand on veut abattre un mancenillier, on commence par allumer au-tour du pié un grand feu de bois sec : il faut en éviter la fumée, crainte d’en être incommodé ; & quand on juge que l’humidité est consumée, on peut y mettre la hache : malgré cette précaution, on a bien de la peine à se garantir des accidens. Plus de vingt travailleurs que j’employai à couper un grand nombre de ces arbres sur les côtes de l’île de la Grenade, à quelque distance du port, revinrent tous si maltraités de ce travail, que plusieurs d’entr’eux ne voyoient plus à se conduire, ayant les yeux couverts de croûtes aussi épaisses que le doigt. Cette incommodité subsista plus de quinze jours, malgré les soins que l’on prit de les frotter avec des linimens adoucissans & dessicatifs.

On prétend que le lait de femme tout chaud, sortant des mamelles, est un souverain remede contre les inflammations des yeux causées par le suc du mancenillier. Ce suc sert aux sauvages pour empoisonner leurs fleches, dont les blessures deviennent presqu’incurables, si l’on n’est promptement secouru.

Le mancenillier, ou l’arbre de mancenilles, a été ainsi nommé par les Espagnols de la nouvelle Espagne, en latin macanilla. Arbor toxica & lactea, fructu suavi pomi-formi, quo Indiani sagittas inficiunt. Voyez Surian.

Le pere Plumier, minime, dans son livre des plantes d’Amérique, distingue trois especes de mancenilliers ; mancanilla piri-facie, mancanilla aqui folii foliis, & mancanilla lauri foliis oblongis. M. le Romain.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mancenillier »

Mancenille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De son fruit, la mancenille ; de l’espagnol manzanilla (« petite pomme »), en raison de la ressemblance de ceux-ci avec ceux du pommier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mancenillier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mancenillier mɑ̃snije

Citations contenant le mot « mancenillier »

  • Version végane du ratel, le mancenillier est l'arbre le plus dangereux du monde selon le «Livre Guinness des records». Et ouvre logiquement notre série sur les plantes badass Le Temps, Le mancenillier, l’arbre dont sont tissés les cauchemars - Le Temps
  • «Ça a beaucoup influencé mon travail, dès mes premières expositions. Parce que je cherche toujours à faire s’entrechoquer des géographies et des temporalités diverses, à tisser des récits passés et présents pour raconter l’histoire par de petits détails. Joséphine de Beauharnais, par exemple, c’est aussi celle qui a mécéné Pierre-Joseph Redouté, à qui l’on doit les gravures de roses que l’on connaît. Donc la rose comme symbole de l’amour, c’est dû à Joséphine… Et moi alors, je vais relier ça aux vendeurs de roses à la sauvette que l’on croise ici, à Paris, à ces populations pakistanaises, possiblement exploités. Il faut absolument qu’on prenne connaissance de notre histoire commune, faire entendre différents points de vue et versions. L’histoire, ce sont aussi des dénis et des injustices. Par exemple, au musée des Arts décoratifs, à Paris, on peut voir ces meubles d’armateurs réalisés en mancenillier, arbre vénéneux des Caraïbes qui produit un fruit empoisonné. Pour les faire, il faut laver la sève à l’intérieur du bois pendant plusieurs années, une absurdité, une folie très intéressante… On ne sait pas assez non plus que certains fromages AOC ne le sont pas et taisent des histoires. Comme la mimolette, qui n’existerait pas sans le rocou, son colorant, venu d’Amérique centrale et des Caraïbes. J’en ai recouvert le plafond d’une salle d’expo au Frac Normandie pour en faire un coucher de soleil. C’est un fromage qui ne raconte pas ce qu’il devrait raconter. Libération.fr, Julien Creuzet : «Il faut absolument qu’on prenne connaissance de notre histoire commune» - Libération
  • Gare aux nids de frelons également, souvent logés dans des cavités creusées dans la partie morte du tronc d’arbre. Les piqûres sont douloureuses et le venin peut être injecté profondément, jusqu’à atteindre la circulation sanguine. Enfin, dans les pays exotiques, d’autres risques sont encourus. Le mancenillier aux Antilles est un arbre qui produit un latex extrêmement toxique. À tel point qu’il est déconseillé de s’y abriter par temps de pluie. Sous un cocotier, la chute d’une noix de coco sur la tête peut assommer violemment. Pesant en moyenne 1,5 kg et se trouvant parfois à 30 m de hauteur, sa chute équivaudrait à deux boules de pétanque ! Mieux vaut donc pratiquer la sylvothérapie à bonne distance et se contenter de la balade, des sons, des couleurs et des odeurs pour profiter des bienfaits de la forêt en toute quiétude. , Consommation - Vivre mieux | Soigner par la nature
  • Le mancenillier, ou Hippomane mancinella, est un arbre de la famille des Euphorbiacées connu pour sa dangerosité. Futura, Définition | Mancenillier - Hippomane mancinella | Futura Planète
  • 0 réponse à “Le mancenillier, l’arbre de la mort” , Pourquoi le mancenillier est-il l'arbre le plus dangereux du monde ?
  • Le mancenillier (Hippomane mancinella) tire son nom du terme espagnol “manzanilla” qui signifie “petite pomme”. Les locaux ayant affaire à cet arbre l’appellent souvent “arbre de la mort” et qualifient son fruit de “petite pomme de la mort”. Ce titre peu honorifique lui a été décerné en raison de sa réputation d’arbre le plus dangereux du monde, également mentionné dans le Guinness World Record. Sciencepost, Voici l'arbre le plus dangereux au monde : le mancenillier
  • Qui a dit que les arbres étaient inoffensifs ? Le mancenillier ou Hippomane Mancinella, est tout sauf amical : il a été élu arbre le plus dangereux du monde par le Guiness World Record. En cause : sa sève, ses fruits, ses feuilles et son tronc qui produisent des substances chimiques mortelles. Planet, Découvrez le mancenillier, surnommé "l’arbre de la mort"
  • En effet, le mancenillier appartient au grand groupe diversifié du genre Euphorbiaceae (qui contient également Euphorbia pulcherrima, une plante plus communément connue sous le nom d’étoile de Noël). L’arbre produit une sève épaisse et laiteuse (latex) qui suinte de toutes parts : de l’écorce, des feuilles, et même du fruit. Toutes les parties de l’arbre sont donc empoisonnées, mais la quantité de latex peut varier suivant les saisons. Trust My Science, L'Arbre de la Mort : cet arbre est si toxique que vous ne pouvez même pas vous placer en dessous lorsqu'il pleut

Traductions du mot « mancenillier »

Langue Traduction
Anglais mancenillier
Espagnol mancenillier
Italien mancenillier
Allemand mancenillier
Chinois 蛮横的
Arabe مانسينيلييه
Portugais mancenillier
Russe mancenillier
Japonais 男らしい
Basque mancenillier
Corse mancenillier
Source : Google Translate API

Mancenillier

Retour au sommaire ➦

Partager