La langue française

Macroporosité

Sommaire

  • Phonétique de « macroporosité »
  • Citations contenant le mot « macroporosité »
  • Traductions du mot « macroporosité »

Phonétique du mot « macroporosité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
macroporosité makrɔpɔrɔsite

Citations contenant le mot « macroporosité »

  • Sa structuration spatiale en agrégats emboités, ainsi que les macrostructures et la macroporosité font du sol une mosaïque d’habitats hétérogènes qui rend possible la cohabitation, sous forme d’un réseau trophique extrêmement complexe, de très nombreux et très divers organismes. Ces nombreux organismes présentent des tailles très diverses allant de quelques nm ou µm, les virus, Bactéries et Archées (les plus nombreux : 1 à 10 milliards de cellules par gramme de sol) à quelques cm ou dm, les vers ou lombrics (les plus grands) en passant par les champignons (la plus grande biomasse) dont les mycéliums peuvent s’étaler sur plusieurs dizaines à centaines de mètres. , Le sol, une ressource essentielle et si fragile | ECHOSCIENCES - Grenoble
  • L’aérateur de sol présenté est doté de deux rotors dentés, positionnés de part et d’autre. Le réglage angulaire des dents permet une pénétration légèrement oblique à l’instar d’une bêche. Les couteaux rentrent dans la terre et en ressortent légèrement décalés (angle de 0 à 7,5°) en “tirant” un peu la motte, laissant de nombreuses fentes apparentes sur le sol (20/m²). « On crée une macroporosité amenant de l’air », détaille le fabricant qui parle “d’une des premières règles agronomiques”, sans pour autant bouleverser la vie biologique existante. Journal Paysan Breton, Donner un coup de pouce à la vie biologique des prairies | Journal Paysan Breton
  • La stabilité structurale, qui limite les risques de battance et d’érosion, augmente avec la simplification du travail du sol. « Dans les techniques sans labour, on observe une concentration du carbone dans les 5 premiers centimètres. Cette concentration est positive, notamment dans des sols limoneux comme à Kerguéhennec », explique Djilali Heddadj, agronome, en charge du suivi des essais. La biomasse microbienne augmente avec la simplification du travail. « Cette biomasse, en techniques simplifiées, évolue avec les saisons. Elle est plus faible en hiver et plus forte en été, en lien avec une certaine hydrophobicité ». La porosité des sols est également observée sur les 3 blocs de la parcelle. Le sol est plus tassé dans les zones semées en direct. « La macroporosité augmente dans les couches de sol travaillées ; on dénombre 7 % de moins de macropores avec le semis direct. Les galeries des vers de terre, plus importantes en semis direct, ne compensent pas la porosité perdue par le fait que le sol n’est pas labouré ». Journal Paysan Breton, Sol et rendements à l'épreuve de 3 techniques culturales | Journal Paysan Breton
  • Ces changements de statut organique semblent insuffisants pour modifier la stabilité structurale de la couche labourée, moyennement sensible à la battance. En revanche, le pourcentage de macroporosité augmente nettement entre un apport minéral et du fumier de bovin. « Ce qui devrait, selon le spécialiste, se répercuter sur la perméabilité de l’horizon de surface avec, comme conséquences, un meilleur écoulement des eaux et un ressuyage plus rapide. » Terre-net, Préserver la structure des sols agricoles
  • Une semelle compacte apparaît quand on réalise un profil de sol ? « Passez le fissurateur si besoin, en été. Mieux vaut passer un outil profond que d’attendre le travail des racines, en cas de sol trop compacté ». Un sol correctement structuré comprend 50 % de vide, qu’il faut maintenir. Certaines espèces vivant dans le sol y sont très sensibles, car « marcher sur un sol c’est marcher sur le toit d’un autre monde ». Les tardigrades, aussi nommés oursons d’eau, attendent une macroporosité pour se développer, et participer au cycle de vie souterrain. Pour recréer ce vide, le foisonnement de vie des micro-organismes est la piste à explorer. Journal Paysan Breton, Ne pas laisser son sol partir en fumée | Journal Paysan Breton
  • Une tonne à lisier pleine de 25 m³ sur 3 essieu représente 13 à 14 t/essieu. « Or, c’est la charge à l’essieu qui fait le tassement profond », argumente Pierre Havard, responsable de la station expérimentale des Cormiers. Un impact invisible mais durable, en dessous de l’horizon du sol avec une incidence sur la macroporosité de la structure. Un sol à 16 % d’humidité a une densité apparente de 1 à 1,6 kg/L. Plus cette donnée est forte, moins le sol contient d’air et sa capacité à stocker et libérer l’eau diminue. Un maïs requiert une densité maximale de 1 kg/L, un colza 1,2 et une luzerne 1,6. La baisse de la porosité du sol est accentuée aussi par l’usage de pneumatiques larges : ils augmentent la propagation de la contrainte en profondeur. Journal Paysan Breton, Dissocier le transport de l'épandage | Journal Paysan Breton

Traductions du mot « macroporosité »

Langue Traduction
Anglais macroporosity
Espagnol macroporosidad
Italien macroporosità
Allemand makroporosität
Chinois 大孔
Arabe ضخامة
Portugais macroporosidade
Russe макропористость
Japonais マクロ多孔性
Basque macroporosity
Corse macroporosità
Source : Google Translate API
Partager