La langue française

Lupercales

Sommaire

  • Définitions du mot lupercales
  • Étymologie de « lupercales »
  • Phonétique de « lupercales »
  • Citations contenant le mot « lupercales »
  • Traductions du mot « lupercales »

Définitions du mot lupercales

Trésor de la Langue Française informatisé

LUPERCAL, -ALE, -AUX, adj. et subst.

ANTIQ. ROMAINE
I. − Adj. Relatif aux lupercales. Jeux lupercaux (Guérin1892).
Antre lupercal. Grotte où, selon la légende, Remus et Romulus auraient été allaités par la louve. Il [le guide] s'arrêta devant une excavation (...) − Ceci est l'antre lupercal, où la louve allaita Romulus et Remus (Zola,Rome,1896, p. 111).
II. − Subst. fém. plur. Fêtes de purification annuelle célébrées à Rome chaque année, le 15 février, comportant un sacrifice et un banquet, dont l'épisode le plus important était la course qu'exécutaient, à moitié nus, les prêtres ayant accompli ce sacrifice autour du Palatin, et durant laquelle ils flagellaient les passantes à coups de lanières de cuir, cette pratique passant pour assurer leur fécondité. Alors on entend sur le sommet des montagnes un choeur qui commençoit la fête des lupercales. Il chantoit le Dieu protecteur de l'Arcadie, Pan aux pieds de chèvre (Chateaubr.,Martyrs,t. 2, 1810, p. 161).Un autre jour, c'était la fête des lupercales, tous les jeunes gens, et à leur tête Antoine, alors consul désigné, couraient tout nus dans la ville, frappant les femmes à droite et à gauche (Michelet,Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 282).
Prononc. et Orth.: [lypε ʀkal], masc. plur. [-o]. Ac. 1762-1878: lupercales. Étymol. et Hist. 1. 1541 antiq. romaine adj. lupercal «relatif aux fêtes en l'honneur de Lupercus» (Michel de Tours, trad. de Suétone, II, 60 rods Hug.); 1605 subst. plur. lupercales «fêtes en l'honneur de ce dieu» (Ph. de Marnix, Differ. de la Relig., II, 1, 3, ibid.);2. 1721 subst. masc. sing. lupercal «lieu consacré à ce dieu, dans l'ancienne Rome où la Louve aurait allaité Romulus et Remus» (Trév.). Empr. au lat. Lupercalis «de Lupercus, des Luperques» également attesté comme subst. au sens 2, et au subst. neutre plur. Lupercalia «fêtes en l'honneur de Lupercus», au sens 2 l'angl. lupercal est attesté dep. 1513 ds NED.

Wiktionnaire

Nom commun

Lupercales \ly.pɛʁ.kal\ féminin au pluriel uniquement

  1. (Antiquité) Fêtes annuelles de l’ancienne Rome, qui se célébrait en l’honneur de Pan, le 15 des calendes de mars.
    • Les lupercales étaient des fêtes données dans l’ancienne Rome en l’honneur du dieu Pan, le tueur de loups. Des prêtres à peu près nus, puisqu’ils ne portaient qu’une indiscrète peau de bouc sur les reins, traversaient la ville en courant. Ils traitaient à coups de lanière et de fouet les femmes qui se trouvaient sur leur passage. — (Kléber Haedens, L’été finit sous les tilleuls, 1966, Le Livre de Poche, page 125)
    • En outre, fortement enracinée dans le folklore romain, la fête des Lupercales survécut à l’implantation du christianisme et fut assimilée par l’Église à la fête de la purification de la Vierge ou Chandeleur. — (Mireille Demaules, Picous ou l’énigme d’un nom dans la Folie de Berne, dans Par les mots et les textes : mélanges de langue, […] offerts à Claude Thomasset, Presses Paris Sorbonne, 2005, p.201)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

LUPERCALES (lu-pèr-ka-l') s. f. pl.
  • Fête annuelle de l'ancienne Rome, qui se célébrait en l'honneur de Pan, le 15 des calendes de mars.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LUPERCALES, s. f. pl. lupercalia, (Littér. rom.) fête instituée à Rome en l’honneur de Pan. Elle se célébroit, selon Ovide, le troisieme jour après les ides de Février.

Romulus n’a pas été l’inventeur de cette fête, quoi qu’en dise Valere-Maxime ; ce fut Evandre qui l’établit en Italie, où il se retira soixante ans après la guerre de Troie. Comme Pan étoit la grande divinité de l’Arcadie, Evandre, natif d’Arcadie, fonda la fête des lupercales en l’honneur de cette divinité, dans l’endroit où il bâtit des maisons pour la colonie qu’il avoit menée, c’est-à-dire sur le mont Palatin. Voilà le lieu qu’il choisit pour élever un temple au dieu Pan, ensuite il ordonna une fête solemnelle qui se célébroit par des sacrifices offerts à ce dieu, & par des courses de gens nuds portant des fouets à la main dont ils frappoient par amusement ceux qu’ils rencontroient sur leur route. Nous apprenons ces détails d’un passage curieux de Justin, lib. XLIII. cap j. In hujus (montis Palatini) radicibus templum Lycoeo, quem Græci Pana, Romani Lupercum appellant, constituit Evander. Ipsum dei simulachrum nudum, caprinâ pelle amictum est, quo habitu, nunc Romæ lupercalibus decurritur.

Tout cela se passoit avant que Romulus & Rémus ayent pu songer à la fondation de Rome ; mais comme l’on prétendoit qu’une louve les avoit nourris dans l’endroit même qu Evandre avoit consacré au dieu Pan, il ne faut pas douter que ce hasard n’ait engagé Romulus à continuer la fête des lupercales, & à la rendre plus célebre.

Evandre avoit tiré cette fête de la Grece avec son indécence grossiere, puisque des bergers nuds couroient lascivement de côté & d’autre, en frappant les spectateurs de leurs fouets. Romulus institua des luperques exprès pour les préposer au culte particulier de Pan ; il les érigea en colléges ; il habilla ces prêtres, & les peaux des victimes immolées leur formoient des ceintures, cincti pellibus immolatarum hostiarum jocantes obviam petiverunt, dit Denys d’Halicarnasse, lib. I. Les luperques devoient donc être vêtus & ceints de peaux de brebis, pour être autorisés, en courant dans les rues, à pouvoir insulter les curieux sur leur passage, ce qui faisoit ce jour là l’amusement du petit peuple.

Cependant la cérémonie des lupercales tombant de mode sur la fin de la république, quoique les deux colléges des luperques subsistassent avec tous leurs biens, & que Jules-César eût crée un troisieme college des mêmes prêtres, Auguste ordonna que les lupercales fussent remises en vigueur, & défendit seulement aux jeunes gens qui n’avoient point encore de barbe, de courir les rues avec les luperques un fouet à la main.

On ne devine point la raison qui put déterminer Auguste à rétablir une fête ridicule, puisqu’elle s’abolissoit d’elle même ; mais il est encore plus étrange de voir que cette fête vint à reprendre une telle vogue, qu’elle ait été continuée sous les empereurs chrétiens ; & que lorsqu’enfin le pape Gélase ne voulut plus la tolérer, l’an 496 de J. C. il se trouva des chrétiens parmi les sénateurs mêmes qui tâcherent de la maintenir, comme il paroît par l’apologie que ce pape écrivit contr’eux, & que Baronius nous a conservée toute entiere au tome VI. de ses œuvres, ad annum 496, n°. 28 & seq.

Je finis par remarquer avec Plutarque, que plusieurs femmes ne se sauvoient point devant les luperques, & que loin de craindre les coups de fouet de leurs courroies, elles s’y exposoient au contraire volontairement, dans l’espérance de devenir fécondes si elles étoient stériles, ou d’accoucher plus heureusement si elles étoient grosses.

Le mot lupercale vient peut être de lupus, un loup, parce qu’on sacrifioit au dieu Pan un chien, ennemi du loup, pour prier ce dieu de garantir les troupeaux contre les loups.

L’usage de quelques jeunes gens qui couroient dans cette fête presque nuds, s’établit, dit-on, en mémoire de ce qu’un jour qu’on célebroit les lupercales, on vint avertir le peuple que quelques voleurs s’étoient jettés sur les troupeaux de la campagne ; à ce récit plusieurs spectateurs se deshabillerent pour courir plus vîte après ces voleurs, eurent le bonheur de les atteindre & de sauver leur bétail.

On peut ici consulter Denys d’Halicarnasse, l. I. Tite-Live, lib. I. cap. v. Plutarque, dans la vie de Romulus, d’Antoine, & dans les questions romaines ; Ovide, fastes, liv. II. Justin, lib. XLIII. Varron, lib. V. Valere-Maxime, Servius sur l’Enéide, lib. VIII. v. 342 & 663. Scaliger, Meursius, Rosinus, Vossius & plusieurs autres. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lupercales »

Du latin Lupercalia (« fêtes de Lupercus »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. lupercalia, de Lupercus, un des noms du dieu Pan, de lupus, loup, et arcere, écarter : celui qui écarte les loups.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lupercales »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lupercales lypɛrkal

Citations contenant le mot « lupercales »

  • L'édition 2021 du Carnaval de Rio, traditionnellement prévu en février, est reportée, alors que le Brésil est particulièrement touché par l'épidémie de Covid-19. Mais d'où vient le carnaval? Cette fête, comme tous les carnavals en Europe et en Amérique, a lieu après la période de Noël et avant le mardi gras, qui ouvre le carême, le jeûne chrétien avant Pâques. Mais déjà les Romains célébraient les lupercales au même moment de l'année. lejdd.fr, D'où vient le carnaval?

Traductions du mot « lupercales »

Langue Traduction
Anglais lupercalia
Espagnol lupercalia
Italien lupercalia
Allemand lupercalia
Chinois 狼疮
Arabe لوبركاليا
Portugais lupercalia
Russe lupercalia
Japonais ルパーカリア
Basque lupercalia
Corse lupercalia
Source : Google Translate API
Partager