La langue française

Lollard

Sommaire

  • Définitions du mot lollard
  • Étymologie de « lollard »
  • Phonétique de « lollard »
  • Citations contenant le mot « lollard »
  • Traductions du mot « lollard »

Définitions du mot lollard

Trésor de la Langue Française informatisé

LOLLARD, subst. masc.

HIST. (Moy. Âge)
A. − [En Angleterre] Disciple de Wycliffe, qui prêchait la pauvreté de l'Église et de ses membres, dont les principes furent déclarés hérétiques par un concile au xivesiècle. Le nouveau roi anglais, Henri IV, menait fermement l'Angleterre. Contre la Jacquerie, les lollards, le puritanisme naissant, il la gouvernait avec les propriétaires et l'église établie (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 114).
B. − [En Allemagne et aux Pays-Bas] Membre d'associations mystiques, qui se vouait au soin des malades et menait une vie austère de pénitence. J'ai parlé tout à l'heure des tisserands de Flandre au Moyen Âge, les lollards, béghards [v. bégard], comme on les appelait. L'Église, qui souvent les persécuta comme hérétiques, ne reprocha jamais à ces rêveurs qu'une seule chose : l'amour (Michelet, Peuple,1846, p. 86).Par les lollards et les mystiques du moyen-âge, par les iconoclastes et les innombrables martyrs du xviesiècle, il [le génie national] (...) se dirige vers les idées protestantes (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 16).
REM. 1.
Lollardisme, subst. masc.Doctrine des lollards disciples de Wycliffe (cf. supra A). On pourrait relever chez les Lollards certains traits qui, au moins au début, les empêchaient de faire figure de révolutionnaires : leur pacifisme profond, leur insistance sur le devoir d'obéissance, même à un mauvais maître. Et puis, il est certain qu'on ne trouve pas un « pauvre prêtre » parmi les agitateurs de 1381, et que la rébellion se déroula dans des régions très peu touchées par le lollardisme (M. Mollat, P. Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi, Paris, Calmann-Levy, 1970, p. 209).
2.
Loller, verbe intrans.Chanter doucement à la manière des psalmodies des lollards (cf. supra B). On se rappelle les lollards du Moyen Âge, ces tisserands mystiques, qui, en travaillant, lollaient en cadence, et mêlaient le rythme du cœur au rythme de la navette (Renan, Avenir sc.,1890, p. 397).
Prononc. et Orth. : [lɔl(l)a:ʀ]. Att. ds Ac. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1415 (Stat. de Henri V, an II, impr. goth., Bibl. Louvre ds Gdf. : tielx heretikes et lollardes); 2. 1846 (Michelet, Peuple, p. 85 : les tisserands mystiques du Moyen Âge furent célèbres sous le nom de Lollards; parce qu'en effet, ils lollaient, chantant à voix basse, ou du moins en esprit). Dans l'emploi 1, empr. au moy. angl. lollard (1395 ds MED; 1387 lat. médiév. d'Angleterre ds Théol. cath. t. 9, 1, p. 913), nom donné aux premiers prédicateurs partisans des positions doctrinales de John Wycliffe et qui entrèrent en opposition avec l'autorité ecclésiastique et le pouvoir royal. Ce nom était empr. au moy. néerl. lollaert désignant les Alexiens, membres de communautés religieuses de laïcs portant un costume de pénitent et menant une vie austère comme celle que prônèrent J. Wycliffe et ses partisans. Les Alexiens avaient été ainsi dénommés par un dér. du verbe lollen « marmonner » à cause de leur manière caractéristique de psalmodier des chants religieux (cf. Théol. cath., loc. cit.). Le terme passa également en Allemagne pour désigner les membres d'une secte dont on attribuait la fondation à un certain Lolhard Walter (appelé parfois en fr. Gautier Lollard) et fut appliqué en France à différents hérétiques (cf. Trév. 1732 : En France on appella aussi Lolards les Pauvres de Lion, et Mézeray les appelle ainsi, t. 1, p. 500. Voyez Pauvres et ci-dessus Léoniste). Comme terme historique désignant les anciens tisserands de Flandres, le terme représente le néerl. lollard et le verbe loller représente le néerl. lollen (cf. aussi le liég. lola « Alexien », v. Gesch., p. 177). Bbg. Boulan 1934, p. 112.

Wiktionnaire

Adjectif

lollard \lo.laʁ\ masculin

  1. (Christianisme) Relatif à une secte de pénitents apparue au XIVe siècle.
    • La parole féminine, même hérétique, reste cantonnée au privé. Au cours du XVe siècle, on a comptabilisé seulement sept femmes lollardes sachant lire. Or, dans cette hérésie, le nombre de « lecteurs » est élevé. — (Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge: Histoire du genre : XIIe-XVe siècle, Armand Colin, 2013)

Nom commun

lollard \lo.laʁ\ masculin (équivalent féminin : lollarde)

  1. (Christianisme) Membre masculin d'une secte de pénitents apparue au XIVe siècle.
    • Les tisserands mystiques du moyen âge furent célèbres sous le nom de lollards; parce qu'en effet, tout en travaillant, ils lollaient, chantaient à voix basse, ou du moins en esprit, quelque chant de nourrice. — (Jules Michelet, Le Peuple, 2e éd., Paris : au Comptoir des Imprimeurs, chez Hachette & chez Paulin, 1846, p. 85)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

LOLLARD (lol-lar) s. m.
  • Nom donné à des hérétiques du commencement du XIVe siècle en Belgique et en Allemagne, et qu'on dit provenir d'un certain Gautier Lolhard, allemand ; cette doctrine abolissait la messe, les sacrements, l'ordination des prêtres, niait l'intercession des saints et prêchait la pauvreté.

    Sectateur de Wikleff, en Angleterre, au XIVe siècle, ainsi dit parce que ces sectateurs prirent le costume pauvre des lollards.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lollard »

Du moyen allemand lollaert, dont la racine lullen signifie marmonner ou chantonner à voix basse .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lollard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lollard lɔlar

Citations contenant le mot « lollard »

  • En 1440, un prêtre lollard, Richard Wyche, est brûlé vif à Londres pour hérésie. [Ce mouvement de contestation religieuse et sociale était apparu en Angleterre au XIVe siècle sous l’impulsion de John Wyclif.] Un sanctuaire improvisé voit alors le jour sur le site de l’exécution et le curé de l’église All Hallows de Barking mélange des épices aux cendres dans l’espoir de susciter une plus grande dévotion. Courrier international, Histoire. Les hommes médiévaux avaient bien plus que cinq sens

Traductions du mot « lollard »

Langue Traduction
Anglais lollard
Espagnol lollard
Italien lollardo
Allemand lollard
Chinois 矮子
Arabe مصاصة
Portugais lollard
Russe лоллард
Japonais ロラード
Basque lollard
Corse lollard
Source : Google Translate API
Partager